À mon tour...

Année 9
Chakra rouge

Pour la première fois, Kazami pénétrait ce lieu en tant que prisonnière. Bien qu'encapuchonnée et avec une vision limitée, elle savait où elle allait. Shimazu l'emmenait vers l'espace le plus sécurisé de la prison, impossible d'y entrer et impossible d'y sortir. Gekido s'était longtemps attelé à piéger cet espace, seul le dirigeant de la prison connaissait les nombreux passages secrets de ce lieu. Bien évidemment, de nombreux changements étaient visibles sur le sol du lieu. Les Konohajins n'étaient pas idiots, l'endroit avait été modifié. À un tournant, deux pieds apparurent aux yeux de la rouquine, elle entendit une voix qu'elle ne connaissait que trop bien.

« Vous pensiez faire votre petit interrogatoire de votre côté sans que la police de Konoha puisse y participer ? Vous vous mettez le doigt dans l’œil, la petite fratrie. »

Uzumaki Taram... Sa meilleure amie d'enfance et sa rivale d'aujourd'hui, que faisait-elle ici ? Comment était-elle au courant ? Au fond, pourquoi Kazami s'étonnait-elle, elle le savait, la police de Konoha était très bien informée. La déserteuse releva alors la tête pour observer cette femme droit dans yeux.

« Taram... Ça fait un moment. »

Publié le 31/05/2020 à 13h19

Chakra bleu

« Nous sommes ici selon les ordres du Hokage. Je dois enfermer et interroger Uzumaki Kazami. Je suis son frère, mais cela reste une mission officielle. J'ai une autorisation si tu... »

« Inutile. Je te crois. Mais, je dois aussi entendre Kazami et je ne pense que Kimino m'en voudra de souhaiter être trop vigilante, tu ne penses pas ? »

« Tch... Je suppose que non...
Ne perdons pas de temps ici... »

Les trois Uzumaki ne tardèrent pas à rejoindre une salle lugubre. Celle-ci était totalement insonorisée, impossible d'entendre le moindre bruit extérieur et personne ne pouvait espionner sans ouvrir la porte. Par précaution, Shimazu sondait les lieux. Par chance, Masao n'était plus ici... Sans quoi, Kazami serait torturée comme une vulgaire traître. Le frère de la déserteuse ne tarda pas à s'asseoir sur l'une des trois chaises. Un bureau séparé une chaise des deux autres. Les autres suivirent...

« Je comprends que cela puisse te paraître brutal Kazami, mais nous devons commencer. Tu dois nous détailler des informations au sujet de Uzumaki Gekido. Nous devons le retrouver ou tenter de lui faire perdre des forces... »

« Depuis combien de temps tu n'es plus avec lui ? Pourquoi vous séparer ? C'est au sujet de votre enfant, je suppose... »

Publié le 31/05/2020 à 13h32

Afficher les techniques utilisées
Chakra bleu

« Je me permets d'être plus précise. Je souhaite connaître vos derniers itinéraires et vos alliés. Je ne suis pas stupide, on ne devient pas totalement invisible sans la moindre aide. Je pensais que Shimazu couvrait votre fuite, cela ne semble pas être le cas finalement... »

Taram était sèche, elle était déçue du devenir de Kazami, cette femme avait pourtant tout pour elle. Beauté, puissance et reconnaissance... Tout cela pour finalement mettre à mort des individus pour des raisons peu viables. La Uzumaki ne pouvait le comprendre, comment finir ainsi ? Pourquoi faire cela ? L'ancienne protectrice de Konoha pouvait pérenniser la paix, elle pouvait devenir Kage à la place de Gekido, donc pourquoi ? Pourquoi agir de la sorte ...? L'ancien Kage n'était qu'un fou s'adonnant à des vieux principes totalement dénués de sens. Taram était pourtant devenue policière en partie grâce aux anciens dirigeants... Mais jamais elle n'aurait pu les suivre dans un tel acte !

« Kazami, nous nous connaissons depuis longtemps.
Sois précise et je ferai en sorte que tu puisses vivre. »

Taram n'était pas au courant de tout, mais elle pensait réellement ce qu'elle disait. Le sang ne devait plus couler.

Publié le 31/05/2020 à 13h44

Chakra rouge

Face à son ancienne amie d'enfance, Kazami avait comme l'impression d'avoir raté quelque chose. Bien évidemment, cela ne lui suffisait pas pour éprouver le moindre remord. Elle avait tout fait pour sauver Konoha des flammes et personne ne pouvait lui dire le contraire. Malgré cette certitude, elle ne pouvait s'empêcher d'entrevoir une vie sereine sans la moindre complication.

