Un géant et des rouquins

Année 7 | Été
Libératrice des Uzumaki
Chakra rouge

HRP : Suite du RP : https://shinobi-rpg.ovh/sujet-828-3#msg11113


« J'espère que ce grand gars là, j'ai vraiment besoin de me défouler sur quelqu'un. »


La pseudo-vendeuse qu'ils avaient rencontré avaient donné que très peu d'informations. Elle avait dut voir, malgré l'amélioration du jeu d'acteur du couple, la lueur d'espoir s'afficher dans leurs yeux et marchander une mission qui valait probablement bien plus que l'artefact. Sans attendre, ils s'étaient mis en quête de trouver cette grande personne -mais grande à quel point? C'était peu fiable comme indication- et de lui extirper ses affaires. Kazami pestait contre cette mission. C'était une perte de temps. Depuis des mois ils cherchaient cet artefact sur des rumeurs -probablement fausses!-.

« Nous devons plus être trop loin. La pègre a dit de ramener son poignard et la sphère d'or qu'il a dans son sac ... »


Kazami râla, encore. Probablement que Gekido ne l'écoutait même plus. Elle même ne s'écoutait plus. Heureusement, ils arrivèrent au village, et tirèrent leur capuche pour masquer leurs cheveux. Enfin, elle se tut pour être plus discrète. Un soulagement pour tout le monde. Ils explorèrent le centre-ville pour finalement trouver cette fameuse Auberge des Quatres Vents. Sans hésitation, Kazami pourra la porte.

Publié le 08/09/2020 à 16h34

Le Démon du Feu
Chakra rouge démon

Ce fut sous un soleil d’été particulièrement chaud que Kazami et Gekido avait entamé les recherches de cet homme de grande taille. Cependant, il cherchait également pas attiré tout l'attention des Konoha-jin, ils ne voulaient guère se mettre en difficulté dans un combat contre nombres d’entre eux. Il était certain de Konoha enverrait une force de frappe conséquente, pour arrêter le couple. Par ailleurs, dans l’éventualité où ils auraient à combattre, l'intérêt des deux Uzumaki se trouvaient à trouver repérer le ou les senseurs, à déterminer une ligne de fuite et à agir rapidement et efficacement pour soit éliminer le senseur, soit fuir le plus rapidement possible. Ils avaient une mission à réaliser et cette dernière comptait tout autant que leur vie.

Mettant en œuvre des tactiques de fuite complexe afin de à distancer de potentiel shinobi et, après s’être assuré qu’il n’était pas suivi, ils avaient pris la route de Kusa. C’était là-bas que le couple de rouquin devait se rendre, selon les dire de leur contact de Suna. C’était dans ce village non militaire, et plus précisément dans une Auberge, que les amants devaient se rendre.

Tandis qu’il approchait du village, Kazami semblait de plus en plus impatiente. Sa rencontre avec la marchande lui avait laissé un amer gout, semblait-il. Elle ne cessait de pester après elle, après son comportement immature et semblait même vouloir en venir au mains pour se défouler.

« Nous devons plus être trop loin. La pègre a dit de ramener son poignard et la sphère d'or qu'il a dans son sac ... »

« Je l’espère aussi. Sinon, nous serons obligés de le faire parler. Et je pense que nous n'avons pas besoin de faire parler de nous en ce moment. »


Gekido avait prononcé cette phrase en rabaissant sa capuche, plaçant son visage dans une ombre relative. Il ne fallait pas que ses cheveux rouges n’attirent d’avantage le regard que leur présence ne le faisait déjà. Il était déjà assez curieux comme ça que deux personnes -un homme et une femme qui plus était- se balade dans un village tel que Kusa. Seul des Mercenaires ou des Ninja pouvaient agir de la sorte. Ou peut-être des bandits ou des membres de la pègre. En sommes de personne à éviter pour les nombreux civils qui habitaient le village.

Bientôt, après être rentré dans le village, le duo trouva l’auberge rechercher. Auberge des 4 vents. Kazami entra la première et, après jeter un rapide coup d’œil aux alentours, Gekido lui emboita le pas, fermant la porte derrière lui.

