Une présence au delà des murs du village
[an 7]

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg12022
Yomei patientait aux portes du village, il avait fixé rendez-vous la veille à Shinayaka Kaemon, l'un des meilleurs disciples qu'il eut entraîné durant des années. La mission qui liait les deux hommes était particulière, et le voyage s'annonçait possiblement long. Les semaines qui précédèrent le départ, Yomei s'était renseigné sur la localisation de ce but. Les deux hommes ne seraient que deux à partir du village, car la discrétion était sans aucun doute le principe primordial.
Le Hattori avait confiance dans les capacités de l'homme qu'il avait choisi pour l'accompagner. Il lui faudrait oublier l'idée première qu'il avait eu de s'absenter du village en compagnie de Masashi, le village ne pouvait se passer de la présence de deux hommes aussi importants dans la même période. Il avait donc accepté de prendre plutôt un Shinayaka, car il savait que la loyauté de l'homme serait sans faille. Pourtant la mission qui les amènerait à l'extérieur était sujette à une controverse. Mais l'esprit du Shinayaka était parfaitement formaté... Et l'idée de partir en mission particulière avec son maître devait être l'honneur absolu pour chacun de ces hommes.

L'aube tendait à se lever, tandis qu'une brise souffla pour rafraîchir la matinée. L"homme attendu ne tarderait sans doute pas à se montrer. Le choix des mots pour expliquer la mission du jour allait être important. En effet, selon les rumeurs, des hommes aux capacités semblables à celle des Shinayaka auraient été aperçus dans les ruines du village de Matsumoto. L'histoire remonte à de nombreuses années... Des envoyés du village de Kumo s'étaient rendus au village de Matsumoto avec un ordre de mission spécial, un projet authentique destiné à la grandeur de Kumo : le projet Shinayaka.
Ils étaient les gens de ce clan aux caractéristiques physiques incroyables. Kumo avait porté des vues sur les plus jeunes d'entre eux afin de les éduquer et de les formater dès leur plus jeune âge afin de les faire devenir les parfaites machines de guerre, à l'instar de Kaemon. Des êtres dépourvus de jugement, qui s'en référeraient uniquement aux instances d'autorité qu'on leur aurait désigné. C'est ainsi que des envoyés de Kumo capturèrent les plus jeunes enfants du clan, uniquement des sujets masculins, et qu'ils se débarrassèrent normalement du reste du clan.
Les rumeurs circulantes laissaient à planer le doute que d'autres Shinayaka aient survécus, des Shinayaka dans la nature qui avaient peut-être même reçu l'enseignement de Choichiro Shinayaka. Si c'était le cas, il faudrait les capturer afin de les ramener au village. Et quoi de mieux qu'un Shinayaka pour affronter la puissance physique d'un autre Shinayaka ?

Publié le 03/12/2017 à 03h48

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg12066
Le soleil n'était pas encore levé mais ça faisait déjà plusieurs heures que j'étais debout. J'avais pour habitude de me lever aussi tôt pour effectuer mon entrainement matinal, un entrainement extrêmement exigeant. De plus, mon coeur battait la chamade aujourd'hui et mon sang était bouillant à l'idée de partir en mission avec Yomei-Senseï. Il s'agissait-là d'un des plus grands honneurs que je pouvais recevoir et une idée était ancré dans mon esprit, je n'allais pas le décevoir. L'entrainement de ce matin était donc spécial et d'autant plus relevé en intensité. Après avoir pris une douche pour être fin prêt pour le grand départ, je me suis mit en route vers les portes du village que j'avais passé la veille dans l'idée de dédier mon existence au Raikage, aujourd'hui je repartais à sa demande. C'est donc le corps encore perlé de goutte de sueur et d'eau de ma douche que je me suis présenté à mon senseï, le saluant poliment en déposant un genoux au sol, un poing sur le coeur. Une fois relevé, je lançais un regard soutenu en sa direction, muet comme une carpe, j'étais focus, prêt, déterminé. Je n'ai aucune idée de ce qui m'attends, mais rien ne pourrait mener cette mission à un échec, ça, c'était inconcevable.

