Obsession et recherche

Année 10 | Printemps
Chakra bleu

J’avais encore fait ce drôle de rêve, toujours avec cette voix et cet ombre qui me pesait dessus comme des boulets aux pieds. J’avais un petit cahier sur moi, je prenais des notes de mes rêves et je tentais de faire un croquis de cet ombre. Elle était totalement chaotique et malsaine et elle semblait vouloir me détruire ou du moins me rendre totalement fou. Je devais garder mes esprit et réfléchir de manière rationnel sur ce qui pouvait se passer. Je repensais à toutes mes expériences et toutes mes notes que j’avais pu faire sur la mort, les entités démoniaques et la résurrection... avant de venir à Matsumoto, j’aurai du trouver ou essayer, des archives sur l’histoire de ces ruines...

J’étais un pur idiot qui se précipitait sur beaucoup de chose et cela m’avait entraîné dans une tombe géante ou j’étais bloqué. Situation magnifique, l’endroit était plaisant dans son abonné et une deco ténébreuse. Les lieux étaient peut être hantée. La destruction de ce peuple était peut être dû à eux même ou liée à ce chakra malsain... c’était d’ailleurs angoissant de le ressentir de manière permanente et plus je m’enfonçais dans les catacombes, plus je le sentais, limite palpable... limite à vouloir se laisser envahir.

Misère, je suis venu m’engouffré ici alors que je voulais continuer à jouer avec mes morts, de les découper et de les baiser. Faire les sacrilèges au nom de mes ancêtres. Je ne pouvais plus faire cela et mes vivres diminué... je commençais à regarder si il y avait d’autres accès possible dans cette immense salle. Tout ce que je voyais, c’était ses énormes colonnes avec une gente d’écriture et les parois déchirées par des henre de griffes humaine ou non... d’ailleurs il y avait peut être encore de ce genre de bête peut être antique, qu’on croyait disparu mais qui continue à vivre ici.

« Je vais devoir me reprendre et ne plus me laisser aller vers cet invité qui tente de le rendre totalement fou. »

Publié le 04/09/2020 à 22h08

Chakra bleu

J’analysais les ressources qui me restaient. De quoi tenir encore quelques jours, mais avec la stricte nécessaire je pourrais aller plus loin... en espérant y arriver d’ici une semaine... même si j’ai perdu la notion du temps et que je ne sais pas dire depuis combien de temps je suis bloqué ic. C’était aussi une drôle d’idée de venir fouiller, mais j’étais tellement curieux que je n’avais pas pu m’y empêcher.
La salle où j’étais, si on retire la détérioration du temps, était parfaitement circulaire et en rendant au plafond, il y avait une ouverte pas très grands qui ne permettait pas de s’y engouffrer. La question qui m’obsède, a quoi pouvait bien servir cet endroit surtout qu’on y voyait pas très clair et que c’était très grand.

Je décidais de longer le long des murs tout en tâtant celui-ci... il y avait peut être une entrée ou autre choses...au bout de plusieurs mètres, le mur était bosselé, j’y regardais de plus près... je constatais, sans surprise et tellement banal pour moi, qu’il s’agissait d’ossement qu’on avait dû utiliser pour faire le mur... était ce un endroit sacrificiel ? Dans quel but et pour quel religion ? Un ancien temple Kaguya? Cela était quasi impossible.

J’examinais minutieusement ce mur d’ossements, ils étaient mit pour faire une fresque quasi parfaite... si seulement j’avais plus de lumière, j’aurai pu admirer cette œuvre dans son entièreté.

« Ça pue la mort et toujours ce chakra malsain qui était assez intense, ça relevait presque du surnaturel. »


C’était une bénédiction de trouver un tel endroit, mais aussi une malediction d’y être bloqué. Quel était maintenant mon pourcentage de survie, personne ne sait que je suis ici... et il y a peu de chance de trouver un pilleur ou un archéologue amateur dans le coin...