Lorsque la porte de l’auberge fut refermée, une odeur caractéristique d’un feu bois brûlant dans la cheminée encore dans l’âtre s’empara des narines du rouquin. Pourtant, aucun feu de bois ne brulait actuellement dans la cheminée, située dans le coin droit de l’auberge, et aucune cendre n’était même présente. Humant une nouvelle fois l’air, Gekido perçut alors une odeur de viande fumé et de légume bouillit. Quelqu’un préparait un repas. S’avançant vers le barnum, fait d’un bois sombre, l’ancien Kage du Village de Konoha scanna la pièce d’un œil attentif. Il n’y avait, pour le moment, que trois clients. L’un d’eux était un homme, d’environs une quarantaine d’année, se trouvant accoudé au comptoir, une choppe poser face à lui. Les deux autres clients se trouvait sur des tables séparées et était, tout comme Gekido et Kazami, emmitouflé dans les capes de voyages assez large.

Tout en déposant un baiser sur la joue de Kazami, Gekido lui murmura :

« Que veux-tu faire ? »

Publié le 08/09/2020 à 18h17

Libératrice des Uzumaki
Chakra rouge

Lorsqu'ils entrèrent, ils scrutèrent rapidement la pièce. Aucun géant. Un peu déçu, les deux Uzumaki se dirigèrent machinalement vers le bar. Le meilleur lieu pour trouver des informations. Ce genre de travail d'espion n'avait jamais été le genre de Kazami. Mais depuis leur départ, elle s'y était mise. Négocier, faire parler ... C'était devenu leur quotidien. La rouquine se justifiait tous les jours. C'était pour le bien commun, un jour, il comprendront.
Gekido déposa un baisé sur la joue de la kunoichi, ce qui l'attendrit un peu et elle lui répondit pas un sourire et une petite caresse sur sa main.

« Et bien ... on boit ! »


Elle fit signe au serveur de leur rapporter deux pintes. Première leçon : se fondre dans la masse. Venir dans un bar et ne rien commander paraissait trop louche. Elle récupéra donc les deux bières que lui apporta leur nouvel ami et en tendit une à son amant en lui faisant un clin d'oeil.

« Je suis quasi-sûre que s'il y a un géant ici, tout le monde le connait. Alors ... santé ! »


Et la jeune femme trinqua. Elle bu quelques gorgée de la bière fraîche qui réveilla son palais. Lorsqu'elle était à Konoha, Kazami avait toujours été très sérieuse. Elle ne buvait pas, s'entrainait beaucoup. Depuis qu'ils avaient quitté Konoha, qu'elle avait accouché, puis abandonné son enfant (c'est comme ça qu'elle le ressentait), Kazami se laissait un peu plus aller. La colère montait plus vite, l'envie d'ivresse, la tristesse ... tout était décuplé.
En même temps qu'elle buvait, elle laissait trainer son regard dans la pièce. Il n'y avait pas grande monde, et peu de gens paraissait bavard.

« Hep jeune homme ... fit-elle en s'adressant au serveur. On cherche un grand gars ... On a un truc pour lui. Tu connais ? »


Elle avait pris volontairement un façon de parler un peu populaire pour ne pas alerter le barman. Allait-il s'ouvrir à elle ? De toute façon, sa réaction lui donnerait sa réponse. Et s'il fallait taper pour faire parler, Kazami avait justement les poignets agités.

Publié le 08/09/2020 à 20h12

Le Démon du Feu
Chakra rouge démon

Malgré le doux baiser déposé sur la joue de sa compagne, Gekido restait attentif et sur ses gardes. Contrairement à son habitude, il ne se laissait pas aller à ses sentiments et restait concentré sur la mission ainsi que sur leur sécurité, jetant des coups d’œil chaque fois qui jugeait cela nécessaire ou opportun. Il voulait, à tout pris, éviter une rencontre avec les Konoha-jin. Il était clair dans l’esprit de Gekido que sa puissance n’était pas prise à la légère et que les ninjas de Konoha était prêt à affronter leur ancien leader et ce, au péril de leur vie.

Gekido suivit Kazami jusqu’au bar, fait d’un bois sombre et s’assis à ses côtés. Depuis leur départ de Konoha, et plus encore depuis que la jeune femme avait accouché, la kunoichi ne semblait plus respecter les règles qui régissaient la vie de la plupart des shinobi. Mais elle n’était pas comme la plus part des shinobis. Ainsi, elle avait commencé à boire et parfois plus que de raison, jusqu’à l’ivresse. Durant ces moments, néanmoins rare mais souvent gênant, le rouquin avait choisi d’épauler sa compagne et n’avait jamais fait aucune mention de ce qu’elle avait pu dire ou sous-entendre lorsque l’alcool l’aidait à délier sa langue. Il comprenait la détresse émotionnelle de sa femme, lui-même ayant du mal à accepter la situation, mais avait choisit d’être le pilier -inerte et insensible- sur lequel Kazami pourrait se reposer au besoin. Après tout, il était d’une meilleure aide et d’une meilleure compagnie qu’une choppe, qu’elle soit pleine ou vide.

