Un nouveau départ

Année 8
Chakra bleu

Le voyage se déroula sans encombres, malgré la rude traversée de la région montagneuse et l'atmosphère oppressante que dégageait le kidnappeur. Les heures parurent des jours qui eux-mêmes parurent des semaines. Il n'en fallait pas moins pour joindre les deux villages mais l'effet était fortement accentué par la situation.
Et c'est au détour d'un canyon que l'immense porte du village caché de la foudre se révéla. Immense tant par la taille que par la pression qu'elle dégageait ; à l'image de la puissance militaire qui fonda la réputation du pays.

A l'arrivée et devant cette aussi haute que large bâtisse, taillée à même la pierre, Kara laissa échapper un soupir d'étonnement ; que l'on pourrait presque assimilé à un de l'admiration pour cette architecture imposante. A cet instant elle oubliait brièvement Konoha, son village natal, qu'elle avait quitté de force il y a plusieurs semaines de cela ; bien que cela lui paraissait être une éternité. Sa nouvelle maison était ici, elle savait qu'elle n'avait pas le choix, c'était une question d'adaptation et de survie.

Publié le 24/02/2020 à 18h51

Chakra bleu

Possédant son habit noir propre à ses missions d'infiltration, le Raikage semblait aussi froid qu'habituellement. Aucune mimique en apercevant la vision de son village. Pour tout dire, il n'éprouvait pas le moindre plaisir face à ce spectacle, mais plutôt une certaine culpabilité. Il s'était trop longtemps adonné à un rôle de Kage passif et souhaitant la stabilité. Aujourd'hui, il connaissait le résultat d'une telle politique ; haine et disgrâce. Depuis l'apparition de ce terroriste anonyme dans les ruelles de Kumo, le titre de chef du village ne signifiait plus grand chose. Certes, ce type s'était fait battre, mais il était encore en vie. Une survie considérée comme intolérable par la plupart des Hattori. Cette situation était insupportable et le monde ne semblait plus tourner du bon sens. Au point que Kazuna renonçait dorénavant au titre de monarque suprême. Une bien titre réalité.

Pour autant, Masashi ressentait aussi comme une profonde excitation, le maudit lapin lui offrait enfin la chance de pouvoir maîtriser la puissance d'un démon et cette Konohajin était la clé. Elle allait devoir offrir son corps à Kumo. Bien évidemment, ceci était problématique pour Kumo ; elle était membre du groupe adverse. Ainsi, il était totalement impossible de lui faire confiance, qu'importe la situation.

« Je te présente Kumo, le village des nuages. »

Impossible d'imaginer une entrée fracassante par le passage le plus utilisé du village. Comme à son habitude, Masashi allait emprunter un espace moins fréquenté et réservé aux militaires du village. Après quelques mètres, le ninja réalisa un mudra pour ensuite dégager une forte densité de Chakra. Il venait d'officialiser la présence du Raikage.

« Plusieurs Shinobi ne vont pas tarder à nous rejoindre. Je vais te demander d'utiliser ce morceau de tissu pour couvrir tes yeux. »

Avant qu'il puisse terminer sa phrase, un Shinobi débarqua, un tissu à la main. Il le tendit à la femme.

« Je ne vais pas te mentir. Un geste suspect et ils seront plus intransigeants que moi. »

Les Kumojins ne rigolaient pas. Surtout pas quand une étrangère était si proche du village.

Publié le 25/02/2020 à 02h13

Chakra bleu

A peine l'entrée de service passée, une vague de chakra s'échappa brutalement de l'homme en noir, dévoilant aussi bien sa présence que sa puissance. "Mais c'est qui ce type sérieux ?" Pensa-t-elle en engageant un pas en arrière, comme pour maintenir son équilibre. Son visage resta toutefois impassible et seul son regard démontrait des reflets dédaigneux envers son kidnappeur.

