L'élève et son maître.
[an 7]

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/1135/p1/l-lve-et-son-matre.html#msg13394
Salomon venait de rentrer ce matin de son long périple à travers le Yuukan, quelque chose qui l'avait profondément choqué. Tellement choqué, que Risako ne pouvait lui offrir le moindre réconfort pour le moment. Il l'avait retrouvé, avait passé assez de temps avec elle pour se retrouver. Mais c'est à une autre personne que le pasteur avait besoin de parler. L'homme qu'il considérait comme son maître, son mentor, son père. Kirishitan Hakizura. Il savait que le vieille homme était parti vivre loin du village. Et il savait qu'il avait besoin de ses conseils, il n'était plus en mesure de gérer tout ça par lui même. Et la seule personne à qui il pouvait montrer de la faiblesse, c'était bien son ancien maître. Cependant, le pasteur de Iwa avait quelques crainte. Son maître pouvait se montrer de très mauvaise humeur, et cela faisait de nombreuse années que les deux ne c'était pas vu. Il n'avait pas voyagé sur le même bateau, et Salomon n'était pas venu le voir après leur arrivé, préférant batifolé avec Risako, voyageant sans prendre le compte le danger, sans ce soucier des conséquences. Mettant le clan en danger, faisant perdre la vie à de nombreux Kirishitan dont son élève Sana. Non, l'accueille n'allait sans doute pas être bon.

Après plusieurs longues dizaine de minutes de marche à travers la forêt, le pasteur arriva devant la maison de son ancien maître. Il remarqua qu'il n'avait pas utilisé le Mokuton pour construire sa maison, cela fit sourire quelques instant le pasteur. Le vieux n'avait pas changé, et plein de bon souvenir lui remontèrent à l'esprit. Salomon avait était un élève spéciale de Hakizura, peut être pas le plus talentueux, mais celui qui comprenait le plus la nature. Au point d'en maîtriser plusieurs éléments dès son plus jeune âge. Avec la boule au ventre, l'homme de un mètre quatre-vingt dix passa dans l'allée de jardin. Il avait beau être le pasteur, l'un des personnes les plus puissante au niveau de la force et du pouvoir politique, il était comme un enfant devant cette porte. Craignant de se faire disputer par celui qu'il voyait comme un père. Prenant son courage à deux mains, le pasteur frappa à la porte. Plusieurs minutes d'attente, et personne ne répondit. Il savait que le vieux n'aimait pas être dérangé à tout bout de champs. Mais il recommença, mais cette fois il ajouta.

« Hakizura, c'est Salomon. J'aurais besoin de m'entretenir avec toi. »


Voilà, le pasteur ne pouvait plus faire marche arrière. Il attendait maintenant que la porte s'ouvre. Laisse apparaitre au yeux de Hakizura ces long cheveux et son corps amaigris par des mois d'errance dans le Yuukan. Comme tout le monde au village, le vieux devait penser que Salomon était mort. Peut être serait il seulement heureux de le voir rentrer.

Publié le 08/03/2018 à 11h52

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/1135/p1/l-lve-et-son-matre.html#msg13500
Cela faisait maintenant plus de trois semaines que le vieillard avait prit pour élève Tomohiko et Hadô. Depuis ce jour, le vieillard avait agrandit les lieux en usant de son mokuton pour construire différente pièce indépendante les unes des autres ainsi qu'une muraille faite de bois reliant chaque bâtisse, cachant ainsi la cour centrale. Mais bien évidemment, il avait gardé tout de même sa propre maison, faite de ses propres mains, ça demeure était d'ailleurs le seul accès sur le cour centrale qui elle même donnait accès aux autres bâtiments. Nul homme ne pouvait entrer dans son dojo autre qu'en pénétrant dans la propre maison du vieillard, qu'importait puisque nul homme n'avait à pénétrer dans ces lieux, et les seuls autoriser à s'y introduire n'avait pour ordre de ne plus en ressortir sans le commandement du Kirishitan. Ainsi, les deux élèves du vieille homme n'avait pas quitté ses lieux depuis désormais environs trois semaines...