Gekido accepta la peinte du tavernier que lui tendait la rouquine, et commença à la consommer après avoir fait tinter le verre de son verre et celui Kazami, après un choc léger, afin de symboliser le partage et la cohésion entre eux. Buvant quelques gouttes de cette bière, il regardait le tavernier du coin de l’œil afin d’observer une quelconque réaction de sa part. Aucune. Il s’agissait d’une bière brunâtre, au gout de céréale prononcé et à l’arrière-gout terriblement amer. Une bière comme il était possible d’en trouver dans ce genre de coin, et surtout consommer en hivers afin de se réchauffer un peu.

Tout en consommant, doucement, sa chopine, Gekido écoutait attentivement Kazami. Cette dernière avait, depuis leur départ, prise l’habitude de parler la première notamment lorsqu’il fallait récolter subtilement quelques informations. Non pas que Gekido était incapable de faire cela, mais il manquait souvent de discrétion voir de retenu. Mais Kazami n’était souvent pas la dernière à s’emporter et à jouer des poings.

« Je connais plein d’grand type, ma p’tite dame. Mais j’pense pas que ce soit l’un d’eux que vous cherchez. Ce sont tous que des gueux, des paysans ou des bucherons. »


Gekido perçut alors un coup d’œil, timide et furtif, du barman en direction de l’une des tables occupées par un voyageur encapuchonné. Qu’est-ce que cela voulait-il bien dire ? Intrigué, mais pas encore agacer par ce petit jeu qui allait sans doute durer quelques minutes, l’homme à la chevelure flamboyante -mais dissimuler derrière une capuche- se mit à observer l’homme en question. Son visage, ses cheveux et ses vêtements étaient cachés grâce à sa cape de voyage et ne rien ne laissait à penser qu’il pouvait observer la scène. Le même constat s’appliquait également à la seconde personne présente dans cette auberge. Quant au quarantenaire, il n’avait pas bougé et continuait de boire sa choppe.

« Nous cherchons un gars … vraiment très grand. Il n’est peut-être pas d’ici d’ailleurs. »

Publié le 09/09/2020 à 12h26

Chakra bleu

Comment voulez-vous vous cacher lorsque vous faites plus de 2 mètres ? Okuninushi ne le savait guère, mais il ne pensait pas être recherché de la sorte. Deux roux étaient au comptoir et semblaient clairement le chercher. Cachant ses jambes avec sa cape, l'homme paraissait juste gros, mais il était bien plus que cela. Soudainement, il se leva pour prendre la parole :

« Que recherchez-vous !? »

Il n'était pas courant de voir un Akimichi sur le Yuukan, de nombreux individus pensaient même qu'ils n'existaient pas. Notre géant pouvait prouver le contraire, sa famille était cachée sur une île suffisamment éloignée des lieux fréquentés par les hommes. Les géants n'aimaient pas trop se montrer, ils étaient systématiquement utilisés pour faire la guerre et ils possédaient enfin cette chance unique d'être incognitos. Du moins, tant qu'ils ne se baladaient pas sur les terres des hommes de la sorte... Okuninushi n'était pas ici pour rien, il était venu récupérer un ornement spécial et synchroniser l'orbe dorée à son réceptacle. Par chance, il n'avait pas vraiment eu besoin de véritablement s'énerver jusqu'ici. Le haut de sa tête était à quelques centimètres du plafond. Il ne choisissait que rarement une auberge sans prendre cela en considération.

« Vous me recherchez !? »

Okuninushi n'avait ni le temps pour rire ni l'envie. Il devait encore parcourir des dizaines de kilomètres avant de rentrer chez les siens et il avait passé la veille à creuser pour insuffler l'énergie collectée dans le réceptacle.

