Recherche de l'indésirable


Contrées adjacentes, Toundra d'Ame

Année 10 | Printemps
Yandere-Sama

« Mais tu vas répondre le bougre ! La petiote veut faire du copinage et tu ne lui réponds pas. »

Makoto tapotait sur le front du Gaikotsu pour voir si celui-ci était mort. Il avait l'air tellement perdu dans ses pensées qu'il ne calculer plus ce qui se passait. Drôle de personnage quand même !
La femme écoutait par la même occasion le dialogue entre la nouvelle recrue et Hatsuharu. Comment s'appelait-elle déjà ? Sa... Saro... Sari ? Elle oubliait déjà le nom de la nouvelle, car ce n'était pas elle que Makoto voulait voir. En revanche, elle ne niait pas qu'elle était magnifiquement bien foutue. Elle attendait et entendait la fin du dialogue entre les deux personnages avant d'ajouter.

« Hatsuharu. En parlant de notre Gaikotsu de compagnie. Je crois qu'on l'a cassé avec Natsumi. Il répond pu de rien. »

Elle lui donnait des petites claques pour voir si cela allait le faire réagir avant de s'énerver et de lui en coller une plus grosse.

« Hey ! Machin ! Réveille toi un peu ! »

HRP : Konton m'a autorisé de répondre avant lui.

Publié le 23/10/2020 à 14h28


Blaspheme ténébreux, je me déplaçais tant bien que mal avec ce poids sur mon dos... mais ce n’était pas mon seul fardeau. Je ressentais une forte faiblesse et j’avais froid, très froid... j’avais quand même perdu pas mal de sang et je n’avais pas pu me soigner correctement... même mes paupières semblaient peser une tonnes. Mon pas ralentissait, j’avais l’impression que l’on me parlait, ma vue se brouiller... je n’avais pas la force de répondre et je ne savais pas à qui je devais répondre... que faire... et cette voix dans ma tête me parlant sans cesse de mort... que je devais passer un capté ou me laisser mourir une bonne fois pour toute... je sentais à nouveau la force vitale s’échapper de moi... je flirtais avec la mort, une conquête que j’aimerai apprivoiser...

Je regardais devant moi... une des leurs me parlait, incapable de lui répondre... je n’arrivais plus à avancer, un genou tombé au sol, puis l’autre et sous le poids de toute cette misère je m’écroulait au sol, face à terre, complètement vidé... j’avais froid très froid... que m’arrivait il? Je devais me ressaisir mais je ne savais que faire... puis cette chose se manifestait à nouveau... toujours le même, une allure des plus démoniaques mais si belle. Je le voyais accroupi face à moi et de sa main il relevait ma tête par mes cheveux.

« Pauvre pauvre Konton... te voilà en train de ramper comme une larve. »


Je ne réagissais pas alors que je voyais le regard sadique de cette chose.. de ce démon!

« Tu n’as plus grand choix ... mourir ou vivre, mais pour cela tu devras perdre ton âme... ça ne devrait pas être difficile pour toi? »


Ce démon riait, son rire semblait venir des tréfonds des enfers... il raisonnait en moi comme le clocher d’une église... et le choix qu’il me donnait, il était unique... pas de choix... je tentais de voir les silhouette s’éloigner et d’une voix faible...

« Sei... gneur... Hatsu.... haru... »


Parler devenait horriblement difficile... il fallait que je quémande ses soins... je n’avais plus d’autre choix...

Publié le 23/10/2020 à 16h10


Intrigué par la phrase de Makoto, Hatsuharu se retourna :

« Les enfants, vous devriez permettre à papa de parler, vous voulez ? »

Malgré tout, il constata que le Gaikotsu était dans un bien sale état. Le seigneur des ténèbres soupira et s'approcha alors de lui. Il l'observa et se mit à dire :

« Que fais-tu, Gaikotsu ? Tu joues au malade encore ? »

Le Kenketsu avait un mauvais pressentiment, ce type semblait plus fou que prévu et le vendre à la citadelle s'annonçait bien difficile. C'est bien dommage, un homme de cet espèce était recherché et il pouvait potentiellement valoir une petite fortune. Continuant de l'observer, il se doutait que ce type était instable et qu'il pouvait devenir un véritable problème sur le long terme.

