Le pardon

Année 3
Chakra bleu

Toc... Toc... Toc...

«
Rentrez. »


Selon l'heure, c'était sûrement Hidemi. Masashi revenait tout juste de son repas. Il était sur assis sur le siège de son bureau. Il bossait encore sur la sécurité du village. Les jeunes ne devaient plus sortir. C'était important d'établir des règles.

La porte s'ouvrit bien lentement.

« Content de te revoir, Gareki.
Tu peux t'asseoir, la discussion risque d'être longue. »


Hidemi resta au fond du bureau, à sa place habituelle.

Publié le 09/09/2015 à 13h14

Chakra bleu

Le chemin avait été court. Trop court. À peine avait-il eu le temps de fermer les yeux et d'inspirer que Gareki se retrouvait déjà devant la porte du Raikage et supportait le goût âcre du stress qui attaquait son palet. Il déglutit sans même sans rendre compte alors que le poing de Hidemi tapa sur la porte à trois reprises pour signaler notre présence au maître de Kumo. L'autorisation d'entrer fut donnée et ses yeux ambrés parcoururent lentement cette pièce qui, étrangement, lui avait assez manqué. Et au fond, assit devant son bureau, Masashi les toisait d'un regard froid et dur, comme à son habitude. Hidemi resta près de la porte et Gareki dut s'avancer seul, en silence. On lui proposa de s'asseoir mais il aurait largement préféré rester debout, ou a genou, comme avant. Dommage. Il comprit qu'il y avait donc du changement à ce niveau-là. Peut-être n'allait-il même pas avoir de mission, peut-être allait-il à la place subir un interrogatoire sur ces faits et gestes d'il y a un an ou une réprimande comme celle qu'aurait donné un père de famille à son enfant insolent. Gareki salua son supérieur d'un mouvement de tête protocolaire et d'un « Raikage-sama » avant de s'installer à la place qu'on lui avait désigné. Il se tint droit, fier comme tout Hattori devait l'être, et analysa brièvement à la situation. Devait-il dire quelque chose ou attendre qu'on lui adresse enfin la parole ? Il était d'un naturel patient mais là, il avait envie de savoir.

« On m'a dit que vous aviez quelque chose à me confier, Raikage-sama. »


C'était un bon compromis entre un vaniteux « vous avez besoin de moi, je suis là » et un « dites-moi quelque chose, parlez- moi » suppliant et assez pathétique.

Publié le 12/09/2015 à 15h52

Chakra bleu

Un profond silence sembla alourdir l'ambiance. Masashi ne savait plus exactement en qui il pouvait avoir confiance. Gareki et Genichi étaient de très bons éléments.. Les deux étaient pour autant redoutables.

« Je ne souhaite pas m'adresser à toi comme je le faisais avec le ninja d'antan.
Ceci pour plusieurs raisons.. »


Il reprit son souffle, observa avec longueur son interlocuteur et reprit sans même attendre une réponse :

« Premièrement, car les choses sont aujourd'hui différentes.
Deuxièmement, car tu es l'élève de Buichi et que tu es talentueux.
Mais surtout car tu es mon dernier ninja d'élite sous contrôle, Gareki-san. »


Son meilleur ami étant trop instable, le Raikage ne pouvait l'inclure dans le lot. Il pourrait bien retourner à la chasse du jour au lendemain.

« Tu étais le garde de Okasan, je dois aujourd'hui t'annoncer sa mort. Durant son enterrement, un groupement a attaqué nos valeurs ; les masques rouges. Des radicaux transmettant un idéal par la douleur et la souffrance... Je pourrais te demander de les espionner.. Mais j'aurais l'impression de gâcher ton talent.
Ainsi... »


Il pensa à Chizue, Shizuka et Rin..

Publié le 13/09/2015 à 13h16

Chakra bleu

Gareki gardait son calme autant qu'il le pouvait. Droit sur sa chaise, ses prunelles dorées suivaient les lèvres de son dirigeant avec tant d'attention qu'il aurait pu comprendre chacun de ses mots sans même qu'ils ne soient prononcés.
La mort de l'Okasan ne le surprit pas, ou du moins, moins que lorsque Hidemi lui avait annoncé plus tôt dans la journée. Là aussi, il avait failli à sa tache, encore une fois.
Mais il allait se rattraper ! Il allait trouver ce groupuscule et les exterminer un par un, pour Kumo.

