Représentation transcendante

Année 9
Chakra bleu

« Après de nombreuses missions, je peux te confirmer une chose, le seul réel échec d'un Shinobi, est de se faire tuer. »

Hidemi ne s'était jamais imaginée dire une telle sottise par le passé, mais les choses étaient dorénavant bien différentes. Depuis la disparition de Miwaku Genichi, l'intendante s'était longuement remise en question, Kumo restait sa priorité, mais elle était devenue moins exigeante, envers elle et envers les autres. Malgré cela, sa manière de procéder était toujours la même et la Miwaku n'allait pas tarder à le constater.

« Le Taijutsu et le Genjutsu... Deux arts bien différents. L'un est populaire à Kumo et l'autre se fait bien trop rare. L'art des illusions pourrait me servir à de nombreuses choses. Mais avec une telle spécialisation, il te faudra apprendre à jouer des mots... Tu dois déjà savoir le faire, non ? »

La question n'en était pas vraiment une, les Miwaku étaient reconnues comme particulièrement malines. Elles étaient entraînées à cela depuis toujours. Continuant de marcher, elle reprit alors :

« Ce que je peux faire de toi ? Que comptais-tu faire de toi après ta fuite ? Je vais te rendre indépendante et forte. Les femmes sont sous-estimées dans ce village, tu le sais mieux que quiconque. J'ai de nombreux ennemis, je pense pouvoir user de tes talents contre eux. »

Soudainement, elle s'arrêta pour observer de loin un restaurant de takoyaki. Hidemi ne s'autorisait jamais à manger de telles sôttises, elle se forçait à ingurgiter le même repas depuis de nombreuses années... De la salamandre... Une rumeur disait que cet animal était capable d'activer le pouvoir des Hattori, chose semblant impossible dans le cas de l'intendante.

« Il est tard, mais dînons. Je n'ai rien pu manger durant ta représentation, j'ai dû m'évader de cet enfer. »

Elle se mit à rire durant une seconde et reprit instantanément son sérieux. Elle pénétra dans une échoppe minuscule, elle n'était composée que d'un bar et de deux tables de deux. Le restaurateur ne tarda pas à venir vers elles.

« 12 takoyaki et deux carafes de chūhai. »

Sa boisson préférée et en grande quantité...

« Prends ce que tu souhaites, je t'invite. Ne refuses pas. »

Publié le 30/07/2020 à 01h08

Chakra bleu

Kazuko s'étonnait du comportement de la femme ! Pour quelqu'un appartenant au clan des Hattori, Hidemi était bien sympathique et agréable de compagnie. Essayait-elle de rassurer ou consoler indirectement la jeune Miwaku ?

« Vous avez certainement raison en ce qui concerne les missions... Le réel échec est la mort ou bien la trahison du ninja qui le conduira à la mort du certaine manière. »


Elle continuait à écouter son futur mentor.

« Jouer avec les mots ? Ce n'est pas vraiment utile face à des hommes, ils n'ont d'yeux que pour nos corps. Je vous assure pas besoin d'illusion ou de techniques ninjas pour qu'ils parlent. L'alcool fait tous ces effets là en général. »


La jeune Miwaku ne pouvait s'empêcher d'éclater de rire en pensant à quelques vieux souvenirs. Tous ces hommes qu'elle avait manipulé dans le but de "voler" sans voler leur argent indirectement. Il fallait dire qu'à Kumo dans les quartiers pauvres des Miwaku que la vie n'était pas toujours joyeuse, il fallait user de ruses, mensonges et belles paroles pour pouvoir sans sortir.
Kazuko suivait toujours Hidemi.

« Honnêtement, je ne sais pas ce que j'aurais pu faire après ma fuite. Il est même possible que je n'aurais pu sortir du village et que je me fasses exécuter. »


« Ceci dit la mort n'est pas une chose qui m'effraie. J'étais même à côté d'elle dans les cachots, à voir les prisonniers se battre pour être libre. Il y en avait qui réussissaient à acquérir leur liberté, mais ce n'était pas celle qui pensaient. »


Kazuko manquait de heurter Hidemi qui s'arrêtait nette devant un restaurant de Takoyaki. La femme Hattori se mettait à rire en expliquant son évasion du théâtre. Elle insistait pour que la jeune Miwaku mange sans refuser. Ce n'était pas dans les habitudes de Kazuko d'accepter une invitation, mais pour le coup elle n'avait pas trop le choix.
D'une voix gênée, elle demandait:

« Pour ma part, ce sera six takoyaki et du thé vert, s'il vous plait. »


La Miwaku n'était pas une grande mangeuse et lui prenait ce qui lui semblait nécessaire. L'alcool n'était pas un mets qu'elle appréciait, ça ne sentait pas bon du tout et en plus les vertus étaient néfaste pour le corps.
Mais soudainement, la jeune femme était prise de nausée et se tenait la tête. Elle venait d'être victime d'une nouvelle vision que seul les femmes du clan Miwaku pouvait percevoir.

