Utopia
[an 7]

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/850/p2/utopia.html#msg12749
Que pouvait-il vraiment apporter au village caché de Kiri ? Là était une question tout à fait légitime. Si l'envie lui viendrait évidemment de discuter pendant de longs temps durant sur l'intérêt de croire en des idéaux pacifiques et l'intérêt que pourrait avoir Kiri à l'aider à accomplir ses idéaux cependant ce n'était pas aussi facile.Tout d'abord ils avaient l'air de le comprendre mais il était difficile pour un ninja sans nation de rappeler la difficile situation dans laquelle se trouvait le village caché de la brume.

Une fois ceci bien mis au clair le jeune homme pourrait peut-être leur faire comprendre qu'ils avaient besoin de trouver une solution pour relever leur tête avant d'être pris de cible par des poissons bien moins agréables que les propositions du pacifiste. Bien qu'au final il ne leur apportait rien il aimerait leur faire comprendre que rejoindre ses idéaux était sûrement leur seule chance de ne pas finir en esclave de Kumo ou de Konoha. Mais cela n'était pas chose aisé à dire. Cependant ce vieillard était quelqu'un d'intelligent et par sa phrase il sous-entendait déjà comprendre la situation dans laquelle il se trouvait, seulement accepter le premier homme venu était stupide. Cette phrase était donc un test.

Si la réflexion de l'homme l'avait poussé à comprendre cette question il n'en avait tout du moins pas répondu. Il devait leur apporter quelque chose mais que pouvait-il leur apporter ? Soudain une idée lui vint :

« Je peux vous apporter la stabilité... Vous souhaitez que vos civils ne finissent pas esclaves de l'une des deux grandes nations militaires restantes. Je vous ai dit que je n'étais pas un ninja, et ma richesse ne me permet pas de nourrir les bouches affamées de votre peuple cependant si vous m'aider et vous ralliez à ma cause je vous promet que vous n'aurez pas à craindre le joug d'une nation militaire. »


C'était arrogant, très arrogant de sa part. Prétendre être capable de ceci sans posséder ni armée ni ressources... Pour être couillu c'était couillu. Mais il y avait bel et bien un plan derrière tout ceci. Hinae lui avait parlé d'un homme qui gouvernait un grand nombre de civils et Shiro savait de source sûre que d'autres cités de ce monde étaient habités par de grandes puissances civiles, c'était dans ces personnes qu'il fallait croire. Une potentielle alliance avec eux permettrait évidemment de stabiliser la situation du village caché de la brume et d'une pierre deux coups si Kiri se ralliait à Shiro aujourd'hui il serait bien plus simple pour lui d'aller négocier une entraide avec l'une de ces grandes cités.

« Nous devons tout essayer ! Je refuse qu'encore plus d'hommes soient victimes des champs de bataille, votre aide pourrait m'être précieuse... Je ni fort ni riche cependant c'est parce que je ne possède pas ces deux critères que je pense être capable de réussir à unir les cités civiles et renverser les villages militaires ! »


Voilà qu'il avait tout dit, son plan était posé sur la table, il ne restait plus qu'au sage de faire son choix. Accepterait-il la proposition d'un voyageur abrutis par des pensées idylliques ou fermerait-il les yeux lui aussi et se laisserait-il emporter dans ce doux rêve ?

Publié le 19/01/2018 à 04h27

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/850/p2/utopia.html#msg12751
La jeune femme observait timidement la situation alors que l'homme semblait réellement prêcher la bonne parole. Le Sage n'était pas hostile, il craignait bien évidemment les deux individus, mais son statut l'obligeait à garder une certaine curiosité. Pour le Sage, il semblait bien difficile de descendre plus bas, il ne vivait plus que dans l'espérance d'un jour plus agréable. Le Gaikotsu ne craignait pas forcément les choses exprimées par l'individu venant de débarquer, mais il possédait bel et bien quelques problèmes et de l'aide ne pouvait être écartée sans réflexion. Observant l'homme avec un certain intérêt, le vieux reprit avec sagesse :

« Rien ne me prouve votre identité. Comme je l'ai dit, je ne peux refuser une main si gentiment tendue. Malgré tout, notre village était une force militaire et vous pouvez le demander à chaque Kirijin, cette situation était bien plus simple pour nous. Cependant, je ne peux qu'aujourd'hui comprendre votre vision des choses. Ce qui est certain, c'est que je ne peux pas abandonner mon peuple et la chasse aux Kenketsu. Depuis que l'armée de notre village n'est plus, les ennemis sont de plus en plus nombreux dans la région. Imaginez-vous que vous pouvez raisonner de telles choses ? »

Le Sage ne discutait pas afin de proposer un ultimatum, mais il exprimait simplement la vérité. Sa situation ne se limitait pas à faire la paix, il était nécessaire de renverser définitivement les choses. Depuis plusieurs mois, les Gaikotsu étaient sur de nombreux fronts pour chasser l'ennemi et quelques uns ne revenaient malheureusement pas. Avec des effectifs aussi pauvres, l'actuel chef du clan ne s'imaginait pas abandonner son objectif même pour un idéal si intéressant.