Publié le 14/09/2020 à 17h03

Libératrice des Uzumaki
Chakra rouge

Ils n'eurent pas le temps de chercher. Déjà, un des clients répondit à leur appel. Il se reconnaissait donc dans un "grand gars". Kazami était satisfaite. Elle n'avait pas envie de perdre son temps à chercher cette personne indéfiniment. Plus vite ils auront accompli la mission, plus vite ils obtiendront l'artefact, "guérirons" Gekido et ils pourraient rentrer à Konoha. Probablement un raccourcit. Mais la rouquine y croyait.
Se tournant vers l'inconnu, elle le rejoignit à sa table en faisant un signe du menton à Gekido de la suivre. Elle s'installa lentement à la table du grand gars et posa sur lui ses yeux verts. Une mèche rouge venait obscurcir son visage.

« Effectivement tu es plutôt grand. Mais assez grand pour être la personne que l'on cherche ? »


Elle fit un sourire en coin. Elle sentait déjà son chakra pulser sous sa peau, prêt à bondir sur l'inconnu. Elle posa ses mains à plat sur la table, caressant le bois mal poncé.

« Une connaissance de Suna nous as dit que tu aurais quelque chose qui nous intéresse dans ton sac. »


Kazami savait très bien comment cela allait se finir. Pauvre taverne. Bientôt réduite en cendre. Tout ce qu'elle craignait, c'est que Gekido perde le contrôle. C'était pour cela que lorsqu'il y avait combat, c'était souvent Kazami qui s'y collait.
Selon sa réaction, ils allaient bien voir s'il était la personne qu'ils cherchaient.

Publié le 14/09/2020 à 17h32

Le Démon du Feu
Chakra rouge démon

Gekido s’était adressé au barman, sans le regarder. Il était resté concentré sur l’un des deux voyageurs portant une cape de voyage. En effet, le premier semblait être gros et disgracieux sous sa cape tandis que le second semblait être d’une plus haute stature. Mais, malheureusement, l’ancien Kage ne s’attardait pas sur la bonne personne. Soudain, alors qu’il était absorbé à scruter les moindre faits et gestes de la personne encapuché, Gekido fit volte-face lorsqu’il entendit que l’on poussait une chaise. Un bruit stridant caractéristique d’un bois, travaillé et vernis, traîné avec force sur le sol, lui aussi boisé, se mit à retentir dans l’auberge, à présent totalement silencieuse. Hormis le géant, personne n’avait encore bougé. L’ancien Kage observa l’homme se lever, se déplier. Il était si grand que ses cheveux semblaient toucher les poutres en bois soutenant le plafond -qui devait également faire office de planché pour l’étage de cette modeste auberge.

Toujours encapuché, Kazami se dirigea vers la table de l’homme qui venait de se lever tout en indiqua, chope de bière en main, à Gekido de la suivre, d’un mouvement de tête. Et, alors qu’il était debout, Kazami choisit de s’assoir à sa table, posant face à elle sa bière. Ell semblait être encore plus petite qu’elle ne l’était face à ce géant. Gekido lui, qui avait emboîté le pas à sa femme, était resté debout, près d’elle. Et, bien que d’une taille correcte pour un homme, il ne semblait guère être assez haut pour rivaliser avec la taille -imposante et écrasante- de l’homme. Un géant…

Les yeux fixés sur le géant, et notamment sur ses bras et ses jambes, Gekido écoutait de manière distraite les paroles de Kazami. Il connaissait parfaitement le tempérament de Kazami et savait déjà ce qu’elle allait dire, dans les grandes lignes. Tout ce qu’il avait besoin de faire, c’était se concentrer sur la potentielle attaque du géant. Potentielle, non ?! Prochaine …

Publié le 14/09/2020 à 18h39

Chakra bleu

Dans sa sacoche ? Pas vraiment, l'orbe était toujours précieusement cachée par le Akimichi. Planquer une telle relique dans une vulgaire besace, c'était bien évidemment imaginable. De ses trois mètres de haut, les deux roux semblaient minuscules. Malgré cela, le géant ne pouvait pas se surestimer et prendre le risque d'une confrontation sans être certain des capacités de ses adversaires. Ils semblaient étonnés par la taille, mais pas suffisamment pour le craindre.

