Les secrets de l'éternel

Année 9
Chakra bleu

Le prince était un sujet désagréable pour le singe. Ce dernier n'avait rien à reprocher à Rei, mais il s'en voulait de lui avoir dit qu'il le présenterait à l'éternel. Pourquoi ? C'était une idée particulièrement stupide. Non seulement, il se mettait en danger lui-même, mais il savait pertinemment que c'était coller une cible également sur le dos de se jeune médecin qui portait déjà un lourd fardeau. Rei n'avait rien dit, mais il devait craindre que l'ex-kirijin ne change d'avis. Il avait donc suivit les conseils du corbeau et c'était rendu à l'étage où il avait trouvé un lit. Ne conservant que son sous-vêtement, il avait pris soin de cacher sa sacoche de ninja ou se trouvait le prince et garder Keiken à portée. C'était des objet précieux qu'il ne pouvait se permettre de perdre. Bien qu'il faisait confiance au jeune Gaikotsu, il ne voulait pas prendre de risque. Il allait très probablement dormir que d'un œil cette nuit encore.
Sauf que la fatigue le rattrapa. Des jours à souffrir des blessure, du froid, et la peur d'être suivi avait énormément fatigué le shinobi. Et le fait d'avoir ce sentiment de confiance avait suffit à ce qu'il sombre dans un sommeil profond. Il n'avait pas aussi bien dormi depuis qu'il avait quitté Kumo en compagnie d'inoiya et Nowaki. Il rêva de son passé. Mais pas des horreur qu'il avait vécu, seulement les bons moments. Il se revoyait s’entraîner avec Dohko, sa rencontre avec Inoiya... Il revoyait ces aventures avec la bande du lapin et Soshi. Il n'y avait pas que du malheur dans son passé. Du moins, il y avait de bons moments qui méritait de ne pas être caché par ce qu'il avait vécu. Dans son rêve, il revoyait tous ces proches. Dans ce monde utopique, il n'y avait aucun conflit entre eux... Sauf qu'un voix vint entacher son rêve.

« Kitai... »

Il se retrouva sur le champ de bataille. L'épée de Bakura brillait aussi intensément que le soleil. Il se tenait debout, brandissant cette lame à proximité du prince. Ce dernier, impuissant supplié pour sa vie, tandis. Les cadavres jonchaient le champ de bataille et l'objectif premier de cette dernière était entre les mains du singe.

« Pourquoi... Ne l'as-tu pas... Achever... »

« Je... »

La voix de Bakura était faible, sans réellement comprendre ce qui venait de se passer, il voyait un individu à la chevelure sombre, de dos, qui venait de percer la poitrine de la jeune femme. À ces pieds, d'autres corps de ses proches étaient clairement visibles. Soshi, Inoiya, Nowaki, et même le cafard gisaient ainsi, mort, au pied de d'un inconnus qui lui semblait bien familier.

« Je te remercie Kitai. »

Il se reconnut, c'était lui qui se tenait debout parmi les cadavres de ces proches. C'était lui qui les avait tuées, ou du moins son corps. Car l'évidence le frappa. C'était l'éternel. Le seigneur des Kenketsu qui avait pris son corps. Et tandis que ce dernier s'approchait de lui, ils e réveilla.
Se réveillant d'un sursaut, la sueur perlée sur son visage. Son rêve avait viré au cauchemar. Matérialisant la peur que lui inspirer l'immortel en bouteille s'il se libérait. Chercherait-il à se venger de lui ? Son cauchemar pouvait t'il devenir réalité ? Le jeune homme avait envie de s'effondrer en larmes. Ces mains tremblèrent sur les deux couvertures qui le recouvraient...

« ... »

Prenant une grande inspiration, il essaya de se calmer et observa plus attentivement la situation. Il n'y avait qu'une seule couverture lorsqu'il se coucha. Observant la pièce, il put constater que ces affaires, qu'il n'avait nullement pris la peine de ranger. Le singe était un gamin bordélique, ces dernières était plié sur le dossier d'une chaise. L'épée n'avait pas bougé n'y sa sacoche. Se levant, il pouvait observer que ces dernières était rapiécé. Il n'y avait pas de miracle, mais il était évident que c'était l'œuvre de son hôte. Il s'en voulut soudainement d'avoir était désagréable avant de s'être couché. Le jeune homme n'y était pour rien.
Une fois rhabillé, il rejoignit la pièce principale. Les flammes dansaient, illuminant et réchauffant la pièce. Ils ignoraient pourquoi, mais le Gaikotsu semblait avoir fait des effort pour être un hôte agréable, ce qui rajouta une pierre de plus au sentiment de culpabilité naissante chez le singe. L'observant dormir, il se décida à la réveiller. D'une main, il vint la poser délicatement sur l'épaule de l'adolescent pour le secouer doucement...

« Rei... »

Il aurait pu le laisser dormir. Il n'avait aucune idée du temps qu'il lui avait pris pour rafistoler ces vêtements n'y pour préparer ce qui sembler être leurs repas du petit-déjeuner, mais la conversation avec le prince risquait d'être longue. L'adolescent ne manqua pas d'être surpris par ce réveil.

« Heu... Je voulais m'excuser pour hier soir... Je n'aurai pas dû m'emportait... Et merci pour mes fringues... »

Kitaï était clairement gêné de la situation. Puis, il se rappela qui devait également s'excuser de l'avoir réveillé. Il aurait sans doute mieux fait de le laisser dormir.