« Plusieurs de mes hommes sont retenus sur l'Est de l'Île. Nous ne connaissons ni les tenants ni les aboutissements exacts de cette histoire. Dois-je abandonner les abandonner pour la Paix ? La guerre aux Kenketsu n'est pas qu'une tradition, nous nous devons de réguler cette vile population et pouvons-nous vraiment le faire tout en désirant la Paix ? Nous nous trahirions en faisant cela. »

Le Sage soupirait en repensant à son rôle, il était bien trop vieux pour tout ça... Être survivant n'était pas forcément une chance, il était totalement incapable d'assumer son rôle.

Publié le 19/01/2018 à 09h54

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/850/p2/utopia.html#msg12758
Voilà qu'il donnait des informations sur sa personne. Tout d'abord il avait annoncé chasser les Kenketsu c'était un dire qui annonçait directement son appartenance au clan Gaikotsu réputé pour être des chasseurs de vampire. Shiro avait déjà rencontré l'une des leurs et savait à peu près qu'ils étaient assez fermés à l'existence de ces êtres infectés. D'ailleurs sa dernière altercation avec une Gaikotsu s'était plutôt mal terminé vu qu'il avait finit par remettre en question son raisonnement, bien qu'il était sûr de vouloir poursuivre sa voie ce n'était pas facile pour lui de prêcher la bonne parole à des personnes endiguées dans leurs idées.

Shiro considérait sa dernière rencontre avec le clan Gaikotsu comme celle d'un homme pénétrant dans une caverne et trouvant une personne bloqué ici depuis des années. Celle-ci regarde fixement le mur d'une caverne sur laquelle se reflète l'ombre de la réalité cependant il est bien trop effrayé pour voir une autre facette de cette vision. Le chemin jusqu'à cette nouvelle vision est périlleux et les Gaikotsu's sont souvent bien trop profond dans cette caverne allégorique pour qu'ils n'en sortent. Cependant ce n'était pas le genre de l'encapuchonné de s'asseoir sur une défaite et encore moins de mentir, il dissimulait parfois la vérité mais ne mentait pas, surtout à des personnes qu'il souhaitait compter parmi les siens un jour.

« Il s'avère que je traque moi aussi les infectés. Cependant sûrement pas pour les mêmes raisons que vous. J'ai déjà croisé un chasseur de vampire dans ma vie et je ne peux me résoudre à voir ces personnes comme des êtres humains.
Ils ont été changé, souvent pas de leur propre gré, et ont maintenant une soif de sang, cependant je suis sûr que celle-ci peut être endigué par un effort général. Le sang est simplement une ressource que nous devrions pouvoir cultiver sans multiplier les infections. »


Il s'arrêta une demi-seconde pour reprendre son souffle avant de continuer :

« L'important est d'endiguer les infections et surtout d'apprendre à ces humains "différents" qu'ils n'ont plus à attaquer des humains pour résoudre leur soif, qu'il leur suffit d'apprendre à vivre dans une société qui les accepte, une société que j'aimerais fonder. Je sais que ce sera difficile mais il est important d'arrêter de séparer nos efforts de guerre sur des milliers de fronts et apprendre à nous accepter tels que nous sommes.Et il ne faut pas oublier que la plupart de ces gens sont en premier lieu des victimes. »


Il savait là que son discours était bien atypique de celui qu'on tenait habituellement aux Gaikotsu's, les légendaires chasseurs de vampires, qui n'étaient pas réellement connus pour offrir de la pitié à ces derniers. Après tout comment le pourraient-ils ? Au front contre ces démons il était évident que ces derniers avaient compter d'innombrables pertes parmi les leurs à cause de ces soit-disant non-humains. Mais fallait-il sous couverture d'une haine viscérale s'enfermer dans le passé au fin fond d'une caverne fermant les yeux sur un possible avenir brillant ?

