Expédition un soir de pleine lune

Le violet iridescent

Les promenades de soirée devenaient de plus en plus fréquent pour le jeune Kitto, elle lui permettait de faire un retour d'expérience sur ses journées et les événements passés. Depuis quelques temps, il aimait se ressourcer à proximité de la région forestière de Konoha. L'air y était pur et se connecter avec la nature semblait lui correspondre. S'il n'avait encore jamais croisé de créature bizarre, il espérait sincèrement ne jamais en voir. Le but de ses promenades n'étaient vraiment pas de se confronter à toutes genres de choses, mais il savait qu'il n'était pas à l'abri. Se promener dans cette région était souvent synonyme de rencontre impromptu. Parfois incroyable, parfois horrible ou un peu des deux.

La soirée était bien entamé, mais le jeune blondinet n'était pas pressé car cette nuit la pleine lune devait pointer le bout de son nez. Même dans une nuit noir, il sera suffisamment éclairé par la lune pour retrouver son chemin. Il s'enfonçait un peu plus dans la forêt, tantôt sur la terre ferme, tantôt de branche en branche afin de perfectionnait ses mouvements.

Bien que Seika vivait de nouveau événement comme ses retrouvailles avec Sannae, son ami d'enfance parti de Konoha pendant de nombreuses années, il s'obstinait à trouver des solutions concernant la douleur de son bras. A ce jour, et malgré sa rencontre avec Uzumaki Kazami, aucune réelle solution lui avait été apporté et à mesure que les jours passés, il ne désirait qu'une chose : se séparer de son bras, coûte que coûte. Qu'à cela ne tienne, cette douleur fantôme ne sera pas pire que ses décharges électriques. Si des prototypes de bras mécanique existe, il se portera volontaire. Il est certain que son maître le suivra sur cette route et, si ce n'est pas Kazami qui l'aidera, il pouvait faire confiance à Oni. Cet homme pouvait se montrer pervers ou idiot, mais c'était un grand ninja et son intérêt pour l'Iroujutsu lui apportera des réponses et des solutions.

Si le blondinet aux yeux dorés se concentrait sur son bras, ce n'était pas les seules réflexions qu'il se faisait au cours de ses expéditions de soirée ou nocturne. L'idée de l'unification des clans d'Oni porterait-elle un jour ses fruits ? Certainement...

Publié le 25/10/2020 à 18h04

Oni Genji

C’était une balade nocturne de plus dans notre belle région forestière que je commençais à très bien connaître et surtout les endroits à éviter qui étaient assez dangereux. La majorité était bien sécurisé par nos patrouilles mais certaines zones étaient encore assez sauvage et il y avait apparement quelques créatures totalement incroyables sauvages et très dangereuses. C’était une raison pour laquelle je ne me rendrais jamais seul dans ces zones là, je les explorais un jour quand je serais plus apte à cela.

Je batifolais avec la nature, toujours avec Shinji pour m’accompagner. Quand j’étais hors konoha et seul, je me sentais bien et je ne voulais pas faire des bêtises, on va qualifier cela comme ça. J’entendais des pas... je décidais de me cacher afin de voir si c’était une bête, une patrouille ou encore un ninja. Je ne faisais plus un bruit et une regardais de plus prêt...

C’était un jeune homme, habillé bizarrement à la chevelure blonde... il avait le bandeau de Konoha... ça tête me disait quelque chose. Il me semble qu’il est sorti de l’académie depuis un bon moment, ce n’était pas un gamin... mais j’hésitais sur ces origines claniques. Je sortais alors du buisson, Shinji en main et je le regardais de mon regard vide et ténébreux.

« Bouh ! Que fais tu ici ? Tu ne sais pas qu’il est dangereux de s’y promener... »


On allait tester ces connaissances du terrain et voir si je pouvais m’en amuser.