Ce dernier lui annonça la suite des opérations et visiblement il devait avoir un rôle important au sein du village car au moins un shinobi semblait sous ses ordres. Un haut-gradé ? Un Jônin au moins. Peut-être une branche spéciale comme celle de l'ANBU à Konoha. Pestant face à cette nouvelle contrainte, Kara attrapa quand même le bandeau d'un geste vif et recouvrit ses yeux.

« Ouais ouais j'ai compris. Je bouge, je suis morte. »


A présent aveugle, la Shinobi ne pouvait se reposer que sur ses autres sens pour détecter ce qu'il se passait autour d'elle. Remarque c'est un bon exercice.

Publié le 13/05/2020 à 13h59

Chakra bleu

Quelques heures plus tard...

Kumo était un village bien surprenant et ses sous-sols étaient aussi complexes qu'un véritable labyrinthe. Seul le Raikage possédait le véritable plans des caves du village. La jeune femme était installée dans une salle relativement luxueuse où chaque ornement pouvait prouver la richesse de Kuno. Le Bunker royal était un lieu très peu connu des Kumojins, Masashi avait décidé de rentrer dans le vif du sujet en cet endroit. Il retira le tissu couvrant les yeux de la jeune femme. Il n'avait pas peur, aucun garde n'était avec lui. Bien évidemment, Hidemi n'était pas d'accord avec une telle manœuvre, mais cela n'importait peu le Kage. Il avait décidé d'agir selon ses propres règles et d'être bien moins hésitant que par le passé. Dorénavant, il était impensable d'agir en nuançant ses propos.

« Tu sais te rendre silencieuse.
Une capacité rare pour un Konohajin.
Je t'en félicite. »

Le Raikage n'avait jamais accepté la défaite de Kumo lors du tournoi des nations et son estime des Konohajins était bien basse. Gareki avait sûrement été trop prétentieux, c'était la seule raison imaginable.

« Je dois te l'annoncer. De nombreux Kumojins n'acceptent pas ma décision.
Je vais t'offrir un pouvoir qu'un seul homme porte en son corps dans le monde que tu connais...
Uzumaki Gekido, ce nom doit te dire quelque chose, non ? »

L'unique porteur d'un être au Chakra infini. Le seul possesseur de cette force incomprise. Masashi était face à la jeune femme et celle-ci était aussi debout que lui. Le visage du Shinobi n'était pas bien loin de celui de la Kunoichi, lui prouvant une fois de plus qu'il ne craignait strictement rien.

« Avant de réellement rentrer dans le vif du sujet et t'expliquer la situation actuelle...
Quels étaient tes objectifs avant notre rencontre ? Tes idéaux ?
Je suis quelqu'un de ... curieux. »

Publié le 15/05/2020 à 20h41

Chakra bleu

Durant le voyage, l'Uzumaki tentait tant bien que mal de mémoriser le chemin dans ce dédalle de couloirs où ils tournaient un coup à droite, un coup à gauche, marchant un long très long moment qui lui semblait paraître des heures. Le duo s'arrêta finalement et Kara pu recouvrir la vue après que son kidnappeur eut retiré ce qui l'en privait. Son regard parcoura immédiatement la pièce. Aucune fenêtre et visiblement une seule sortie visible. Etait-elle prisonnière ? Si c'était le cas, c'était la prison la plus luxueuse qu'elle eut la chance de voir ; bien plus que celles de Konoha en tout cas.

"Silencieuse ? Ne confonds pas mutisme et instinct de survie."

« Cela veut simplement dire que je ne suis pas comme les autres Konohajins. »


Elle répondit froidement. Mais la question qui suivit fissura son visage impassible pour dévoiler un air surpris.

« Gekido ? Un conte pour enfant. »


Kara mentait éperdument. Ce nom, cette légende vivante qui aurait pu faire la gloire de Konoha avant qu'il ne disparaisse sans que personne ne put jamais le retrouver. Et cet homme en noir, qui était-il à la fin ? Suffisament puissant pour dissimuler son chakra et reconnu pour se faire obéir par des kumojins. Il semblait aussi se moquer de ce que les autres ninjas du village pensait de sa façon de faire. Une vague impression qu'il s'agisse du Raikage lui traversa l'esprit, mais le Raikage n'irait pas l'enlever en personne ; il aurait chargé quelqu'un de le faire, comme n'importe que Kage. Et pourquoi s'intéresser à Gekido ? Quel rapport avec elle ?