« Désoler... Je n'aurai peut-être pas dû te réveiller... Je n'avais pas envie de manger seul... »

« Excuse bidon! »

Ce n'était pas tout à fait vrai, mais il s'en serait également voulu après d'avoir touché au repas qu'il avait préparé sans sa permission. Le shinobi avait remis sa sacoche et il avait posé son arme contre la table.

« On mange et je te le... Présente. »

Le repas se passa en silence. Le corbeau n'était pas réellement du genre bavard pendant le repas et devait sans doute appréhender sa rencontre avec le seigneur des Kenketsu. Lui-même avait un peu peur des différentes tournures que pouvait prendre cette situation. Une fois le repas fini. Il vint mettre le masque de Reds Monkey. Plus par habitude, que pour cacher le trouble que l'éternel pouvait provoquer sur lui.
Laissant le temps à Rei d'enfiler son propre masque s'il le souhaitait. Ce dernier devait s'attendre à ce que les deux se déplace, alors qu'il n'en avait guère besoin.

« Le voilà... »

Prenant une voix bien sérieuse, il était toujours assis à la table et sortit une petite bouteille contenant une étrange sphère semblant être composé d'ombre solide. Nul doute que son camarade serait surpris. Nul ne pouvait imaginer que l'éternel serait sous cette forme.

« Je te présente le Prince... Kamiyonanayo... »

Publié le 27/07/2020 à 13h12

L'Éternel
Chakra noir

« Bonjour, Gaikotsu »

Il se tourna alors vers Kitai.

« Pourquoi me montrer à un Gaikotsu ? »

Sous cette forme, le Prince n'avait pas vraiment besoin de respirer. Cette technique était l'accomplissement des années d'étude sur une possibilité de se rendre physiquement immortel. Le clan Kenketsu était une chance de le devenir, mais n'avait pas suffit au puissant Kenketsu.

« Je n'en peux plus de cette bouteille ! Tu n'imagines pas ce que c'est de vivre dans ta poche ! »

Publié le 27/07/2020 à 16h01

Garçon étrange
Chakra bleu

Tu avais été réveillé par Kitai, ce qui t’avait valu une belle frayeur. Tu n’étais plus vraiment habitué à ce que quelqu’un vienne t’extirper de ton sommeil. Tu étais encore fatigué, tu aurais voulu dormir plus, mais à la demande de ton invité, tu t’exécutas. Il ne voulait pas manger seul, alors il ne mangerait pas seul. Tu n’avais pas la tête, ni les épaules, et ni la conviction suffisante, pour t’opposer à sa volonté.

« Oui… De rien… »


Tu sentais qu’un malaise s’était installé entre vous. Si bien que tu restas silencieux durant le repas. D’autant plus lorsqu’il t’annonça qu’il allait te présenter le prince juste après. Tu avais peur. Tu ignorais ce que tu allais lui dire. Enfin, tu connaissais le sujet, mais tu ne savais pas trop comment le lui présenter pour avoir une réponse favorable.

Mais le repas se termina plus vite, et tu n’avais pas réussi à dissiper tes doutes. Kïtai avait enfilé son masque, et tu avais proposé de faire de même. Tu déclinas. C’était peut-être ton ennemi naturel, mais tu le considérais avec un certain respect. Tu ferais cela à visage découvert.

Ton visage fut surpris lorsque tu t’attendais à vous déplacer vers le lieu en question. Tu regardas d’abord la bouteille, montrant ton incompréhension. Et lorsque cette dernière, emplie d’une masse noire, commença à parler, tu compris. C’était à ça qu’étais désormais réduit le prince Kenketsu. Kamiyonanayo. Que certains considérait comme l’égale d’un dieu, il était maintenant réduit à l’état de bouteille.

« Mon nom est Rei, Adopté Gaikotsu. J’ai eu vent de votre histoire, Prince. De comment vous avez poussé votre pouvoir à son paroxysme. De comment vous avez réussi par ce biais à devenir immortel. Et bien que l’histoire nous considère comme des ennemis naturels et malgré ce que vous avez fait, je vous respecte pour ce que vous avez réussi à faire avec le contrôle du sang. »


Rei fixait l’œil et la masse ombrale, d’un air totalement neutre. Il n’y avait aucune émotion sur son visage. Ou peut-être uniquement celui de la curiosité scientifique.

« J’ai émis plusieurs hypothèses sur comment vous avez pu procéder. L’idée d’une maladie du Chakra transmissible via le sang et modifiant ainsi l’essence même du chakra de l’utilisateur est celle la plus pertinente. Mais j’aimerais savoir si je suis sur la bonne route, et en connaître plus sur ce processus, voyez-vous ? Car je compte répliquer votre méthode en développant la nécromancie, propre à mon clan. De même, j’aimerais savoir ce que vous savez sur Faust, et notamment de comment il a développer la nécromancie. »


Tu enlevas ensuite ta veste, ainsi qu’un bandage, dévoilant une marque noire sur ton avant-bras droit. Elle était floue, mais était semblable à une sorte de symbole effacé. Les médecins en avaient déduit que tu étais atteint du Fanatisme, et au vu de l’instabilité de ton chakra, cette hypothèse pouvait être vraie. Elle n’avait que peu progressé depuis le temps, au rythme de ta croissance.

« Si je fais cela c’est pour combattre le Fanatisme, comme vous pouvez le constater. Je compte également transcender mon état d’être vivant, mais avec mes propres capacités, pour devenir une sorte de liche. Si c’est possible, je pourrai également aider les autres êtres humains atteint du même mal. »


Tu croisas ensuite les bras.

