Meilleure ennemie

Année 0
Chakra bleu

Kazuna se promenait dans le quartier des plaisirs de Kumo, c'était une journée comme une autre, sa mère l'avait poussé à bout et elle avait eu besoin de prendre l'air. Ce quartier n'était pas le mieux fréquenté, mais c'était celui où normalement elle serait le plus tranquille. Sauf qu'au loin, elle remarqua un jeune homme qu'elle connaissait depuis l'enfance, et qu'elle ne pouvait pas supporter. C'était physique, quand elle le voyait elle n'avait qu'une envie lui cracher dessus. Hattori Gareki, un homme qui donnait à Kazuna une seul envie, lui cracher dessus. Une fois au même niveau, les deux ne se lâchait pas des yeux. Kazuna fut celle qui lança la première insulte.

« Je trouvais déjà cette ruelle sale, mais voilà une ordure de plus ! »


La jeune femme resta fixé devant le jeune homme lui bloquant le passage. Elle ne savait pas pourquoi elle faisait ça. Elle le détestait tellement, qu'elle avait besoin de se disputer avec lui. Ce n'était pas la première fois, les deux en était même déjà venu au main, jusqu'à ce faire réprimander par Buichi et Masashi.

« Alors tu as perdu ta langue gringalé ? »

Publié le 09/06/2019 à 22h11

Chakra bleu

Mission après mission, Gareki se sentait plus sûr de lui, plus fort. Oui, il avait mûri et était devenu bien plus professionnel, bien plus posé que dans son enfance, où il avait tendance à trop vite céder à ses pulsions. Aujourd'hui, il était désormais imperturbab-

Son corps se crispa alors qu'une voix féminine résonna dans la ruelle où il s'était posé en attendant les nouveaux ordres de Buichi. Il aimait bien cette ruelle peu fréquentée. En général, personne ne l'arpentait et il n'y avait que peu de chances qu'on vienne l'y déranger. Enfin, en théorie.
Son regard froid se planta dans son interlocutrice : Kazuna Hattori. Oh, il n'avait aucun mal pour reconnaître ce visage ou cette voix si… si irritante.

«  Alors tu as perdu ta langue gringalet ? »


Sa mâchoire se serra, son poing aussi. Il aurait pu lui en coller une, là, comme ça, pour le plaisir. Personne ne pourrait en témoigner, personne ne le soupçonnerait.. Néanmoins, il n'était plus cet enfant sensible à ces provocations. Hors de question qu'il lui montre la moindre de ses faiblesses.

« Tiens donc. Regardez qui vient se pavaner si loin de ses appartements. Ce n'est de toute évidence pas ma langue qui s'est perdue... »


Elle était ce genre de petite peste de haute lignée qui méprisait le reste des Hattoris, il en était persuadé. Ça se voyait dans ses yeux de vipère. Tout en retenant les envies de violence qu'elle éveillait en lui, il vint à sa rencontre, droit, fier. Il ne doutait pas de lui et connaissait bien plus qu'elle les lieux. Il était persuadé qu'il arriverait vite à la faire rebrousser chemin, ce qui serait déjà pour lui une sacrée petite victoire.

Publié le 10/06/2019 à 21h08

Chakra bleu

Kazuna éprouvait une certaine jouissance à insulter Gareki. Elle ressentait une forte aversion envers lui depuis l'enfance. Elle ne saurait pas dire pourquoi, mais une chose est sur c'était comme ça. Le jeune semblait perdre totalement son calme, et la jeune femme a la poitrine généreuse et au décolleté plongeant avait un petit sourire narquois.

« Effectivement je me suis perdue, et ça ne m'étonne guère de trouver un rat dans ce trou à rat. Ce quartier est presque trop beau pour un déchet comme toi. »


La jeune femme ria aux éclats, se moquant ouvertement du jeune homme, le transperçant de son regard jaune. Même elle ne savait pas ce qu'elle cherchait, les deux allait sans aucun doute finir par se battre si les mots continuait à fuser de la sorte. Elle adorait lui faire perdre ces moyens, comme ci elle le poussait à s'énerver, elle aimait le voir hors de lui, c'était une sensation délicieuse.