Tant de questions sans réponse, et l'homme en noir ne laissait aucun temps pour la réflexion. Une nouvelle série d'étranges questions suivirent, plus personnelles cette-fois. Kara fronça les sourcils et dévisagea cet individu qui la provoquait aussi bien par son regard que sa proximité avec elle. Et après avoir songé à un coup de boule sur son ravisseur, elle laissa installer un silence avant de répondre.

A vrai dire elle ne savait pas vraiment quoi répondre. C'est vrai quoi, quels étaient vraiment ses objectifs ? Ses idéaux ? Elle se souvient de sa discussion avec Kimino qui remontait à présent à plusieurs jours. Elle s'ennuyait à Konoha, elle ne savait pas où elle allait, elle se cherchait.

« Alors désolée de ne pouvoir satisfaire ta curiosité. J'étais ... »


J'étais ? Pourquoi parle-t-elle d'elle au passé ? Elle se reprend immédiatement.

« Je suis une Konohajin. Tu l'as dis toi-même. Je vis donc pour servir mon village et mourrai pour lui. »


Ses paroles sonnaient faux, elle le savait au plus profond d'elle-même. Mais l'important était de faire miroiter le brun ténébreux devant elle.

Publié le 16/05/2020 à 22h37

Chakra bleu

Suite aux réponses de la jeune femme, un rapide rictus se fit apercevoir sur le visage du Kage. Suite à cela, il se retourna et s'éloigna de la femme. Dos à elle, il lui offrait encore une ouverture évidente, lui indiquant une fois de plus son infériorité. Les réponses de la femme n'étaient pas destinées à offrir une quelconque information, mais contre toute attente... Son spasme nerveux en était la preuve, Masashi était satisfait.

Se retournant pour se retrouver de nouveau face à son interlocutrice, l'homme habillé de noir se mit à parler :

« Servir et mourir pour ton village... Une bien triste manière de se voiler la face. »

« Car si tel est le cas, que fais-tu ici, Uzumaki Kara ? »

Le visage du Hattori ne laissait retranscrire aucun réel sentiment. Pour clarifier la situation, il ne ressentait ni peine ni réel amusement. À ses yeux, Kara était un couteau qui ne tranchait plus. Elle se cachait encore derrière des principes totalement dépassés. Le terrible gouverneur de Kumo n'était point stupide, la fidélité n'était absolument pas héréditaire. Si cette femme l'était réellement, sa gorge serait déjà immaculée de son propre sang. Le fait de tourner autour du pot n'était qu'une perte de temps, un simple jeu idiot. S'approchant du mur à sa droite, l'homme se mit à toucher au visage d'un serpent d'or incrusté à la paroi. Ses yeux de rubis étaient synonymes de nombreuses leçons pour le Shinobi.

Publié le 17/05/2020 à 02h10

Chakra bleu

L'homme lui tournait le dos, c'était l'occasion rêvé pour elle de fuir. Et pourtant elle ne broncha pas, aucun mouvement ne laissaient transparaître une envie de fuir et son esprit restait focalisé sur tout ce mystère alors que son coeur criait de courir aussi loin qu'elle le pouvait. Kara restait plantée au milieu de la pièce, tétanisée ? Que nenni, elle aurait juste d'autres moments tout aussi opportuns pour disparaître. Et à cet instant c'était sans compter sur les compétences encore inconnues de son ravisseur. Laisser une telle ouverture ne peut signifier qu'une chose : il n'aurait aucun mal à la rattraper.