« Tu fais peur aux petites ainsi qu'à notre invité. Reprends toi. »

Publié le 26/10/2020 à 11h28

La petite écorcheuse

Le Gaikotsu n'eu quasiment aucune réaction lorsque Natsumi lui passa la fleur au poignet. Et aucune lorsque Makoto lui tapota le front. La vampirette fut d'abord vexée, puis remarqua que le monsieur puant n'allait pas bien du tout. Il était tout pâle, perlait de sueur et ses yeux étaient tout petits.

« Il sent la mort, fit la petite d'un air mystérieux. »


Elle leva les yeux vers Hatsuharu que le mourant implorait. Qu'allait-il faire ? Ni lui ni Natsumi n'avait de capacités de soins. En général, il tuaient plus qu'ils ne soignaient. Epargner quelqu'un était déjà nouveau pour eux, mais alors lui procurer des soins ... Elle sortit ses canines affutées, prête à donner le coup fatal. Elle s'approcha du Gaikotsu, plongeant ses yeux dans les seins : c'était facile puisqu'à genoux il était enfin à sa hauteur.

« A présent il faut choisir : la douceur de la mort ou la jouissance de la vie éternelle ? »


La Kenketsu passa sa langue sur ses dents comme pour bien les lubrifier avant l'impact.

Publié le 27/10/2020 à 23h02

Archange de la Justice

La petite vampire, qui tournait autour de la justicière, se présentant la première, dans une enthousiasme et d'une joie de vivre que n'importe quel enfant pouvait avoir. Malgré que son coeur ne battait plus, le comportement de cette dernière la faisait tellement fondre son coeur. Saori aurait aimé de la prendre dans ses bras, mais son attention fut attiré vers le grand ténébreux. Il avoua qu'il pensait cette dernière disparu du monde des mortels, ce qui fit échapper un léger rire entre ses lèvres. Il est vrai que la justicière ne faisait guère beaucoup de bruits, depuis un certains temps. Elle se tenait plutôt tranquille et cette tranquillité pouvait résumé à une terrible tragédie. Cependant, sa présence montrait que la vérité était tout autre. L'ange aux yeux rubis n'agissait que dans l'ombre. La pègre d'Ame était néanmoins sure de son existence, mais ne connaissait aucunement l'identité de cette justicière.

« C'est plus pour me faire oublier que je dois quitter ma nation. Une femme qui ne vieillit jamais n'est jamais très bien vu par les mortelles, hélas. Même avec des attentions aussi justes. »


Les dires de la vampiresse reflétait une certaine amertume devant cet inconvénient. Certes, même si ses attentions étaient tout à fait juste et réussissait à coopérer avec les mortels, sa nature pouvait terrifier les plus ignorants, d'autant plus que la réputation des hommes de la nuit était très mauvaise. Elle avait connu certains de ces vampires qui avaient plongé dans la folie sanguinaire, tandis que d'autres sombraient dans la dépression éternelle. Beaucoup C'était détourné de la voie que le Prince avait montré, dont la Légion qu'Hatsuharu parlait. Un simple sourire s'afficha sur son visage, alors qu'elle se rapprochait du grand gentleman.

« Cela m'encourage d'avantage de vous suivre. »


Le regard rouge de la vampiresse croisa ceux du fils, laissant une forme de questionnement. Elle connaissait la relation houleuse qui avait entre la seigneurie et le fils. Pour elle, il était surprenant que ce dernier avait l'intention à allé à l'encontre de la Légion, mais elle se doutait qu'Hatsuharu cachait ses véritables attentions envers le but de leur ''mission''. Cependant, alors que son regard était plongé dans le sien, La boudeuse aux dents pointus frappa un violent coup sur le pauvre mortel. Malgré que l'odeur de ce dernier repoussait Saori, elle ne pouvait s'empêcher d'avoir une certaine pitié pour ce dernier. Comment était-il tombé aussi bas? Et...pourquoi était-il aussi peu soigné? La justicière observa alors avec attention les deux vampires, offrant à celui-ci la possibilité d'accepter ou de refuser d'appartenir de notre clan. Saori connaissait certains médecins dans les alentours qui pouvaient lui prêter les soins, mais la solution de Natsumi était plus envisageable au vu de son état. Elle avait bien peur que leur balade jusqu'à la maison du premier soignant vienne à bout du jeune humain. C'Est donc sur cette pensée qu'elle garda les bras croisés, observant la scène silencieusement.