« Comment Buishi peu vouloir d'un idiot comme toi pour élève. A si je sais, il me voulait moi, mais comme j'étais déjà avec le Raikage, il a du se contenter des restes »


Elle rigola de nouveau tout en le poussant du doigt au niveau de la poitrine, qu'il avait de bien musclé, sensation qui ne fût pas pour déplaire à la vipère de Kumo.

Publié le 10/06/2019 à 22h42

Chakra bleu

Elle l'insupportait. Plus encore, elle l'horripilait avec son rire arrogant et ses airs prétentieux. Et ces prunelles jaunes qui le toisaient de haut… Il avait envie de les lui arracher.
Moins appréhensive que lui sur son destin, la jeune femme continua son jeu de provocation jusqu'à ce qu'il soit à son niveau. Les poings serrés, Gareki faisait de son mieux pour retenir son poing. Elle aurait été trop heureuse de le voir céder et répondre par la violence physique. Il aurait d'ailleurs pu tenir encore longtemps à ce petit jeu, ayant longtemps travaillé sa résistance morale aux côtés de Buichi, mais la Belle Hattori décida de passer à la vitesse supérieure et, tout en le rabaissant une fois de plus, le poussa de son index avec dédain. Ce fut la goutte de trop. D'un geste brusque et précis, Gareki attrapa le poignet de la jeune femme et le serra fermement, la forçant à s'approcher un peu plus de lui. Son regard , assassin, se planta dans les yeux de la Kunoichi. Savait-elle vraiment contre qui elle prenait les armes ainsi ? Ils avaient souvent joué à ce petit jeu de domination, plus jeune. Gareki avait toujours fait preuve de patience mais cette fois, il semblait vraiment au bord de l'implosion.

«
En parlant de Masashi-sama, j'espère que tu en as bien profité. Notre cher Raikage n'aura bientôt plus la moindre minute à t'accorder… Rin grandit à une vitesse impressionnante, à ce qu'on m'a dit. C'est Shizuna qui doit être fière.. »


lui siffla-t-il, un sourire croissant un peu plus sur ses lèvres. Les rumeurs sur la jalousie qu'éprouvait Kazuna vis-à-vis de sa cousine allaient bon train au village. Rien n'avait encore prouvé à Gareki la véracité de tels propos mais le moment était sans doute approprié.

Sa main empoignant toujours celle de son interlocutrice, il approcha sa tête de son oreille pour lui murmurer quelques mots de plus.

« J'espère que Masashi ne regrette pas trop de t'avoir accordé tant d'attention.. Quand on voit le résultat … »


Le résultat qu'il sous-entendait étant bien évidemment à la fois les capacités et l'apparence diaboliquement séduisante de la jeune femme, que Gareki trouvait parfaitement inapproprié pour une combattante.

Publié le 17/06/2019 à 19h15

Chakra bleu

Kazuna et Gareki jouait à des échanges de rapport de force depuis l'enfance, c'était toujours Kazuna qui gagnait pendant leur enfance. Puis l'adolescence arriva, et les rapports de force furent un peu plus chargé en phéromones. Maintenant, tout les deux était de jeunes adultes, et les phéromones ne faisait que s'amplifier, surtout quand Gareki faisait preuve d'une telle démonstration de force. Cet proximité faisait ressentir des sentiments envers Gareki encore inconnue pour elle. Lorsqu'il vint lui murmurer à l'oreille, le souffle du jeune homme fit frissonner Kazuna. Elle était maintenant collé à lui, le fixant dans les yeux. Elle vint déposer un doux baiser sur ses lèvres avant de venir lui mordre férocement le cou, presque jusqu'au sang.

« Même les mains liées je suis bien plus dangereuse que toi cancrelat. »


La jeune femme continuait d'insulter, mais sa vois n'était plus pleine de haine, mais pleine d'envie. Elle ne comprenait pas ce nouveau sentiment envers le jeune homme aux yeux jaunes. Mais elle n'était pas du genre à se poser des milliers de questions. Elle se contentait de vivre l'instant présent. Et c'est toujours elle qui décidait de l'instant présent.

