Entre un esclave et un Empereur...

Année 7
Chakra bleu

« Tu dois être Uzumaki Soma, c'est bien ça ? »

À sa droite, Hattori Hidemi semblait attendre le droit de sortir. Les deux étaient agenouillés, mais cela n'avait pas été un réflexe lambda pour Soma, sûrement que Hidemi venait de lui forcer la main pour effectuer ceci. Effectivement, cet être n'était pas habitué à rencontrer le Raikage ou à effectuer la moindre mission. C'était un peu de la faute de Masashi, il avait délaissé cet homme car celui-ci manquait de talent d'après les indications. Soma n'était donc qu'un vulgaire esclave, mais il possédait un atout important ; Il possédait sûrement une haine envers Hattori Kazuna. La couleuvre était bien détestée pour gouverner... Étonnant et rassurant. Tranquillement posé derrière son bureau, Masashi reprit avec calme :

« Ton maître n'est pas en danger. Du moins, il ne l'est plus. Hattori Kazuna est dangereuse pour le village, je ne pouvais plus la laisser vagabonder et manipuler. Malheureusement, son frère semblait l'aimer de trop. Il devait ainsi réaliser la nature de cette vipère. Je connais tes antécédents et tu es ici pour que je te propose quelque chose... »

Oui, le Raikage n'était pas du genre à inviter par bonté, il souhaitait quelque chose de précis, mais il était primordial de ne l'annoncer qu'au bon moment. Hidemi observait la situation avec calme sans prononcer le moindre mot.

« Que souhaites-tu faire de ta vie, Uzumaki Soma ? »


HRP : Le lendemain du RP entre Uzumaki Soma et Hattori Hidemi : http://shinobi-rpg.ovh/sujet-960-2#msg12057

Publié le 16/12/2017 à 14h18

Chakra bleu

Je n'avais pas eu a attendre longtemps avant de me retrouver face à l'homme le plus puissant de Kumo, le Raikage Hattori Masahi. J'avais été convoqué par la même femme qui, la veille, m'avait accosté dans le marché. C'était elle qui m'avait informé de l'état de santé -alarmant- de mon maître, Hattori Reiko, suite à son affrontement dans les rues de Kumo et qui m'avait indiqué que les raisons de ce combat. C'était également elle qui m'avait appris que mon maître avait combattu le présent Raikage. Et c'était encore elle qui m'avait appris que je serais mis sous surveillance et convoqué pour une entrevue avec le l'Ombre des Nuages. Ainsi, je n'avais pas été surpris par la convocation, j'avais néanmoins été surpris de retrouver cette femme. Cette dernière, lors de notre trajet pour nous rendre dans le bureau du Chef de notre Village, m'avait expliqué, en quelques mot, comment me comporté vis à vis de l'homme le plus important de Kumo. Ce que je m'étais en pratique actuellement, agenouillé et tête baissé face à l'Hattori.

Ne pas le regarder dans les yeux trop longtemps. Ne pas parler lorsqu'il ne t''y invite pas ou ne me pose pas de questions. Rester dans une positions dans laquelle il peut te dominer. Tel avait été les instructions les plus faciles à retenir. Néanmoins, il ne m'avait pas été explicitement dit comment interagir verbalement avec lui. Sans doute un "oubli" de la jeune femme. Alors, tout en inspirant un bon coup -et en réprimant un frisson de stresse- je pris la parole:

« Uzumaki Soma, pour vous servir, Raikage-sama. »


Il n'eut aucune réaction particulière de la part du Raikage en entendant ces quelques mots. Au contraire, il continua à parler. Sans doute avait-il entendu ces derniers à de trop nombreuses reprises pour exprimer un quelconque intérêt pour ceux que j'avais prononcé avec cœur et sincérité.