« Avant que vous ne me demandiez ce que vous y gagnerais, dites-vous que si vous refusez de me répondre, je ne suis pas dans la capacité de négocier. Ainsi, je vous considérerai purement et simplement comme inutile à mon entreprise. Ce qui n’est pas le cas actuellement. Mais si cela le devient, je devrai réajuster ma position à votre égard. »


Ton esprit n’était que logique, tu ne laissais place à aucune émotion, aucun état d’âme.

« De facto, vous perdrez votre importance, et vous mettrez ma vie en danger. Ce qui implique que la solution logique au dénouement d’une telle hypothèse serait votre mise à mort, pure et simple, afin de sauvegarder nos vies, à Kitai et moi. Je vous tuerai. En vous laissant cuire au soleil de midi, avec une loupe si nécessaire. Ou en vous faisant subir tout un tas d’examens douloureux à la recherche d’un quelconque résultat. Et votre vie en bouteille vous semblera bien agréable à côté. Mais je trouverais un moyen de vous tuer, soyez en sûr. Je suis un scientifique, les démarches empiriques, ça me connaît. Ainsi, vous, et l'ensemble de votre oeuvre sombrera dans l'oubli. Voyez-là votre chance de léguer quelque chose après vous. »


Tu croisais les bras.

« Vous avez donc tout intérêt à vous montrer utile afin que l’on vous conserve en bouteille, en bonne santé et sans douleur, et en vie. C’est à vous. »


Dans la négociation, Rei n'avait laisser transparaître aucune émotion, aucune faiblesse, ni doute. Il n'agissait plus comme un homme, mais bel et bien comme une machine.

Publié le 27/07/2020 à 20h46

Chakra bleu

« Il souhaite te parler. »

Simple et direct, le singe n'avait guère envie de tailler la causette avec l'éternel aujourd'hui. Bien que la condition actuelle du vampire n'était que peu plaisante. Le shinobi au masque de singe devait bien le reconnaître. Encore de la pitié pour ce monstre malgré la menace qu'il représente.

Posant son coude sur la table et venant poser son visage contre sa main, il observa la scène sans rien dire. C'était une bataille opposant le Gaikotsu qui luttait pour sa vie et l'éternel. Il ne comptait pas s'en mêler.

« Il fait un peu peur, tu ne trouves pas ? »

Tous les Gaikotsu furent élevés dans la haine contre les Kenketsu et Rei, même adopté, ne faisait pas exception. Pour autant, il n'avait pas éprouvé d'hostilité à son encontre. Mais l'adolescent était maintenant effrayant dans son discours. Il n'y avait rien qui ressortait aux yeux de Kitaï. Ressemblant fortement à Usagi lorsqu'il travaillé "sérieusement". C'était donc ça son véritable visage ?

Attendant simplement que Rei eût terminer, le singe pris très brièvement la parole.

« Tu ferais mieux de lui répondre. »

Car il est moins compatissant que moi, avait-il eu de rajouter. Le singe n'avait pas décidé d’ôter la vie du Prince. Il pensait qu'une meilleure solution existait. Mais il pouvait très bien laisser un autre s'en charger peut-être. Il ne savait pas lui-même.

« Tu devrais être content. Je t'ai trouvé quelqu'un de plus intelligent que moi pour discuter. »


Publié le 27/07/2020 à 22h49

L'Éternel
Chakra noir

« J'avais l'impression d'être face à un Gaikotsu doté d'une réflexion. Malheureusement, ce n'est pas le cas... Cette manie de toujours menacer votre entourage, c'est désespérant. »

L'oeil de la boule noire se plissa alors.

« Tu n'as strictement rien à offrir. Même pas un corps à ce que je vois...
Si tu ne parlais pas autant, tu aurais pu m'entendre accepter le fait de discuter avec toi. »

Le Prince se fichait bien de ce type, mais il devait dorénavant jouer de ses derniers cartes et il était nécessaire de tout recommencer. Pour cela, il était nécessaire pour lui de retrouver des alliés puissants.

« J'ai effectivement étudié le Chakra pour créer cette forme de vie. Comme tu le sais, celle-ci est imparfaite. Nous sommes attirés par le sang et la luminosité est mortelle pour les plus faibles...
Des maigres défauts qui peuvent se corriger au fil des siècles... »

« Gaikotsu Faust... Je ne fais qu'entendre le nom de ce type dernièrement... »

En regardant de plus proche, ce gosse lui ressemblait étrangement... N'était-ce qu'un hasard ? Sûrement, la génétique était parfois ironique.

« Le Fanatisme... Effectivement, ça y ressemble... Une maladie rare en ce monde et malheureusement incurable. Si je peux te rassurer, même le corps d'un Kenketsu ne peut y survivre. Ton Chakra est trop pur pour ce monde... En observant cette marque noirâtre, je ne peux que te certifier que tu n'utilises pas pleinement tes capacités. Car si tel était le cas, tu serais déjà mort. »

Pour tout dire, le Prince ne disait pas réellement vrai... De rares Kenketsu survivaient au fanatisme...

« La nécromancie... Une légende qui date depuis des siècles... Gaikotsu Faust était un homme dévoué et amoureux. Si les livres sont si rares à son sujet, c'est car celui-ci s'est isolé après la perte de sa compagne... »

« D'après toi, comment se fait-il que le pouvoir supposé de ton ancêtre n'est qu'une légende ? »

Le Prince ne répondait pas à tout et ce n'était pas étonnant. Il aimait diriger les conversations et ce jeune garçon allait devoir s'y faire.

