Une tension au point culminant

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/sujet-819-1#msg10209
Les précédents événements n'aidant pas particulièrement Hattori Masashi à regagner une stabilité mentale, il s'était fait à la chose en abandonnant temporairement le pouvoir. Depuis quelques semaines, le Raikage en pause apparaissait de temps en temps face à son peuple... Tantôt en plein marché, tantôt au domaine du Kage et, de temps en temps, au domaine Miwaku. Les langues les plus aiguisées allaient jusqu'à parier sur le fait que le dirigeant se permettait quelques plaisirs dans la tristement célèbre maison close de Miwaku Raiko. Bien évidemment, ceci était totalement faux. Masashi ne pouvait oublier sa femme, son regard, ses mimiques, son Amour et surtout, sa fidélité sans faille. Jamais il n'avait eu à craindre l’infidélité de Shizuka, il était totalement apte à comprendre qu'elle ne pouvait aimer un autre. Malgré ce semblant de perfection, il n'avait pu garder cette chose qu'il semblait tant aimer. Aujourd'hui encore, il n'avait pas pu l'annonce à quiconque... Officiellement, sa femme était en repos dans le domaine des nobles femmes Hattori. Ce n'était qu'un mensonge pour cacher le désespoir de l'héritier du clan Hattori. Il n'avait plus rien. Ses enfants, il était totalement incapable de les situer sur une carte... Dans un quartier VIP de l'arène des combattants, le terrible Kage annonça à son homologue :

« Reiko... J'imagine qu'il est temps que je te félicite pour ton travail.
Je t'ai laissé ce poste du jour au lendemain en espérant que tu comprennes que le pouvoir n'était pas le réel désir de ta soeur...
Tu es dorénavant adulé et tes décisions semblent apporter satisfaction à plus de la majorité du village. »


Le terrible Hattori Masashi semblait dire cela sans la moindre conviction. Il n'éprouvait plus réellement l'envie de combattre pour un poste, il souhaitait presque l'abandonner... Seulement, ceci était totalement impossible. Son village était la dernière rempart entre la haine et l'Amour. Il se devait de le reconquérir, mais il ne sentait juste pas apte à le faire aujourd'hui.

« Ces jeux... Ils sont de mauvais goûts, mais tu sais totalement soumettre la foule.
Tu es comme ta sœur, tu es née dans la mauvaise branche.
Contrairement à elle, tu prouves ton mérite au fil de tes actions, Reiko. »


Il soupira en imaginant le visage de cette femme qu'il détestait tant...

« Peux-tu m'expliquer les règles de ces jeux ?
Je dois me tenir au courant si je souhaite reprendre mon poste. »


L'encens plongeait la salle dans une certaine ambiance, les tapis recouvrant la quasi totalité de la salle n'étaient présents que pour enrichir l'endroit. De l'or, de la soie... La suprématie portait dorénavant son nom à Kumo et bien ironiquement, ce lieu était un quartier pour observer des combattants... Le premier combat n'allait pas tarder, la foule semblait en délire et les maîtres attendaient l'ultime don ; un esclave Kirijin.

Publié le 09/10/2017 à 21h25

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/sujet-819-1#msg10214
Le pouvoir. Qu’est-ce donc ? La possibilité d’influer sur des milliers de vies ? D’instaurer le respect ainsi que le désir dans le coeur d’autrui ? Ce même désir, qui met votre avenir et votre vie en jeu, à chaque décision que vous prendrez.
Comment satisfaire à la fois les plus pacifistes et les plus belliqueux d’entre nous ?
Ce genre de questions trottent dans la tête de Reiko, depuis un moment maintenant. Son accession soudaine au pouvoir le força à changer de personnalité, du moins en public.
Ces gens qui vivent à Kumo, aujourd’hui il est obligé de faire comme si il les aimait, alors que ces derniers lui font peines à voir, du haut de la tour du Kage, celle où il réside depuis deux ans suite au départ du Raikage, Hattori Masashi. Un départ temporaire, mais une absence bien plus longue que le pensait Reiko, il pensait devoir servir de régent quelques mois, mais il comprit très vite qu’il devait prendre son rôle en main, changer la situation au village et maintenir l’équilibre avec les autres nations.
Tout ça, il le réussit malgré son inexpérience, hormis quelques points négligés avec Kiri, et quelques massacres pour anéantir toutes révolte civile - ainsi que la désertion de sa sœur -, son escale au pouvoir se passa bien, le peuple était étonnamment ravis de cette accession au pouvoir.