Alors que Hakizura était occupé à enseigner l'art de la terre et la relation avec la nature à ses deux élèves, un bruit sourd se mit à venir de la maison de celui qui se faisait appeler Ojiji. Celui-ci ne donna en aucun cas suite à se bruit, un individu frappait à la porte, qu'importait, le vieille homme avait mieux à faire que de se laisser déranger en plein cours. Mais après quelques minutes de silence, une voix se fit entendre, c'était Salomon... Le seul de ses anciens élèves à avoir survécu à l'exil et dont nul Kirishitan n'avait connaissance de ce détail. Cela faisait désormais plusieurs années que les deux protagonistes ne c'était pas revu. Effectivement, tout deux avaient voyagé sur des navires différents lors de leurs longs périple et dès l'arrivés sur ses terres, le vieillard s'était éloignée du camp de base de Iwa et avait créer sa propriété à des dizaines de minutes des autres... Intrigué, le vieillard se redressa et ordonna aux deux élèves de s'asseoir en tailleur et de méditer jusqu'à son retour, qu'importait la durée d'attente, ils ne devaient en aucun cas quitter leurs positions.

Hakizura se retrouvât face à la porte et l'ouvrit lentement, son visage resta placide, a vrai dire, le vieux n'avait en aucun cas conscience que Salomon était porté disparu depuis plusieurs mois, il n'avait que trop rarement des informations de ce qui se tramait dans le sein d'Iwa. Mais lorsqu'il vu le corps aminci -pour ne pas dire rachitique -de celui qui était devenu le pasteur de son peuple, deux idées lui vint à l'esprit: soit l'homme avait totalement oubliés ses nombreuses années d'entraînement et c'était laissé aller à quelques pratiques douteuses, soit l'homme avait vécu une situation à risque, le contraignant à changer son mode de vie...

« Salomon... Cela fait bien longtemps... Aurais-tu oubliés les putain d'années d'enseignement que je t'ai prodigué afin de te laisser aller à une telle anorexie ? ... Chier... Du gâchis... »


Le vieillard tourna le dos à Salomon et rentra s'installer dans son fauteuil des plus rustiques mais dans lequel il se sentait particulièrement à son aise. Il n'invita à aucun moment son ancien élève, étant persuadé que celui-ci pénétrerait de lui-même... Une fois en place, il lança avec un ton qui pouvait s'apparenter à de la sympathie:

« Dans le foutu placard, là-bas, prends la théière et montres moi que tu n'as pas oubliés la cérémonie... qu'au moins un de mes enseignements n'ai pas été vain... »


Puis alors, le vieillard reprit un ton bien plus sérieux...

« Qu'arrives t-il pour que tu décides après tout ce temps de silence de venir t'entretenir avec moi... ? »

Publié le 11/03/2018 à 21h38

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/1135/p1/l-lve-et-son-matre.html#msg13655
Le vieux n'avait pas changé du tout. Il était toujours aussi froid, et aussi loin de la civilisation, il n'avait sans doute même pas était mis au courant de l'absence de Salomon durant plusieurs mois. L'apparence du pasteur l'inquiétait sans doute, mais au lieu de lui dire, il ne pu faire qu'une réflexion. Mais le pasteur ne s'était jamais vraiment laissé faire par le vieil homme. Il était sans doute l'élève le plus insolent que le vieux ai eu, mais également le plus talentueux après Abe bien sûr. Jamais il n'avait laissé Hakizura lui parler mal, quitte à se prendre des coups, il ne laissait jamais l'homme le prendre de haut. C'est pour ça, que bien qu'il eu envie de lui expliquer tout de suite ce qui lui était arrivé, et de s'excuser de ne pas être venu le voir plus tôt. Il ne lui répondit qu'en lui lançant une pique à son tour.

« C'est justement grâce à toute ces putain d'années d'entrainement avec toi que je suis vivant. Et je pense que le véritable gâchi, c'est qu'un senseï aussi talentueux que ça, attende la mort au fond de la forêt. Tu sais en quelle années on est au moins ? Ou la sénilité s'est déjà emparé de toi. »


Le vieux lui avait déjà tourné le dos lorsque Salomon lui répondit. Le pasteur le suivit, et rigola dans sa barbe lorsque Hakizura lui demanda de servir le thé. Le vieux devait bien se souvenir que Salomon avait toujours détesté faire ça, et c'était sans doute pour une fois de plus punir son insolence qu'il lui avait demandé de faire ça. Salomon s'exécuta, et prépara du thé pour deux. Une fois servi, le vieux prit un ton plus sérieux. C'est alors que Salomon compris que la parti de tennis verbal que les deux aimaient pratiqué l'un contre l'autre était terminé. Hakizura était prêt à entendre les vrai raison de la présence de Salomon.