« Ma vie, Raikage-sama, n'a appartient que pour servir le Village et mon maître. »

Publié le 17/12/2017 à 11h14

Chakra bleu

Face à cet être semblant si faible, Masashi n'éprouvait pas la moindre supériorité. Il n'était pas un conquérant dans l'âme et il n'était pas spécialement plaisant pour l'héritier d'écraser ce qui est faible. Au fond, cet homme n'était que le fruit d'un clan disloqué par la haine. Les Uzumaki ne connaissaient pas la paix et les membres de cette famille semblaient être des éternels insatisfaits. Toujours avec calme, le maître de ce village reprit la parole :

« Il est difficile de réellement estimer la valeur d'un Uzumaki. Ce que je sais, c'est que tu aimes ton maître plus que quiconque et que Hattori Kazuna semble trahir jusqu'à son propre esclave. »

Un terme que le Raikage n'aimait pas réellement... Un esclave... Comment pouvait-on décrire quelqu'un de cette façon ? Masashi ne le supportait guère, cet homme était plus un employé qu'un réel esclave. Malgré tout, le clan Hattori arborait fièrement le droit de gouverner sur tout et sur quiconque, l'héritier ne pouvait que s'y complaire...

« D'après mes connaissances sur le clan Uzumaki, votre famille possède le don de sceller. J'aimerais en connaître un peu plus sur tes compétences personnelles afin que je puisse définir ton utilité quant à mes souhaits. »

Publié le 17/12/2017 à 14h25

Chakra bleu

Je venais de m'adresser, pour la première fois fois de ma vie, à l'homme le plus important d'un Village Militaire. J'en étais tout retourné. Moi, un simple esclave du Village de Kumo je parlais -discutais- avec l'homme à la tête de l'Empire de Kumo. Et, bien que ce fut pour moi un honneur d'être ainsi en entrevue avec cet homme, je n'avais guère l'impression d'être soumis -écrasé- à son autorité. Contrairement à ce que l'on disait du Raikage dans les différents Marché du Village et ce que l'on pouvait attendre d'un homme tel que lui, il ne me semblait ni froid ni hautain et encore moins antipathique. En réalité, bien qu'étant membre du Clan Hattri, il semblait presque ... gentil et agréable bien que calculateur tout de même. Il semble avoir un projet pour moi.

Ainsi, l'homme qui dirigeais l'armée la plus puissante du Yuukan à ce jour avait un projet -spécial- pour moi, simple esclave de cet nation. Ce ressemblait être un honneur qui m'était fait. Avais-je véritablement mérité un tel traitement ?

« Vous avez raison, Raikage-sama. J'aime mon maître depuis que je le sert. Il a toujours été bon avec moi, sans doute même trop au vu de mon statu. Je n'ai que de la sympathie et de gratitude pour lui. Contrairement à sœur. »

J'avais quelque peu oublié le protocole au fur et à mesure que les mots c'étaient mit à sortir de ma bouche. Et je dû m'arrêter de parler de Kazuna -la vipère- afin ne pas être désobligeant envers elle. Envers le clan Hattori. Je me mis donc à poursuivre sur un autre sujet.

« Je n'ai que peu d'information sur les techniques de mon clan. Et, en l'état, je n'ai réussi à apprendre qu'un FuinJutsu. Celui que j'ai utilisé lors de ma rencontre avec un certain "Saru". Ninja de Kumo au masque de Singe. »

Publié le 17/12/2017 à 15h50

Chakra bleu

« Une seule et unique technique ? Comment est-ce possible de n'en connaître qu'une ? »

Effectivement, ce n'était que peu cohérent d'apprendre un art pour se limiter à un seul jutsu. Cet homme était étrange, il ne combattait pas, mais semblait connaître le Fuinjutsu de façon totalement limitée. Il n'y avait qu'une seule et unique solution ; il ne connaissait cette technique depuis peu. Mais comment ? Il ne semblait pas être capable d'apprendre seul... Si tel était le cas, il ne connaîtrait pas une seule technique. Sans réellement faire apparaître la moindre interrogation dans son village, le Raikage reprit :

« Tu n'es pas le premier Uzumaki vivant à Kumo. Possiblement, ce jutsu est-il l'héritage de tes parents ?
Tu sembles habilité pour apprendre l'art de ton clan. Tu dois manquer d'une orientation fiable. »

Toujours froid, Masashi ne s'exprimait qu'au strict minimum.