Publié le 26/10/2020 à 09h46

Le violet iridescent

« Hiiiiiiii ! C'est quoi ça ?! »


Seika venait d'être prit de panique, s'il pouvait s'attendre à voir un animal sortir des buissons, ce n'était certaine pas un enfant d'une dizaine d'année qu'il aurait imaginé voir. Il le pointa alors du doigt en grognant comme un idiot.

« Ça va pas la tête ? T'es qui toi ? »


En le regardant de plus prêt, il se disait qu'il avait été bête d'avoir aussi peur d'un enfant. Mais pourquoi ce gamin venait-il de sortir d'un buisson ? A le regarder de plus prêt, cet enfant dégager une aura très étrange et d’ailleurs, son regard vide était quelque peu intriguant voir effrayant.

« Je ne m'attendais pas à voir un enfant de ton âge caché dans un buisson. C'est sûrement beaucoup plus dangereux pour toi ici. »


Bien que la journée fût ensoleillé, la température se rafraîchissait et le vent en devenait presque désagréable. L'endroit lui était inconnu, il venait certainement de se perdre comme cet enfant. Essayant de ne pas se faire remarquer, il le détailla afin de comprendre qui il pouvait être. Il n'avait certainement pas plus d'une dizaine d'année et la peluche qu'il tenait dans les mains le confirmait, mais ce qui l'interpella sont ses cheveux rouges. C'était probablement un Uzumaki.

Il le fixa dans les yeux, des yeux toujours aussi vide avec un regard ténébreux. Ce gamin se comportait de manière étrange. Aussi étrange que dans ces légendes urbaines de démon prêt à vous dévorer si vous sortez tard le soir. Quel imbécile, ce ne sont que des comptines horrifiques racontaient aux enfants qui souhaitaient faire le mur pendant la nuit. Le jeune Kitto s'imaginait qu'il faisait sans doute face à un rebelle prépubère.

« Qu'est-ce que tu fais dehors à cette heure-ci à ton âge ? »

Publié le 26/10/2020 à 22h02

Oni Genji

Amusant, il avait déjà eu peur alors que je n’avais fait que de me mettre face à lui sans aucun signe d’agressivité. Les shinobis de Konoha étaient vraiment devenus faibles alors que notre village a plus besoin de guerrier courageux... mais ça c’était pas gagné du tout pour notre plus grand malheur. Toujours avec le même regard, je lui répondais.

« Ma tête va très bien, la tienne beaucoup moi a voir ton air ahuri. »


« Mokusei et toi? »


Je n’étais pas vraiment caché, je voulais créer un effet de surprise qui avait plus que bien fonctionné. Si j’avais été un ennemi... il aurait pu passer sale quart d’heure voir bien pire.

« Tu insinues que de mon apparence, je suis donc un jeune enfant sans défense et qui de plus est en zone dangereuse. C’est souvent celui qui se croit en sécurité qui est en danger. Je n’ai rien à craindre ici le blondinet... tu as peut être un nom pour dire d’être un peu plus poli... et c’est moi l’enfant... »


Je n’aimais pas ce type, il faisait déjà ces airs d’adulte protecteur alors que c’est lui qui a besoin de protection.

« Je connais très bien la région, sans doute bien mieux que toi. Ne juge pas aux apparences qui sont parfois trop trompeuse. Tu es un shinobi, tu devrais être capable de le faire non? Ou tu veux que je t’enseigne les règles de bases? »


On va bien s’amuser Shinji et moi.

Publié le 27/10/2020 à 08h04

Le violet iridescent

Le Kitto pouvait dire ce qu'il voulait, il avait été surpris par l'arrivé de Mokusei. Il n'était pas loin de la vérité. Même s'il se trouvait à proximité de l'entrée du village, il n'aurait jamais dû baisser sa garde. On ne se promène pas dans la forêt comme on le fait sur la grande place centrale. Et ceux, malgré la garde qui se trouve dans les environs. Ce gamin aurait très bien pu être une bande de bandit ou encore un ennemi du village caché de la feuille. Voilà que cet enfant commençait déjà à lui faire des leçons. Il serait temps que Seika se comporte comme un véritable adulte s'il souhaite devenir quelqu'un d'important. Se cacher derrière un air tantôt abruti, tantôt immature ne changera rien à ses douleurs passés et présents.