« Je ne suis plus avec Gekido depuis quelques jours. Il est devenu fou lorsqu'il a fait fouiller ma mémoire et qu'il a su pour notre enfant... Je n'ai rien pu faire, il a tenté de me tuer. Par chance, Shinji a fait son apparition et m'a sauvé... Je n'en sais pas plus. Nous étions dans une ferme entre Suna et les plaines de Kusa. Un lieu utilisé par les pègres pour nous cacher temporairement. Nous refusions de tuer, nous faisons en sorte de retrouver une arme légendaire.... »

« Pour nos itinéraires, nous parcourions le Yuukan. Et nos alliés, je.. je ne connais pas les noms... Mais ils étaient membres du réseau criminel de Suna... »

Kazami connaissait les noms, mais elle ne pouvait les donner... Taram reprit la parole :

« Tu n'étais pas le chien de Gekido... Tu étais au courant Kazami !!
On ne peut pas se permettre de simplement nier les faits. Tu dois TOUT nous dire. »

Elle ponctua la fin de sa phrase en posant sa main sur la table avec énergie.

Publié le 31/05/2020 à 14h41

Chakra bleu

« Attends, Taram !
Quelque chose ne va pas... »

Kazami se fichait bien du nom des individus pouvant aider Gekido, alors pourquoi ne pas les révéler ? La réponse était évidente et la concentration de Chakra au niveau de la langue de sa sœur confirmait la thèse du senseur de Konoha.

« Kazami, me permets-tu d'examiner ta langue ? »

« Toujours aussi perspicace, mon frère... »

Shimazu s'approcha de sa soeur, lui demanda de tirer sa langue, y injecter de l'énergie spirituelle et une marque fit son apparition.

« Ce salaud n'a plus aucune limite ? Le sceau du silence... »

Après quelques mudras, il fut en capacité de le retirer. Shimazu connaissait ce jutsu, il en usait généralement pour couvrir ses fuites lors de séjours dans des auberges. Les aubergistes étaient habitués et ils étaient généralement heureux de recevoir une prime en contrepartie.

« Nous portions ce sceau pour éviter toute inattention. J'étais volontaire.
Pour en revenir sur les membres de la pègre, je peux vous en donner deux ; Abura Tanjûro et Rihatsu Jun.
Ils sont généralement accompagnés par des sbires dont un homme du clan Mitsuna. Sûrement un mercenaire.
Ils devaient nous rejoindre sur l'île éphémère de Taki à la prochaine pleine lune, dans 4 jours. »

« Pour ? »

« Pour nous délivrer notre récompense suite à notre participation dans une guerre entre deux clans mineurs. Ils devaient aussi nous indiquer notre prochain lieu de vie. Il est possible que Gekido y soit, il comptait énormément sur cette récompense. »

Un homme appela alors Shimazu, lui indiquant que le Hokage le fait appeler à l'arène de combat.

« Drôle lieu de réunion.
Je te laisse terminer l'interrogatoire Taram, je dois y retourner. »

Il ne cessait de courir depuis le début de cette journée, la soirée était en train de tomber sur Konoha et il n'avait pas eu une seconde à lui depuis midi.

Publié le 01/06/2020 à 12h03

Afficher les techniques utilisées
Chakra bleu

« Nous allons avoir le temps de parler, Kazami. Nous remémorer de bons souvenirs et tu vas pouvoir me délivrer la totalité des petites habitudes ton petit-copain, d'accord ? »

Souriant, Taram n'allait pas hésiter à passer sa nuit avec Kazami afin de récolter la totalité des informations au sujet de son amie d'enfance. Saisissant une bouteille d'eau au sol, elle remplit un verre récupéré au même endroit pour ensuite le tendre à l'ancienne amante de Gekido.

« Tu risques de manquer de salive, bois Kazami... »

Il ne comptait pas lui faire du mal ni la tuer, mais simplement en savoir le maximum quitte à bafouer les quelques droits de Konoha. Taram était une policière d'excellence qui n'avait jamais hésité à donner de son temps pour le village. Pour elle, la présence de Kimino au titre de Hokage, était une possibilité extraordinaire de normaliser sa profession à Konoha. Cet interrogatoire dura de nombreuses heures et de nombreuses pistes furent exploitées. Ensuite, Kazami fut placée en prison avec la promesse de revoir son enfant sous peu.

Publié le 01/06/2020 à 12h09