Au fond d'elle, deux idéaux s'affrontaient. Que faisait-elle ici ? Elle ne l'avait pas suivit de son plein gré, la réponse de la survie était évidente. Mais alors pourquoi ne l'a-t-elle pas combattu lors de leur rencontre ? La lame empoisonnée sous sa gorge n'était qu'une fausse excuse ; si elle avait voulu ou plutôt si elle croyait véritablement à ses propres paroles, elle aurait affronté son ravisseur ou se serait donné sa propre mort. Cette précédente idée lui avait par ailleurs traversé l'esprit ; mais bien vite rattrapé par une envie bien plus forte. Celle de vivre.

Kara ouvrit la bouche mais resta muette. A quoi bon mentir, de toute façon si il avait voulu la tuer elle ne serait déjà plus de ce monde. Alors pourquoi l'avait-elle réellement suivi ? Pour l'expérience du frisson ? Parce qu'une autre personne que Kimino lui offrait enfin de l'importance ? Par peur ?

« Je pense que tu connais déjà la réponse. »


Elle sous-entendait par là que Kumo semblait avoir besoin d'elle ou d'un membre de son clan. Il était évident qu'elle était pas pour servir le sombre projet que lui réservait l'homme en noir.

Publié le 17/05/2020 à 11h48

Chakra bleu

« Effectivement, je connais ta réponse. »

Il n'observait la femme que du coin d’œil tout en continuant à toucher ce reptile aux yeux de rubis.

« Il n'est jamais évident de trouver une cause digne de se sacrifier.
Je n'aime pas cette vision du monde, je considère qu'il faut être assez bon afin de consacrer sa vie à quelque chose.
Avant cela, on ne peut compter sur l'individu. »

Pour confirmer sa manière de considérer le monde, Masashi n'avait nullement hésité à faire voyager son propre fils pendant plusieurs années. Encore aujourd'hui, il ne savait nullement si celui-ci était vivant ou mort. Cette réponse ne l'intéressait guère, il espérait simplement le revoir sûr de lui et sans la moindre hésitation vis à vis de son avenir. Le Raikage avait longtemps détesté son père, mais il ne pouvait nier qu'il possédait une méthode éducative relativement similaire à la sienne.

« Tu n'es bien évidemment pas ici pour te trouver un avenir.
Tu es ici pour être une légende. Tu n'as rien à trouver, tout te sera tracé. »

Il était temps d'être moins énigmatique et d'offrir quelques informations supplémentaires à cette Uzumaki. L'homme se retourna.

« Je vais te donner une puissance que tu devras dompter. Quand cela sera fait, tu pourras tenter de tuer le Raïkage. Je me fiche bien de cela. Avec ce pouvoir, tu pourras accomplir de grandes choses ou bien détruire ce monde... »

« Peu importe. Tu posséderas le choix. Tu pourras l'imposer. Tu pourras tout renverser. »

Et tu pourras surtout arrêter ce jeu de pouvoir totalement stupide qui détruit ce monde chaque jour un peu plus... Masashi se fichait bien des autres et des règles. Il ne souhaitait qu'une chose ; offrir un monde moins répétitif à ses enfants. Les habitudes d'aujourd'hui étaient celles d'hier et les individus s’entre-tuaient indéfiniment pour des raisons identiques à celles de leurs aïeux. Bien franchement, ce monde devait s'arrêter. Le Kage l'avait bien rapidement remarqué, Kumo était enlisé dans de vieilles routines. Même pour lui, il était impossible de modifier cela. De plus, il hésitait lui-même à quitter son propre cocon. Cette Uzumaki serait sa réussite. D'une manière ou d'une autre...

Masashi ne savait nullement par où réellement commencer. Il le savait, ce lieu était idéal pour tenter de transmettre l'amas de Chakra. Mais, fallait-il réellement le faire si tôt ? Il était préférable de continuer à tester cette femme.