Le Raikage quant à lui était revenu depuis quelques temps, nous venant en aide face à Kiri, il avait surgit au moment propice pour encercler nos adversaires ce jour là...
Mais il n’avait toujours pas reprit le pouvoir, ce qui au premier abord, ne manqua pas d’étonner Reiko, ils n’avaient pas réellement eu de discussion entre eux depuis. Mais aujourd’hui, le moment semblait bien choisi, Reiko et lui s’était réunit à la nouvelle attraction de la ville, l’arène.
Masashi prit la parole en premier, félicitant Reiko d’avoir réussi à prendre les rênes ainsi qu’une bonne côte de popularité au près du peuple, ce qu’il doit en partit à cette arène, dont le genre ne convient pas au Raikage, mais là n’était pas réellement le sujet.
S’en suivit un passage sur la sœur de Reiko, Kazuna, ainsi que sur l’histoire de sa branche familiale, celle n’ayant aucun droits. Un sujet sensible dont Reiko n’aimait pas parler. Bien qu’il se moquait d’avoir le pouvoir en réalité.
Reiko préféra se taire et ne répondre que par des signes de têtes, et laissa le Raikage poursuivre. Ce dernier lui demande donc les règles des jeux.
Tandis qu’il regardait le combat ci dessous d’un regard vide, il répondit :


« J’ai géré ce village de la meilleure manière possible à mes yeux. Cependant, la guerre coûte cher, et les revenus de nos taxes ne suffisaient pas, de même, les massacres perpétués par ces masques rouges rendaient la population effrayaient, peu sortaient dans les rues, bien que les assassinats étaient ciblés visiblement, cela ne manqua pas d’en faire frémir plus d’un.
D’ailleurs, compte tu reprendre ta place sous peu ? »


Reiko marqua une courte pause avant de reprendre.

« Tu n’es pas sans savoir, j’imagine, que je m’adonnais déjà à ce genre de pratique avant de prendre ce poste, dans des lieux plus privés, mais cela me rapportait de l’argent, je m’en suis donc servis pour doubler nos revenus ici, à Kumo.
Cependant... »


Tandis que la foule commence à délirer suite au combat du dessous qui touche à sa fin, Reiko se tourne vers Masashi avant de lui expliquer les nouvelles règles.

« Auparavant, les nobles payaient et misaient sur leurs champion diront nous.
Aujourd’hui il est libre à n’importe qui de tenter sa chance, et le public paie sa place.
Mais, le plus gros changement réside sur la fin du combat. Vous savez que les peuples aiment malgré tout le sang ? »


Reiko se tourna à nouveau vers l’arène, dans celle ci il y avait 2 combattants, l’un des deux, avait un Kunaï sous la gorge de l’autre, la foule hurlait et attendait un choix, le choix de qui ? Du Kage.

« La Mort, ou La Vie ? »


Le choix de Masashi influerait donc sur la mort d’un pauvre bougre qui voulait juste faire fortune dans des combats après tout, mais l’épargner serait mal vu d’une bonne partie du public sans doute.

Publié le 09/10/2017 à 22h36

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/sujet-819-1#msg10225
Hattori Reiko possédait cette façon de diriger qui était enseignée à la noblesse des élus de ce village, il semblait être parfaitement au courant de la façon de penser d'un individu lambda du tristement célèbre clan. Masashi n'était pas du genre à estimer ce comportement, il avait hérité de son père quant à sa façon de penser... Publiquement, il était sûrement incorrect d'avouer une haine profonde envers ces semblables, mais l'héritier du clan le ressentait depuis si longtemps. Des sauvages se comportant comme des nobles dans le seul intérêt que de justifier des actes de plus en plus inhumains. Pourquoi ? La raison n'était pas propre à cette famille, il était tellement plus simple de s'enfermer dans le racisme et la paranoïa. Oui, c'était sûrement le problème, le ninja comprenait tellement sa race qu'il ne pouvait que la détester au plus haut point.