« Et je dois partager mes objets avec vous, c'est bien ça !? »

Le ton agressif du géant était bien évidemment synonyme d'un énervement grimpant à toute allure. Qui étaient-ils pour lui parler de la sorte ? Il ne connaissait pas grand chose de ce monde, mais il n'avait jamais imaginé le traverser sans avoir à combattre. Jusqu'ici, il s'était battu que trois fois pour des problèmes généralement abstraits. Il détestait se battre, mais avec un tel corps, c'était souvent inévitable. Il se mit alors à regarder la Kunoichi dans les yeux et prit de nouveau la parole :

« J'ai un objet et vous le souhaitez, c'est bien cela ? Si tel est le cas, ne tardons pas éternellement... »

Soudainement, le géant pointa du doigt la porte de sortie. Il refusait de se battre ici, l'auberge ne pourrait pas y survivre... Qui plus est, il lui fallait prendre en considération sa masse et le lieu n'était nullement avantageux pour lui.

« Les dames d'abord ! »

Une ironie plus significative, le Akimichi le savait, une confrontation était inévitable. Les deux roux souhaitaient un objet crucial pour le géant et celui-ci ne pourrait pas éternellement le cacher. À quoi bon remettre cette bataille à demain ..?

HRP : Si vous sortez, considérez que le Akimichi vous suit ;)

Publié le 15/09/2020 à 14h38

Libératrice des Uzumaki
Chakra rouge

Toujours assise alors que le géant lui faisais face, Kazami croisa les bras. Elle n'était nullement impressionnée par son interlocuteur, elle-même savait qu'il n'y a pas que la taille qui compte.

« Partager ? Oh non, tu dois nous la donner. »


L'adversaire semblait avoir été piqué. Il savait donc de quoi elle parlait. Sans attendre, il pointa la porte du doigt. Il n'allait donc pas donner ses affaires sans combattre. Kazami lança un coup d'oeil à son acolyte avec un léger sourire en coin, puis se leva et franchit la porte. Derrière l'auberge se présentait une vaste étendue d'herbe qui semblait avoir été placée là pour ce combat.

« Donnes-nous l'orbe et le poignard. Je ne le répèterai pas. »


Kazami n'avait aucune idée ce que qu'était ces objets. Mais s'il étaient un moyen pour sauver Gekido, elle tenterait sa chance. L'Eisenin se mis en garde face à son nouvel adversaire. Le corps à corps semblait un peu risqué vu sa masse. Si elle se prenait un coup, le corps léger de Kazami ne ferait que voltiger. Gekido par contre, avait peut-être une chance. Elle ferait donc diversion pour lui. Kazami et Gekido avait cet avantage de connaître parfaitement le style de combat de l'autre, ce qui les rendaient presque invincibles lorsqu'ils étaient tous les deux.

« Katon, Haisekishou No Jutsu ! »


La rouquine souffla de la cendre de façon large sur tout le terrain, englobant elle-même et son amant. D'un crissement de dents, elle enflamma le nuage de cendre qui s'était formé, mettant à feu le terrain de l'auberge.

Publié le 16/09/2020 à 00h10

Afficher les techniques utilisées
Le Démon du Feu
Chakra rouge démon

Debout, au côté de Kazami, Gekido prêtait attention à l’homme à la stature imposante. Dans toute la taverne, c’était bien lui qui représentait la plus grande menace. Et, à croire son discours et sa posture, il en était conscient. Contrairement à beaucoup, il n’avait pas essayé de parler à Gekido -qui n’avait d’attention que pour les mouvements du géant- ou de capter son attention pour le distraire. L’attitude réfléchit de l’homme confirmait bien qu’il n’était pas un novice. Il avait dû se préparer à combattre depuis longtemps.

Comme l’avait soupçonné Gekido, la négociation vira vite en joute joute verbale et la conversation houleuse se transforma en invitation à régler cela par les poings. Ainsi, une fois de plus, le duo était obligé d’avoir recours à la violence.

Gekido suivit Kazami jusqu’à un terrain herbut situé non loin derrière l’auberge. Comme il l’avait prévu, le géant se trouvait derrière eux. Lorsque tout le monde fut en place, Kazami somma une dernière fois au géant de leur remettre les artefacts qu’il avait en ça possession. Mais, sans succès. Cependant, les avaient-ils avec lui ?

