A la recherche d’expériences

Année 10 | Printemps
Chakra bleu

Il était temps pour moi d’aller à une sources incommensurables de cobaye, il s’agissait de Ame, certainement le village le plus pauvres du Yuukan, je m’étais mis en route de bon matin. J’allais profiter de la route pour réfléchir à ce que je pourrais faire pour passer une étape dans la décadence de la mort. En me rendant la bas, je n’aurai pas de mal de trouver une âme innocente, affamé qui voudrait sortir de ce lieu de perdition pour quelques bouts de pain... mais j’allais offrir bien plus que cela.

Il m’aura fallu 3 jours pour atteindre Ame, long ou pas j’avais pris mon temps pour m’améliorer à la chasse, ce qui m’évitera de devoir sortir trop souvent en dehors de ma zone et ai son rester le plus discret possible. J’entrais dans le village et je n’y voyais que misère, enfants, femmes et hommes accablé, affamé. Je ne faisais pas 10 mètres dans une demande d’aumône... bande de chien galeux. C’était juste du bétail, un marché ou je venais cherchais ce dont j’avais besoin pour mes lugubres expériences.

J’avançais, regardant autour de moi à la recherche de ce corps idéal... mon regarder se portait alors vers une jeune femme, belle d’un premier abord et certainement encore plus sans la crasse. Je m’approchais d’elle en lui tendant un bout de viande sécher . Elle me l’arrachait des mains mais elle prit la peine de me remercier d’un signe de tête.

« Pauvre fille... je me nomme Konton. Je suis vraiment triste de te voir dans cet état. »


S’apitoyer, le meilleur moyen d’ensorceler une proie des plus faibles. Elle se redressait et elle me remerciait, tout en me disant son nom... Katami... un bien jolie prénom. Je lui souriais.

« Cela te plairait de manger à ta faim chaque jour ? Je suis médecin et j’aurai besoin d’une assistante pour m’épauler dans mon travail perilleux. Tu auras ta chambre aussi et de quoi te rafraîchir chaque jour. »


Je la fixais dans les yeux. La réaction fut rapide et elle n’hésita pas à accepter.

« il serait peut être bien que tu préviennes tes proches, que je leur en parle aussi, ce n’est pas anodin surtout que ç est à quelques jours de marche. »


Son regard était remplis de tristesse, elle me disait qu’elle n’avait plus personnes.... elle savait juste que ces frères étaient partis vers la ville minière pour trouver du travail, mais qu’elle n’avait plus de nouvelles et que rien ne l’attendait ici... c’était juste parfait, excellent.. personnes pour se soucier d’elle et de ce qu’elle deviendra.

« bien allons y, la route est longue. On ira à notre aise et, j’ai découvert une source à quelques heures d’ici, tu pourras prendre un bon bain. Et je chasserais pour avoir un bon repas au coin du feu. »


Je me m’étais alors en route avec ma proie... je reviendrais sûrement ici... il y avait un grand choix et beaucoup de facilité.

Publié le 31/08/2020 à 17h07

Chakra bleu

Nous étions en route depuis un bon moment et Katami était de plus en plus joyeuse et radieuse m. Je ne lui avais pas offert beaucoup , mais comme elle n’avait rien, c’était un énorme cadeau pour elle. Katami me demandait ce que je faisais exactement. Je lui expliquais sans trop entrer dans les détails . Elle était enthousiaste et faisait mine de tout comprendre juste par politesse... même si elle avait été doté d’une plus grande intelligence, elle n‘aurait jamais compris et ça aurait pu être dangereux de se faire prendre.

Nous n’étions plus très loin de mon antre, on traversait les ruines. Elle avait un air interrogatoire et je prenais les devants pour lui expliquer pourquoi j’avais choisis ce lieu plus qu’isolé. Ce n’était pas un secret et il ne resterait pas en vie suffisamment longtemps pour pouvoir me trahir.

« Je vois que tu es soucieuse de ce lieu. Je vais te dire la vérité. Je suis un rescapé de Kiri, tu as sûrement dû entendre que ce village a été détruit par Kumo. J’ai du fuir pour sauver ma vie ou pire, être enfermé dans les prisons de Kumo. J’ai alors trouvé cet endroit quasi désertique où le cacher, le gros que les survivants se fassent oublier par l’empire.... C’est lache dans un sens... mais étant médecin je me sens plus utile vivant que mort. »


Elle me souriait, elle comprenait et elle me disait qu’elle en aurait fait autant m. Compréhensible et je ne mentais pas là dessus, c’était la vérité sauf sur ma fuite... ç était plus un concours de circonstances.