« J'ai besoin de tes conseils. Comme tu dois bien t'en douter, je n'ai pas oublié tes enseignements, en particulier ceux qui consiste à combattre et à survivre. Je suis parti à la découverte du nouveau monde avec mon élève. Et nous sommes tombé sur des monstres à forme humaine. Ils sont contre nature, boivent le sang des humains pour survivre, leur coeur ne bat pas. Et il ne peuvent pas mourir, à moins de subir le châtiment d'une jeune femme au cheveux blanc. Ils m'ont attaqué, et je suis le seul survivant. Quand je suis rentré, Risako s'était fait attaqué par une petite fille au cheveux blancs. Et elle est maintenant aveugle. Elle ma proposé de me joindre à elle pour conquérir ce monde. J'ai dis oui dans un premier temps, et puis... Je ne sais pas, nous ne somme pas sensé être ici, ce monde n'est pas l'Eden, tout comme notre ancien monde ne l'était pas. La nature ne nous demande pas d'être l'espèce dominante et de soumettre les autres à notre pouvoir. Mais la raison nous pousse à le faire. Qu'est ce que tu ferais à ma place ? »


Ce n'était pas une petite question, et l'esprit du pasteur était totalement brouillé. Il ne pouvait montrer ce genre de faiblesse à personne, même pas à Risako. Le seul qui pouvait voir ça était Hakizura, car il était le seul à ne pas voir Salomon comme le Pasteur, l'élu de la nature par le peuple. Il était juste le petit garçon insolent qu'il avait recueilli dans le village que Abe a détruit autrefois.

Publié le 15/03/2018 à 20h44

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/1135/p1/l-lve-et-son-matre.html#msg13660
Hakizura écouta avec attention ce que racontait le Pasteur du village. Tapis dans le silence le plus profond, son visage reflétait son sérieux, laissant apparaître plus que d'habitude, les rides frontales de l'homme rongé par les années passées. Vivre aussi loin de tous et de tout avait ses avantages mais également ses inconvénients: en autres, il ignorait un paquet de chose se déroulant au sein d'Iwa... C'est ainsi qu'il venait tout juste d'apprendre que la jeune Risako avait été attaquée et se retrouvait avec le fardeau d'être aveugle. Bien, que le vieillard semblait désintéressé de tous, la vérité en était tout autre. Il souffrait des maux de ses semblables et regrettait amèrement ne pas avoir pu aider la Cheffe... Mais, ressasser le passé n'était que bêtise et en rien constructif... Désormais, elle était aveugle et plus rien ne pourrait y changer !

Alors, que cela faisait quelques minutes que Salomon avait interrompu son discours, le vieillard était toujours muet. Approchant lentement sa tasse de thé à ses lèvres, il se délecta de se nectar si raffiné dont son invité avait su préparé à merveille malgré la réticence qu'il avait à prodiguer la cérémonie... Puis alors, prêt à partager sa sagesse, il rompit le silence:

« Laisses moi te raconter l'histoire du garçon sous la cascade...
Prit sous une cascade, irrépressiblement happé par le tumulte. Le garçon avait perdu ses repères... Incapable de voir ou d'entendre sous le flux continue de l'eau qui lui tombait sur la tête... Paniqué, il se sentait perdu, ne sachant comment agir pour quitter ce lieu..
La solution pour ce garçon est très simple... Il lui suffit de faire un pas sur le côté, de s'éloigner de la cascade... Ainsi, il aurait un meilleur point de vue pour contempler les merveilleuses chute d'eau, apprécier le bruit irrégulier de l'eau qui tombe... Et par dessus tout, trouver comment sortir de cet endroit... »


« Cette histoire semble bien bête Salomon... Mais que t'inspire t-elle ? La cascade représente nos pensées, bien trop souvent nous nous laissons nous écrouler sous le poids de nos pensées, semblant ne trouver aucun solution... Alors, agit comme le garçon, assis toi, respire, lances toi dans une profonde méditation et décales toi de tes pensées... Regardes les défiler en étant extérieur à celle-ci, et alors, il sera bien plus simple de trouver une réponse mon enfant ! »


Hakizura déposa délicatement sa tasse sur la table basse qui lui faisait face. Puis reprit:

« Les personnes que tu me décris là sont vraiment... Intéressant... Mais en rien contre nature Salomon ! Chaque chose à sa place sur la terre, bien que nous ne pussions pas tout comprendre, rien n'a été créer sans que cela puisse peser dans la balance de l'équilibre terrestre... Ils ne sont ni plus ni moins que nos prédateur... Mais au final, ne sont en rien différent de nous... Ne nous nous nourrissons pas également d'animaux, de viande fraîche et sanguinolente ? Quand nous traquons les lapins pour se rassasier, que pensent-ils de nous ? Que nous sommes contre nature ? Un lapin semble bien incapable de nous tuer, sommes nous pour autant immortel ? Non... Mais par contre, dans la chaîne humaines, bien des animaux plus féroces sont capable de nous décimer... N'en serait-il pas de même pour ces fameuses personnes ? La seule véritable différence... Et pas des moindres... C'est que tu précises que leurs cœurs ne battent pas... N'ont-ils pas pu user d'un quelconque stratagème ? »


Hakizura récupéra sa tasse de thé et l'emmena à sa bouche tout en baragouinant des propos incompréhensible. Le but n'était en aucun cas d'être comprit, il exprimait uniquement quelques pensées à voix haute, l'aidant ainsi à voir plus claire dans tout les propos qu'il échangeait avec son ancien élève... Laissant le liquide couler dans le fond de sa gorge, profitant de la chaleur exquise que cela lui procurait, une vaste pensé lui parcourut l'esprit concernant ses deux élèves actuels, Hadô et Tomohiko... étaient-ils encore en position de méditation comme l'avait demandé le professeur... Se reprenant, il recommença son discours :

« Risako a raison... Comment t'es tu retrouvé mon élève ? Des villageois voisin avait embauché des mercenaires pour pillé le village... Qu'ai je fait en retour ? J'ai envoyé Abe exterminé la menace... Dès ce jour, nul homme n'a oser menacer à nouveau ce lieu ! Risako veux agir de la même façon avec des idées politiques plus poussés !
Tu sais, Mère Nature ne demande rien... Excepté être respectée et aimée ! Qu'elle est donc notre rôle si nous avons connaissance que notre voisin n'agis pas dans ce sens ? Nous devons le ramener sur le droit chemin en lui faisant comprendre l'importance de son acte... Et si pour cela il faut conquérir le monde, alors qu'il en soit ainsi... Ce monde n'est pas l'Eden, mais c'est peux-être pour cette raison que nous sommes là, Salomon... Peux-être que les Kirishitans sont les gardiens de Mère Nature et dont nous devons imposer son règne...
Tout cela n'est pas une saleté de vérité à prendre comme je te l'annonce, non... Elle n'est rien d'autre qu'une foutue base à la réfléxion... »

Publié le 15/03/2018 à 22h11

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/1135/p1/l-lve-et-son-matre.html#msg13668
Salomon ne regrettait pas d'être venu voir le vieux, il avait toujours était de bon conseil, et cela n'avait pas changé avec les années. Il venait de faire redescendre Salomon de son orgueil. Les Kenketsu n'était sans doute qu'un maillons supplémentaire à la chaîne naturelle. Pourquoi l'homme serait au sommet de la chaîne alimentaire, c'était tout bonnement ridicule. Bien des animaux pouvait le dévoré, même certain poisson le pouvait. De plus il venait de le conforter dans son choix, Salomon devait suivre Risako. Il était heureux d'entendre cela. Ils allaient pouvoir étendre la paix sur ce monde et créer l'Eden. La nature n'allait pas leur donné, c'était à eux de se l'approprier.

« Non leur coeur ne battait pas... L'un des Kenketsu, car c'est comme ça qu'ils se prénomment, ma fait avoir une vision. J'ai vu son peuple se faire traquer et massacré par ces fameuse personnes aux cheveux blanc nommé Gaikotsu. Dans cette vision et de son point de vu, c'était eux les victimes et bien les Gaikotsu les monstres, exactement ce que j'ai ressenti à l'égard des Kenketsu. Mais dans cette vision j'ai également vu... Ils peuvent nous transformer, on meurt,
on se vide de notre sang, puis nous revenons à la vie avec des yeux rouges et la peau blanche... J'ai peur que mon élève Sana soit maintenant l'une d'entre eux... »


Salomon avait échoué en temps que maitre et il savait que Hakizura pouvait le comprendre. Car ils était onze à avoir était à son service, et le seul survivant au cataclysme se trouvait en face de lui. Les choses devait changé, le pasteur savait comment les changer, mais il se devait en son fort intérieur de demander l'approbation de son vieux maître. Il fallait qu'il lui demande s'il avait le droit de faire ça.