Publié le 05/09/2020 à 13h30

Chakra bleu

Je continuais mon investigation dans la pénombre des enfers dans lequel je réais sans réel but que celui de survivre à mes propres peur et de devenir encore plus fort. Je devais prendre cela comme une épreuve que le mal m’envoyait. Un sourire sadique aux lèvres, je tâtais les moindre recoin des murs et je finissais par sentir comme la forme d’une porte dans la parois de pierre et la porte était de la même constitution. Je sentais bien le contour de celle-ci. Il ne semblait pas y avoir de poignet ou autre mécanisme pour l’ouvrir normalement.

Je décidais alors de pousser de toute mes forces, ce qui faisait bouger un peu cet entrée qui était extrêmement lourde. Le gros soucis d’être un eisenin, on a un peu moins de forces qu’un ninja formait à la guerre, je devrais y remédier d’ailleurs. Après plusieurs minutes d’efforts, une ouverture suffisante me permettait de passer et d’être encore un un couloir assez étroit mais qui n’était pas bien long vu la légère lueur que je pouvais voir. Je m’y rendais d’un pas pressé que je freinais vite en sentant encore cette saloperie de présence et je stoppais net quand j’entendais comme des bruits de pas... sans me montrer, je regardais et ce qui se trouvait la était juste cauchemardesque mais cela me procurait tellement de plaisir.... il y avait comme des personnes qui n’avait pas été totalement transformé... un repère de vampires ? Ici dans les profondeurs ? Qu’elle en était l’intérêt si ce n’était pour protéger quelque chose de très précieux. En tout cas, la salle était encore similaire à la précédente, mais il y avait un autel qui ressemblait plus à un tombeau... comment pouvoir l’approcher sans me faire repérer...

Gaikotsu et toute sortes de vampire ou autres, ç’etait une guerre de longue haleine, que je ne comprenais pas spécialement. C’était des non morts, ce qu’un gaikotsu cherche à faire pour retrouver le don de Faust, pour moi, les vampires étaient l’une des clés de notre pouvoir et je comptais bien confirmer cette hypothèse

Publié le 07/09/2020 à 19h37

Chakra bleu

Voilà un bon moment que j’étais assis dans la pénombre du couloir sans bouger afin d’éviter de le faire repérer même si mon sang pouvait me trahir. J’analysais pas situation des plus critiques. Faire demi tour n’était pas possible vu que la seule sortie est bouchée. L’autre solution qui me restait, c’était de voir si il n’y avait pas une sortie, car ces atrocités ont été mit là exprès... mais si ils venaient du même chemin que j’avais emprunté, la ç’était plus que critique. Je ne pouvais pas non plus débarquer dans cette salle en disant coucou, vous savez où est la sortie ? Là je suis mort.

D’un coup une énorme migraine me foudroyait de douleur, les mêmes que j’ai eu précédemment depuis que je suis dans ces lieux qui devaient simplement me rendre fou. Je faisais en sorte de ne pas hurler mettant les mains sur la bouches et mordant dans ma veste... une torture horrible qui survenait sans prévenir.

« Tu vas crever. »


Encore cette voix...

« Ton sang les abreuvera ! »


J’avais envie de hurler et de lui dire de cesser cela, mais je devais le faire intérieurement. Il cherchait à me faire remarquer pour mourir... c’était son but, mais je ne savais même pas pourquoi !
Il n’arrêtait pas de répéter la même chose sans cesse en boucle encore et toujours que j’avais juste l’envie de le jeter dans ces monstres pour que cette voix stoppe, stopper mon tourment , je ne comprenais pas ce qu’il me coulait et j’entendais un charabia totalement incompréhensible avant de m’écrouler totalement au sol... le souffle à terre pret a plonger Dans les ténèbres

Publié le 11/09/2020 à 18h06

Chakra bleu

L’âme où devrais je dire la possession de l’âme. Est-ce une invention de l’esprit et on se qualifierait de fou ou est ce totalement réel est notre âme peut passer en la possession du démon en contre-partie de certains avantages. Si cela s’avère exacte, vendre son âme au mal affligerait une épée de Damoclès à celui qui déciderait de passer ce pacte. Seul un être seul, dénué d’humanité, ne voulant que vengeance et destruction, n’ayant aucun être a aimé pouvait passer ce capte. En réalité, j’étais moi même un démon, obséder par la nécromancie et le pouvoir de Faust, un pouvoir qui n’était jusqu’à présent qu’une légende. Si cela était simplement une histoire pour motiver notre peuple à de venir plus fort mais sans jamais atteindre ce niveau de pouvoir qui n’existerait pas. Je n’y croyais pas, le pouvoir Gaikotsu était bien réel, en nous qu’il fallait réanimer par des moyens les plus obscurs en l’état de rendre la vie aux morts, au prix de leurs âmes et de mon âme. C’était louable et le sacrifice à faire pour un tel pouvoir, si cela ne s’avérait qu’être une légende, je mettrai fin à ma vie qui deviendrait inutile.