Publié le 27/07/2020 à 23h59

Garçon étrange
Chakra bleu

Tu étais fixe à la boule noirâtre. Mais tu préférais mettre les choses au clair.

« Je ne te menace pas, Prince. Je te fais part d’une des nombreuses hypothèses d’un avenir proche si jamais tu préférais le silence au dialogue. Heureux de voir que ce n’est pas le cas. Je n'apprécie guère la violence. »


Il n’était pas heureux, ni malheureux de cette nouvelle. Le Prince avait fait un choix comme un autre. Son visage ne laissait se dessiner aucune trace d’un quelconque sourire. Mais il fallait dire que tu étais satisfait des premières réponses. Tu avais donc vu juste en concernant les Kenketsu, c’était en étudiant le chakra que le « Fondateur » du clan avait pu mettre au point son immortalité. Avec un prix à payer, mais qui te semblait bien maigre à comparer de ce qu’il t’attendait. Mais la suite était loin d’être celle que tu aurais voulu entendre.

« Trop pur ? Comment ça ? Il existerait donc des Chakra impur ? Corrompu ? Ces gens, souffrent-ils des mêmes symptômes ? Y’aurait-il un moyen de restaurer mon équilibre intérieur en mêlant mon ADN à ce genre de sujet ? En diluant mon chakra ? En changeant la nature de sa production via une modification cellulaire ? »


Tu t’arrêtas. Les questions te brûlaient les lèvres. Tu avais laissé une faille dans tes défenses, loin d’être impénétrables. Tu avais cette soif insatiable de connaissance, qui te poussais à voir toujours plus loin. Tu voulais toujours en savoir plus sur le monde, tu avais cette fascination pour les questions existentielles. Exploiter cette faille était si facile.

Mais c’était donc ça, la raison du Fanitisme ? Un Chakra trop pur pour être supporté par un homme ? Cela supposait que tu devais atteindre un certain équilibre. Où qu’il existait un chakra corrompu ? Tu n’en savais que trop rien. Tu n’avais jamais entendu chose pareille. Tu pourrais écrire une thèse à ce sujet que tu ne pourrais répondre à toutes les questions que cette théorie posait.

« Même si je n’ai pas votre sagesse acquise par les siècles, je reste intelligent. J’économise le temps qu’il me reste, afin de trouver une cure. Et j’en trouverai une, comme vous avez trouvé le moyen de développer le pouvoir des Kenketsu. C’est ça qui vous as fait devenir légende, pas l’inverse. J’ai mes chances. D’autant plus que ce qui est mort ne saurait mourir, n’est-ce pas, Prince ? »


Tu fixais la sphère noirâtre, avec un regard plus happé par ta curiosité qu’attiser par tes craintes. Tu étais simplement plus curieux que méfiant. A la question concernant Faust, tu pris le temps de réfléchir. Et après quelques secondes, le temps d’organiser ton idée, tu répondis.

« Deux hypothèses. »


Tu levas un doigt.

« La première, en admettant que la théorie de l’élu est vraie, ce dont je doute, c’est que ce pouvoir vient d’une force supérieure qui ne l’accorderait qu’à certaines personnes. S’il n’y en avait qu’un, ledit élu serait donc Faust, et personne d’autres. Or, il est à l’origine de cette légende. Et certaines rumeurs vont dans le sens que des Gaikotsu ont réussi à atteindre ce pouvoir. Ce qui va dans le sens de l’existence de plusieurs élus. Mais il n’y a aucune trace de puissances supérieures, et même des êtres immortels comme vous n’en faites pas mention. Ce qui va dans le sens que cette légende fut transformée, modelé dans un but précis. »


Tu levas ton second doigt.

« La seconde est plus rationnelle, et la plus probable. Ce pouvoir nécessite des prérequis inconnus, mais découvert par Faust et les autres. En remplissant ces prérequis, cela nous ouvre les portes de la manipulation des morts, de la nécromancie. De là, en découlent deux sous-hypothèses. »


Tu levas ta main gauche.

« D’une part, ce pouvoir n’est pas lié à nos gênes de Gaikotsu. Si tel est le cas, d’autres personnes sont susceptibles de remplir lesdites conditions, et donc, d’avoir accès à la nécromancie. Toutefois, avec les siècles et les milliers d’individus qui ont existé, les probabilités que d’autres individus ait réussies sont fortes. Pour autant, seul Faust est connu pour avoir réussi ce prodige. Donc soit on a totalement effacé de l’histoire les autres individus, soit seuls les Gaikotsu en sont capables. Ce qui est nettement plus probable. Moins d’individus capables, moins d’individus susceptible de réussir. D’autant plus si ces derniers restes silencieux quant à leurs découvertes. »


Tu levas ton autre main.

« D’autre part, ce pouvoir est effectivement lié à nos gênes de Gaikotsu. Forcément, il pose la question de ce qu’est la nécromancie en tant que pouvoir héréditaire. En sachant que nous sommes les cousins des Kaguya, nous pourrions émettre l’hypothèse que nous avons subis une mutation, et créer ainsi une branche secondaire du clan Kaguya. Ainsi, notre pouvoir aurait muté pour nous offrir le contrôle sur les os d’autrui, et non plus sur nos propres os. Ainsi, la nécromancie serait le pouvoir de réanimer les os des êtres morts. Si tel est le cas, ce gène serai récessif, ainsi, tous ne développeraient pas ce pouvoir, ou pas sans les fameuses conditions. C’est mon hypothèse. »


Tu croisas de nouveau les bras.