« ... »


J'attendais simplement le départ. Je n'avais besoin d'information, ni de briefing sur la mission. Ce que nous allions faire ne m'intéressait aucunement, tout ce qui m'obsédait c'était la réussite, que la réussite. S'il me demandait de tuer cent hommes, je le ferai. S'il me demandait de survivre dans le désert durant un an, je le ferai. S'il m'envoyait effectuer une attaque kamikaze contre un ennemi de l'état et de mourir pour ma patrie, je le ferai avec plaisir. Tout ce qui comptait, c'était de partir et je m'adapterai par la suite.

Publié le 06/12/2017 à 04h46

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg12096
L'arrivée du fidèle se déroula simplement. Il se présenta ponctuellement juste avant que l'aube ne se lève, avant de ployer un genou au sol et de poser la main sur son torse en signe de respect. Des gouttes ruisselaient encore sur son crane et sur le haut de son corps. Le soleil ne tarderait pas à se lever pour sécher toute l'humidité laissée vacante. Kaemon ne prononça pas le moindre mot, il était fidèle à lui-même, assujetti à sa position d'élève à maître. Il n'y avait pas de notion d'éthique à avoir quant à l'inhumanité ancrée à l'intérieur de ce corps puissant. C'était ainsi, il fallait des sacrifices, à la gloire de Kumo.

« Kaemon ! Te voilà.
Bien, mettons-nous en chemin, nous avons une longue route à parcourir. »


Le problème était que Yomei était aveugle, et Kaemon ne connaissait nullement les sentiers qui mèneraient jusqu'à Matsumoto. Le Hattori avait développé cependant au travers de sa cécité, des facultés perceptuelles différentes qu'un bon voyant ne pourraient appréhender. Un arbre se dressant face à lui indiquerait sa position de par la réception sonore de l'environnement. Chaque pas, chaque bruit qui se décrivaient permettaient à Yomei de faire des projections d'images spirituelles de son environnement. La vision est un luxe qui se soumet à la nécessité. Yomei avait outrepassé tout cela.
Il prit donc l'initiative d'une route, qu'il repéra par le dessin d'un très léger sentier au sol. Quelques gravillons permettaient d'établir une structure des matières. Le soleil se levait, et sa position indiquait l'est. Le rougeoiement doux offrait la confirmation de la trajectoire.

« Kaemon, nous devons nous rendre à Matsumoto, un village autrefois magnifique, mais qui aujourd'hui n'est plus qu'un amas de ruines. Les ruelles marchandes d'antan ont laissé la place au silence des gargouilles, et seuls les rats semblent prospérer désormais.
Il y a bien longtemps que je n'ai pas combattu réellement, mais j'espère ne pas avoir à le faire, c'est d'ailleurs pour cela que je t'ai emmené avec moi. Saches cependant que ta vie m'est précieuse mon cher disciple. Tâches de ne pas devoir me faire intervenir si un combat survient. »

Publié le 08/12/2017 à 05h19

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg12097
Le soleil n'allait pas tarder à ce lever. Pour certain, cette heure pouvait sembler démente pour se lever, mais pour moi il s'agissait-là d'un matin comme un autre. Lorsque l'on vit une vie ninja, il est coutume de se lever très tôt, que ce soit pour les entraînements ou les missions, mais pour ma part, je repousse cette réalité à un tout autre niveau. J'adore la brise fraîche du matin, la tranquillité dans les rues à ce moment. Une fois la vraie journée entamé, tout ce déroule rapidement et il y a des gens partout. Des marchands passant par les enfants qui cries dans les ruelles, tout y passe. Étant plutôt un solitaire, je ne peux rêver d'un meilleur moment.