« J'ai besoin que tu connaisses une technique de ta famille.
Nous utilisions un être de ton clan par le passé... Il nous permettait de limiter les transmissions orales d'informations sensibles.
Bien évidemment, il n'était pas un ninja officiel, mais les services rendus à Kumo sont toujours récompensés. »

Publié le 17/12/2017 à 22h38

Chakra bleu

« Je n'ai appris que récemment pour mes dons, Raikage-sama. Avant cela, je n'étais qu'un serviteur comme les autres. »

Je n'osais avoué au puissant Kage de Kumo que c'était au cours de l'un de mes -plus ou moins nombreux- entraînements avec Kazuna, lorsque cette dernière était encore ma Maîtresse, que j'avais découvert mes talents pour manipuler le Chakra. Après tout, je ne savais pas dans quelle but -réelle- elle m'avait poussé à m'entraîner. Elle m'avait affirmé, à l'époque, que cela m'aurait permit de la protéger mais, finalement, je me demandais s'il elle n'avait eu d'autre projet pour moi et mes capacités. Après tout, ma technique d'entrave était plutôt puissante.

« C'est ma mère qui m'a expliqué comment réaliser ce Jutsu, Raikage-sama. »

Je ne connaissais pas mon père. Je ne savais ni son prénom, ni son nom. Cependant, ma mère, qui elle était bien du clan Uzumaki, m'avait appris cette technique afin que je puisse mieux servir -et protéger- mes Maîtres. Cependant, je n'avais jamais utilisé cette technique. Jusqu'à ce fameux soir où Kazuna était de nouveau rentré dans la vie de mon Maître. Et j'avais utilisé une seconde fois cette technique contre le Singe...

« Je ferais ce que bon vous semblera, Raikage-sama. »

Je n'étais pas libre dans ce Village. Et mon maître était encore hospitalisé à cause de ses blessures.

Publié le 17/12/2017 à 23h13

Chakra bleu

« Tu es quelqu'un de bien étonnant, jeune Uzumaki. Tu sembles user de ce jutsu comme j'use d'un art supérieur. Dans un sens, il est normal que tu l'estimes autant si cette matérialisation de ton énergie spirituelle est ta seule source de puissance. Malgré tout, cette maîtrise ne peut que prouver ta capacité à ajouter de nouvelles flèches à ton arc. Tu dois simplement découvrir comment et je ne peux qu'admettre la difficulté de la chose. L'art du Fuinjutsu est mystérieux et ne semble pas forcément inné. »

Masashi en savait beaucoup sur le sujet, il avait déjà pu goûter à quelques techniques du clan Uzumaki. Il savait parfaitement à quoi il avait à faire et ce qu'un être de ce clan pouvait réaliser. Il comptait bien avoir ce qu'il souhaite et il n'était pas du genre à délaisser son désir.

« Une privation de parole, cela ne semble pas forcément si différent d'une privation des mouvements, tu ne penses pas ? Je ne te demande pas d'empêcher un homme à user de sa cervelle pour discuter, mais d'empêcher sa langue de se mouvoir sur un sujet. »

« Tu connais Hattori Kazuna et tu sais très bien qu'elle sait se servir de sa langue pour se servir de la colère des hommes ? Uzumaki, je peux aider ton maître à récupérer une place au sein du village. Cependant, je ne peux plus prendre le moindre risque quant à sa sœur, elle ne doit plus pouvoir parler des masques rouges. Je dois totalement l'empêcher de transmettre aisément la moindre information à ce sujet à quiconque. Peux-tu m'aider ? »

Les dires du tout puissant étaient biens clairs, Kazuna ne devait plus posséder la moindre chance de récupérer la possession des masques rouges. Fumi allait pouvoir prendre la relève et les quelques dissidents devaient être matés par l'ancienne cheffe de ce groupement. Ainsi, Masashi allait pouvoir redresser la politique de Kumo sans la moindre difficulté.

Publié le 18/12/2017 à 21h46

Chakra bleu

Je me trouvais comme bloqué face aux propos du RaiKage. Je ne savais quoi lui répondre. Dans mon fore intérieur, j'avais cette furieuse envie de l'aider, de lui crier que j'étais prêt à tout pour enfin être utile à plus d'une personne. Et, bien que j'appréciais ma vie simple esclave aux service de la famille de Hattori Reiko, mais je ne l'aimait pas. Je ne pouvais pas dire, sans mentir, que je ne rêvais pas d'autre chose. Quelque chose de plus grand, de plus stimulant. Bien entendu, je resterais toujours le cuisinier de mon maître, mais, pour la première fois de ma vie, je souhaitait, devenir quelque chose d'autre que cet simple ombre destiné à servir sans jamais se montrer. Pour la première fois depuis que j'étais au service de Reiko, je souhaitait devenir quelqu'un. Et, la proposition de Hattori Masashi était un pas dans cette direction.