« Tu as raison, Reiko.
Tu gouvernes comme un Hattori doit gouverner. Tes décisions sont politiquement bonnes et n'apportent que la fidélisation du peuple.
Tu fais ce qu'il faut lorsqu'il est nécessaire de le faire. J'ai la mauvaise habitude de m'opposer aux idéaux de mes compères pour des raisons idéologiques.
Mais ... L'idéologie n'est plus qu'un fantasme. »


Un combat rapide pour des raclures de Kumo. Les deux individus étaient des supposés membres des masques rouges. Traqués par Hattori Reiko et Hidemi durant les deux dernières années, quelques têtes étaient tombées lors de fouilles bien préparées.

« Aujourd'hui, aucun Kirijin ne va mourir.
J'ai décidé que chaque ancien ennemi aura un maître Hattori.
Mais avant, chaque combattant doit prouver sa valeur.
Ainsi, suite au premier combat de Kirijins, deux maîtres pourront acheter les deux combattants. »


Le Raikage se mit à soupirer. C'était bien barbare comme façon de faire, mais il pouvait au moins donner la chance à des Kirijins de survivre par force et ingéniosité.

« Quant aux deux traîtres se battant plus bas...
Je ne vois pas l'intérêt de me poser la question.
Les deux mourront. »


Les gardes de gauche et de droite sortirent et se mirent à souffler dans un énorme instrument. Les Kumojins semblèrent étonnés. Des lances furent envoyées sur les deux combattants se trouvant dans l'arène.

« De véritables Kirijins vont rentrer dans l'arène maintenant, c'est ça ?
Qu'ils soient annoncés. »


HRP : J'ai pris la liberté de modifier le sens de ton message. On dit ainsi que deux combattants Kumojins (et anciennement masques rouges) viennent de se battre avant le véritable combat ; Kaguya Nowaki VS Mitsuna Mesaki. Ceci permet de lier ainsi les match à l'observatoire ici-même.

Publié le 10/10/2017 à 00h18

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/sujet-819-1#msg10230
Comme il s’y attendait, Masashi exécuta les deux prisonniers, pas de pitiés pour ces raclures, et il avait bien raison. Cependant, il n’était pas venu pour ce combat là, et il était venu pour celui faisant intervenir deux guerriers de Kiri. Ceux là en revanche, avaient la chance de ne pas forcément finir tué dans cette arène, une aubaine pour un peuple aussi faible, s’il en avait été du ressort de Reiko, cela ne se serait pas passé de la même manière, mais remettre en cause les décisions du Kage n’était pas approprié à cet instant, de même qu’il n’en avait finalement rien à faire de ces Kirijins.
Reiko se tourna vers l’un des gardes avant de lui ordonner de faire entrer les deux Ninjas.


« Un Kaguya et un Mitsuna, cela promet de rendre le combat intéressant.
Voyons la force de nos futures armes. »


Alors que par le passé, Reiko jugeait seulement les gens à leurs personnalités -et statut social-, devenir régent lui permis de voir les choses autrement, la force d’un homme lui étant plus utile que sa gentilesse dans ce monde.
Ce n’était donc pas étonnant, qu’il voit ces Kirijins comme des futurs armes plutôt qu’en civil de Kumo à part entière.
Alors que les combattants se préparent à entrer dans l’arène, Reiko en profite pour poursuivre la discussion, mais cette fois avec un sujet plus intéressant que des hommes qui se battent entre eux. Le résultat de sa mission. Aucune information n’a filtré quant à la réussite de sa mission, des rumeurs racontent que Shizuka se repose au Domaine des nobles femmes, cela étant, Reiko n’avait pas prit la peine de vérifier la véracité de cette nouvelle.