Publié le 29/10/2020 à 15h58


Les mots fusaient de toute part dans mon crâne. J’avais beaucoup de mal à distingué le vrai du faux car ma folie prenait le pas sur la réalité et vive versa. Comme avais je pu tomber dans un état aussi lamentable alors que j’entrais médecin, j’étais totalement incapable de me soigner tellement j étais faible et mon pronostique vitale n’était pas bon du tout. J’étais épuisé , affamé et blessé... j’étais surpris d’ailleurs d’avoir encore la force de parler un peu et de gesticuler.

J’entendais Hatsuharu me demander d’arrêter de faire peur au fille... j’agonisais et je n’étais pas en position de faire peur à qui que ce soit... alors que j’étais toujours au sol, la plus jeune en apparence s’approchait de moi et elle me proposait un choix... d’abréger les souffrances ou de m’offrir la vie éternelle. Alors que j’essayais de parler, je sentais un coup violent me percuter qui me faisait cracher du sang...

Mon chemin ne pouvait pas se finir de manière aussi misérable... je devais vivre pour atteindre un niveau de savoir conséquent et la vie immortelle me permettrait de continuer ma formation et tenter de percer les secrets de mon clan. Je tentais alors tant bien que mal de me redresser sur les genoux, regardant ceux qui m’entourent. Je frottais le sang qui coulait de la bouche...

« Je pourrais... vous... servir... éternellement.... »


J’avais de plus en plus de mal à respirer.

« Mes compétences lié à la vie éternelle pourrait vous servir à jamais... mon pronostique vital est engagé... »


Je devais déposer un poing au sol pour me stabiliser.

« Transformez moi pour une éternité de servitude ou tuez moi simplement car je n’en ai plus pour ttes longtemps... »


J’acceptais la transformation ce choix ou l’autre était quand même de mourir d’une manière... la vie n’était plus entre les mains maintenant...

Publié le 29/10/2020 à 16h29

Yandere-Sama

Oh punaise ! Ce qu'il avait le don d'agacer la Kenketsu femelle ce Hatsuharu à jouer les "papa". Elle lui lançait un regard froid pour lui montrer son mécontentement. De plus, la nouvelle rencontre de son air hautain acceptait de suivre le groupe dans quête. Rah là là. Et la suite était encore plus hilarante, car Natsumi laisser le choix entre la mort ou l'éternité. Makoto, si elle en avait le pouvoir, elle l'aurait déjà pour le torturer éternellement.

« J'aurais tout vu en l'espace d'une soirée... »

Soupirant, elle laissait la place à la petite Natsumi pour que celle-ci le transforme ou abrège ses souffrances. Elle n'avait pas envie que la scène de la dernière se reproduise à nouveau. Tout l'exaspérait assez comme ça.

« Bon finissons-en et avançons pour retrouver Sen... le Prince. Je sais qu'on a l'éternité, mais c'est déjà assez pénible comme ça. »

Elle s'inquiétait pour son grand amour illusoire et se demandait comment se portait se dernier ? Était-il toujours en vie ? Quelle question ! Bien sur que oui ! Pour la femme le Prince ne pouvait mourir. Rêvant un peu trop, elle revenait vite à la réalité à cause de ce "truc".

« Natsutsu, transforme le et fais en ton Toutou de compagnie. Tu pourras même choisir son nom, si tu veux. »

Et si personne ne se décidait, Makoto se porterait volontaire pour abréger ses souffrances ou le faire souffrir un peu plus longtemps jusqu'à ce que la mort s'emparerait de son âme laissant son corps sans vie.