« Je sais que par rapport à mes derniers mots c'est difficile à croire mais je suis complètement d'accord avec vous ! Il faut absolument arrêter l'infection. Mais cela nécessite-t-il de tuer les Kenketsu's ? Je pense que c'est binaire de voir la solution de cette quête simplement par l'extermination de ces êtres... Je pense que nous devons réunir un maximum d'entre eux et leur montrer que nous les acceptons tels qu'ils sont. Ils sont des proies, et c'est normal pour une proie d'attaquer son assaillant, en les considérant comme les membres de note communauté je pense que les attaques diminueront drastiquement et faciliteront le travail de votre clan. »

Publié le 19/01/2018 à 17h06

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/850/p2/utopia.html#msg12768
Le sage le savait bien, il était relativement buté sur le sujet. Les Gaikotsu n'y pouvaient rien, ils vivaient une vie entière à combattre les êtres usant du sang. Ainsi, il était tout bonnement normal pour eux de détester un Kenketsu. Il était difficile de le remettre en question. D'après les livres Gaikotsu, le combat face aux forces obscures date d'un temps si lointain qu'il était plus que difficile de réellement l'estimer. Ainsi, il était tout bonnement impossible pour l'esprit d'un homme aux cheveux blancs et aux yeux rouges de remettre un tel rituel en question.

« Nous possédons des écrits très anciens sur le sujet. Il est difficile de vraisemblablement espérer le changement d'un suceur de sang. Ils se nourrissent sans le contrôler. Vous pouvez comparer cela à une nature seconde, voir une véritable pulsion. Avec ou sans chasse, cette vile population était sur le déclin depuis des siècles. Bien étrangement, la région semble dorénavant désobéir à cette règle. Nous pensons qu'un individu de ce clan est en train de sévir dans la région et qu'il transforme la population civile dans l'objectif de s'attaquer aux derniers Gaikotsu. Nous sommes ainsi à la troisième attaque. »

Soupirant, le Sage comprenait bien qu'il acceptait totalement de faire le premier pas pour la Paix. Mais, il lui était totalement impossible d'accepter de tels hommes à ses côtés. Bien qu'il se sentait très dur sur le sujet, il ne pouvait pas réellement s'en vouloir... Il connaissait la raison de sa haine et il lui était impossible de mettre de côté de nombreux amis sacrifiés.

« Malgré la faiblesse du village, nous nous devons tout de même de protéger les environs. Bien évidemment, des jeunes du clan sont sûrement moins fermés d'esprit, mais nous ne pouvons abandonner cette traque. Elle est essentielle à la survie de notre espèce. Cependant, nous discutons simplement, mais je ne peux vous laisser parler aux jeunes sans être certain de vos convictions. Que souhaitez-vous faire après cela ? »

Au fond, le Sage connaissait l'avenir, il savait que Kiri était enclin à disparition sous les crocs des Kenketsu. Ce n'était qu'une question de temps. Ainsi, il espérait potentiellement sauver quelques têtes.. Peut-être que cet homme était le vampire tant recherché ? Il n'en savait rien, il se jugeait décidément trop vieux pour tout ça...

Publié le 20/01/2018 à 00h35

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/850/p2/utopia.html#msg12814
L'esprit du sage était sûrement embrumé par le passé. C'était une chose de semblable, plus notre âge s'approchait de celui d'un mort plus nous regrettons les actions passées. Normal la vie ne tient plus qu'à un fil dans ces tranches d'âge, chaque jour est le dernier et vous regrettez. Rabougris dans votre quotidien vous regrettez le passé, vous morfondant dans vos souvenirs. Ce sage n'avait pas l'air d'être non plus un vieux rabougris vivant seulement dans l'espoir qu'un jour on lui offre une seconde chance, une machine à remonter le temps. Non ce personnage avait l'air assez sage pour se projeter dans le futur et vivre ses derniers instants dans ce monde afin d'en offrir un meilleur à ses descendants.

C'est une chose très admirable qu'un homme offre ses derniers instants pour améliorer le futur de la jeunesse. En soit cela veut dire que vous mettez de côté votre existence et pensez en vos enfants et aux enfants de vos enfants. L'homme qui vit sa vie pour en offrir une meilleur à son fils ou à sa fille est un homme accomplit, du moins du point de vue de Shiro. C'est un homme qui souhaite accomplir quelque chose dans ce monde qui le dépasse. Exactement comme ce que ce petit philosophe encapuchonné espère faire à une échelle plus grande que sa propre descendance.