« Depuis que tu es revenue, nous en avons pas parlé, mais j’estime qu’après t’avoir remplacé à cause de celà, j’ai le droit de savoir.
Qu’en est-il de la recherche de ta femme ? Les gens disent qu’elle est au repos. Est-ce seulement vrai ? »


Pendant ce temps, les combattans furent annoncés dans l’arène. Alors que certains placent leurs paris sur cet sorte d’homme poisson, d’autre jouent la carte de la célébrité du clan, et misent sur le Kaguya. L’ambiance est au plus haut dans la salle, tandis que dans la tribune, elle pourrait devenir d’un coup beaucoup moins réjouissante...

Publié le 10/10/2017 à 01h15

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/sujet-819-1#msg10240
Masashi possédait un certain mal à parler de sa sœur, il estimait ce sujet comme bien trop personnel. Le contrôle de sa personne lui permettait cependant de lui dicter la bonne conduite et se murer dans le silence n'en était pas une. Reiko semblait intrigué par cette histoire, il savait parfaitement que si Shizuka n'était plus, il était relativement simple de faire en sorte que les enfants suivent pour ainsi récupérer le trône. Le corps d'un homme, mais l'esprit d'une vipère, les Hattori étaient assez simple à décrire finalement... Sans le moindre doute, le Raikage reprit ainsi la parle :

« Les rumeurs se basent généralement sur des faits réels et c'est le cas.
Hattori Shizuka ne souhaite plus être un objet servant à blesser le dirigeant de ce village.
Je suppose que nous ne pouvons qu'apprécier le fait que Hattori Kazuna fut incapable de la kidnapper. »


Le ninja était certain du fait que Kazuna était une réelle compétitrice, elle n'allait pas abandonner l'idée de posséder le trône. Et... Reiko semblait un tremplin de choix pour l'acquérir. Au fond, ils étaient les mieux placés pour récupérer cette place, ils se débrouillaient pas si mal... Malgré tout, Masashi se refusait à offrir ce poste qu'il semblait tant haïr. Il considérait souvent que ce titre n'était qu'un objectif de vie et qu'il était relativement difficile de vivre sans la moindre volonté. Le Hattori s'accrochait donc avec hasard aux branches du destin en espérant garder la tête via des subterfuges un peu douteux, le pouvoir n'était-il qu'un enrichissement personnel à ses yeux ? Le son annonçant le début du combat permit au Raikage de sortir de ses songes, il reprit :

« Tu as aidé à chasser quelques masques rouges, parait-il ?
N'étaient-ils pas tes alliés ? Que reproches-tu à tes anciens camarades ? »


L'air froid de Masashi n'était que peu complaisant, il gardait une certaine rancœur envers cette troupe de puristes. Son air froid pouvait dérouter les plus sensibles, mais Reiko n'en était pas un. Il connaissait la façon de parlementer chez un Hattori.

« La guerre est gagnée et, bien ironiquement, nous pouvons remercier Kazuna d'avoir fait précipiter ce combat.
Que penses-tu d'elle aujourd'hui ? »


Les combattants rentrèrent sur le terrain. Un immonde Mitsuna et un guerre Kaguya... Deux êtres de Kiri ne désirant qu'une seule et unique chose ; se venger.

Publié le 10/10/2017 à 13h12

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/sujet-819-1#msg10262
Reiko écoutait attentivement Masashi, ce dernier lui affirma qui sa femme/soeur était belle et bien en vie, mais qu’elle resterait à l’écart de celui-ci, afin d’éviter qu’elle soit prise pour cible. Peu de temps après cela, la cloche sonna et marqua le début du combat se déroulant dans l’arène, mais l’attention de Reiko envers ces combattants fut détourné lorsque Masashi reprit de plus belle, mais cette fois afin de parler de ces masques rouges, ces rebelles extrémistes. Ceux dont Reiko s’était occupé avec brillot ces années durant. La marche à suivre, suite au plan de sa collègue Hidemi, était de s’allier avec eux, faire croire que Reiko était de leur côté. Mais cela n’avait bien sûr guère duré, dès qu’ils virent un brèche chez ces rebelles, le gouvernement s’empressa de capturer ou de tuer tout ceux appartenant de près ou de loin à cette organisation.