Une fois les salutations effectués, je me relève et me tien droit devant mon maître qui me met au parfum du plan du match. Nous devons donc nous rendre à Matsumoto, une ancienne ville marchande maintenant délabré de ce que j'en conclus. Toujours aussi sérieux qu'à mon habitude, je regardais l'homme devant moi, droit comme une barre, tenant mes mains conjointement dans mon dos, portant attention au moindre détail utile.

« Laisser-moi l'aspect du combat, maître, je ne vous décevrai pas. »


Toujours cette même confiance. L'entrainement si dur, sur-humain même, donné par cet homme face à moi m'avait poussé à un tout autre niveau de compétence, faisant de moi une pure machine à combattre et naturellement la confiance avait suivit cette puissance. Néanmoins, une chose que je m'assure de garder en tête, c'est le fait de ne sous-estimer personne et je dis bien personne. Je combat constamment au maximum de mes capacités, ne donnant aucun répit à mes adversaires et c'est généralement ce qui m'octroi la victoire. Une fois la mise en situation faite, nous étions fin prêt à partir. Je suis donc à présent aveuglément cet homme, ce qui me semble être ironique puisque c'est lui qui c'est ôté la vue autrefois. Durant le trajet, je m'assure de rester calme, silencieux et attentif au moindre mouvement ou bruit suspect, prêt à réagir à tout moment.

Publié le 08/12/2017 à 06h31

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg12099
Les deux hommes avançaient doucement tandis que la chaleur du soleil commençait à réchauffer l'air environnant. Yomei profitait de cette sortie pour se souvenir de tout ce dont il s'était privé pendant des années, à la construction de ce peuple dévoué. Les Shinayakas... Il s'était donné corps et âme, mais pour tout cela, il avait sacrifié le bonheur de sa liberté. Il était un Hattori, et pour cette raison, il était difficile d'envisager pour lui de ne pas asservir sa vie à la cause de Kumo. Mais fallait-il véritablement se priver de petits privilèges ? Parcourir le chemin à l'extérieur du village, au grand vent des contrées plus éloignées... C'était comme reprendre un second souffle pour le vieil homme. Accompagné de son disciple qui n'était pas bavard, le Hattori allait profiter du voyage pour se renseigner d'avantage sur l'évolution mentale du Shinayaka. Il avait peut-être bien en tête une idée non dévoilable.

« Kaemon, je ne doute pas de tes capacités au combat. Saches simplement que je n'interviendrai pas avant de te savoir réellement en difficulté. Le sang a suffisamment coulé sur cette terre, pour que je ne m'autorise pas moi-même à intervenir à nouveau. Je ne veux plus avoir à tuer d'hommes. »


Il continuait de marcher, tout en essayant de ne pas perdre le sentier qui semblait disparaître progressivement sous ses pieds.

« J'aurais cependant quelques questions à te poser Kaemon. Il y a bien longtemps que je n'ai plus rien à t'apprendre sur Kumo, et il y a bien longtemps que je vois en toi le disciple qui m'aidera à l'avènement d'un apaisement véritable au village.
Mais il y a une chose qui me semble importante à mesurer néanmoins. Que penses-tu de la disparition de Choichiro ? Que penses-tu de tes frères les autres Shinayaka ? »


La tournure de la question était vicieuse. Il fallait jauger de la manière de répondre de Kaemon. C'était devenu un rituel de la part du vieil Hattori. Il avait un jour baissé sa vigilance, au gré d'un combat qui avait failli lui coûter la vie. Il n'était désormais plus question de laisser passer le moindre doute quant au restant des Shinayaka.

Publié le 08/12/2017 à 07h39

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg12100
Nous progressions rapidement et c'était une bonne chose. Lors des missions, je suis toujours excessivement concentré et c'est pourquoi je fus quelque peu surpris lorsque Maître Yomei ouvrit la conversation. Bien sûr il s'agissait-là d'une bonne manière de passer le temps, mais tout ceci ne me plait réellement car cela fait en sorte que je suis moins pré-occupé sur ce qui nous entoures. Néanmoins, j'allais lui répondre assurément, je ne me vois pas jouer le muet avec mon Maître, malgré que ces questions étaient quelques peu pointilleuse.