« Je vais réformer la religions. Trop de nos enfant ne se soucies plus assez de mère nature. Je ne veux pas changer son essence bien sur, mais je voudrais changer l'enseignement. Nous n'avons pas d'écrit, pas de règle majeur. Si bien que les enfants et même certain adultes, utilise trop souvent le Mokuton au lieu de simplement travailler le bois de leur main. Trop tue sans réfléchir au conséquence naturelle et sans respecter l'animal qui leur offre pourtant la survie.
Depuis le massacre des hommes poissons sans aucune chance de se rendre pour eux. Je me demande si je n'ai pas était trop doux dans ma manière d'appliquer le respect de la nature à la jeune génération. »

Publié le 16/03/2018 à 10h53

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/1135/p1/l-lve-et-son-matre.html#msg13837
Son ancien élève était dans une phase de remise en question. La mort de son élève, Sana, n'était certainement pas anodin dans un tel cycle. Le vieillard avait connu le même procédé lors du décès de ses nombreux disciple, après deux longues années de remise en question sur la longue route qu'était les bateau, il avait retrouvé la réponse à ses nombreuses questions... A tel point qu'il avait repris sous son aile deux Kirishitan...

« Ton élève est ce qu'elle est désormais... Plus rien ne changera ce qu'elle a pu devenir ou non... La seule véritable question à se poser est la suivante: Es-tu réellement coupable de son devenir ? Qu'en ai t-il réellement ? Il est normal de se sentir coupable... J'ai moi-même longtemps ressentit un tel sentiment... Mais est-il justifié ? L'astu contrainte à te suivre ? L'as tu obligé à mettre sa vie en péril ? Est-ce tes actions ou les siennes qui ont causé sa perte
? »


Le vieillard marqua une pause. Il soupira un instant, il s'apprêtait à donner un discours qui se pouvait difficile à entendre et à assimilé, mais par dessus tout, très peu sont ceux qui était capable d'en comprendre le véritable sens...

« Maintenant poses toi ses questions: La vie de qui avait le plus d'importance ? Cela peut paraître bien difficile à entendre mais pourtant cette question à son importance... Oublions toutes les réflexions égoïste... La vie de qui avait le plus de chance d'influencer l'avenir vers le bon côté ? Tu es le pasteur du village, celui dont la parole est écouté par les plus jeunes, celui qui peux faire avancer son peuple vers quelques choses de plus grand... Prêt à sacrifier sa vie intime pour offrir un véritable avenir à son village ! Sana en aurait-elle fait autant ? Sana aurait-elle pu jouer un rôle clé pour Iwa ? Une vie est une vie, la valeur direct ne s'estime pas... Mais nous devons voir au dessus de cela... Nous devons voir les opportunités qu'une vie peut offrir aux autres... »


Le vieillard se redressa de son fauteuil, joignant les mains dans son dos, il venait d'entendre les paroles du Pasteur concernant la religion et la reforme dont il voulait mettre en place. Il effectua quelques pas en direction d'une des portes qui se trouvait au fond de la pièce principale. Il ouvrit celle-ci et invita Salomon a venir y jeter un oeil... Devant eux, se trouvait Tomohiko et Hadô en position de méditation, assis à même le sol... Ces deux nouveaux élèves... Dans un silence total, il referma la porte et retourna s'asseoir à sa place initiale...

« J'entends ce que tu me dis là, et je te rejoins sur bien des points... Comme tu viens de le voir, j'agis en ce sens pour deux Kirishitans... Je leurs offre l'enseignement que tu as toi même pu recevoir, il y a plusieurs années en arrière... »


« Je pense qu'il est effectivement nécessaire que de réformer notre religion... Mais, tu dois agir de façon intelligente et amener la chose de manière bien subtil ! La majorité des habitants ne sont pas enclins à une soumission pur et dur comme j'ai pu exercé sur chacun de mes élèves, non... Eux, ils ont besoin que le changement s'opère sans avoir l'impression de pratiquer le moindre effort... Bien évidemment, ils te suivraient, tu es le Pasteur, mais n'oublie pas que ton poste peut se montrer bien éphémère, et qu'a tout moment, les Kirishitans peuvent décider d'en élire un nouveau... »


