Discussion Jinesque

Année 2
Chakra bleu

Kinkatsu avait eut une merveilleuse idée. La discution avec Qazea s'était soldée par un merveilleux échec mais il ne s'était aucunement découragé pour autant. Kinkatsu avait beaucoup d'espoirs. Il souhaitait recruter quelques personnes digne de confiance pour détrôner l'Hokage. Dans l'absolu, il souhaiterai prendre sa place, mais placer un de ses pions sur l'échiquier pour dirige dans l'ombre ne le dérangerait pas : après tout, être Hokage était bien trop dangereux. Il se faufilai à présent en direction de la prison : Jin était un enfant manipulable. Il désirait la justice, et je pouvais lui en donner.

Kinkatsu connaissait la jeune Kazami : jamais elle n'aurait laisser mourrir un jeune homme de son clan, elle devait l'avoir soigné. Kinkatsu se dirigea alors vers la prison : si il était résistant, il serai déjà réveiller. Dans le cas contraire, il lui laisserai un mot sur son corps à l'aide d'une technique de son clan.

Il souriait à présent : rien, non rien ne l'empêcherai d'atteindre le but tant rechercher : la puissance politique.

Publié le 09/05/2015 à 13h59

Chakra bleu

Alors que quelqu'un venait de pénétrer dans sa cellule le jeune homme se mit rapidement en position allongé sur l'espèce de machin qui servait de lit aux prisonniers. Après tout c'était la pire prison de Konoha, celle-ci était très réputée à Konoha et on y disait qu'il y avait les pires malfrats dans cette dernière et qu'on leur infligeait les pires souffrances que ce monde pouvait connaître. Le chef de cette dernière, était un sadique que notre protagoniste avait souvent entrevu à l'époque et n'avait jamais pu blairer, après tout il était l'une de ces personnes possédant leur cul entre deux chaises, ne sachant choisir entre Uzumaki et Chikara. Même si maintenant le petit Uzumaki tentait de contrôler sa haine pour la Chikara pour la Justice avec un grand J, et bien ce n'était pas toujours facile, les ténèbres au plus profond de lui continuait de lui dire de massacrer les Chikara's.

L'homme qui avait pénétré dans le périmètre associé à la discussion avec le petit roux était un autre roux. Notre protagoniste ne le connaissait pas trop, peut-être aperçu une fois ou deux, après tout ce clan comportait pleins d'êtres inutiles, la preuve Jin était bel et bien un orphelin et un enfant soldat, comme quoi c'était loin d'être la lignée héroïque et noble des Chikaras.

Finalement alors que l'on s'approchait de lui le gamin faisait mine de dormir, après tout celui-ci savait très bien comment son père l'avait éduqué, les prisonniers de guerre étaient ceux qui devraient cracher le morceau et souffrir, ceux qui seront martyrs mais jamais pleuré. Ils oublieraient leur nom ainsi que leur identité, laissant place à un être dénué d'âme, errant dans cette prison attendant simplement sa mort.

Jin ne voulait pas être l'un d'entre eux alors il tentait de fuir pour le moment, mais peut-être tenterait-il, lâchement, de prendre un chemin différent, redevenir l'esclave de Konoha, tout cela lui sonnait bien pire que la mort, mais lorsqu'on est en face de cette dernière celle-ci nous paraît bien plus effrayante que ce que nous pensions et l'enfant ne cessait de chercher dans son esprit des échappatoires à cette dernière.

Publié le 09/05/2015 à 14h11

Chakra bleu

Après avoir quitté la cellule de Jin, vérifiant que le prisonnier se remettait correctement de ses blessures et que Kazami l'avait correctement installé, Uzumaki Kidô retourna à l'entrée de la prison. La-bas il aperçu un shinobi du village passer les lourdes portes. S'interposant immédiatement, sa carrure imposante lui interdisait de s'engager plus avant dans l'étroit couloir conduisant aux salles de l'édifice. De sa voix grave et égale, il lui rappela la consigne en vigueur.

« Je vous prie de quitter les lieux, vous n'avez pas à être ici. »


Debout, droit, les mains sur les hanches. Kidô semblait tel un roc, inamovible et infranchissable. Son regard neutre et dénué d'émotion ajouté au reste de sa stature lui conférait une aura impressionnante. Aucun Konohajiin n'avait envie de se frotter à lui de trop près et sa simple présence était la plupart du temps suffisamment dissuasive pour renvoyer chez eux les visiteurs inopportuns.