« Pour être honnête, Maître, je trouves la disparition de Choichiro-Senseï quelque peu étrange. Cet homme a voué sa vie pour nous, tout comme vous et il était très puissant. Je comprends difficilement comment on peux disparaître ainsi du jours au lendemain. »


Je pris un instant pour marquer la fin de ma phrase. Je ne le laisse pas paraître, mais la disparition de cette homme est difficile pour moi. Lui et Yomei-Senseï sont les seuls figures paternel et même parental que je n'ai jamais connu, donc de savoir que l'un d'eux a disparus dans la brume dans un claquement de doigt, sa sonne faux à mes oreilles. Toutefois, je n'ai pas mis d'avantage d’emphase sur ce point pour ne pas faire douter mon Maître et je décide donc de poursuivre sur un autre sujet.

« Pour ce qui est des autres Shinayaka, je trouve ridiculisant le fait que certain en ait profiter pour s'enfuir plutôt que d'assumer leurs responsabilités au sein de Kumo et auprès de Raikage-Sama. Je n'ai aucun attachement avec ces personnes qui porte le même nom que moi. Raikage-Sama m'a laissé comprendre qu'il voulait que je les réunissent et les mènes tous sous une même bannière, celle de Kumo. Si tel est mon destin et bien ainsi soit-il, je les dirigerai d'une main de fer. Mais si mon Maître décide que je dois tous les décimer du jours au lendemain, cela ne me pose aucun problème. La priorité est et a toujours été Kumo et son Raikage. »


J'ai été franc dans mes propos, exposant le plus clairement possible mes idéaux et mon caractère incisif. Cependant, maintenant que la conversation était maintenant engagé, je sens que j'ai moi aussi quelques questions auxquelles j'ai besoin de réponse.

« Si je peut me permettre, quels sont exactement vos plans me concernant? »


J'ai dis '' vos '' en insinuant un ensemble de personne, Yomei, Masashi et Kumo. Bien que cela ne me dérange pas plus qu'il ne faut en ce qui concerne mon destin, étant prêt à accepter n'importe lequel, je suis tout de même curieux à ce stade-ci de ce qu'ils me réserve.

Publié le 08/12/2017 à 07h58

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg12127
Finalement, le Shinayaka avait fini par se livrer un peu. Il confessa des pensées intéressantes tandis que la marche des deux hommes se poursuivait. Visiblement, les informations relatées à Kaemon n'était pas claires et semblaient s'éloigner du déroulement réel. Il n'était qu'un pion dans un engrenage énorme, et pourtant il était légitime qu'il se demande à quel avenir il était voué. La disparition de Choichiro était un sujet sensible, Yomei le savait, car cet homme, tout autant que lui, avait joué un rôle fondateur dans le projet. A la différence du Hattori, il n'avait pas été informé de toute la réalité qui entourait le projet, si bien que le jour où il en fit la découverte, il déserta. Cette désertion lui valu le prix de sa vie, un tragique événement que Yomei déplora, car malgré la nécessité de son élimination, Choichiro avait été un ami fidèle, et un compagnon de conversation des plus appréciables. Masashi semblait avoir informé Kaemon des projets que les deux hommes avaient abordé pour ce dernier, mais il restait des détails à approfondir. Les deux hommes arrivèrent aux limites du sentir, qui délaissa le sable marquer de sa présence. Le désert n'était qu'à quelques pas.

« Kaemon, je sais que les prochains mots seront probablement difficiles à entendre pour toi, mais je pense qu'il est nécessaire pour toi d'entendre une vérité.
Choichiro n'est pas simplement porté disparu. Il est mort. »


Yomei laissa l'information tomber de quelques instants, des secondes qui parurent en durer nettement plus.