« Des alliés ? Allons, je n’irais pas jusque là. Pour protéger le peuple, ton peuple, j’ai dû faire certains choix. Je ne soutiendrai jamais la cause de ces dégénérés d’assassins. Aujourd’hui, ils sont un problème minime, à tel point que je ne m’occupe plus moi même de ce cas.
»

Ces masques rouges, Reiko en avait plus qu’assez, surtout depuis qu’il avait eu vent de l’implication de sa soeur dans tout ça, rien de concret et aucune source sûre mais le doute était présent. De ce fait, cela expliquerais pas mal de choses.
En parlant de cette soeur, une nouvelle fois Masashi vint à la ramener sur le tapis, jugeant que ses actions avaient finalament étaient en notre faveur. En dernier lieu, Masashi questionna Reiko sur son opinion à propos d’elle.
Reiko baissa les yeux, et garda son regard dans le vide comme bien souvent lorsqu’il réfléchissait à quelque chose qui le touchait de près ou de loin.

« Je pense... Qu’elle à tout simplement fait de mauvais choix. On ne peut rien lui pardonner, encore moins sa désertion mais...
J’aimerai néanmoins comprendre le sens de tout ça. Je ne resterai pas l’esprit tranquille sans cela.
»

Reiko marqua une courte pause, se retourna afin de se servir un verre, tout en n’oubliant d’en servir un à son cousin -bien aimé-.

« Si j’arrive un jour à remettre la main sur elle, crois moi, j’obtiendrais toutes les réponses nécessaires. Ses actions pourraient ou ont déjà salit l’honneur de notre famille, et ça, malgré mon inintérêt pour les nôtres, je ne peux le tolérer.
»

Reiko pris une gorgée dans son verre, avant de se tourner vers Masashi.

« Mais cessons de parler de moi. Toi que comptes-tu faire ? Quand reprendra tu ton poste ? Et aussi, que vas tu faire des derniers Kirijins encore au village ? Ces vieux et ces gosses, tu comptes leur laisser la vie sauve ?
A mon avis, c’est une bien mauvaise idée. »


Cet avenir, Reiko voulait l’écrire lui aussi désormais, il voulait rendre sa famille plus puissane qu’elle ne l’a jamais été, ou peut-être, est-ce Reiko qui voulait devenir bien plus puissant et s’affirmer à Kumo ? Seul l’avenir nous le dira.

Publié le 10/10/2017 à 17h11

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/sujet-819-1#msg10281
Masashi ne semblait que peu le combat, il n'était absolument pas intéressé par le dénouement de cette joute.

« Tu fais preuve de sagesse, mais tu ne sais admettre tes mots, Reiko.
Ne comprends-tu pas les actions de Hattori Kazuna ? »


Il n'était décidément pas apte à rivaliser avec sa propre soeur. Ils semblaient si différents.. L'une était une réelle manipulatrice prête à tout pour Kumo... L'autre, il ne désirait pas spécialement le pouvoir, il semblait s'en persuader sans réellement mesurer son réel désir. D'un air froid, le Raikage reprit :

« Elle n'est pas idiote, son coup de théâtre n'était qu'un moyen de détourner les yeux de Kiri.
Elle n'a jamais réellement fait de mal à Kumo. Kumo n'a jamais été son problème... »


Des mots savoureux à prononcer, Kazuna était une Hattori, une véritable Hattori.