On arrivait à l’entrée de mon antre m, ma demeure... on pouvait appeler là de différente manière mais le terme crypté me plaisait beaucoup plus, mais je ne pouvais dire ça face à Katami.

Je l’invitais à rentrer et je faisais une visite des lieux assez brève. C’était assez rustique, je n’allais pas décorer ce lieu. Je lui montrais où se doucher, la réserve et sa chambre.

« Demain je te montrerai mon laboratoire et je te dirais la fonction que tu auras. En attendant repose toi, demain nous commencerons. »


Je la laissais tranquille... qu’elle profite de ces moments de soucieuses avant l’horreur qui lui arrivera.

Publié le 31/08/2020 à 18h08

Chakra bleu

Le soleil était encore bas dans le ciel, on pouvait encore voir la lune. J’étais nu sur ce qui ressemblait à un balcon. J’aimais profiter de la fraîcheur du matin dans le plus simple des appareils. Je n’avais cependant pas le temps de traîner m. Je m’habillais et j’allais voir comment mon invitée se portait. Elle était dans la pièce de vie, en train de préparer à manger, légèrement vêtu... laissant apparaître ces formes des plus appréciables, ce qui était surprenant en sachant qu’elle a été en malnutrition. Ça n’avait pas de réel effet sur moi, j’avais une autre tendance obsessionnelle que je voulais assouvir très rapidement. Je m’installais pour déjeuner en sa compagnie, mon assistante éphémère faisait très bien son boulot. Je mangeais ce qu’elle avait préparé et j’approuvais.

« Tu es bonne cuisinière, c’est assez agréable de manger un bon repas. Je n’ai pas ce genre de talent. »


Je rigolais, elle rougissait, elle développait certainement des sentiments envers la personne qui l’avait sorti de la rue... pour se retrouvait en enfer.

« Bien, suis moi dans mon laboratoire. Je vais te montrer quoi faire. »


Je me levais et elle me suivait. On entrait dan l’antre du diable. Il n’y avait rien de compromettant et d’apparent. Juste diverses fioles contenant des liquides et du sang. Une table d’autopsie et diverses outils utiles à la médecine en général.

« Pour te parler de ce que je fais exactement ici, je cherche diverses remède au des maladies, des anti-poissons et diverses potions de renforcement. Je tiens à aider mes prochains en les rendant plus fort . »


Mensonge, ce n’était pas du tout cela.

« J’aimerai que tu ranges le tout par ordre de couleur et de manière alphabétique. Ça me fera gagner énormément de temps, je suis assez bordélique. »


Cela l’amusait et elle se mettait au travail, pendant ce temps... je préparais mon matériel... il était bientôt temps...

Publié le 31/08/2020 à 18h42

Chakra bleu

J’attendais qu’elle est tout rangé, elle on aura servit à quelque chose d’autre au moins.
Je m’approchais alors d’elle et je la prenais dans mes bras pour l’embrasser. Elle répondait à mon baisé avec fougue, je savais qu’elle n’attendait que cela. Je la montais sur la table continuant mon étreinte. Je la déshabillais et elle en faisait de même avec moi. L’excitation montait de plus en plus en moi quand je finissais par glisser mes mains autour de son cou et de serrer de plus en plus fort jusqu’à ce qu’elle commence à se débattre.

Je la fixais droit dans les yeux, je voyais en elle le supplice et une façon de demander pitié pour que je la relâche, mais il n’en était rien et je regardais peu à peu la vie s’éteindre en elle jusqu à ce qu’elle ne respire plus... J’observais ce corps magnifique et encore chaud. Je l’embrassais de part en me dirigeant vers le fruit interdit et de mon membre viril je la pénétrais, c’était encore chaud et humide et les mouvements brutal de ça et viens s’accentuer. Mon excitation était à son paroxysme, je étais étouffé d’un plaisir intense à me dire que je baisais avec la mort elle même. Un acte incongru dénué de sens pour certain, mais remplit pour moi.
Avec mon chakra, je me concentrer au bout de mon sexe pour lui insuffler à l’intérieur de son vaccin jusqu’à l’explosion jouissif de l’orgasme. Je tombais à genoux face au corps d’épuisement d’où mon fluide perlait le long de ses cuisses... quel plaisir addictif.

Je me redressais tant bien que mal et je mettais au mieux le corps sur ma table ou le corps me servirait encore.

« La rendre en vie pour plus de plaisir... je pourrais le faire indéfiniment. »


Je restais nu face au corps, je devais me reposer, mais la fête n’était pas finit. Le plaisir morbide serait une source d’inspiration.

Publié le 31/08/2020 à 20h52

Afficher les techniques utilisées