« Choichiro était mon ami, et je prie pour le repos éternel de son âme. Mais Choichiro était une âme en perdition dans ses derniers mois de vie. Il s'était rendu coupable de trahison envers le village, et avait décidé de déserter pour... S'affranchir à de nouvelles vérités disait-il. »


Le Hattori prenait son temps.

« Nous avions partagé une conversation fort intéressante quant à la situation des Shinayaka, la veille de son départ. Son scepticisme ce soir-là ne m'alarma guère, mais pourtant dès l'aube du lendemain, il avait prit pour décision de partir. Et il quitta le village, sans m'en avertir du moindre mot.
Je connaissais parfaitement le tourment de son âme, mais je ne l'aurais jamais cru capable d'emprunter une voie d'une telle folie. Il devait probablement sentir son heure arriver, et peut-être a-t-il souhaité laver la conscience qui le tenaillait. Toujours étant... Une équipe spéciale fut mise sur pied, une équipe très spéciale de Kumo, qui fut chargée de le retrouver, et de l'exécuter... Afin de taire les secrets de la vérité qu'il découvrit peu avant son assassinat. »


Le coupable de sa mort n'était pas seulement Kumo, Choichiro en désertant, le savait pertinemment... Il avait lui-même précipité sa fin.
Intentionnellement, le Hattori n'en dit pas plus à son disciple, il souhaitait voir comment les premières annonces seraient reçues.

« Il existe une seconde erreur dans les informations qui ont été diffusées. En réalité, il n'y a aucun Shinayaka ayant déserté Kumo pour ainsi dire. Le seul ayant jamais déserté nous était de tous les deux très proches, et il fut cet homme appelé Choichiro. Non, la vérité est ailleurs mon cher Kaemon. »


Là encore, Yomei laissa planer l'information.

« Ce que le village prévoit te concernant ?
La réponse est extrêmement simple Kaemon... Tu vas devoir mourir pour le village. »

Publié le 09/12/2017 à 07h22

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg12150
Nous arrivons finalement au bout du sentier qui laissait place à du sable, pas de doute, nous étions maintenant bien loin du village. Ce qui m'attendait dans les prochains instants était quelque chose auquel on ne peux réellement se préparer selon moi. Le sentiment d'avoir été menti, floué, quel sentiment bizarre ! Alors qu'on croit connaitre une vérité, on réalise qu'il s'agit enfin d'une toute autre réalité. Choichiro a donc découvert quelque chose et avait décidé de déserter ? Mais pourquoi, qu'avait-il découvert de si effrayant pour le pousser à faire un tel choix, lui qui vouait une fidélité sans faille pour Kumo. Je restais subjuguer, plusieurs questions apparaissait dans mon esprit.

« Mort .. ? Tué .. ? Mais quelle vérité a t-il découvert, senseï ? Pourquoi me dites-vous tout cela, Yomei-senseï ? »


Je n'y comprenais rien, pourquoi me révélait-il des choses si importantes ? Cherchait-il à évaluer ma réaction et mon caractère ? J'ai été formaté pour n'avoir aucune émotion et n'être qu'une machine, mais la réalité en est une autre. Plutôt que de n'avoir aucun sentiment comme ils ont toujours tentés de m'entré dans la tête, j'ai trouvé une façon de les taires, comme une deuxième personnalité. Le choc était grand, bien trop grand pour que je puisse contenir tout ceci, les questions étaient bien trop nombreuses pour rester insensible à tout cela.

« Qui faisait parti de cette équipe spéciale ? »


Peu importe de qui il s'agirait, ils allaient payer, trahison ou non, Choichiro devait avoir une bonne raison d'agir de la sorte, la donne avait maintenant changé du tout au tout concernant ce village dans mon esprit. C'est alors que ma deuxième personnalité dont j'ai parlé plus tôt reprit le dessus.

« Je n'ai aucune réticence à mourir pour le village, au contraire, il s'agit-là du plus grand honneur pour moi. Serait-il seulement possible d'en savoir un peu plus concernant le contexte entourant ma mort, Senseï ? »


Comme si j'allais me laisser faire aussi facilement, surtout après avoir appris toute ces choses. J'étais impatient de l'entendre s'expliquer.