J ai réussi à d’innombrables reprises à réanimer un corps grâce à la médecine, ce jutsu interdit mais que je n’arrêtais pas d’utiliser au prix de ma santé. Pourtant, je n’atteignais en rien ce que la légende nous disait. La nécromancie est pourtant un art existant, de part cette technique. Il était donc totalement possible de réaliser autre chose de plus concret et de bien plus puissant. J’avais ouïe dire que Masaru y était parvenu... mais il est mort d’après les rumeurs et son secret avec lui. Était ce réellement vrai ? Était ce un pouvoir gaikotsu ou alors tout simplement un dérivé de la médecine, une pour aider son prochain, l’autre pour la détruire. Des antipodes éternellement, la vie et la mort, le bien et le mal tout était étroitement liée et complexe, pour tout comprendre il fallait sans doute plusieurs vie, mais je n’en avais qu’une à mon actif. Contrairement aux autres Gaikotsu, je ferai pénitence en laissant des écrits pour guider quelques fou qui aborderait la même quête que moi, mais en les avançant à ma manière. Seul geste de bonté que je laisserai à certains hommes.

Damnation de mon âme, l’être qui l’accable n’était autre que moi, chakra malsain de ce lieu maudit n’était peut être qu’imagination. Voix d’ailleurs, voix d’ici le sens de la vie devait se définir ici et j’allais m’abandonner totalement à cette ombre qui me tiraillait et qui voulait ma mort, lier mon destin à elle, accepter la mort qu’elle m’offrait, la mort de mon âme, la mort de mes convictions, la mort du peu d’humanité qu’il me restait. Tel était le choix que je faisais et cela l’amènerait dans les gouffres chaotiques des ténèbres infinis pour massacrer sans scrupules et commettre les pires choses que nos aïeux n’auront pu imaginer.

Publié le 13/09/2020 à 19h16

Chakra bleu

Il était temps pour moi d’avancer et d’accepter mon sort peu importe ce que je deviendrai. La mort n’est que la délivrance de l’esprit qui est gardé par ce corps, la prison de l’âme qui nous rend si faible. Je n’avais pas peur de tout cela avec tout les cadavres que j’avais pu étudier et rendre un semblant de vie à des coques vides comme j’avais pu le faire tout aussi souvent.

J’entendais les pas et les quelques nuits que faisaient ces goules et ces vampires. Quel ironie, mon clan voulait exterminer les vampires et je me retrouvais avec eux enfermé, l’endroit est parfait pour une belle sépulture. Je commençais alors à m’avancer d’un pas lent pour pénétrer dans cette salle différentes toute aussi lugubre et avec du monde. Au moins, je n’étais pas tout seul et n’ayant plus de vivre, je n’avais d’autre choix. Si il y avait eu moins de ces etres affames, j’aurai pu m’en servir et me nourrir de leurs chairs.

« Il est temps. »


Je m’avançais et je me mettais à la vue de tous, les regards me braquaient, je étais entouré de prédateur, des non morts mais aussi des non vivants. Je souriais à cette fresque ténébreuses à laquelle j’assistais. Je continuais d’avancer lentement alors que l’agressivité montée. Je leur souriais et j’entendais à nouveau cette voix beaucoup plus clairement mais sans être prix d’un énorme mal de crâne.

« La dernière peur est celle de la mort, tu ne sembles pas être en affecté »


Sans comprendre pourquoi, je tombais au sol comme si un énorme coup de massue était venu percuter mon crâne... la mort devait m’attendre et m’appeler à elle...

Publié le 16/09/2020 à 13h05