L'heure du souper

Année 7
Chakra bleu

Il était tard, Shimazu revenait tout juste d'un rendez-vous avec une membre du conseil Uzumaki. Les membres du clan n'était pas encore tous pour la cohabitation avec les Chikara, ce n'était que le début et le changement ne pouvait pas être si rapide en soit... La veille, le frère de Kazami n'avait pas eu l'occasion de dormir énormément, les cris du bébé n'aidaient pas réellement à avoir un sommeil convenable. Mais le roux n'était pas du genre à revenir sur une parole et il n'avait jamais eu l'occasion de regretter son choix. Soupirant en rangeant ses chaussures dans un petit meuble, il prononça son arrivée par réflexe :

«
Je suis de retour. »


Sa compagne était sûrement dans le salon avec le bébé. Oh, il était parfaitement conscient qu'elle prenait sur elle pour que tout se passe bien. Il faut dire que le Uzumaki ne lui avait pas offert une vie de luxe, elle devait sûrement s'en vouloir d'être dans un tel pétrin par sa faute, mais c'était devenu le principal moteur de Shimazu. Cette femme, elle lui prouvait que les Chikara n'étaient pas tous des idiots sans cervelle. Oui, ce couple pouvant paraître instable était le futur du village. Il fallait parfois faire quelques sacrifices pour le bonheur de tous. Pénétrant dans le salon, il fut amusé de voir Tsubasa tenir le bébé d'une façon relativement grotesque.

« Décidément !
Ce n'est pas comme ça, Tsubasa ! Haha »


Une moquerie bien sympathique, il s'approcha d'elle et prit le bébé pour ensuite le poser convenablement dans les bras.

« J'ai croisé Len aujourd'hui.
Du moins, comme hier, avant-hier et avant-avant-hier...
Il est ... »


Shimazu avala sa salive. Il ne voulait pas l'insulter, Tsubasa l'estimait. Pour autant, le ninja était au bord de la crise de nerf, il craignait pour son secret. Savait-il quelque chose ? Pourquoi se focaliser de cette façon. Le ninja adoucit son humeur en observant la beauté du bébé.

«
Il est si beau.. »


Non, le frère de Shimazu ne parlait pas de Len...

Publié le 12/10/2017 à 19h28

Chakra bleu

Depuis combien de temps n’avait-elle pas dormi ? Et puis ce bébé, ces cris… Ce biberon qu’il refusait une énième fois. Tout ça accumulé à la fatigue était en train de lui grignoter le cerveau comme un petit rongeur le ferait sur un morceau de fromage.

Elle avait beau lutter, elle se sentait fatiguée. Cette semaine, c’était elle qui jouait les mamans au foyer. Ils avaient convenu d’un accord avec Shimazu, pour simplifier le travail et les missions qu’ils pouvaient avoir. Dans l’idée, ça lui convenait ! Mais là, l’Uzumaki tardait à rentrer et elle se sentait épuisé.
Et puis, ce vers de terre ne tenait vraiment pas en place et gigotait dans tous les sens. Elle imagina un instant le pendre par les pieds à l’aide de pinces à linge… Juste quelques instants… Juste un peu…

Le claquement de la porte la sortit de son assoupissement. Elle n’avait fermé les yeux que quelques instants ! Même pas une minute ! Juré.

Shimazu prévint de sa présence et vint la rejoindre, amusé. C’est qu’il se permettait de se moquer d’elle, en plus ! Elle aurait bien voulu avoir du répondant, mais son corps refusait de laisser passer la moindre réplique cinglante. L’Uzumaki était un peu son sauveur, là. Hors de question de prendre le risque de le vexer tant qu’il n’avait pas pris le bébé dans ses mains. Elle attendit donc, recevant un baiser tendre sur le front.

« J’en peux pluuuuuus…. Il est infernaaaaleuh. J’ai tout essayé, pas moyen de le faire taire ! »


Elle avait exagéré son timbre de voix pour un effet théâtrale. Il replaça correctement le bébé et lui raconta brièvement sa journée. Len était décidément persistant.

« J’irais lui parler, si tu veux… »


La jeune Chikara allait sans aucun doute avoir plus d’impact sur Len qu’un Uzumaki. La jeune femme porta son regard sur le jeune homme qui s’émerveillait une fois de plus devant le nourrisson. A son tour, elle fixa la petite créature rosâtre entre ses mains et plissa les yeux. C’est vrai qu’elle était chou, cette crapule infernale.

« Le repas est prêt, ça ne me prendra que deux minutes pour le réchauffer. Tu as faim ? »


Demanda-t-elle en bondissant de son siège, prête à refourguer le bébé dans les bras de Shimazu comme un colis dans une boîte aux lettres.

Publié le 17/06/2019 à 23h49

Chakra bleu

L'enfant n'était plus tellement un bébé, mais les gènes de Kazami et Gekido ne faisaient pas bon ménage. Ce gosse ne cessait de beugler la nuit et il était terriblement capricieux. À moins de deux ans, il avait le caractère d'un véritable démon. De plus, celui-ci était dorénavant développé pour reporter la moindre des idioties tel un perroquet. Shimazu était pourtant heureux, il avait l'impression d'offrir une vie convenable à ce véritable monstre. S'approchant de la demoiselle avec un certain sourire aux lèvres, le Uzumaki répondait avec calme.

« Je n'ai pas très faim. Je réfléchis trop en ce moment et je ne sais pas... J'ai l'impression qu'ils sont au courant... Ce n'est sûrement qu'une vague impression... »

Était-ce le cas ? Shimazu n'en savait rien. Ce qu'il savait, c'est qu'en saisissant la petite chose, il se sentait bien mieux. Un héritage. Cet enfant était l'héritage des amants de sang. L'enfant dans les bras, il reprenait tout en semblent discuter à son propre psy.

« Je ne comprends pas vraiment pourquoi je crains tant la réaction des autres... Kazami doit se tromper...
Les gens, tu penses vraiment qu'ils pourraient s'en prendre à une telle créature ? »

Il parlait de cet enfant comme d'une chose. C'était volontaire, il ressentait l'impression que ce gosse n'était pas véritablement acteur de sa propre vie. Devait-il vivre éternellement dans l'ombre de ses parents ? Soudain, Shimazu se mit à grimacer. Il venait de se souvenir d'un petit détail gênant...

« Hum... Je devais te le dire il y a une semaine... Mais... Comment te dire ça... Shinji souhaite que je rejoigne une équipe pour éclaircir le mystère entourant la disparition de Chikara Yasuo... Et ... Ça risque de durer un peu de temps... »

Shimazu était hésitant, il savait bien que Tsubasa allait rapidement comprendre la signification de cette mission... Elle allait devoir garder le gamin pendant plusieurs semaines.

Publié le 25/06/2019 à 19h11