Publié le 09/12/2017 à 21h07

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg12424
La réaction de Kaemon était prévisible, il était vrai que les révélations faites par Yomei étaient choquantes. Mais il y avait un sens derrière tout cela, la relation entre le maître et le disciple devait se fonder sur une vérité partagée. L'homme au crâne lisse comme une boule de billard n'était habituellement pas très bavard, mais pour la première fois, il avait laissé échapper bien plus de mots que par le passé. Il semblait finalement que les Shinayaka n'étaient pas simplement formatés à répondre par les réponses les plus courtes et les plus concises possibles. Derrière tout ce formatage, il restait une essence humaine, qu'aucune torture, qu'une instruction ne saurait effacer. Les Shinayaka étaient des machines à tuer, mais il était peut-être inévitable que ces mêmes hommes ressentent compassion, tristesse, aigreur, colère, joie... Yomei et Choichiro avaient eu une manière bien différentes de les éduquer, dès leurs plus jeunes âges. Choichiro les aimaient, tous, avec une sincérité frappante. Cette notion, à aucun moment, il ne l'oublia de tout son vivant. Ainsi, il éduqua durement chacun des enfants, tout en leur procurant un côté très paternaliste, un côté très doux derrière la rudesse de sa mission. Yomei, lui, était une figure plus emblématique, un homme de prestige et de stature. Mais il se montra présent à chaque fois que l'un d'entre eux en témoignait le besoin. Il s'était montré beaucoup plus distant, beaucoup moins chaleureux que Choichiro ne l'avait jamais été, mais aujourd'hui, que son ami n'était plus, il ressentait ce besoin de perpétuer la bienveillance. Quelque part, peut-être, Yomei éprouvait des remords quant au projet Shinayaka.

« Si je te raconte toutes ces choses aujourd'hui Kaemon, c'est que pour la première fois, nous nous éloignons du village, et par la même occasion, nous pouvons discuter à l'abri de toutes écoutes.
Comme je te l'ai dit Choichiro a été mon ami, peut-être mon plus vieil et mon plus fidèle ami... Sa disparition a été douloureuse, bien qu'elle se soit faite pour la grandeur de Kumo. Cependant, je ne peux m'empêcher de repenser à son esprit, à ses pensées... Choichiro était quelqu'un de foncièrement bon, et de brave. Toute sa vie, il a su lutter pour votre bien, vous les Shinayaka... Mais il s'est aussi montré d'une grande sollicitude envers mes devoirs. »


« La vérité qu'il a découvert, et qui l'a poussé à trahir Kumo est celle qui nous amène en ce jour à l'extérieur du village. Vous autres, les Shinayaka n'êtes pas originaires des mêmes terres que nous, les Hattori. Il y a désormais bien des années, un vaste projet nommé le projet Shinayaka fut mis en place. Il consistait en la capture de tous les enfants issus du clan Shinayaka, des enfants dont les attributs guerriers ne te sont pas inconnus puisqu'il s'agit-là de tes capacités si particulières au combat Kaemon...
Le reste de votre peuple, hommes et femmes, fillettes... Tous ont été exterminés. »


« Le but initial de ce projet était de créer une nouvelle force à Kumo, une nouvelle force qui consisterait en l'avènement d'une armée extraordinaire de soldats formatés pour combattre sous les couleurs de Kumo, au même titre que chacun d'entre nous, les plus fidèles des Hattori. C'est ainsi, que de nombreux kumojins ont été déployés à Matsumoto, un ancien village magnifique, qui n'est désormais plus que ruines, cicatrices du massacre qui eut lieu.
La mission fut une réussite totale, tous les Shinayaka que tu connais aujourd'hui sont originaires de cette mission. Vos parents, vos grands-parents, vos soeurs, et même vos défaillants ont tous été massacrés. C'était ainsi une autre époque... C'est ainsi que la mission de vous élevé m'a été donnée. »