Le blondinet repris une posture droite et assuré, plaçant ses mains dans les poches de son kimono rouge. Décidément, cet enfant lui donnait une drôle d'impression.

« Je m'appelle Seika, Kitto Seika. On ne croise pas tous les jours un enfant de ton âge dans les environs. Seul qui plus est. »


Le petit roux trouvait l'air protecteur du Kitto mal placé et il lui faisait savoir. Voilà qu'il lui lance une nouvelle leçon de morale. Sérieux ? Soit, il ne le pouvait pas réellement le contredire. Le monde des shinobis possède une multitude de secrets, des choses incroyables aussi bien visible qu'invisible. Il n'était pas rare de croiser de jeune prodige, voir même des enfants beaucoup plus intelligent et puissant que certains de son range voir même de quelques Jônin. Et si cet petit roux à la peluche de lapin faisait partie de ces étranges puissances ou cachait-il un passé le rendant aussi voir et vide ?

« Je ne me permettrais pas d'insinuer que tu es faible, Mokusei. Mon air protecteur t'as sûrement agacé, mais n'importe qui aurait réagit de cette manière en voyant un enfant seul dans cette forêt. »


Il soupira en se disant que cette conversation allait tourner en rond. Il n'était pas utile d'insister. Si ce gamin connaît si bien les lieux, peut-être pourra-t-il lui faire découvrir des coins attrayants et intéressant à étudier. Le Chûnin se disait qu'ils pourraient continuer leur route ensemble.

« Je ne compte pas faire demi-tour, si tu n'as rien faire, tu pourrais venir avec moi ? »


Seika s'avança, toujours les mains dans les poches, et dépassé Mokusei. Il lui faisait dos, mais il tourna légèrement la tête en arrière pour continuer à le voir.

« J'ai entendu parler que cette région forestière regorgeait de belles choses et de secrets insoupçonnable. Avec un peu de chance, cette nuit nous sera favorable. »


Dans une stature droite, à la fois méfiant, mais confiant, il se demandait si ce petit garçon allait trouver un intérêt à continuer son chemin avec lui. Il n'était certainement pas là par hasard. Cherchait-il quelque chose ou était-il simplement venu se promener pour oublier ?! Survient un vent froid et léger dans lequel le kimono et les cheveux du blondinet virevoltaient.

Publié le 27/10/2020 à 15h45

Oni Genji

Il faisait celui qui était plus sûr de lui en reprenant une posture un peu plus digne... vraiment légère en fait. Je ne savais pas trop quoi penser de cet individu mais j’entendais une chose qui me plaisait. Ce n’était pas un Chikara mais un Kitto... il en portait le nom mais n’en avait pas le charisme... même pour eux le clan dépérit à ce point ?

« Kitto Seika, tu es une fille ? »


C’est l’impression qu’elle où il le donnait.

« Si je suis seul ici. La raison est simple, c’est que je sais me débrouiller tout seul. »


Il était vraiment perdu, je le regardais de haut en bas. Être blond n’était pas un avantage la preuve, il était là pendant plusieurs minutes à ne rien dire. J’avais presque envie de m’endormir. Toujours la même chose un enfant seul...

« Les gens qui me croisent, ils m’évitent au maximum. Un enfant, comme tu dis, avec le bandeau du village, seul dans une forêt, qui devrait s’inquiéter ? Tu dois te poser les bonnes questions et non les inutiles. »


J’affichais un petit sourire en coin.