« Je souhaiterai juste revenir sur un ou deux points évoqué... Tu parles que trop nombreux sont ceux qui use du Mokuton plutôt que de se servir de ses mains... Tu as qu'à moitié raison, Salomon... Notre peuple c'est mit à transformer son chakra en bois afin d'épargner la nature, créant le nécessaire plutôt que de le détruire... Mais savoir le travaillé de ces mains est un véritable don également... Il me parait raisonnable que de savoir lié les deux, mais par dessus tout, chaque arbre abattu se doit d'être remplacer via notre don... Le véritable problème est la luxure, trop nombreux sont ceux qui use du Mokuton afin de créer du superflue... »


« Pour simple conseil, Salomon... Constitues toi une véritable armée au ordre de la religion mais n'outre passe pas les commandement de ta femme... La hiérarchie à son importance dans chacun des systèmes... Ai des soldats qui écoute tes ordres, et à ton tour écoutes les ordres de la Cheffe... Ou sinon une relation conflictuelle débutera et le peuple se retrouvera scindé... »

Publié le 25/03/2018 à 22h03

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/1135/p1/l-lve-et-son-matre.html#msg13879
Comme toujours, le maître savait trouver les mots pour aider Salomon, et cette fois, il avait même trouvé les mots qui allait tout changer pour le village. Salomon ne devait pas s'apitoyer sur son sort et celui de Sana. Il devait respecter sa mort, la chérir, et faire en sorte qu'elle ne soit pas vaine. Il devait réformer la religions dans l'intelligence et la subtilité. Il ne devait pas imposer aux Kirishitan, mais leur laisser le choix d'agir où non pour le bien du village. L'idée qu'il avait eu d'une inquisition vint être confirmé par son maître. C'est ce qu'il devait faire, pendre les Kirishitan volontaire et les former à devenir les gardiens du savoir et de l'intégrité physique et mentale du village. Oui, il devait faire ça. Risako lui avait déjà laissé carte blanche lors de leur échange, et Salomon comptait bien utiliser cela pour former sa propres armés. Elle serait à son service pour ces propres missions. Mais bien entendu, il ne lancerait jamais de mission sans demander l'accord de Risako. Il ne fallait pas qu'il prenne le pas sur sa femme, leur projet d'étendre les Kirishitan à tout le Yuukan passait avant tout. Le pasteur et son inquisition ne serait qu'une branche de ce plan. Hakizura avait raison, et le pasteur allait suivre ses conseils à la lettre.

« Je suis heureux d'entendre que tu as enfin accepté de prendre de nouveaux élèves. Lors que mes compagnons sont décédé, j'ai cru que tu ne voudrais plus jamais faire cela. Cela aurait était une grande perte pour tout notre peuple. Bien plus grande que les morts héroïque de nos amis. Nous devons honorer leurs mémoires, en bâtissant un avenir radieux pour les nôtres, c'est pour ça que je vais suivre ton conseil. Merci pour tout Maître Hakizura, tu es toujours de bon conseil. Je te promets de ne pas attendre aussi longtemps pour venir te voir. Et je suis curieux de voir si ton enseignement fonctionnera aussi bien sur la nouvelle génération. »


Salomon se leva, et salua son vieux maître. Tout deux devaient repartir à leurs occupations, mais ce court échange entre eux faisait un bien fou à Salomon. C'était pour lui comme allez prendre des conseils auprès d'un père. Comme on dit, lorsque tu ne sais plus où tu vas, regarde d'où du viens. Et c'était exactement ça. Le pasteur venait tout droit d'ici, de l'enseignement de cet homme.

« Bon, je vais y aller merci pour tout. Je n'ai pas vu Risako depuis bien des mois, je ne veux pas être trop séparé d'elle aujourd'hui. »


Suite à cela, le pasteur salua son vieux maître et quitta sa demeure, le laissant libre de vaquer à ses occupations.

HRP : Merci pour ce sujet court, mais de qualité ^^

Publié le 30/03/2018 à 11h44

Activité du forum

Shinobis actifs au cours des dernières 24h :
Statistique
- 768 sujets RP dont 0 en 24h
- 302 sujets HRP dont 0 en 24h

- 10675 messages RP dont 0 en 24h
- 2426 messages HRP dont 0 en 24h
Shinobis présents :