L'ombre de l'héritier

Année 9
Chakra bleu

Son plan de conquête du Pays de l’Eau s’était soldé par un échec. A l’écart de la société pendant plusieurs années, Atsuhito n’avait pu imaginer la situation dans laquelle se trouvait le village de Kiri. Lui qui pensait y trouver une Nation puissante mais inféodée à Kumo, il découvrit un peuple qui avait tout perdu et qui par désespoir se lança dans une bataille perdue d’avance contre ses tortionnaires. C’était avec amertume qu’il avait dû battre en retraite dans le désert aride de Suna, là où il pouvait se cacher des soldats du Pays de la Foudre et des créatures de la nuit qui maintenant occupaient Kiri.

Mais notre fugitif eut lors de sa traversée du désert assez de temps pour penser à un autre plan. Il avait en effet entendu des rumeurs : les divisions internes à Kumo étaient plus marquées que jamais et affaiblissaient le Raikage. Atsuhito ne pouvait pas rêver d’un meilleur moment pour frapper là. Il devait retourner au village qu’il avait fui quelques années plutôt, le village qu’il haïssait tant, et confronter Masashi Hattori. Le problème n’était pas de s’infiltrer à l’intérieur de Kumo – le nombre de déserteurs du Pays de la Foudre étant très faible, la blague selon laquelle « il est plus difficile d’y sortir que d’y entrer » est très connue chez les mercenaires – mais de trouver le Raikage. A cause des nombreux attentats commis par les masques rouges, la protection du chef du village avait dû être extrêmement forcée.

Atsuhito avait pensé à un stratagème. Il avait ouï-dire que le fils du Raikage suivait un entraînement avec son sensei en-dehors du village. Si Atsuhito pouvait le rencontrer pour copier son ombre, il lui serait facile par la suite d’attirer Masashi en-dehors de sa forteresse. Il n’avait toutefois aucune volonté de tuer son héritier. Du moins, pas pour l’instant. Les défauts des pères ne doivent jamais être imputés aux enfants. Notre bâtard était bien placé pour le savoir.

Trouver l’enfant ne fut pas difficile. Atsuhito paya le prix fort mais il put se faire aider par un réseau de la pègre de Suna. Grâce à leurs connexions et quelques pots-de-vin, ils retrouvèrent l’enfant et son maître dans le Marécage de Taki. Cela allait prendre plusieurs jours de marche mais Atsuhito s’y rendit tout de suite. Il prit d’abord un premier temps pour observer discrètement son maître et son apprenti. Il ne pouvait approcher ce dernier si le premier restait à ses côtés. Si cela dégénérait en combat, Atsuhito pouvait se retrouver en mauvaise position. Il attendit alors qu’un matin le jeune homme décide d’aller s’entraîner seul pour tenter une approche.

« Jeune homme ! Puis-je vous demander un renseignement ? »


Comme à son habitude, notre fugitif était vêtu d'une grande cape noire et de son masque loufoque en forme de tête de mort. Pour lui, rien de tout cela ne paraissait suspect. Comment allait réagir le fils du célèbre Masashi Hattori ?

Publié le 17/06/2020 à 12h13

Chakra bleu

« Ne parles jamais à un homme masqué, ce n'est généralement pas bon signe. »

Cet homme était habillé de noir, masqué étrangement et commençait une discussion en demandant un renseignement... Gareki n'était pas très loin, sûrement en train de commercer avec un voyageur. Et puis, Rin voulait bien faire et dominer un peu son destin en s'écoutant un peu plus. C'était décidé, il allait tenter de régler cette affaire seul.

« Tu peux. »

Rin ne s'était nullement approché du mystérieux être masqué. Il le savait, ce type était étrange, mais il était suffisamment loin pour imaginer une contre-attaque. Ainsi, il allait opter pour la discussion et de cette façon, il agirait en connaissance de cause. Pour tout dire, l'enfant n'était pas habitué à juger les individus vis à vis d'une simple apparence... Était-il trop sûr de lui ? Effectivement, c'était un peu le cas. Les lieux environnants n'étaient pas inconnus pour le jeune ninja, c'était pour lui un avantage certain. L'odeur putride des pourritures environnantes était omniprésente. Au loin, un Mitsuna semblait se prélasser, ou bien n'était-ce qu'un simple phoque ? Rin n'en savait rien, il fixait son interlocuteur avec une certaine détermination, lui empêchant d'observer le reste correctement.

Publié le 18/06/2020 à 13h35

Chakra bleu

Le langage corporel est plus expressif que la parole. Atsuhito l’avait appris lorsque, en grandissant dans les bordels de Kumo, il avait côtoyé des femmes qui par leur verbe semblaient aimer passionnément leurs clients mais dont les muscles crispés cachés sous leurs robes élégantes montraient qu’elles détestaient ce qu’elles faisaient. Or, tout dans l’attitude du garçon qui faisait face à notre fugitif montrait qu’il était sur ses gardes. Était-ce par tempérament naturel ou parce qu’Atsuhito n’aspirait pas confiance ? Ce dernier n’y pensait pas, mais il est vrai qu’un homme masqué au milieu des marécages n’était pas forcément bon signe. Lui-même se serait méfié.

Toutefois, il n’appréciait pas la désinvolture du jeune homme. L’héritier était certainement très bien entraîné aux arts ninjas mais il manquait sérieusement de courtoisie.

« Voyons, mon garçon… Ce n’est pas une manière de s’exprimer à un aîné qui ne demande que de l’aide. »


Atsuhito avança de deux pas et leva les bras en l’air, écartant les doigts de ses mains. Il voulait montrer qu’il n’était pas offensif.

« Je voulais savoir… Savez-vous où je peux trouver un éclair au miel ? »


Cette pâtisserie – qui ressemblait littéralement à un éclair fait en miel – était un dessert typique à Kumo. Sans aucun doute cela allait titiller l’esprit de son interlocuteur.

Publié le 20/06/2020 à 16h19

Chakra bleu

Un éclair au miel !? Le dessert préféré du jeune Rin, mais uniquement trouvable dans le village de naissance du garçon. Le type masqué semblait être un pitre et, malgré son sérieux, le Hattori ne pouvait pas s'empêcher de sourire en le voyant lever ses mains de la sorte.

« Je ne voulais pas vous blesser, monsieur ! »

Bien que présomptueux de ses capacités, le gosse était tout de même bien élevé et sa mère avait toujours été très stricte sur le respect. Même si la famille royale était considérée comme divine par de nombreux Kumojins, il était essentiel d'entretenir le respect. Rin ne remarqua pas que son interlocuteur venait d'avancer.

« Un éclair au miel ...? Mais... C'est une spécialité du village de Kumo, monsieur...
Et Kumo, c'est loin...
Vous êtes un marchand ? »

L'héritier n'était pas idiot, mais plutôt curieux de nature. Il ne supportait pas le fait de ne pas comprendre une situation et celle-ci était particulièrement incompréhensible. Croiser un gosse et exiger une pâtisserie provenant d'une autre contrée... Pourquoi ? Avec de l'expérience, le ninja se rendrait compte que ce n'était qu'un stratagème pour établir un combat, mais Rin était si jeune...

« Porquoi tu ... Vous portez un masque monsieur ? »

Le fils de Hattori Masashi le savait, le fait de porter un tel artifice n'était jamais bon signe. Pour autant, contrairement à ses aînés, Rin se disait qu'un homme pouvait avoir une bonne raison de se cacher... Peut-être car il disposait d'un gros nez ? Ou que son visage n'était pas beau ? Durant la conversation, le garçon n'avait nullement bougé.

Publié le 22/06/2020 à 13h50