Publié le 17/05/2020 à 20h15

Chakra bleu

Elle ? Une légende ? On avait tout entendu. L'idée était bien entendu tentante, et n'importe qui aurait souhaité accepter une telle opportunité sans demander son reste. Mais pas de la part d'un parfait inconnu ! Quel serpent perfide se cachait derrière cet homme ? Il disait partager une autre cause que celle du sacrifice. Du moins si celui-ci était nécessaire, il ne devait pas être vu comme celui que sous-entendais la plupart des shinobis. L'homme se tourna alors et Kara lui fit face, la peur laissant peu à peu place à la curiosité.

« Qui es-tu pour avoir si peu de considération pour ton Kage ? »


Ses pensées se dirigèrent vers celui du village de Konoha. Si elle revenait maintenant, peut-être lui pardonnera-t-il alors ? Après tout elle n'avait pas fuit de son plein gré. Mais cette histoire de puissance ... Qu'est-ce que ça signifiait ? Si elle retournait à Konoha avec des informations pareilles, sa réussite était assurée. Mais si elle remettait les pieds là-bas avec ladite puissance maîtrisée ? C'était encore mieux, n'est-ce pas ?

« Et qu'est-ce que toi tu y gagnes ? Tu sembles si serein dans ta propre cause, pourquoi tu ne te serts pas de ça pour la faire avancer ? »


Si il avait une telle puissance à portée de main, pourquoi ne pas lui-même l'utiliser ? Il y avait-il une chance de mourir lors de l'apprentissage ? Voulait-il une marionnette pour être lavé de tous soupçons si le pion tournait mal ?
Elle darde son ravisseur d'un regard méfiant.

« Ne va pas me dire que tu gardes une telle puissance cachée aux yeux de ton Kage, juste pour retourner le pouvoir et prendre sa place ? »

Publié le 20/05/2020 à 09h56

Chakra bleu

Elle était enfin plus bavarde, voici donc la limite d'une Kunoichi de Konoha ? Masashi n'était pas spécialement étonné du tournant de la discussion, mais celui-ci était plutôt favorable pour le Kumojin. Tout en prenant soin de toucher du bout de son annulaire les multiples écailles de ce serpent d'or, le ninja préféra opter par des réponses relatives brèves, contrastant donc avec sa manière d'aborder le sujet.

« Mon identité importe un peu et mes motivations sont bien peu intéressantes. Je ne suis pas intéressé par le pouvoir, je possède déjà un héritage considérable. »

L'observant de nouveau du coin de l’œil, il marqua quelques secondes de silence.

« Je ne gagne rien de bien intéressant, simplement l'opportunité de prouver un certain savoir-faire. »

Les portraits du Raikage étaient rares, suffisamment pour que son visage soit totalement inconnu pour la majorité des Shinobi de ce monde. Le Kage ne s'était que rarement déplacé officiellement et avait toujours insisté pour que son visage reste masqué. Bien évidemment, des portraits circulaient, mais étaient-ils réels ? Pour dire vrai, le ninja s'amusait à recruter des Miwaku pour réaliser des portaits factices dans le simple objectif de tromper les étrangers et créer ainsi un réel flou. Les réponses de Masashi étaient évasives, suffisamment pour attirer la curiosité de la femme. Cet aspect était important. Il finit par se retourner pour de nouveau observer son interlocutrice.

« Cette chose n'est absolument pas une simple puissance. Cette chose va te changer, elle va te transformer. Je le ressens en observant son énergie spirituelle. Elle m'accable totalement de son immense amertume. »

« Es-tu prête pour cela ou préfères-tu mourir ? Tu peux encore changer d'avis. »

Depuis que le ninja avait eu un contact avec ce monstre, il avait réalisé que les rumeurs au sujet de Gekido étaient peut-être liées à ce monstre. D'après plusieurs marchands, celui-ci avait changé du tout au tout après avoir disparu pendant plusieurs semaines... Masashi le savait, l'ancien Hokage était une énigme et son Chakra reconnu comme sombre et colérique était sûrement lié au dernier accident de Kumo... Si tel était le cas, n'était-ce qu'un concours de circonstances ?