« Si tu ne me lâche pas, on va devoir se battre. »


La jeune femme le fixa férocement, s'approchant , collant sa poitrine contre celle du jeune homme, tellement proche maintenant que leur nez se frôlaient.

Publié le 17/06/2019 à 21h32

Chakra bleu

Le regard noir, Gareki observait sa victime avec arrogance. Elle était prise au piège, pour ne pas dire en situation de faiblesse. Il se sentait imperturbable, sa confiance en soi flattée par ce qu’il avait perçu dans le fond de ses yeux dorés. Etait-ce de l’hésitation ? Ça avait été très bref, mais Gareki en était certain : pendant une seconde, peut-être même moins, il avait u quelque chose au fond de cette pupille qui ne s’apparentait pas à de la haine pure. Bien qu’il n’arrivait pas à déceler ce que cela pouvait être, ça l’avait réconforter dans sa position. La jeune femme perdait peu à peu ses moyens…

C’est ce qu’il croyait, jusqu’à ce qu’il sente un contact chaud et délicat sur ses lèvres. Il avait imaginé toutes les réponses, sauf celle-là. Sous le choc de ce baiser imprévu, Gareki ne réagit pas en sentant la bouche de la séduisante Kazuna descendre jusqu’à son cou, le faisant frissonner sous son souffle chaud. Ce n’est que lorsqu’il sentit une vive sensation au niveau de sa gorge. La vipère avait frappé.

Le Shinobi poussa un léger râle de douleur et plaqua sa main libre au niveau de la morsure qu’elle venait de lui asséner. Pourquoi ? Gareki se sentait de plus en plus déstabiliser par la jeune femme qu’il maintenait contre lui. Était-ce une de ses nouvelles techniques pour le défier. En tout cas, elle avait encore assez de vocabulaire pour le rabaisser, au vu de ce qu’elle se dépêcha de lui balancer.

Le combattant de Kumo planta une fois de plus son regard dans celui de la jeune femme, un peu hébété. A quoi jouait-elle ? Quelque chose était étrange, différent. Il sentait son cœur s’emballer, de nouvelles pulsions lui traverser vivement l’esprit… Que lui arrivait-il ? Ne trouvant aucune réponse dans les yeux de la belle et ne pouvant pas rester inerte plus longtemps alors que la séduisante vipère de Kumo se rapprochait dangereusement, il prit les devant et la plaqua sur le mur de l’étroite ruelle qui leur servait de théâtre. Sa deuxième main vint emprisonner la gorge de la jeune femme, fermement, mais sans lui couper le souffle pour autant. Il ne lui aurait suffi que d’une pression assez forte pour la faire disparaître à jamais. Il y pensa d’ailleurs, mais d’autres pensées, plus incontrôlables encore, martelaient son esprit qui déchantait. Elle était là, entre ses mains, contre son corps, à sa merci.. Et pourtant encore si méprisante, avec son visage fin et son décolleté plongeant qu’il sentait contre son torse... Crispé d’excitation, Gareki ne relâcha ni sa gorge, ni son poignet quand il décida de s’emparer à son tour des lèvres de la jeune femme dans un geste brutal, bestial.

Publié le 20/06/2019 à 20h24

Chakra bleu

Cette confrontation improvisée, s'était transformé en quelque chose de vraiment inattendu. Les deux shinobi qui ne se supportait pas se retrouvait contre un mur de la ruelle du plaisir. La main autour du cou de Kazuna, le jeune homme vint avec violence prendre possession de sa bouche. Les chose dégénéraient rapidement, et sans trop comprendre comment, la jeune femme se retrouva les jambes enroulées autour de la taille du jeune homme, ne touchant plus le sol l'embrassant férocement, une étreinte torride eu lieu dans cette ruelle du quartier des plaisirs.

[...]