Il ne pu malheureusement pas poser la question. Kazami, qui semblait avoir besoin de canaliser quelques chose, souffla de la cendre de façon large sur tout le terrain, englobant elle-même et son amant. D'un crissement de dents, elle enflamma le nuage de cendre qui s'était formé, mettant à feu le terrain herbue. Immédiatement après que le nuage de cendre est explosé, Gekido explusa à son tour un nuage de fumée. Au contacte des flammes de Kazami, ces dernières s'amplifièrent, immolant encore plus le terrain. Autour des deux amants, une véritable mer de flamme s’étaient formé. Cependant, avaient-ils touché le géant ? Gekido n'en savait rien et restait attentif afin de protéger la jeune femme...

Publié le 16/09/2020 à 00h59

Afficher les techniques utilisées
Chakra bleu

Le Akimichi ne put s'empêcher et il se mit à rire en constatant les dires de la femme, pour qui se prenait-elle ? Elle était peut-être quelqu'un dans ce monde, mais sur l'île des géants, elle ne ferait pas long feu. Ils étaient deux et ils semblaient aussi dosés la puissance du géant, il le savait, ils étaient coutumiers des batailles clandestines. Qu'imaginaient-ils ? Qu'un individu allait transmettre un artefact de sa famille pour répondre à leurs caprices ? En frappant sur le sol, le Shinobi accepta de se faire partiellement brûler et il ne s'en inquiétait pas spécialement, son physique lui permettait de mieux encaisser qu'un homme lambda. Malgré cela, il comprit bien rapidement qu'il ne pouvait pas sous-estimer le duo, celui-ci agissait en unisson. La terre se mit alors à trembler sous les pieds des deux roux et le géant en profita pour réaliser des mudras.

« C'est un trésor appartenant aux membres de mon clan !! »

L'homme le savait, son clan n'était qu'une légende bonne à raconter aux enfants... Pour tout dire, c'était normal, les Akimichi n'agissaient que rarement et généralement, les individus désireux de se battre étaient relativement faibles. Ōkuninushi en était qu'à sa première mission malgré son âge. Son père comptait sur lui. Bien qu'il ne devait pas se faire repérer, il décida de braver l'interdit pour éviter tout risque. Son clan n'avait nullement le droit de perdre cet artefact. Son corps était encore fumant lorsque son corps se mit à bouger étrangement. Une chaire supplémentaire s'enveloppa autour de lui et son corps ne tarda pas à atteindre les 6 mètres de haut. Il se mit alors à crier si fort que l'auberge en trembla. Il fonça vers les deux roux sans nul crainte. Sous cette forme, un Akimichi était presque invisible. Durant les dernières guerres, le clan avait fait profil fait bas, mais il avait longtemps été employé pour servir les gagnants. Les géants se cachaient dans le seul but de se faire oublier, jusqu'à aujourd'hui...

Publié le 16/09/2020 à 12h13

Afficher les techniques utilisées
Libératrice des Uzumaki
Chakra rouge

Alors que le feu dansaient autour d'eux, le sol se mis à trembler puis à se briser comme s'il s'agissait d'un verre en cristal. Déséquilibrée, Kazami sauta de proche en proche pour essayer de ne pas se faire enterrer. Elle jeta un coup d'oeil rapide devant elle. Le feu s'étai calmé, et elle pouvait voir la silhouette de son adversaire de transformer ... en monstre ? 6m de hauteur, un corps inhumain... Qui était cet homme ?

« Je crois que la vendeuse de Suna nous a bien arnaqué ... fit-elle à son acolyte »


Kazami ne s'attendait pas à se voir affronter un tel géant. Leur interlocutrice était-elle au courant de ces pouvoirs ? Probablement qu'elle en savait plus que ce qu'elle avait bien voulu leur dire ... Les cheveux fumants mais la peau intacte, Kazami se prépara pour la contre-attaque. En effet, le géant se ruait déjà sur eux. Chacun de ses pas faisaient trembler le sol, ce qui ne tarda pas à faire tomber plusieurs maisons.

« Désolé, mais on en a besoin pour sauver le notre ! »


Déterminée à sauver son clan du destin funeste de la vengeance d'Enoshima et des manipulations des Chikara, l'Eisenin effectua rapidement ses mudras à une main tandis qu'elle lança ses shurikens vers de le géant de l'autre. Des boules de feu virent alors l'entourer, et une salve se détacha pour suivre les shurikens. Elle se doutait bien que ses attaques défensives n'allaient pas stopper le géant, mais elle espérait un peu le ralentir pour laisser une ouverture à son Hokage.

Publié le 16/09/2020 à 18h19

Afficher les techniques utilisées