Publié le 22/05/2020 à 01h17

Chakra bleu

Kara poursuivait son écoute des élucubrations de l'homme en noir, roulant des yeux alors que ce dernier ne répondait qu'à moitié aux questions. Ce choix ne lui plaisait guère mais visiblement elle allait devoir s'en contenter. Et d'après les réponses du ravisseur l'histoire pouvait se résumer ainsi : Un vieux qui bricole un truc dans son garage pour s'occuper et le teste sur une gamine croisée au coin de la rue. Vous avez dit creepy ? Attendez la suite.

L'ex-Konohajin fronça les sourcils quand son ravisseur commença à parler de "chose". Jusque là il était question d'une puissance mais c'est vrai qu'un détail quelque peu important lui avait échappé. Elle provenait d'où cette puissance !?
Donc le vieux en question voulait insérer en elle une créature inconnue à la forcé démesurée pour ensuite lâcher le tout dans la nature ; et advienne que pourra ? Cette histoire de chose, glaçait le sang de l'Uzumaki qui sentit un frisson lui parcourir l'échine. Un nouveau choix lui était ensuite imposé de la part du Raikage. Vivre à deux ou mourir seule ? Quelle question. Si elle était ici c'était bien parce qu'elle avait déjà répondu à celle-ci. Et dans un coin de son esprit, ce choix lui paraissait vraiment rhétorique.

« De toute façon en acceptant cette chose ; si je ne parviens pas à la maîtriser, celà revient à mourir n'est-ce pas ? »


Pour Kara la décision était prise, elle accepterait ce fardeau, le contrôlerait et l'utiliserait comme il la sied.

Publié le 24/05/2020 à 10h50

Chakra bleu

Cette question n'en était plus une, la réponse était déjà donnée depuis de nombreuses heures. Masashi souhaitait simplement revenir sur le fait que Kara allait porter un monstre en elle et qu'elle devait ainsi s'y préparer mentalement. Il était essentiel qu'elle s'y prépare pour qu'elle puisse garder son esprit. Au fond, le Hattori ne faisait qu'estimer ce qu'il ressentait. Le fait que Gekido soit possesseur d'une énergie étrange était chose commune, mais personne ne connaissait la provenance de ce Chakra. De nombreux spécialistes dans le domaine s'étaient prononcés en déclarant le Hokage Uzumaki était prédestiné à être fou, était-ce réellement le cas ? Était-il réellement possesseur d'une énergie naturelle ? Ou bien, s'était-il scellé une telle chose en lui ? Certes, les cataclysmes d'énergie spirituelle existaient depuis des siècles, ils étaient rares et puissants. L'homme avait toujours considéré cela comme naturel. Le Fuinjutsu offrait la possibilité de sceller cela, offrant ainsi une nouvelle chance de comprendre de tels phénomènes... Masashi avait déjà eu l'opportunité de ressentir cela et avait trouvé cela trop humain pour être naturel... Il y avait quelque chose de vivant dans ce Chakra... D'après de nombreuses rumeurs, les Uzumaki prédestinaient à savoir user de plus de Chakra que quiconque, était-ce vrai ? Personne ne le savait réellement. Malgré tout, personne ne prenait le risque de sceller autant d'énergie dans un conteneur instable.

Il s'approcha de la porte, l'ouvrit et se mit à dire de vive voix :

« Ramenez le coffre. »

Quelques secondes suffirent, trois Shinobi intégralement habillés de noir déposèrent un coffre doré une table elle-même dorée.

« Tu peux l'ouvrir. Tu y découvriras une jarre. Au moment où tu la toucheras, ta vie changera. »

De nombreux rubis servaient de décoration à ce coffre. Le Fuinjutsu de Usagi était simple, au toucher de cette jarre, le ninja deviendra le nouveau conteneur de cette énergie. La jarre en terre cuite était légèrement fêlée, indiquant que le Chakra pouvait s'échapper à tout moment. Masashi avait eu de la chance de trouver une Uzumaki en si peu de temps...

Publié le 25/05/2020 à 13h52