Après de longues minutes de chaleur pleine de violence et de haines, les deux se séparèrent enfin. Kazuna remis son décolleté en place, et remis son bas de lingerie. Ce qu'elle venait de vivre la laissait sans voix. C'était la meilleure expérience de sa vie, et elle en avait déjà eu beaucoup. Les Hattori ne l'aimaient pas à cause de ça, avoir beaucoup d'amants était honteux mais se marier entre frère et sœur était admis, allez comprendre. Gareki avait prit le contrôle de la jeune femme pendant une bonne quinzaine de minute où il n'y avait eu que haine et violence. Ce contraste était plus que déroutant.

« C'était passable... »


Elle voulait le blesser, elle ne lui dirait pas qu'il était de très loin le meilleur qu'elle avait connu. Et pourtant c'était bien le cas.

Publié le 20/06/2019 à 22h58

Chakra bleu

Etait-ce cela que les autres appelaient l’amour ? Non. Aucun risque que ce soir ça. Ce qui venait de se passer dans cette ruelle n’était qu’une démonstration de haine, de violence, de domination. Un de leurs jeux qui avait pris plus d’ampleur que les précédents.

Est ce que désormais, ça allait être ça, leurs jeux ? Non. Gareki se l’interdisait formellement. Il ne se ferait plus avoir par ce regard rempli de provocation, par ces courbes qui poussaient au vice.
Décontenancé, leur étreinte terminée, Gareki se sépara de la jeune femme et se rhabilla sans lui accorder le moindre regard. Il craignait de ne voir en elle que cette fierté, cet air vainqueur qui lui dirait « je t’ai bien eu ».
Elle l’avait eu, et déjà, elle reprenait de plus belle, éternelle insatisfaite.

« En même temps… »


Il rattacha ses cheveux et daigna enfin lui accorder un regard.

« Il faut dire que tu t’y connais, sur ce sujet ! C’est même impressionnant que quelqu’un comme toi puisse apporter autant d’intérêt à quelque chose. Dommage que ce ne soit que pour cela. »


Vengeance ! Il s’était rapproché d’elle et fixé devant elle. Ses prunelles dorées s’attardèrent un peu sur le décolleté dont il avait pu apprécier pleinement plus tôt mais Gareki prit sur lui pour ne pas trop s’y attarder.
Kazuna était la cible de bien des rumeurs dans Kumo. Combien de compagnons elle avait pu avoir ? Gareki n’en savait rien et ne voulait même pas le savoir. Ca ne l’intéressait pas de savoir qui d’autre était tombé dans son piège. Tout ce qu’il savait c’est que, cette fois, c’était lui et uniquement lui. Il en était aussi fier que vexé.

Publié le 25/06/2019 à 19h12

Chakra bleu

Kazuka fut un peu vexé par la réflexion de Gareki. Qu'elle ait eu un certain nombre d'amants ne l'avait pas dérangé il y a quelques minutes. Mais maintenant, il vint lui balancer au visage comme le faisait les autres Hattori. Elle avait apprécié le moment avec lui, et elle aurait pu commencer à l'apprécier s'il n'avait pas dit ça. La jeune femme au corps de déesse vint alors se coller à lui une dernière fois pour l'embrasser tendrement.

« Je préférais tout de même ton attitude il y a une minute. Tu étais bien content de mon expérience quand tu en as profité tu ne crois pas ? Et bien que ce soit nombreux pour une Hattori mes amants ne tiennes par sur les doigts d'une main ! »


Après ces paroles, la jeune femme se retira de lui en lui lançant un regard plein de haine et d'amertume. Puis elle se retourna, le laissant admirer son corps parfait une dernière fois alors qu'elle quittait la ruelle en marchant. Elle s'arrêta et la tête par dessus l'épaule lui dit.

« Si tu as besoin de compagnie viens me trouver ! »


Puis elle repris sa marche, levant le bras et levant son majeur en l'air en direction du jeune Gareki. C'était loin d'être élégant, mais l'élégance était définitivement morte entre eux ce soir.

Publié le 25/06/2019 à 23h45