« En poussant le vice plus loin, on pourrait également faire un parallèle avec le clan Kenketsu. Avant votre arrivée, votre pouvoir était extrêmement faible. C’est vous qui lui avez donné toute sa splendeur, et vous avez surtout réussi à transmettre votre héritage. Admettons que Faust lui, est échoué. Ainsi, la maîtrise de ses pouvoirs n’aurait pu se transmettre à ces descendants, et nous serions donc resté sans pouvoir héréditaire. Ou plutôt, un pouvoir héréditaire dormant. »


Tu haussas les épaules.

« Cela reste des théories, que je ne peux malheureusement pas vérifier ou même tester. Je n’ai aucune piste sur comment les mettre à l’épreuve, aucune idée de protocole. C’est ce qui me manque.Ai-je répondu à votre interrogation ? »

Publié le 28/07/2020 à 01h03

L'Éternel
Chakra noir

Un son difficilement définissable se fit alors entendre, un étrange mélange du aiguë et du grave, comme si deux voix distinctes riaient simultanément.

« Tu parles et tu gesticules bien trop, jeune humain. »

Ce gosse était peut-être trop énergétique et trop menaçant, il était difficile de ne pas le décrire comme quelqu'un d'intelligent. Une véritable pipelette qui semblait chercher une chance de survie... Se battre face à une maladie n'est jamais simple et le Prince le savait mieux que quiconque. Il s'était longtemps battu contre la haine des hommes, un mal bien différent, mais aussi punitif.

« Ce qui est mort ne saurait mourir... Hum... »

Gaikotsu Masaru avait pourtant prouvé le contraire... D'après les rumeurs, cet homme avait joué de la génétique pour jouer de la mort. Mieux encore, il avait été capable de ramener à la vie des défunts qui périrent une seconde fois durant un combat. Les informateurs du Kenketsu n'étaient pas des menteurs, mais cette information semblait si factice.

« Des puissances supérieures ? Si tu parles d'un être qui te regarde et se joue de ton destin, ils n'existent effectivement pas. Malgré cela, les légendes s'avèrent parfois réelles et des entités supérieures peuvent exister...
Les élus du clan Gaikotsu... Il y a un temps, j'ai imaginé que Faust n'était que le fruit d'un hasard génétique. En parcourant les années, je me suis rendu compte que c'était bien plus complexe que cela. Et je dois avouer que tu m'étonnes... Les Gaikotsu sont effectivement génétiquement proches des Kaguya. Des ratés qui se sont rapidement révélés comme aussi agiles et puissants, mais sans la capacité héréditaire propre au clan Kaguya. Le pouvoir des Gaikotsu s'avère plus complexe et plus gourmand... Il n'est pas aussi naturel que pour un Kaguya... Il est peut-être aussi plus rare... »

« Pour en revenir à ton Chakra... Disons qu'il est trop condensé, trop riche. Un corps lambda ne peut le supporter... Il existait un clan capable d'exploiter le fanatisme, le clan Tama... Mais, ce clan n'existe plus. »

Le Prince préféra alors se taire. Ce jeune homme était étrangement doué... Faust était un être d'une intelligence remarquable, mais il n'avait exploité cela à son paroxysme que lorsqu'il souhaite faire renaître sa femme... Ce Rei était prédestiné à constamment user de son intellect pour survivre, il semblait être fabriqué dans le seul but de se dépasser...

« Je n'ai jamais pu analyser longtemps un Gaikotsu. Ils sont fidèles et ils se laissent mourir face à l'envahisseur. Je peux simplement te dire que le terme "élu" est, depuis peu, dénué de sens. Je peux donc t'affirmer qu'il existe forcément un mécanisme de déblocage et je pense savoir comment accomplir ton objectif... »

L’œil rougeâtre fixait le jeune Gaikotsu, était-il prêt à entendre la suite ? Les êtres divins n'existaient pas ? Le Prince ne préféra pas trop en dire, mais les Chikara n'imaginaient pas la richesse de leur patrimoine génétique...

Publié le 28/07/2020 à 01h52

Garçon étrange
Chakra bleu

Un rire. C’était le début de la réponse de « l’éternel » Prince Kenketsu. Apparemment, il trouvait que tu gesticulais trop, et que tu parlais trop. C’était vrai que tu avais cette tendance à t’emporter lorsque tu étais passionné par un sujet. Tu avais cette soif de savoir insatiable, et tu devais toujours aller dans le moindre des détails. Mais c’était cette inquiétude pour ce qui semblait insignifiant au commun des mortels qui t’avais permis de vivre, et de survivre, jusqu’à aujourd’hui.

La façon de répondre du Prince étais énigmatique, ce qui titillais d’autant plus ta curiosité. Il ne rendait pas les choses simples, accessibles. Si tu avais besoin de réponse, il fallait détricoter ensuite les énigmes et les points importants qu’il n’hésitait pas à camoufler autour d’informations que tu avais déjà.

Premier point, les Dieux n’existe pas. Mais les entités supérieures (tel que lui) existaient.

Second point : Le pouvoir de Faust n’est pas le fruit du hasard, et Kamiyonanayo l’avait étudié. Il le considérait ainsi comme plus complexe, plus gourmand, non-naturel et peut-être plus rare.