« Avez-vous une idée sur l'identité de ces Hommes ? Ou de l'idéal qu'ils prônent ?
»

Seraient-ce des Kumo-jins ? Ça paraissait logique. Ils étaient -semble-t-il – au courant des actualités de Kumo, du décès de l'Oka-San et de l'endroit où avaient eu lieu les funérailles. Kumo étant une forteresse de roches, il faut forcément connaître la ville pour s'y aventurer sans se faire repérer. Mais dans ce cas, qui ? Qui était en désaccord avec le Raikage ? Qui oserait attaquer son propre village ?

Les Miwaku ? Non, ils étaient -aux yeux de Gareki- trop passifs et trop faibles pour commettre ce genre de délits. Des Hattori trop ambitieux, alors ? L'image de Buichi et son armée de vampires lui revint immédiatement en mémoire. Était-ce lui, le responsable ? Pourtant, il a toujours été loyal au kage Masashi...
Gareki releva légèrement la tête pour montrer qu'il était toujours à l'écoute. Il aurait tout le temps nécessaire de penser à cela plus tard. Pour l'instant, il voulait juste connaître la fin de la phrase de son supérieur. Savoir à quoi il devait se raccrocher.

Publié le 22/09/2015 à 10h05

Chakra bleu

« Bien sûr.
Buichi est le créateur d'un Kumo moins proche des traditions.
Chose qui ne me dérange pas.
Malgré tout, je me dois de mettre en sécurité ma famille. »


Le Raikage gardait son calme. Il ne possédait plus les cartes en main et il en était conscient, il se devait d'emprunter celles de son adversaire afin de pouvoir riposter. Dans l'ombre, Usagi agissait à l'international, permettant ainsi de se créer un réseau et de nombreux contacts. À l'intérieur, le Kage de la foudre devait simplement régner jusqu'au jour où Kumo changera.

« Shizuka et les enfants seront ciblés. Tu ne peux protéger tout le monde. Défendre un village est bien plus aisé...
Ainsi, j'aimerais te confier l'entraînement de mon fils.
Il se trouve déjà dehors. Je te demande de le rejoindre, de l'entraîner et de revenir dans quelques mois..
Du moins, selon le futur Kumo. »


Le Kage baissa la tête.

« Notre village est sur le point de changer, Gareki.
Et nous n'y pouvons rien. »

Publié le 25/09/2015 à 12h13

Chakra bleu

Gareki fut silencieusement surpris par la mission qu'il se voyait confier. Il s'attendait à devoir retourner le village à la recherche des traitres, il méritait de suer et de saigner lors d'un combat pour rattraper sa faute, pas de jouer la nounou ! Cette idée venait-elle vraiment de Raikage ? Allait-il laisser la garde et l'éducation de son fils à un homme dont l'élève et le professeur sont tous les deux reconnus comme des ennemis de Kumo ?
Et quel âge avait-il maintenant, d'ailleurs ? La dernière fois qu'il l'avait croisé, il devait avoir à peine une dizaine d'années, et encore ! Quant à Shizuka, approuvait-elle ce choix ? Il supposa que Masashi avait dû utiliser un peu de son autorité de chef pour la convaincre, se laisser dominer par sa femme et sœur cadette aurait certainement eu un effet néfaste sur son image... Ou pas.
A vrai dire, il n'en savait rien et n'arrivait même plus à réfléchir convenablement. Il ne pouvait pas discuter l'ordre de son dirigeant et ce dernier était surement mûrement réfléchi. Dommage, il aurait voulu prouver sa loyauté par le fer, non par l'éducation. Gareki se demanda même si ce n'était pas une technique destinée à l'éloigner du village le temps qu'il se reprenne et mérite un vrai retour.