Cependant cette vision du monde peut être réfutable, après tout vous mettez de côté votre vie pour celle des autres. Une descendance qui est, oui, la vôtre mais en aucune façon assimilable à vous réellement. Vous ne vivrez pas en eux, et peut-être qu'ils vous oublieront sans vergogne après tout ce que vous avez fait pour eux. Peut-être gâcheront-ils votre travail, le travail de votre existence. Peut-être vous reprocheront-ils même ce sacrifice ! C'est quelque chose de tout à fait compréhensible de focaliser sa vie sur sois-même et non pas sur autrui. Mais le monde avance grâce à des gens qui regardent au-delà de leur petit quotidien, Shiro fait partie de cette minorité tout comme Hanae et ce sage. Sur ce point ils se rejoignent, ils sont compagnons de fortune sans le savoir, cependant l'un pourra-t-il aider l'autre dans sa quête ?

« Monsieur, vous imaginez bien après mes mots ce que je souhaite faire. J'aimerais sauver Kiri, mais pas seulement Kiri, j'aimerais aider tout les peuples en difficulté dans le plus bref délais. J'aimerais que tout les civils et ninjas se rejoignent et s'entraident. »


Il regardait autour de lui d'un vif regard et se dit, après tout, pourquoi s'arrêter là, avec tout ce qu'il avait déjà dit :

« Nous créerons une nation capable de concurrencer les deux autres. Même largement supérieur en nombre à ceux-ci et nous tenterons de les convaincre de nous rejoindre afin de créer une seule et unique nation. Voilà mon but à long terme, créer cette nation afin de démilitariser celles-ci. Je vois toujours l'importance d'une milice bien sûr, mais les nations étant devenues une seule et unique nation les massacres de grande envergures devraient rapidement être oubliés avec une gestion adaptée des différences culturelles de cette unique nation. C'est un objectif un peu gros et j'imagine que je ne le réaliserais pas de la manière escomptée originellement, cependant ainsi vous pouvez-voir ce que j'essaye d'atteindre.
La manière dont j'essaye de construire un avenir pour nos descendants, un meilleur que le nôtre. »


Sur cette dernière phrase il essayait de toucher la corde sensible du sage. Mais en tout cas il avait exposé là beaucoup de son plan, celui-ci serait-il capable de convaincre le Gaikotsu ?

Publié le 22/01/2018 à 00h18

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/850/p2/utopia.html#msg12834
Petit à petit, le sage semblait se dire que l'idée n'était pas forcément mauvaise. Le fait de s'allier pour répandre la Paix était plutôt une bonne idée. Malheureusement, un Gaikotsu ne pouvait définitivement pas oublier les massacres engendrés par les Kenketsu. L'homme en face jouait des mots avec prétention et il semblait parfaitement jongler des termes pacifiques pour atténuer les colères des combattants. Le Gaikotsu l'admettait, il savait parfaitement y faire. Malgré cela, il semblait oublier bien des détails. Notamment quant à son identité... Depuis le début de la conversation, l'inconnu ne s'était pas présenté une seule fois. Pourquoi ? Était-ce volontaire ou accidentel ? Cachait-il quelque chose ?

« Je ne peux que avouer que votre idéalisme est immensurable. Pour tout dire, j'ai envie de vous croire et de vous offrir une chance. Kiri est un village gigantesque et vide. Nous possédons ainsi un mal fou à le protéger. J'accepte ainsi la possibilité que vous viviez ici durant un temps. N'imaginez pas que j'accepte l'opportunité de faire la paix avec nos ennemis historiques. Non. Vous comprendrez bien vite l'importance de notre tâche. Vous comprendrez que des choses ne peuvent se régler par les mots. Cette espèce est nocive pour la survie des grandes familles du Yuukan. Des hommes se chargeront de surveiller votre demeure. Nous ne pouvons prendre le moindre risque... »

Pour sûr, le sage ne comptait pas trop insister. Il était certain que l'avenir allait prouver à l'inconnu l'idiotie dont il faisait preuve. Malgré tout, il fit signe à des Gaikotsu de partir. Ainsi, la troupe environnante était bien moins menaçante.

« Avant tout, j'aimerais vous poser une dernière question avant de pénétrer dans Kiri...
Quels sont vos noms ? »

Terminer cela n'était pas anodin, le Gaikotsu souhaitait clairement dominer la conversation. Il ne se faisait pas manipuler, il agissait simplement pour contredire ce type. Il ne supportait que peu l'idéologie trop simpliste et il n'aimait pas avoir l'impression de se retrouver plus jeune en cet homme. Il y a bien longtemps, le sage avait été bien idiot d'imaginer que les Kenketsu n'étaient que des humains différents... De nombreux sacrifices des enfants de son clan suffirent à admettre la mocheté de ce monde... Gaikotsu Kitai n'était finalement que la touche finale d'un bien sombre tableau.