Troisième point : Le problème avec ton chakra était le réceptacle. Les membres du clan Tama pouvaient le supporter.

Quatrième point : Il pensait savoir comment atteindre ton objectif.



Tu fixais la masse ombrale d’un regard curieux et vif. Tu avais envie d’en savoir plus. Tu avais envie qu’il t’enseigne. À ses côtés, tu ressentais cette dangereuse sensation de grandir à grande vitesse. Qui sait ce qu’il pouvait connaître de ce monde que tu ne connaissais pas ? Tu voulais savoir. Tout savoir. Quitte à absorber son âme si nécessaire. Tu voulais le dévorer, lui et ses connaissances du monde. C’était comme inscrit en toi : survie. Et ta survie passait par transcender les frontières de l’humanité, te poussant à explorer toujours plus loin des concepts existentiels, et pourtant fondamentaux, de la vie humaine.

« Le Clan Tama… Un clan capable « d’exploiter » le Fanitisme, mais aujourd’hui disparût. Mais cela pose la question fondamentale du : Comment ? Et surtout, si leur disparition à un rapport avec ladite maîtrise ? Avons-nous une trace génétique de leur patrimoine, comme des sépultures claniques ? Un corps serait parfait. Dans un autre clan peut-être ? Celui de Konoha, maîtrisant le chakra ? Les Chikara, je crois… »


« J’avais aussi pensé à essayer d’user de mon chakra directement sur un cadavre, mais comme mes ressources sont précieuses, je ne peux me permettre de nombreux essais avant de réussir. »


Tu te posas en tailleurs face à la masse ombrale, attentifs, tel un élève face à son professeur. Tu te frottas la tempe, cette sensation… Cette situation… Tu avais l’impression que c’était naturel pour toi. Où bien étais-ce un souvenir familier ? Tu n’en savais rien. Tu avais cette étrange impression d’être transporté par la conversation, comme poussé dans tes retranchements les plus profonds de ton être. Toute cette masse d’information te fascinais, et tu te laissais envahir avec un plaisir certains de cette déferlante de connaissance. Tu éveillais une sorte de nouvelle conscience, tu héritais comme d’un nouveau regard sur le monde.

« Apprenez-moi, Prince. Apprenez-moi ce que vous savez. Montrez-moi ce que je ne vois pas encore. »

Publié le 28/07/2020 à 14h16

Chakra bleu

« Ils sont barbants... On s'amuse quand? »

Le singe était resté silencieux durant la conversation. Il avait l'habitude des longues conversations ou il ne saisissait pas tout aboutissant d'une conversation. Les détails d'ordre technique lui échappaient particulièrement. Il était cependant facile de comprendre que la maladie de Rei était lié à son chakra. De ce qu'il savait, cela avec un lien entre le corps et l'esprit. Vu l'intelligence de Rei, il était plus probable que le souci vienne de son corps.

Changement d'appui de temps en temps, il commença à tapoter du bout des doigts sur la table. La conversation n'était pas des plus passionnantes à ces yeux, mais il savait que cette dernière était importante pour le Gaikotsu. Il serait sans doute resté silencieux plus longtemps s'il n'y avait pas un la désignation d'un clan qu'il connaissait. Les Tama. Ce clan avait cohabitait à kiri et c'était éteins suite aux divers sacrifices effectuer envers Kumo.

« Il y en avait à Kiri, avant qu'il soit tous sacrifier à Kumo... Il y en avait un en vie à Kumo lorsque j'y suis arrivé... Mais je n'en sais pas plus. »

Sale souvenir, encore jeune vampire. Sa rencontre avec Usagi n'avait pas été des plus agréables. Pourtant, il n'en gardait que peu de souvenir. Seulement le positif. Il était certain que le lapin lui avait parler du Tama. Que lui était-il arrivé? Si Rei souhaitait en apprendre plus sur eux, il était possible qu'il faille se rendre à Kumo. Une mauvaise idée.

« Si le chakra et trop... Pur ? On peut pas lui en donner? Genre une greffe de chakra ? »

Une idée sans doute stupide, mais le singe n'aimait pas les conversations qui tournait autour du pot. Il préférer on aller directement à l'essentiel.

Publié le 28/07/2020 à 14h35

L'Éternel
Chakra noir

« Une fois de plus, tu m'ôtes les mots de la bouche... Les Tama n'existent plus et tu devrais effectivement te rediriger vers les Chikara... Ce clan est capable d'user du Chakra d'or, un Chakra rare et légendaire. Le Père de tous... »

« Le clan Tama était particulier... Il pouvait outrepasser la mort d'une manière bien différente. Ce clan n'est plus, sacrifié par les Kirijins en contrepartie de la survie du village. »

Une histoire bien cruelle... Et révolue... Les Tama étaient des êtres intéressants et puissants, des survivants existaient sûrement... Mais il étaient suffisamment bien cachés pour que même le Prince ne sache où les trouver. Du moins, tous... Sauf un.

« Le clan Chikara use d'un Chakra pur. Il est une piste pour pouvoir se défaire du fanatisme. Tu ne pourras pas préserver éternellement ton enveloppe corporelle, mais tu pourrais résister suffisamment de temps pour voguer d'un corps à l'autre... Du moins, si cela est possible ... »

Le clan Chikara était mésestimé par de nombreux individus et pourtant... Le Prince s'était longtemps intéressé à ce clan et il s'avérait qu'il était sûrement à l'origine de toute chose. Les ruines dorées de Kusa étaient dorénavant recouvertes par les terres et il n'en restait quasi rien...