Publié le 30/07/2020 à 16h13

Chakra bleu

« Nos cachots peuvent paraître ignobles, mais je peux t'assurer que les monstres qui y résident sont de véritables monstres. Les plus méritants vivant comme des riches et les plus pauvres comme de vulgaires rats, est-ce si différent que Kumo ? Une manière de contrôler les foules et éviter de potentiels ennemis supplémentaires. »

Hidemi était pragmatique et elle savait plus que quiconque que la pitié était un véritable vice. Elle devait être droite, plus que quiconque. Ceci dans le seul et unique but de protéger sa patrie. Soudainement, la Miwaku prit une drôle de posture, Hidemi s'en inquiéta immédiatement :

« Kazuko-san, tout va bien ? »

Elle ne connaissait nullement les raisons de ce mal et elle ne pouvait qu'éprouver une certaine forme de ... compassion. L'intendante s'humanisait au fil des mois et il n'était pas agréable pour elle de voir sa jeune protégée souffrir de la sorte. Après observation plus minutieuse, sa comparse ne semblait pas si mal.

« Un problème avec la nourriture ou le restaurant ? »

Publié le 30/07/2020 à 20h39

Chakra bleu

La crise ne durait pas trop longtemps, les images que la Miwaku recevait, était celle d'une guerre. Des hommes, des femmes et encore des enfants victimes d'une horrible guerre.

« Non, rien de tout ça. Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive. »


Kazuko prenait un petit aire amusée et fixait Hidemi.

« Je pensais quand tant qu'Hattori tu étais au courant pour nous les femmes nées par de vraies Miwaku. »


« C'est une sorte d'héritage de notre clan. Nous percevons des visions futures que nous pouvons éviter ou amplifier à souhait. C'est comme si nous voyons l'avenir. »


« Hélas la vision que je viens de percevoir n'est que sang et guerre. Encore des hommes, des femmes et des enfants victime d'atrocités... »


Elle buvait un peu de son thé et mangeait deux takoyaki.

« Quelque chose de néfaste se prépare dans l'ombre sans que nous puissions le voir. Et cette force ne fera que s'accroître de jour en jour. »


Si ces images s’avéraient vraies, alors le pire était à craindre. Il n'y avait pas que la misère entre deux clans dans un même village, mais d'autres bêtes rodaient à l'extérieur attendant le moment propice pour attaquer et mettre tous les villages existant à feu et à sang. L'une des preuves sur laquelle pouvait s'appuyer la jeune femme était l'espèce d'homme-singe rencontrer en cellule il y a peu. Une bête sanguinaire qui ne voulait que baston et sang humain à dévorer.
Kazuko prenait un air sérieux.

« Je sais que l'on vient à peine se rencontrer, mais prenez cette vision comme un avertissement des cieux. »

Buvant encore quelques gorgées de son thé et mangeant petit à petit le reste de takoyaki.

Publié le 30/07/2020 à 21h18

Chakra bleu

Les Miwaku prenaient-ils cela vraiment au sérieux ? Hidemi était du genre à douter des interventions divines du genre, mais pourtant...

« Je suis au courant des divinations des Miwaku... J'ai toujours été dubitative à ce sujet. Malgré tout, je suis aussi très curieuse. Avant que Dame Asae devienne Okasan du clan Miwaku, j'ai longtemps côtoyé sa prédécesseur, Miwaku Chihiro... »

« Une femme forte. Une femme qui savait ce qu'elle voulait. Une femme qui savait me faire face. Dame Chihiro était admirable. Je me suis déjà moqué de votre don de voyance. Elle m'a alors dit qu'un jour, je rencontrerai une Miwaku qui saura me faire comprendre de nombreuses choses sur moi-même. Je comprends dorénavant que faux ou non, ce don en est un. »

Par là, Hidemi signifiait que la véracité de la vision n'était que peu importante, il fallait simplement en retirer des leçons. En repensant à Chihiro, elle fut incapable de s'empêcher de sourire.