Cependant, je ne connaissais rien de mon clan. Je n'avais jamais rencontré d'autre Uzumaki que ma mère et, cette dernière, ne connaissait que le strict minimum concernant notre sang, nos capacités. Il n'y avait donc aucune source de connaissance sur les Jutsus de mon clan, sur les moyens de les apprendre ou sur leur fonctionnement global. J'allais donc devoir essayer de trouver les réponses par moi-même. Et discuter une nouvelle fois avec ma mère, afin de m'assurer qu'elle ne connait pas d'autres secrets du Clan Uzumaki pensais-je en regardant Masahi.

Ce dernier, impressionnant de prestance, semblait impatient de connaître ma réponse. Cependant, cette dernière n'en serait pas réellement une:

« Je ne connais pas encore le fonctionnement exacte du FuinJutsu. J'en connais à peine les bases. Cependant, je ferais en sorte de pouvoir vous être utile rapidement, Raikage-sama »

Genoux à terre, tête baissé et poing droit fermé au niveau du cœur, je prenait l'engagement de devenir un atout pour ce Village. Pour le Raikage, mais aussi pour moi-même.

Publié le 20/12/2017 à 22h29

Chakra bleu

Prévisible. Cet homme ne s'était pas intéressé au fonctionnement exacte de l'art majeur usé au sein de son clan. Il manquait cruellement de curiosité pour réellement s'offrir à Kumo. Par chance, Masashi disposait d'une carte supplémentaire dans son jeu, il ne s'amusait pas à la sortir n'importe comment... Il attendait silencieusement que l'opportunité se présente. L'intendante était toujours en attente. C'était volontaire, le Raikage attendait quelque chose d'elle et elle savait parfaitement quoi.

« Dans telles conditions, je ne peux qu'avouer la difficulté de la tâche. C'est pourquoi, je vais te rediriger vers un homme étant en capacité de t'informer sur les Fuinjutu. »

Tout problème ne pouvait qu'être résolu, il suffisait de simplement trouver la bonne réponse. Masashi était doué pour ne pas avoir faux, il était capable des pires mesquineries et cachotteries pour cela. Bien sûr, il préférerait que le jeune Soma se débrouille, mais il possédait un retard gigantesque.

« Qu'en dis-tu ? »

Publié le 22/12/2017 à 18h10

Chakra bleu

« Je ... Je ne sais quoi dire, Raikage-sama. Vous n'êtes que trop bon envers une personne tel que moi. Votre bonté m’honore. »

Ce fut sans bouger de ma position précédente que j'avais prononcé ces mots. J'étais extrêmeent fier et flatté que le Chef du Village Caché des Nuages me face une tel proposition, cependant, je ne comprenais pas pourquoi le Raikage souhaitait tant m'honorer, souhaitait tant que ce soit moi qui m'acquitte de cette tâche. Je n'avais rien de spécial -à l'exception d'être un esclave Uzumaki- au sein du Village militaire de Kumo. Je n'étais qu'un individu insignifiant dans un Village aux multiples talents.

« Mais, cette personne ne vous serait-elle pas plus utile que je ne peux l'être ? »

Cette question, que je venais de poser à la personne la plus importante de Kumo, était une véritable interrogation pour moi. Je n'étais rien au sein de ce Village. Je souhaitait devenir quelqu'un d'important -ou du moins de reconnu comme étant un habitant de Kumo- et que l'on arrête de me traiter tel un objet jetable ou réutilisable. Je n'avais rien à reprocher à ma vie de servitude au sein de la famille Hattori, mais ce n'était plus exactement le type de vie que je souhaitait. Néanmoins, j'aime mon maître tel qu'il est. C'est un homme de grand bien et je serais honoré de continuer à la servir. Mais, j'aimerais le réaliser en tant qu'homme libre.