« Faust s'est retrouvé seul. Seul face à ma propre puissance et sans l'espérance de pouvoir me vaincre. Pour débloquer son potentiel intérieur, il aurait été capable des pires expériences. Si les Kaguya peuvent contrôler leurs os et que les Gaikotsu peuvent débloquer ceux des autres... Ne penses-tu pas que les os de Kaguya sont spéciaux ? Différents ? Imprégnés d'énergie spirituelle ? Si c'est le cas, il faudrait étudier de tels ossements... Ou tuer un membre du clan Kaguya ou bien un Gaikotsu... »

« Ce n'est qu'en tuant qu'on réalise les monstruosités de notre monde. »

Était-ce la vérité ? Le Prince n'en était pas réellement certain. Il avait longtemps supposé que cette puissance énigmatique était liée à Faust, mais les derniers événements prouvaient le contraire...

« Ou... Il est nécessaire de tuer un Kenketsu... Mais, c'est un fait si récurrent que cela me semble peu probant... »

Publié le 28/07/2020 à 14h39

Garçon étrange
Chakra bleu

Tu écoutais Kamiyonanayo, le Prince Kenketsu, comme un élève écouterait attentivement son professeur. Tu t’abreuvais de ses connaissances, de sa vision. Tu apprenais, aussi vite, voir même plus, qu’il était possible d’apprendre. C’était comme si tu étais né pour ça.

« J’imagine… À défaut d’avoir accès à une sépulture du clan Tama, il faudra que je trouve un membre du clan Chikara. »


Il fallait donc que tu te rapproches du clan Chikara, qui étais les cousins du clan Tama. Capable d’utiliser du chakra d’or, qui semblait être le chakra originel. Ils étaient de Kiri, et ont été sacrifiés pour la survie du village.

« Peut-être y’a-t-il des survivants du clan Tama à Kumo ? Je doute que les Kumojin sacrifient de tels individus sans un but précis derrière. Où alors les considéraient-ils trop dangereux ? »


Tu n’en savais que trop rien. Tout cela n’était que des suppositions pour toi. Mais la piste du clan Chikara pour étudier plus en profondeur le fanitisme étais la plus facile d’accès. Encore une fois, en théorie. Tu tournas ton regard vers Kitaï.

« Oui, l’idée de la greffe est possible. Mais encore faut-il trouver comment l’on « greffe » une énergie spirituelle comme le chakra à un corps étranger. Un don de chakra Iroujutsu suffirait-il ? J’en doute, si cela est similaire à un don du sang… En plus universel. Non, ce qu’il faudrait, c’est modifier des cellules de mon corps pour que la nature de mon chakra change. Je pourrais utiliser un agent viral. Ou le même processus que celui de transformation Kenketsu. Mais nous n’en sommes pas là. De plus, si j’arrive à transposer mon chakra dans un corps artificiel… Alors je pourrais user du Fanitisme tout en vivant éternellement. »


La liste de toutes les possibilités si tu arrivais à un tel résultat était immense, presque aussi grande que ton potentiel. Tu voulais repousser les limites de la science, des connaissances, et on esprit en était visiblement capable.

Vint ensuite le moment de Faust. Et tu te figeas. La demande était inacceptable. Pourtant, tu avais intérieurement ce sentiment, cette chose qui te faisait dire que le prince n’avait peut-être pas totalement tords. C’était en tuant que l’on réalisait les monstruosités du monde ? Ton regard croisa celui de Kitaï. Tu l’observais. Tu avais peur de ce qu’il pouvait penser. Car après tout, il était le Gaikotsu le plus proche, et surtout, le plus facile à éliminer. Dans la nuit, endormis, une aiguille dans la gorge. Empoisonné l’un de ses repas. Profiter de ses blessures pour le faire succomber… Ces idées t’effrayaient, si bien que tu reculas un peu, comme si tu fuyais l’inévitable.

Tu regardas tes mains. Est-ce que tu avais vraiment le cran pour faire ce que tu devais faire ?

« Une vie pour une vie… »


Tu fixas la masse ombrale.

« Cela ne me ressemble pas. Je n’ai aucun droit de prendre une vie sans raison, pour simplement sauver la mienne. Un tel acte ne doit pas être pris à la légère. Il doit être réfléchis, raisonné. De plus, je pense que vous vous trompez… Ou alors qu’il existe des alternatives. »


« Admettons que ce soit une atteinte psychologique qui éveille nos pouvoirs de Gaikotsu. Si l’acte de tuer ne suffit pas, et qu’il doit s’agir d’un Gaikotsu ou d’un Kaguya, alors c’est peut-être non pas le fait de tuer, mais le choc émotionnel dû à la perte qui provoque la venue de notre pouvoir. Ce choc activerait notre mutation. »


« Mais je pense plus qu’il s’agit d’une compréhension particulière du chakra et de l’état de mort. L’étude des os des Kaguya, qui doivent sûrement être spéciaux, pourrait nous en apprendre plus. Nous permettre de trouver une piste sur le secret de la nécromancie. Ce qui est aujourd’hui, le plus urgent pour moi. »


Tu te repositionnas normalement.