Publié le 29/10/2020 à 19h52


« Gaikotsu, penses-tu sérieusement que nous allons entacher nos dents de ton sang ? En tant que Kenketsu, tu ne vaudras strictement rien. Tu ne seras qu'une jeune bestiole qui recherche du sang. Un mauvais chien. Impossible de te vendre de la sorte et notre petite expédition ne peut se faire sans monnaie. Dormir dans la faune, ce n'est pas forcément chose agréable, même une éternité ne peut réparer un corps souffrant d'un terrible mal de dos. Un immortel se doit de prendre soin de sa propre personne. »

Contrairement à son habitude, Hatsuharu prit alors un air terriblement sérieux et reprit alors :

« Je ne rigole plus, Gaikotsu. Pour te dire, ton corps possède une certaine valeur. Je peux te vendre mort ou vif. Malgré cela, je ne compte absolument pas te supporter une éternité. Tu es un déchet, mais tu es aussi un grand comédien. Dois-je te transporter vif ou mort ? »

Si le Gaikotsu continuait de beugler de la sorte, il se ferait tuer ou endormir. Il était hors de question de continuer à le supporter.

« Décides et maintenant. »

L'observant de haut, le vampire semblait énervé, le porteur du groupe semblait offrir une bien piètre image du groupe à la nouvelle membre.

Publié le 04/11/2020 à 00h25

La petite écorcheuse

Forcément le Gaikotsu choisit la vie éternelle. Qui ne la choisirait pas ? Natsumi fit un petit sourire. Saori vint alors lui mettre un grand coup sans réelle raison, ce qui surpris un peu la petite vampire. Elle paraissait si douce et pourtant elle semblait posséder en elle son lot de violences. Son attention quitta donc le Gaikotsu pour observer l'inconnue. Qui était-elle réellement ? Pourquoi son chakra ne lui paraissait pas si inconnu que cela?
Hatsuharu pris la parole de sa grosse voix. Immédiatement, Natsumi baissa les yeux par réflexe. Cette vois lui faisait peur, elle savait à quel point son père pouvait devenir cruel, et cela était souvent après avoir pris cette voix là. Il ne fut pas aussi clément que la petite : il lui proposait simplement la vie ou la mort.

« On peut le vendre même en morceau ! »


Etait-ce l'heure de la mort du Gaikotsu ? Il semblait bien amoché. Mais comme le disait Hatsu', il semblait également bien jouer la comédie. Les membres de ce clan étaient des menteurs et des manipulateurs. Ils avaient tués le frère de Natsumi et pour cela ils méritaient bien plus que la mort.

Publié le 04/11/2020 à 14h51

Yandere-Sama

Agacée par la manque de décision de la part des autres Kenketsu qu'elle pensait plus sanguinaire qu'elle, Makoto assénait un grand coup dans la nuque de ce pauvre Gaikotoutou. Le corps de l'humain tombait net sur le sol, était-il encore en vie ? Elle se mettait à son niveau déchirant le bas de son haut pour en faire un garrot sur la blessure qui continuait de perlait depuis le début sur cet effronté, puis dans un élan de soin elle vérifiait s'il respirait encore. Une fois chose faite, elle prenait son sac en bandoulière et prenait l'affreux sur ses épaules.

« Mort on en tirera pas grand chose. Autant le laisser en vie. »


« Et comme tout le monde à l'air d'avoir peur de se salir les mains, je m'en occupe. »

Elle fixait les sacs par terre avant de poser son regard à nouveau vers les siens.

« En revanche, je ne me collerais pas le rôle d'esclave, il va falloir que vous portiez vos sacs. »

Dans son élan de fausse bonté, la Kenketsu femelle commençait à reprendre la marche.

« Je suggère d'y aller, j'ai pas l'envie de passer ma vie à attendre ici. »

Publié le 13/11/2020 à 11h33

Archange de la Justice

Le jeune homme à chevelure blanche semblait vouloir rejoindre la vie des éternels. C'était assez compréhensible, vu que la mort faisait extrêmement peur à certaines personnes. Ne pas savoir où on va se reposer, si notre âme sera purifiée par la faucheuse et ne pas avoir tout vécu nos rêves. Elle aussi, la vampiresse se rappelait de ses derniers moments en tant que mortelle. Une blessure sévère qui aurait dû la tuer sur le coup, mais que, par miracle, la demoiselle respirait toujours. Peut-être était-ce le destin qui l'avait mise sur cette voie?