Publié le 23/01/2018 à 00h33

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/850/p2/utopia.html#msg12913
Identité. Voilà une chose que chaque être humain possède dans ce monde. Même l'être le plus misérable possède au moins un prénom ou un alias grâce auquel on peut l'identifier. Cependant pourquoi ce désir était-il si présent chez les êtres-humains. Le prénom de notre protagoniste était Shiro, la couleur blanche traduite des langues de ce monde. Ce n'était pas vraiment un nom lambda, bien que pas non plus extraordinaire, c'était le genre de nom qui allait peut-être un peu au-delà des modes actuelles. Les parents du jeune homme l'avait nommé ainsi pour représenter la pureté de leur fils. Un garçon qu'il aurait souhaiter éduquer de la meilleure manière. Étant un Chikara celui-ci avait toujours eu une éducation stricte et très noble. Né à l'époque où l'esclavagisme des Uzumakis se tarissait mais n'était pas à sa fin le petit garçon vécut donc dans la gloire même de son clan.

Destiné à accomplir de grandes choses du point de vue de ses parents ceux-ci voulurent lui donner un nom capable de sied à son destin. Shiro, le blanc, la paix, la perfection, le divin, voilà ce que représentait cette couleur "propre". "Une vision plutôt restreinte du monde" serait actuellement ce qu'en penserait ce garçon devenu adulte. Oui, si dans la culture Chikara, Shiro, représentait un idéal, dans d'autres cultures le blanc n'était pas forcément synonyme de complète perfection. Après tout le blanc est facilement sali, c'est une couleur faible, influençable des autres, celle d'un esprit candide.

« Mon prénom est Shiro, cependant je ne possède pas de nom de famille, ayant rejeté tout lien avec celle-ci disons que j'ai été rayé de l'arbre généalogique. »


Ce prénom était pourtant son héritage, respectant ses parents malgré son conflit avec ceux-ci, l'encapuchonné appréciait ses ancêtres et se devait d'honorer leur mémoire en portant le prénom qu'ils lui avaient cédé. Cependant s'apparenter à un clan était difficile pour quelqu'un qui souhaitait emprunter la voix du peuple. Porter le nom d'une des plus illustres familles ninja de ce monde, bien plus réputées que toute autre, est très mauvais pour une personne qui serait dite "révolutionnaire" dans sa manière de penser. Cependant il ajoutait :

« Je comprend que le fait de dissimuler mon nom peut troubler cependant sachez que ce n'est pas mon désir, j'ai seulement renié tout lien avec mon héritage familial, mes ancêtres refuseraient sûrement que je porte le nom qu'ils m'ont offert et l'utilise pour obtenir des grâces de quiconque. J'espère que vous comprenez mon action et respecterez ma décision. »


Se relevant de sa position, le jeune homme fit un pas en avant afin de continuer la direction. Inclinant son torse vers le sol de façon à saluer son interlocuteur le vagabond s'écriait d'une voix puissante :

« Si tout est bon.... JE VOUS REMERCIE DE VOTRE COMPREHENSION, JE PROMET DE NE CAUSER AUCUN PROBLÈME ! »

Publié le 01/02/2018 à 00h47

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/850/p2/utopia.html#msg12953
Hinae n'attendait qu'une chose ; croire en un futur bon et propice au changement. C'est pour cette unique raison qu'elle ne pouvait mentir à cet individu aux cheveux blancs. Elle ne craignait rien, elle n'était plus occupée par cette partie du ressentiment humain. La Chikara semblait voir ce que personne n'avait le courage de voir ; la beauté de ce monde. Ainsi, elle prit la parole et chaque mot prononcé semblait être aussi idiot et que pur.