« Je ne pensais pas que vos visions étaient synonyme de mal-être. Le sang et la guerre... Je tâcherai de me souvenir de cela. Malheureusement, je crains que cela soit irréversible... »

L'intendante soupira alors, avant de manger une énième boule de poulpe.

« Tu étais jeune à cette époque, mais tu as déjà eu la chance de parler avec l'ancienne Okasan de ton clan ? Elle était si proche de son peuple, Asae est ... bien différente... »


HRP : Si tu réponds oui, nous pourrons partir sur un court RP FlashBack avec l'ancienne Okasan avant de clôturer celui-ci ;)

Publié le 31/07/2020 à 00h08

Chakra bleu

« Oui, j'ai eu cette chance inouïe de pouvoir m'en approcher et d'échanger quelques mots. »


Les quelques souvenirs qui remontaient dans l'esprit de Kazuko la rendait à la fois nostalgique et morte de rire.

« Je me souviendrais toujours de ce jour où j'ai séché mes entraînements et que les anciens voulaient me donner une correction. Elle était intervenue à leur grande surprise et j'ai même eu le droit à des sucreries. »


Malheureusement cette dernière n'était plus. C'était alors que la Miwaku en profitait pour en savoir plus sur l'Okasan.

« Je me demandais lady Hidemi, si vous pouvez m'en dire un peu plus sur la doyenne. Je n'ai jamais su le pourquoi du comment de sa mort... Les adultes Miwaku en parle peu et j'aimerais savoir la vérité. Bien entendu avant tout cela je veux que mes réponses soient méritées ! »


Kazuko marquait un temps de pause dans ses mots avant de reprendre d'un air plus sombre.

« Depuis son départ dans l'autre monde, les choses ont bien changé et pas forcément en bien. »


La jeune Miwaku se mordait le pouce jusqu'au sang et serrait le point en direction de l'Hattori.

« Je veux servir les Hattori et rétablir la paix à vos côtés. J'en fais le serment que je ne trahirai pas le village et que je ne divulguerai aucune informations secrètes concernant celui-ci. »


La jeune femme posait un genou à terre.

« Même si officiellement je ne suis pas encore votre élève, permettez moi de vous appeler Sensei. »

Publié le 31/07/2020 à 12h11

Chakra bleu

« Dame Okasan est morte de vieillesse et de fatigue. Son poste n'était pas aisé pour les nerfs... Elle s'est occupée de notre Kage depuis sa tendre enfance, ce ne fut pas simple pour lui. Chihiro était une femme formidable et certaine de ce qu'elle souhaitait. Elle aimait Kumo tout en étant une Miwaku fidèle à son clan. Je pense qu'elle représentait vraiment le Kumo de demain... »

« Son enterrement fut souillée par les barbaries de Hattori Kazuna et des masques rouges. Elle trouva la parfaite remplaçante, Miwaku Asae, mais une fois de plus, cette vipère de Kazuna fut capable de modifier son héritage... »

Hidemi soupira en repensant à ce pénible passé.

« Dorénavant, Asae n'est plus que rancune et haine, elle ne dirige plus son clan. Elle ne chasse plus la prostitution et elle se laisse acheter en espérant pouvoir se venger de Hattori Kazuna. »

Pour tout dire, Hidemi comprenait parfaitement Asae, cette femme n'était que la victime dans l'histoire. Amputée et torturée par les masques rouges, elle vivait dorénavant comme quiconque ne devrait vivre.

« La place de Okasan est une responsabilité unique en son genre. Je crains que Dame Asae n'en soit plus digne. »

Soudainement, la jeune Miwaku vint s'agenouiller à côté de la Hattori. Celle-ci fut incapable de s'empêcher de sourire.

« Je t'autorise à m'appeler ainsi. Je vais te former et te rendre indispensable, Miwaku Kazuko. Je ne doute nullement de ton utilité. »

Le regard de Hidemi était sincère, cette jeune Miwaku semblait si pure, était-ce dont ce que Kumo avait besoin ? Même l'intendante ne pouvait pas se prononcer sur le sujet, l'avenir le dira.... Les deux compères terminèrent le repas avec tranquillité. À la fin de celui-ci, la Hattori lui donna rendez-vous le surlendemain pour lui expliquer ses nouvelles fonctions.

Publié le 31/07/2020 à 14h57