« Car l’étude de la nécromancie me permettrait de mieux saisir les différences entre l’état de vie et de mort, mais sur le côté de l’énergie spirituelle. Ensuite, si j’étudie le chakra, je pourrai alors développer des techniques de transposition des âmes, ou une technique pour arrêter le vieillissement… Mais chaque chose en son temps. Est-ce que vous auriez d’autres informations pertinentes, ou nous avons besoin d’informations supplémentaires pour continuer nos hypothèses, Prince ? »


Tu fixas le Singe.

« Kitaï, j’aimerais aller à Kiri. Récupérer les archives de notre clan, mettre la main sur des cadavres du clan, et du clan Kaguya… Mais également retrouver la trace du clan Tama. Mais pour y arriver, et survivre, j’aurais besoin de toi et de ta force… Si tu veux bien ? »


Puis, ton regard se retourna au Prince.

« Vous possédez des connaissances qui me font défaut, Prince. Mais je suis prêt à apprendre, si vous êtes prêt à m’enseigner. Vous n’aviez jamais eu l’occasion d’étudier les Gaikotsu, dites-vous que c’est l’occasion ou jamais… Et puis cela sera plus intéressant pour vous, comme pour moi, de converser que de rester silencieux dans cette bouteille. »

Publié le 29/07/2020 à 01h05

Chakra bleu

L'idée du singe n'était finalement pas si bête de tout ce qu'il comprit de la réponse de Rei. Sauf qu'il n'en comprit pas grand chose en fait. Toutes ces histoires de cellules et autres. Ce n'était clairement pas pour lui. Mais la fin le fît quand même tiquer. Souhaitait-il vraiment abandonner son corps pour un factice et vivre éternellement ? Le singe en avait la possibilité et il préférait probablement ne pas l'envisager. Si c'était pour finir comme l'éternel, il passerait son tour. Car l'immortel été entourait d'allié, mais était finalement seul.

« Nah, mais ce n'est pas possible de parler autant ? Ils sont pires qu'Usagi seul ! Alors deux ! On devrait partir ! »

Pour accomplir sa volonté, Faust aurait eu recours à diverses expériences. Laissant sans doute son humanité dans l'unique but de défaire le Prince et ramener sa bien-aimée ? C'était une théorie fort plausible. Surtout au vu des version de l'histoire que le singe avait obtenue de la part de l'éternel et de la prêtresse de Konoha. L'autre possibilité étant de tuer un vampire. Ce qui fît sourire Kitaï sous son masque. Si c'était tellement simple, il y aurait bien plus de Gaikotsu qui aurait éveiller ce don non ? Son regard croisa celui du Gaikotsu.

« S'il veut essayer de tuer un Kenketsu... Tu penses, il va vouloir nous tuer ? »

La même idée avait traversé momentanément l'esprit de Kitaï. Non pas qu'il craignait dans l'immédiat pour sa vie. Mais Rei était différent lorsqu'il agissait pour ca survit. Lorsqu'il parler avec le prince, il n'y avait qu'une logique froide et implacable qui émanait de sa personne. Dans cet état, peut-être que l'idée pourrait aboutir à l'acte ? Non, il devait se faire des idées. Puis, il ne craignait pas grand chose mis à part le poison ou le sommeil... Ou alors une fausse technique de soin ? Le prince allait peut-être le manipuler pour regagner sa liberté ! Quelle terrible erreur avait-il commise en lui présentant. Mais dans un autre sens, peut-être que le prince montrerait des signes d'humanité à son contact ? Un risque acceptable pour changer ce dernier ?

« Évidemment que tuer n'est pas une solution ! Je suis sûr qu'il y a des alternatives... Et s'il n'y en a pas encore, on va la créer ! »

Discours bien naïf, le monde ne fonctionner pas forcément ainsi. Mais il préférait évidemment arriver au meurtre pour sauver une vie. Le peu de fois dont il avait tué lui laisser un souvenir indélébile dans son esprit. Le plus effrayant, c'est que le premier était marquant, la seconde moins. Comme si l'on finissait par s'habituer à tuer, l'acte devenait de plus en plus simple. Devenant un fardeau moins lourd à porté. Repensant à ceux qu'il avait tué, il n'écoute pas la suite de la discutions, ne revenant à lui que lorsqu'il sentit de nouveau le regard du jeune homme se posait sur lui. La proposition de Rei le fit de nouveau sourire et il releva son masque.

« J'ai dit que je t'aiderais ! C'est évident que je viens ! »

Si son objectif suite à la capture du seigneur des Kenketsu était de le garder en prison avec lui pour l'éternité, Rei offrait une nouvelle alternative qui valait la peine d'être suivi. Puis voyager seul en compagnie du Prince était franchement infligeant. Les deux n'avaient pas du tout le même genre de conversation. Le dernier avantage à se rendre dans les ruines de Kiri était la possibilité de retrouver Inoiya et Nowaki. Ils ne s'étaient pas fixé de point de rendez-vous pour l'après-bataille. Le plus probable était qu'il l’attendent soit à Kiri, soit au lac d'émeraudes. Voyager en compagnie de Rei ne l’empêcherait pas de visiter ces lieux visiblement. Le singe vint mettre sa tête à proximité de la bouteille afin de fixer les restes de l'éternel.

« Toi aussi, t'acceptes hein ? Tu ne vas pas laisser passer cette chance de discuter avec une autre personne que moi. En plus... Tu passerais moins de temps dans ma poche, c'est tout benef ! »

Il se mit à sourire au prince. De toute façon, ce dernier n'avait pas réellement le choix de venir.

Publié le 29/07/2020 à 10h41