« Tu baisses automatiquement ta garde car je ne suis qu’un enfant, un enfant pourrais te tuer sans trop de souci je pense. »


La suite devenait intéressante, il me demandait de l’accompagner dans son petit tour... pourquoi pas, ça m’évitera de rentrer trop tôt à Konoha. Il cherchait des secrets? La forêt en avait beaucoup et beaucoup devait le rester.

« Je t’accompagne. Peux tu me dire ce que tu cherches exactement. Je connais très bien la forêt mais il y a certaine zone à éviter. Selon ce que tu recherches je saurais te guider. »

Publié le 27/10/2020 à 17h36

Le violet iridescent

Cet enfant aimait beaucoup s'amuser de lui. Il le rendait ridicule à la moindre occasion. A commencer par le comparer à une fille, une plaisanterie. Il n'était pas question de relever cette attaque, ça lui ferait sans doute trop plaisir. Rentrer dans un jeu de sarcasme ne l'intéressait pas. Continuant de se donner raison, Mokusei présenter une forte confiance en lui et ses capacités. Son assurance était indéniable, mais n'en faisait-il pas un peu trop ?

« Si les gens t'évites c'est peut-être que tu es antipathique ? »


Et dire qu'il s'était promit de ne pas rentrer dans ce jeu de sarcasme... et voilà qu'il revient à la charge, lui certifiant qu'il devrait se méfier d'un enfant.

« Tu te trompes. Si je baisse ma garde c'est justement parce que tu es une personne avec un bandeau de Konoha. J'ai tord ? »


Finalement, Mokusei accepta de le suivre. Le jeune Kitto en doutait vu toutes les railleries à son égard. Lorsqu'ils commencèrent à marcher, Seika faisait en sorte de marcher au côté de son nouveau compagnon de fortune. L'enfant roux s'intéressa tout à coup à « ses recherches ». Il n'était pas vraiment là pour ça ce soir, mais il ne serait pas contre un ou deux secrets du coin. Il pourrait tout aussi bien tomber sur un endroit magnifique comme un point d'eau, une zone fleurie ou encore des animaux. Pourtant, si cette soirée ne devait être qu'une remise en question aux abords de la zone forestière, il considérait sa rencontre avec Mokusei comme un signe. Il était donc décidé à s'enfonçait peu plus dans la forêt alors que le nuit tombait. La lune devenait de plus en plus visible.

« Je suis persuadé que notre monde regorge de secret. De chose que nous sommes encore incapable de percevoir et s'ils sont perceptibles, nous passons sûrement à côté sans même le savoir. »


Il se racla la gorge puis continua.

« Tu penseras sûrement que je fabule. Néanmoins, je ne peux m'empêcher de croire que nous ne connaissons qu'une infime partie de notre monde en tant que shinobi. »


Il s'arrêta un moment, regardant à droite puis à gauche. Il ne savait pas vraiment vers où aller, il marchait au hasard. Dans ces conditions, il s'en remit à Mokusei qu'il lui avait indiqué connaître les lieux comme sa poche.

« Si tu connais si bien cet endroit, tu dois pouvoir me guider vers des endroits mystérieux, non ? »


Le jeune blondinet repris sa marche veillant à suivre les instructions de son comparse s'il se décidait à le faire. Seika prit conscience qu'il n'avait vérifié s'il la couleur de ses cheveux signifiait son appartenance au clan Uzumaki.

« Tu es un Uzumaki ? »

Publié le 27/10/2020 à 21h46

Oni Genji

« Tu as sans doute raison d’utiliser ce terme pour qualifier mon comportement. Je n’aime pas les gens bêtes et je ne fais que croiser ça... »


Je me laissais guider, en quelques sortes, je voulais voir vers où il allait se diriger. Cette zone de la forêt était très calme. Enfin, normalement, mais je ne pensais pas que nous aurions le moindre souci, pour moi du moins. Il semblait s’aventurer vers l’inconnu. Il parlait de mystère du monde, il n’y avait que ça en fait. Mais les ninja actuel se contentaient de leurs acquis sans cherche quoi que ce soit d’autre. De rare ninja cherchent, si ils trouvent quelque chose, les autres le regretteront car ce n’est que rarement bénéfique.