« Elle souhaite protéger notre village...
Mais... Je ne peux lui pardonner. »

Publié le 10/10/2017 à 20h32

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/sujet-819-1#msg10282
Reiko ne savait que penser de cette situation, il n’avait pas réfléchit à certaines éventualités qui maintenant lui semble tellement évidente, toujours à moitié dans ses pensées et à moitié à l’écoute de Masashi et des ses propos admiratifs envers Kazuna. Malgré ça, il ajouta ensuite ce que Reiko redoutait, le pardon de Masashi ne lui serait jamais accordé, même s’il retrouvait sa soeur et parvenait à la faire revenir au village, jamais elle n’en ressortirait indemne. Le seul moyen pour qu’elle puisse revenir au village était que le Raikage ne récupère jamais son trône. Cette idée traversa l’esprit de Reiko, mais était-il seulement prêt à trahir son cousin ? Reiko se racla la gorge avant de poser sa question:

« Que comptes-tu faire si elle venait à revenir à Kumo ? »


A cet instant, Reiko compris que s’il voulait aidé sa soeur, aussi malveillante soit-elle, il devait la tenir à l’écart de Masashi. En soi, le problème ne se posait pas encore, Kazuna n’étant pas encore réapparu il est peu probable que ce scénario se déroule maintenant. Mais Reiko se devait de s’informer à ce propos, loin des oreilles de Masashi.

« Ma soeur n’est peut-être pas encore perdu, laisse moi m’occuper d’elle si on venait à la retrouver. Je te le demande comme une faveur. »


C’était osé, sachant que Masashi n’avait aucune raison de lui accorder cette faveur, mais Reiko se devait de protéger les arrières de sa soeur, du moins pour un temps.

Publié le 10/10/2017 à 21h00

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/sujet-819-1#msg10288
Comment pouvait-on appeler ça "un combat" ? Le ninja affrontant ce monstre marin semblait avoir un certain déséquilibre, il semblait comme étranger au sein de son corps. Était-il drogué ? Peu probable, il n'avait pas le moindre maître et ça n'avait strictement aucun intérêt pour cette joute. Il cachait un bras et ne se battait qu'avec celui de droite. Il était fort probable qu'il était l'un des blessés de guerre... Cet homme, il était condamné. Pas le moindre maître n'allait souhaitait le récupérer... C'était inutile de l'envoyer se battre. Masashi détourna les yeux du ring et se mit à regarder Reiko. L'Amour d'un frère envers sa soeur était quelque chose de puissant, d'autant plus dans le clan Hattori.

« Quel est l'intérêt, Reiko ?
Elle ne possède plus le moindre avenir ici.
Je ne vais pas la traquer, mais il est certain qu'elle traversera ma route...
Un jour ou l'autre... »


Masashi était parfaitement conscient du fait qu'elle se trouvait au sein même du village. Un écho de Hidemi, les rats sont bien bavards disait-elle... Elle allait finir par recontacter son frère, elle était bien trop vénale pour en faire autrement. Le Raikage se mit à sourire :

« Les fantômes, ils finissent toujours par revenir nous hanter. Ils prennent nos songes pour s'en servir et mieux nous convaincre du mal que nous représentons. »


Des mots bien hasardeux dans le seul objectif de préparer Reiko. Il allait s'en souvenir. Il pense la doubler... Il pense très égoïstement faire mieux qu'elle. Mais, il se trompe... Kazuna n'est pas sa chose, elle ne lui appartient pas. Elle ne servira que d'appâts pour les lâches en son genre. Si seulement il était capable de s'assumer... Masashi fit signe à deux femmes de faire porter des raisins.

« J'espère que Hidemi n'a pas été trop difficile avec toi...
Elle a vraiment un sale caractère ! »


Masashi se mit à rire. Il ne pouvait se l'avouer car sa femme en était disparue, mais il aimait ce triste jeu... Le jeu du pouvoir !

Publié le 10/10/2017 à 21h48

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/sujet-819-1#msg10348
Le soucis quand quelqu’un n’étale pas sa vie aux yeux de tous, c’est que l'on peut difficilement cerner quel type de personnes ils sont, ainsi dévoiler les points faibles de cette personne. C’était le cas avec Masashi, le Raikage avait toujours demeuré mystérieux, même aux yeux des membres de la famille. Reiko ne faisait pas exception à cette règle, cela étant, il n’avait aucune idée de comment le faire plier.
Bien entendu, Masashi n’hésiterait pas pour s’en prendre à Kazuna. Difficile de pousser quelqu’un à pardonner une personne qu’il déteste. Essayer d’enlever la femme de quelqu’un n’est généralement pas une bonne idée lorsque l’on veut se faire des amis...
Dans ses paroles, le Kage sous-entendait que sa soeur se servirait sans doute de lui pour arriver à ses fins.