« La vérité qui a poussé Choichiro a quitté le village, est que visiblement, d'autres Shinayaka vivaient en des terres reculées, proche du village de Matsumoto. Et il voulait s'en assurer, quelque part, il a probablement voulu laver son honneur en essayant de donner ses dernières forces de vie pour les bien-être de ces Shinayaka.
Malheureusement, la décision n'était pas la bonne, car ces Shinayaka auraient dû être exterminés il y a longtemps, et leur survie est une aberration. »


Yomei dévoila l'une des plus sombres histoires de Kumo telle qu'elle. Il était extrêmement difficile de trouver des mots atténuants le vice et les horreurs qui se masquaient derrière tout cela.

« A l'heure d'aujourd'hui, notre mission est d'aller vérifier si d'autres Shinayaka vivent encore à l'extérieur du village, d'explorer les environs de Matsumoto et d'en faire un rapport.
Mais mon âme ne peut s'empêcher de souhaiter à connaître les dernières conditions de vie de Choichiro. Je veux me rendre en ces lieux où la vie lui a été ôtée. »


« Kaemon ! La mort de Choichiro ne doit pas rester impunie. Le sang des membres de cette unité très spéciale doit couler pour venger l'esprit de notre bien-aimé défunt... Et pour cela, j'ai besoin de toi, mais pour l'heure tu es bien plus faible que ne l'était Choichiro, et combattre immédiatement serait une idée suicidaire. »


Apportant une dernière précision à son disciple, Yomei s'arrêta un instant.

« Tu mourras probablement dans cette affaire Kaemon, mais je pense qu'aucun autre homme ne serait en mesure de dépasser les prouesses physiques dont a su faire preuve Choichiro par le passé. Mais ta mort doit emporter avec elle la vie des trois coupables de cette tragédie. Mon rôle est de m'en assurer. »

Publié le 18/12/2017 à 22h03

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg12494
Pour.. Pourquoi.. ? Pourquoi me disait-il toute ces choses horribles ? Tentait-il de tester mon caractère, ma soumission? Cet homme essayait-il de me faire exploser ? Ça fonctionnait. Je bouillonnais de l'intérieur, comme un feu qui brûlait mes entrailles. Comment avaient-ils pu s'en prendre aux miens de la sorte ? La colère s'emparait de moi, je pouvais à peine me contenir. J'étais mitigé entre le coup d'état et répondre aux attentes de Kumo. Comment pouvais-je maintenant défendre un village qui a tout fait pour éradiquer les miens ? Au fond de moi, je savais très bien qu'une décision avait déjà été prise ..

« Ne me sous-estimer pas. »


C'est tout ce que j'ai dis, en réponse au fait qu'il me croyait encore bien trop faible pour combattre comme Choichiro l'avait fait.

« Ils payeront le prix fort, soyez-en certain. Je propose que nous nous mettons maintenant en route. »


Je trépignais, je ne pouvais plus attendre, je voulais savoir si d'autre Shinayaka étaient toujours à l'extérieur des murs de Kumo. Si oui, il me fallait les regrouper et redoré notre blason.

HRP : Désolé, j'ai galéré.

Publié le 20/12/2017 à 23h45

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg12537
Choichiro redevint subitement beaucoup plus sobre, bien moins bavard et bien moins expressif. Yomei savait que son subordonné allait devoir faire face à la réalité qui se cachait derrière le village de Kumo, mais il en était ainsi, depuis toujours, il fallait savoir faire des sacrifices pour la protection de la grandeur du village caché des nuages. Les Shinayaka n'avaient plus d'avenir en dehors du choix qui leur avait été imposé. Aujourd'hui, ils n'étaient plus que les membres d'un sanctuaire gardé secret aux yeux de nombreux Kumo-jins. Dans le fond, Yomei n'en avait que faire de Kaemon et de tous ces autres Shinayaka. Certains lui étaient affectueux, mais il se savait être le gardien de leur comportement, au premier pas de côté, il serait également le punisseur, l'exécuteur. Il ne voulait pas tisser de liens affectifs profonds, duquel il serait particulièrement difficile de se détacher en cas de faute. L'assassinat de Choichiro avait été sa seule peine depuis bien des années. Il savait que le monde était d'une horreur à en crever, il ne connaissait que trop bien les crasses et ignominies dont le village s'était rendu coupable, et il se savait en être l'un des partisans les plus fidèles. C'était là toute l'ambiguïté de son existence.