Publié le 09/05/2015 à 22h00

Chakra bleu

Kinkatsu avait entendu Jin Uzumaki. Néanmoins, celui-ci était assez intelligent et ce faisait passer pour inconscient : ça aurait bien marcher avec un simple civil, mais un ninja devait développer ses sens. Honnêtement, il n'en était pas sûr : mais, de toutes façon, Kazami préviendrait bien assez tôt le chef de la Section Ruto dans le but qu'il vienne intéroger par des moyens plus ou moins durs le jeune nukenin. Il serait donc debout dans plus ou moins longtemps : il y avait juste à espérer que ce soit dans moins de deux heures. Il y avait beaucoup de chances, mais toute la réussite du plan misait dessus. Il effectua une poignée de mudras les mains dans le dos et posa mentalement un sceau sur L'uzumaki : en se concentrant, il pourrait voir de ses yeux pendant deux heures. Il avait fait ça discrètement pendant que le gardien de prison lui demanda à quitter les lieux.

« Bien sûr, je suis désolé. Je tenais à Jin avant qu'il déserte, un peu comme un frère. Je vous prie de m'excuser. »


Kinkatsu prit la poudre d'escampette, un rictus aux lèvres une fois retourné. Les personnes étaient vraiment manipulable. Surtout les gardiens de prisons. Il savait néanmoins qu'ils étaient beaucoup plus fort et partit donc sans se le faire prier.

Publié le 09/05/2015 à 23h06

Afficher les techniques utilisées
Esprit invisible
Chakra noir

Les fleurs. Les insectes. Les hirondelles. Les désobéissants.

Ainsi est le monde. Parfois, celui-ci semble compatissant, mais ceci n'est malheureusement pas toujours le cas. Kinkatsu semblant partir tel un voleur jouissant de son butin, il était fort désagréable de voir son manque de compréhension. Pourquoi ? Est-il têtu au point de ne pas se remettre en question ? Les questions étaient nombreuses, mais les réponses du Uzumaki inexistantes.

Dans la prison, les gardes stoppèrent cet individu à la chevelure rousse. Partir ainsi d'un lieu considéré "protégé" était tout de même étrange. Lui qui voulait absolument le rejoindre allait avoir énormément de chance. Il allait y faire un tour.

HRP : 1 - Uzushuutai no Jutsu : Le système de Konoha parle d'une surveillance Kitto. Tu ne peux pas utiliser tes jutsu claniques. Activation ou non. C'est un lieu protégé. Veuillez respecter un peu cela. De plus, tu ne peux imposer un tel sceau.. Il faut un contact corps à corps pour les sceaux. C'est la base du clan Uzumaki. Quand ce n'est pas le cas, c'est précisé (jamais ?). Action annulée !

2 - Problème temporel : Je pense avoir fait le tour par MP. Une action passée peut agir sur ton RP présent. Tu pourrais perdre ton bras durant ton RP avec Qazae, tu ne peux prédire les actions des autres. Tâches de respecter le jeu des autres.

3 - Avancer, c'est bien : Ce que tu fais, c'est bien. Tu peux faire avancer les choses. Rome ne s'est pas fait en un jour. Tu veux évoluer, certes. Ne gâches pas le plaisir des autres par la même occasion.

4 - Ta situation : Voilà, j'officialise ton enfermement dans une autre prison. Par logique, tu es loin de Jin. Sachant que tu souhaitais le voir. Les prisons ne sont pas une catin. Tu n'y rentres pas comme tu le souhaites. J'aurais préféré que cela se fasse en RP, tes actes passés entravent ton présent. J'autorise Masao à utiliser son "PNJ" pour t'interroger. Ainsi Konoha décidera de la suite de cette sombre histoire. Tu es en cage, tu n'y peux rien (Tu vois, c'est désagréable).

Publié le 10/05/2015 à 02h34

Chakra bleu

Kinkatsu était têtu, et peu compréhensif. Il pouvait être parfois désagréable, mais il avait, aujourd'hui, appris à grandes peines. J'étais désobéissant, rebel. Mais au fond, l'audasse et la désobéissance, n'est-ce pas deux qualités importante pour l'organisateur d'une nouvelle ère ?

Toujours en est-il qu'il n'était pas très résonnable, et que l'on récolte ce que l'on sème, que l'on le face exprès ou non. Les gardes le trouvaient étrange à juste titre, et il c'était fait emmener dans une prison. Il avait bêtement tenté de placer un jutsu de son clan à distance en désespoir de cause, mais n'avait pas réussit son tour de passe passe. Avancer, c'était bien, mais il ne faut pas le faire trop vite. Rome ne s'est pas fait en un jour. Mais Kinkatsu ne pouvait pas évolur seul, et il l'avait à présent comprit.

Une tentative de fuite serait veine : il se laissa emmener. Il réfléchissait à un plan machiavélique, ou Jin serait encore un de ses pions. Mais il avait apprit de ses erreurs, et ne remettrait plus jamais les pieds dans cette prison, si jamais il en était libéré.

Publié le 10/05/2015 à 15h59