« Je comprends. Seulement aujourd’hui, tu as récupérés ta femme, et Kazuna nous aura finalement aidé à gagner cette guerre. Malgré qu’on ne sache toujours pas la véracité de cette information ni ce qu’elle à en tête, je préfère te suggérer quelque chose.
»

Reiko marqua une courte pause, tout en regardant le combat qui se déroulait dans l’arène, il continua :

« Connais-tu le proverbe : Gardes tes amis proches, mais tes ennemis encore plus proches ?
Le meilleur moyen de la surveiller, est de la garder ici, au village. Si un problème survient, on saura d’où proviens la source.
Oh, et pour ce qui est d’Hidemi, nous avons eu du mal à nous entendre à ton départ, mais finalement elle m’a beaucoup aidé, je n’en serai pas là sans elle certainement. Une Hattori, à n’en point douter. »


Quelle était la vérité à propos de Kazuna, Reiko se devait de le savoir, sans quoi il vivrait sans savoir la clé de toute cette histoire. Que cherche t-elle à faire finalement ? Tenter d’enlever la femme de Masashi, pour ensuite mener nos troupes à la victoire, tout ça restait mystérieux, il devait manquer un bout du puzzle.

Publié le 11/10/2017 à 23h09

Chakra bleu

En savoir plus
Partager
http://shinobi-rpg.ovh/sujet-819-1#msg10349
Les mots de Reiko furent de trop, il préféra les ignorer. Les dictons ne sont bons qu'à commettre indéniablement les erreurs de nos aïeux et l'histoire des Hattori était suffisamment longue pour trouver un exemple notable. Le combat était, quant à lui, bien plus intéressant. Un Kaguya en défaveur donnant ce qu'il peut pour dorer son blason et un poisson au summum de sa puissance. L'être marin allait valoir une petite fortune et les maîtres allaient se ruer sur sa personne. Le Kage estimait que Kiri était un bon plan pour détruire le règne du Raikage de l'intérieur. Oh, il ne serait pas étonnant que Kazuna pense à la même chose... Ce "Nowaki" venait tout juste d'enfoncer son os dans l'épaule du requin. C'était terminé pour lui.

« C'est un combat plutôt agréable.
Ce Kaguya, il a donné ce qu'il pouvait...
Pour autant, qui va débourser de l'argent pour acheter un perdant ? »


Personne. Ni Reiko ni Masashi ni même le plus riche des Hattori. Usagi pourrait, mais il n'a pas le droit de participer à ces petits jeux. Le Raikage se prenait presque au jeu en tentant de deviner son futur maître. Une idée lui vînt après quelques secondes de silence.

« Je m'occupe de lui trouver un propriétaire.
Tout ça va me changer les idées... »


Le Raikage se leva tout en dégustant un dernier raisin.

« Et pourquoi la surveiller, Reiko-san ?
Que vaut-elle ? Des Kumojins sont morts durant cette bataille, sa vie est-elle plus importante ?
Je sais, ce n'est qu'un détail en échange d'une si belle victoire. »


Il se rapprocha de son remplaçant et se baissa sa hauteur :

« Tu es courageux d'aimer encore cette femme.
Je ne peux que te comprendre.
Nous en reparlerons, tu veux ? »


Masashi se rapprocha de la porte. Le combat avait été court, mais ... si enrichissant...

Publié le 11/10/2017 à 23h46

Activité du forum

Statistique
- 562 sujets RP dont 15 en 24h
- 191 sujets HRP dont 2 en 24h

- 8131 messages RP dont 44 en 24h
- 1786 messages HRP dont 3 en 24h