« N'y voyez là aucun refus de ma part, Raikage-sama, j'accepte avec joie votre proposition ! »

Publié le 22/12/2017 à 18h35

Chakra bleu

« Des hommes ne méritent pas de représenter Kumo, jeune Uzumaki. Ils trahissent la confiance et je ne peux qu'espérer que tu ne souhaites pas suivre ce chemin. Je mise ainsi sur une nouvelle génération, sûrement bien mieux éduquée que l'ancienne. J'ose croire que la soumission est mère d'obéissance. Tu sais mieux que quiconque ce que le village peut offrir... ou prendre... »

Une menace ou une récompense ? Les mots du Kage étaient troubles, il semblait offrir complaisance et tyrannie à chaque tirade. L'homme ne bougeait pas, il était toujours derrière son bureau à observer ce roux de ses deux yeux d'or. Il ne semblait nullement ressentir la moindre émotion, il ne vivait plus dans ce monde depuis déjà des semaines, il était ailleurs et il semblait ne vivre en ce lieu que pour vaincre et conquérir. Il ne souhaitait plus que consacrer sa vie à l'empire de ses deux enfants. Shizuka souhaitait la paix et le Raikage pouvait offrir ceci à ce monde. D'une voix sage, le monstre de puissance reprit :

« Le monde est bien grand pour un jeune de ton espèce. Tu viens de nul part, Uzumaki Soma. Les personnes qui connaissent pauvreté et bassesse estiment bien mieux la nature même d'une trahison. De cette façon, je fais bien plus confiance à un esclave qu'à une vermine ne vivant que de chance et de pitié. Tu ne gagnes ta survie par le hasard, mais par tes choix. »

Masashi restait vague, le sujet était bien trop difficile. Une amitié tourmentée par un homme se cachant par un voile sombre de pitié. L'ancien dirigeant n'avait pas été suffisamment fort et n'avait été bon qu'à épargner les mauvaises personnes. De cette façon, la faiblesse n'était que vermine, elle ne vivait sans même mériter sa place au sein de ce monde. Ce jeune Soma, il allait mériter la sienne et il ne tromperait personne sur sa véritable identité.

« Je t'offre la chance d'offrir ton utilité à ce monde, jeune Uzumaki. Avant cela, j'aimerais avoir ta réponse sur une question me semblant primordiale. »

« D'après toi, pourquoi le clan Hattori ne cesse de souhaiter conquête et sang ? »

Publié le 28/12/2017 à 22h35

Chakra bleu

Ce fut de nouveau un discours lourd de sens que le RaiKage proposait. Et, bien que mon éducation limité d'esclave ne me permettait pas de comprendre entièrement la beauté -et la dangerosité- de ses paroles, je compris que l'homme qui pourrait m'en apprendre plus sur l'art des Sceaux n'était cependant pas assez digne de confiance pour être gratifié d'un poste d'honneur tel que celui que semblait me proposer l'Empereur de la Foudre. Néanmoins, avant de l'obtenir véritablement, je me devais de faire mes preuves devant cet homme influant. Cet homme qui semblait avoir tant de mal à faire confiance.

« Je pense que sous l'égide d'une véritable nation Kumojin, le Yuukan connaîtra une véritable paix. Et je pense que seul un homme tel que vous, Raikage-sama,
est en mesure d'y parvenir. Après tout, bien qu'il y ai de nombreuses différences de statut au sein de Kumo, il fait bon y vivre et la paix règne en maîtresse absolue. »

Et, bien que le soulèvement des masques rouges me revint en tête, je l’écarta vivement. Ce n'était là que l'acte traître et bas qu'une femme en manque d'attention et de pouvoir. Ce n'était rien d'autre qu'un acte commander par une soif de pouvoir, une volonté de nuire et non une volonté d'aider, de garantir une paix durable dans ce Village. Elle a semer la graine de la discorde. Espérons qu'elle ne germe pas.

J'avais répondu à la question posé par l'homme le plus puissant du Village avec sincérité. Pureté. Je croyais véritablement dans les paroles que je venais de prononcer. Je voyais le futur Empire Kumojin tel un joyaux de paix...

Publié le 17/01/2018 à 10h08