« Je me nomme Chikara Hinae et je suis originaire de Konoha. J'ai simplement voulu voir le monde et j'ai ensuite rencontré une femme de votre clan... Gaikotsu Bakura. Elle s'est occupée de moi et j'ai longtemps voyagé avec elle. C'était mon amie. Je ne suis jamais retourné dans mon village, ça fait plus de 7 ans maintenant... Je ... J'espérais la retrouver en venant ici... Mais ... »

Une perle se mit à rouler sur la joue de la jeune femme. Elle se l'était pourtant interdit, elle ne devait rien espérer quant à Bakura. Elle était sûrement morte et enterrée suite à cette guerre. Elle ne faisait que nourrir le peu de rancœur habitant encore dans le cœur de Hinae. Ouvrant ses bras en direction du son de la voix du sage, la femme reprit :

« Je veux changer vos coutumes... Je veux modifier vos rîtes... Je veux couvrir d'Amour chaque enfant de votre clan pour qu'il ne pense plus à chasser... Je ne veux plus de guerre... Je ne veux plus que ce monde tourne en rond... Et qu'importe où est Bakura, je veux la retrouver ! »

Les yeux du bonheur ne pouvaient voir le malheur. Ses pupilles se dévoileront le jour où ce monde pourrait enfin se montrer sous son vrai visage... Suite à de tels dires, la discussion était sûrement compromise... Il était dorénavant tant pour espérer un avenir radieux.

Publié le 04/02/2018 à 15h02

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/850/p2/utopia.html#msg12986
« En voilà une surprise... »

Un homme sans nom de famille et une Chikara amie avec Bakura. Même le sage pouvait être positivement amusé par de telles circonstances. Il était certain que ceci n'allait pas plaire à chaque Gaikotsu, mais il était effectivement tant d'offrir une autre fin à ce clan. L'homme âgé n'était pas dupe, Kiri n'allait pas pouvoir indéfiniment résister aux nombreuses attaques des Kenketsu. Pour cette raison, il s'était bêtement concentré sur un entraînement intensif des jeunes du clan, mais ce n'était effectivement qu'une solution parmi de nombreuses possibilités. Bien que les plus âgés ne pouvaient abandonner un avenir certain, il était peut-être possible d'offrir une opportunité moins funeste aux jeunes pousses du village. Pour tout dire, le sage n'en savait pas grand chose...

« Gaikotsu Bakura... Nous en reparlerons, tu veux ?
Allez, suivez-moi, je vais vous guider dans vos nouveaux quartiers. »

Les minutes défilèrent ensuite dans un silence pesant. De nombreux yeux rouges observaient les inconnus, chaque paire semblait posséder une vision différente de ce phénomène. Les plus abasourdis pensaient clairement que ce village se devait de tenir sans l'aide de quiconque et les autres étaient simplement curieux. Une fois devant une vieille bâtisse relativement loin du quartier Gaikotsu, le sage reprit la parole :

« C'est une ancienne maison appartenant à une famille du clan Kaguya. Elle est inoccupée et un peu abîmée par les attaques des sangsues ... Je ne vais pas vous mentir, elle représente une frontière à l'intérieur du village, les maisons plus loin ne sont plus sécurisées. Nous pensons même à séparer le village en deux et à délaisser la partie inhabitée. Mes camarades ne vont pas forcément accepter votre visite, je dois ainsi expliquer la situation. Est-ce suffisant pour vivre quelques jours en notre compagnie ? »

Publié le 05/02/2018 à 19h46

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/850/p2/utopia.html#msg14129
Observant la scène dans un silence profond, Hinae ne pouvait observer autre chose que le funeste décor l'entourant. Au sol, des portraits d'hommes à la chevelure blanchâtre. Une famille de Kaguya... L'espace était important, la maison appartenait sûrement à une famille importante.

« C'est une maison remarquable. Elle suffira parfaitement à notre duo. Nous vous remercions pour vos efforts et votre gentillesse. »

Un document au sol était signé par un certain "Kaguya Nowaki", sûrement l'ancien propriétaire des lieux. Celui-ci était sûrement mort face à Kiri et il n'était malheureusement plus occupé par la vie des survivants.

« C'est étrange d'imaginer que de nombreux hommes vivaient ici... Votre village est réellement une victime de ce triste système. Nous ne pouvons décidément rien y faire. Cependant, je suis si contente de voir que des gens y vivent encore dont des enfants... »

Il était sûrement l'heure de la séparation et cet homme âgé n'allait pas tarder à rejoindre son habitation. Hinae était dorénavant motivée à aider ce clan et à faire en sorte qu'il puisse survivre au sein de cet enfer.

Publié le 09/05/2019 à 14h21

Activité du forum

Shinobis actifs au cours des dernières 24h : Kenketsu Amari, Chikara Aneko
Statistique
- 772 sujets RP dont 0 en 24h
- 303 sujets HRP dont 0 en 24h

- 10685 messages RP dont 0 en 24h
- 2427 messages HRP dont 0 en 24h
Shinobis présents :