« Quand saurais-je qu'il sera l'heure de revenir ? »


C'était la seule question qui ne lui paraissait -pour le moment- pas déplacée. Il aurait voulu lui demander qui allait se charger d'exterminer les rats du village, ce qu'il allait advenir de lui ou de sa femme mais avait-il seulement le droit de se questionner à ce sujet ?

Publié le 25/09/2015 à 16h09

Chakra bleu

Masashi disposait de cette seule option.. Déjà pour le bien mental de Gareki, il était bien trop faible pour rester à Kumo, mais aussi pour la survie de son propre fils. Le Junin ne le comprenait pas, mais les masques rouges savaient séduire, il n'était sûrement qu'un pion sur l’échiquier.

« Tu reviendras lorsqu'il sera apte à se défendre. Il est le sang d'une nouvelle génération, tu es celui qui préservera les traditions de notre village. Je ne veux pas qu'il devienne plus gâté qu'il ne l'est déjà.
J'ai sûrement été trop absent pour lui.
Ne fais pas cette erreur.
Rin est le futur Raikage de Kumo, quoi qu'il sera passera ici. »


Masashi en était conscient, son peuple devait comprendre l'importance des traditions. Il était le plus apte à gouverner et celui pouvant modifier son empire. Mais il se sentait bien limité au sein de ce village, il craignait bien trop pour sa famille.

« J'aurais aimé que tu t'occupes de Chizue, je te vois cependant mal changer des couches, Gareki. »


Il en souriait. Cela était évidement difficile à imaginer. Le Raikage avait son idée à ce sujet, il avait pu faire en sorte que son identité puisse rapidement disparaître et se mêler à une autre famille. Les relations de Masashi étaient nombreuses et les opposants aux masques rouges semblaient comprendre assez facilement cette précaution...

« Ce n'est pas un ordre, mais un service, Gareki.
Quand tu reviendras ici, les choses seront sûrement... différentes.
Je te laisse juge de la situation. »


Rin... Pauvre enfant, il n'allait sûrement pas comprendre grand chose à son jeune âge. Mais soit, il allait devoir faire avec.

« Ton erreur d'antan n'est plus à mes yeux qu'un mauvais souvenir. J'ai connu Buichi comme un homme bon et loyal, il s'est laissé pervertir par l'envie..
Je te sais différent. Tu es Hattori Gareki, élève d'une légende et serviteur de l'empereur. »


De nombreux changements pour un simple revenant, Gareki devait sûrement se perdre au fil des phrases...

HRP : Rin sera joué suite à ce RP ! ;) Sûrement par moi et Shizuka, selon le RP..

Publié le 26/09/2015 à 11h30

Chakra bleu

Gareki était assez déconcerté par les paroles de Masashi. Il n'était plus si cérémonieux qu'avant et ça le perturbait. Tout était diffèrent désormais, c'était clair, c'était certain. Il ne lui ordonnait pas de sauver son fils et de l'éloigner de cette source de danger, non. Il lui demandait. Ce n'était plus seulement le Raikage qui parlait, c'était aussi l'homme, le père qui craignait pour la vie de son enfant. Du moins, c'est ce que Gareki crut comprendre de cette conversation.
Le chef des Hattori lui parla de sa cadette, Chizue, et Gareki remercia silencieusement son leader de ne pas lui confier la difficile tâche d'élever seul deux enfants inconnus. Il était de toute façon persuadé qu'il ferait un piètre père. Autant il pouvait être un mentor pour le plus grand, autant il n'aurait pas pu le défendre avec un porte-bébé sur les épaules.

« J'ai bien peu que ça ne soit effectivement pas dans mes capacités. »


Il n'allait pas lui dire où il allait partir, il ne le savait de toute façon pas encore. Il suivrait le vent, fuira le danger jusqu'au jour où l'héritier pourra reprendre son trône. Il se leva de son siège.

« Je ne vous décevrai pas. Votre fils deviendra le meilleur Hattori que ce monde ait porté.
»

Les entrainements qu'il avait subi avec Buichi ne seraient rien comparé à ce qu'il allait faire. Bien sur, la technique sera différente. Il ne fallait pas oublier que ce n'est pour le moment qu'un enfant. Cet entrainement sera unique, bouleversant. Mais il sera le plus complet possible. Il ne rajouta pas qu'il espérait que Masashi soit encore en vie quand il reviendra pour le voir, par peur de tomber dans le sentimental ou apporter le mauvais oeil sur cet homme, mais il priait pour que ça soit le cas.
Il ne connaissait rien de cet enfant mais il allait devoir faire avec. L'échec n'était même pas une possibilité.