« Je ne te sous-estime pas Kaemon, c'est pour cette raison que je t'emmène avec moi aujourd'hui. C'est pour cette raison que je m'en remets à toi pour m'épauler dans cette quête de vengeance. Mais Choichiro était sans nul doute l'un des plus puissants guerriers qu'il m'ait été donné de rencontrer. Même si la force de l'âge n'était probablement pas de son côté, sa défaite est synonyme d'un pouvoir immense pour nos adversaires. Ne t'avises pas de l'oublier. »


Sur ces mots, Yomei cessa de discuter avec Kaemon. Une atmosphère froide avait accompagné l'apparition d'un climat différent. Il leur faudrait encore beaucoup de marche pour traverser le désert. Il était difficile de comprendre le tourment que devait ressentir actuellement Kaemon. Quelque part, le maître des Shinayaka éprouvait une douleur à cette pensée... Mais, Kaemon serait sans doute amené à se confier quand il sentirait le moment le plus propice pour lui. Son maître lui confessait le témoignage d'une lourde vérité, il lui offrait aussi par cette même action, une occasion de s'affranchir de ses propres conditions. La guerre contre Kiri s'était terminée depuis un moment, l'affaire des masques rouges semblait elle aussi toucher à sa fin, avec la mise à nue de Hattori Kazuna, et du Raikage remplaçant. Mais, les soucis internes ne connaîtraient de cesse que lorsque le décès de Choichiro aura été lavé de son affront, lorsque l'identité des coupables aura été dévoilé, et lorsque leurs vies respectives auront rendu leurs derniers souffles.

HRP : EDIT : la suite de ce RP http://shinobi-rpg.ovh/sujet-1102-1#msg13144

Publié le 23/12/2017 à 23h40

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/986/p1/une-prsence-au-del-des-murs-du-village.html#msg13073
Si cet homme croyait que je périrai durant cette mission, alors il était de mon devoir de lui prouver qu'il a tord. Mon sang bouille à l'annonce de cette nouvelle, je sens mon corps s'engourdir, j'ai besoin de combattre. Moi qui normalement possède un calme légendaire, je me voyais poussé dans les limites de mon mentale. Mais, une chose me tracassait l'esprit. Jusqu'à quel point pouvais-je avoir confiance en cet homme devant moi. Comment pouvais-je être certain de sa fidélité à mon égard, moi qui n'est qu'un pion dans toute cette histoire. Sa position à Kumo me freine et me bloque. J'en viens à penser qu'il s'agit peut-être d'un coup monté, d'un stratagème cherchant à me pousser dans une folie meurtrière et ainsi faire porter le chapeau à l'un des derniers beaux espoirs de mon clan. Je ne suis certain de rien, mais pour l'instant, me coeur me pousse à lui faire confiance, mais je m'assurerai de garder un oeil sur cette situation houleuse, afin de ne pas tomber dans un piège, comme l'a été mon défunt senseï, Choichiro.

« Allons-y, je bouille d'impatience de découvrir le reste des miens. »

Publié le 15/02/2018 à 08h56

Activité du forum

Shinobis actifs au cours des dernières 24h : Chikara Karigure
Statistique
- 768 sujets RP dont 0 en 24h
- 302 sujets HRP dont 0 en 24h

- 10675 messages RP dont 0 en 24h
- 2424 messages HRP dont 0 en 24h
Shinobis présents :