Néanmoins, malgré les supplices du mortel qui avait une étrange odeur, Hatsuharu expliqua son mécontentement sur cette idée. Cependant, sous les dires du fils du prince, la jeune vampiresse fronça légèrement les sourcils en croisant légèrement les bras. Il voulait.. le vendre. Ce n'était point quelques choses qu'elle pouvait accepter et, pour une justicière comme elle, cet acte devait être condamner, néanmoins, Saori ne pouvait point faire grand chose. Non seulement qu'un instinct étrange et surnaturel lui empêchait d'attaquer ses confrères et de les apporter à la faucheuse, mais il y avait aussi une petite part d'elle qui refusait de lever la main sur ce vampire. Ce côté beaucoup plus désavantageux, mais qui la rendait beaucoup plus humaine envers les mortelles. Ils allaient surement avoir une bonne discussion plus tard..

La boudeuse, qui semblait un peu, elle aussi, énervée par la scène, aida l'humain qui pleurnichait sous sa blessure et reprit la route, expliquant tout de même qu'elle ne prendrait pas les sacs. Saori, sous ces événements, ne fit que soupirer doucement avant de prendre de s'approcher des affaires. La justicière fixa alors Natsumi d'un sourire.

« Natsumi-chan, où est ton sac? Je vais l'apporter pour toi, ma chère. »


Quand celle-ci désigna ses affaires, la vampiresse s'exécuta. Elle plaça chacun des sacs de ses épaules pour bien balancer le poids. Par chance, Saori n'était point quelqu'un qui amenait beaucoup d'effet personnel avec elle. Elle amenait que le strict nécessaire, soit sa flasque, les trophées et de l'argent. Tout son argent était dans ses poches.

Maintenant prête à partir en aidant la jeune Natsumi à porter ses affaires, la demoiselle à longue chevelure de jais se rapprocha du Kenketsu, puis, elle tourna légèrement la tête pour le fixer dans les yeux. Un doux sourire s'afficha sur son visage, avant que cette dernière suivit la fameuse boudeuse dans son chemin. Ce soir était beaucoup plus mouvementé pour que des présentations convenables soient faites. Elle attendrait le moment venu pour discuter avec ses nouveaux et anciens compagnons.

HRP : voila dsl pour le rp, il est pas tres beau mais au moins il est fini de mon coter!

Publié le 20/11/2020 à 16h57


« Une Kenketsu qui porte un Gaikotsu, cette vision est aussi dérangeante qu'amusante. »

Bien que souriant, Hatsuharu commençait sérieusement à douter de l'intérêt de transporter un tel poids. Ce Gaikotsu valait une petite fortune et permettrait aux Kenketsu de se déplacer plus aisément, mais son instabilité pourrait finir par sérieusement être un problème. Cette jeune Makoto semblait certaine d'elle et elle pouvait aisément calmer ses pulsions pour son jeune âge. Surpris, le vampire n'imaginait pas la voir vivre bien longtemps en s'abaissant de la sorte. Il saisit son sac et reprit alors la marche.

« Nous livrerons ce jouet bien rapidement. Il vivra avec d'autres personnes comme lui... »

Bien qu'il n'était pas du genre à discuter avec un employeur, Hatsuharu espérait tout de même en savoir plus sur la motivation de payer autant pour un médecin semblant si inutile. Ce Gaikotsu n'était pas si populaire et il était aisé de le cataloguer comme un lâche, alors pourquoi ? Etait-il connu au sein de la lignée des idiots de Kiri ? Était-ce pour marchander avec sa famille ? L'immortel n'en savait foutrement rien, mais le temps finirait bien par répondre à son interrogation.

Il se plaça à la droite de Makoto et parla avec calme et sans humour :

« Ne t'inquiètes pas. Ton objectif est toujours le notre. Malgré tout, cette vente me permettra de nous trouver un itinéraire plus rapide... »
.

HRP : Pour moi, ce RP est terminé. Je postera la suite sous peu.

Publié le 21/11/2020 à 01h34