Publié le 27/09/2015 à 14h08

Chakra bleu

Masashi ne bougea pas d'un poil, il observa longuement Gareki. Ainsi, cet homme allait devoir porter le poids de l'éducation de son jeune fils. La confiance était chose abstraire, malheureusement, le Raikage n'était plus en mesure de prendre des risques.

« J'ai confiance en ta vision des choses, Gareki.
Je compte sur toi. »


Les quelques mots du Kage furent simples. Gareki ne devait pas faillir, mais il gardait en lui la croyance du Raikage. Il était libre.

« Dans deux jours, à la montagne du géant.
Il t'attendra accompagné. »

Publié le 27/09/2015 à 22h39

Chakra bleu

Était-ce l'objectif d'une vie ? La mission ultime, celle qui le guidera au salut et lui permettra un repos éternel lorsqu'il quittera cette terre ? Il n'en savait rien et n'y réfléchit même pas vraiment, trop occupé à se projeter dans sa vie future. Il allait devoir se préparer pendant ces deux prochains jours. Il allait avoir du boulot. Il allait oublier Shin, Buichi et tout ce que ces deux hommes avaient bousculé dans sa vie pour se concentrer uniquement sur l'avenir. Pas le sien, non. Celui de Rin Hattori. Celui de Kumo.

« Bien. »


N'ayant plus rien à dire, il se prépara à quitter les lieux quand une question lui vint à l'esprit. Il hésita un instant avant d'oser la poser.

« Raikage-sama ? »


Il attendit d'être sur d'avoir l'attention et l'autorisation de son leader pour parler.

« À quoi dois-je m'attendre avec lui ? »


Il ne savait rien de cet enfant, de son caractère comme de ses capacités. Il ne savait même pas s'il avait suivi une éducation militaire ou non. Il ne savait d'ailleurs pas non plus quel genre d'ennuis il pourrait s'attirer, ni qui pourrait se décider à les prendre en chasse. Tous ces détails auraient été un plus pour sa préparation psychologique et matérielle mais il ne pouvait pas décemment en demander trop non plus. Il avait déjà de la chance d'avoir été choisi -par dépit ou non.

Publié le 28/09/2015 à 19h01

Chakra bleu

« Il est un peu peureux et se mésestime beaucoup. Rin est un descendant d'un Hattori, il possède une fierté si forte qu'il se remet simplement en question. Tu comprendras que ce trait de caractère pourrait être dangereux. »


Masashi n'avait rien d'autre à reprocher à son pauvre fils. Il n'avait que vivre son présent, comme le Raikage avait pu le faire avant lui. Il n'était que la victime de son futur.

« Il s'adaptera à ce que tu lui demandes.
Il n'a pas le choix en tant que futur Raikage.. »


Le Kage croyait en Rin, il savait cependant que ça n'allait pas être simple pour Gareki.

Publié le 02/10/2015 à 12h54

Chakra bleu

Gareki écouta la description que lui faisait Masashi de son fils et se fit rapidement une idée de l'enfant qu'il allait rencontrer. Au moins, il n'avait pas l'air trop intenable, c'était déjà ça. Il acquiesça, songeur, et mit en place quelques exercices potentiels à lui faire faire afin de définir plus précisément son caractère et ses capacités. Ça n'allait pas être de la tarte.

« Je vois. »


Cette fois-ci, plus rien ne le retenait et il prit la direction de la porte après s'être assuré que le Raikage n'avait plus rien à lui dire. Si c'était effectivement le cas, il partirait sans rien dire de plus. Sinon, il attendrait encore un peu pour profiter de cet endroit qui lui avait manqué, et qui lui manquera encore lors de son périple.

HRP : RP terminé si tu n'as rien à ajouter.

Publié le 03/10/2015 à 13h32