« Oui, beaucoup de secret, à Konoha il parait qu’il y en a un lais ce ne sont que des rumeurs. Je connais un endroit lointain bien plus intéressant pour y découvrir des secrets. Mais c’est impossible d’y aller à l’heure actuelle. »


Il avait un peu de jugeote celui la.

« Oui, nous ne connaissons rien. Mais pour commencer à avoir de la connaissance, je te conseille la bibliothèque de Konoha avant de tenter une expédition à l’aveugle. Il faut savoir où chercher. »


Hm j’ai l’impression qu’il est totalement paumé ce type. Cela serait amusant que de le perdre dans la forêt. Sans connaître ces lieux, il lui faudrait plusieurs jours pour revenir à Konoha, ça pourrait être très amusant.

« Il y a des ruines d’un ancien mausolée à quelques kilomètres d’ici avec des inscriptions bizarres. On peut s’y rendre. »


Je me mettais à marcher devant lui et je déviais notre marche totalement vers la gauche. Il me demandait si j’étais un Uzumaki, ça se voit je pense... mais jouons.

« Je suis un Chikara, il est vrai qu’on me confond souvent avec un Uzumaki. C’est assez embêtant. »


On continuais notre marche.

« Ne t’inquiètes pas, je sais où je vais et j’ai un ami qui peut nous aider à retrouver dans notre route »

Publié le 31/10/2020 à 10h44

Le violet iridescent

Il avait beau se l'être répété de nombreuses fois, cet enfant était vraiment très particulier. Imbus de sa personne, sûr de lui, méprisant et antipathique au plus haut point. Le Kitto était abasourdie à chaque mot qu'il prononçait, essayant de ne pas le faire remarquer. Malgré ça, c'était avec lui qu'il allait finir son expédition improvisée. Alors qu'ils parcouraient la forêt, le jeune roux semblait daigner à prêter attention à ce qu'il disait. Ce sujet semblait lui parler. Il acquiesçait et déclarait connaître un endroit propice à ce type de découverte. Malheureusement, il assurait qu'il était impossible de s'y rendre pour le moment ? Pourquoi ? Il se tut, préférant laisser ce petit garçon continuer. Il lui conseillait de se renseigner avant d'oser toutes sortes d'expéditions. Était-ce un conseil ou un indice pour commencer ses recherches ?

« J'écouterais tes conseils, je ferais mes recherches à la bibliothèque de Konoha. Cependant, pourquoi dis-tu que cet endroit lointain est impossible d'accès ? »


Cette phrase résonnait dans sa tête. Il connaissait des choses et le jeune blondinet espérait pouvoir profiter de son savoir. Attendant sa réponse, qui ne venait pas, les deux shinobis continuaient de marcher. Le Kitto ne savait pas réellement où il allait. La proposition de Mokusei le soulageait, il en avait marre de marcher sans savoir où chercher.

« Je te suis. Ça peut être intéressant, je ne connais pas du tout cet endroit. Qu'est-ce qu'il a d'intéressant ? »


Tout en le suivant, le shinobi aux yeux dorés s’interrogea sur les véritables origines du petit garçon. Il lui assurait qu’il n’était pas un Uzumaki, mais un membre du clan Chikara. C’était vraiment très étrange et peu banal. Il se disait que, vu son comportement, il se moquait de lui. C’était très certainement le cas et si cette étrange particularité existait chez les Chikara, Oni lui en aurait forcément parlé.

« J’ai bien l’impression que tu te moques de moi jeune Mokusei. Je suis l’élève d’un Chikara. Oni Chikara. Il m’aurait forcément parlé de toi si tu disais vrai. »


Puis ajouta.

« Même si au fond, un roux n’est pas forcément un Uzumaki. Je connais un shinobi de notre clan avec cette couleur de cheveux. »


Leur marche continuait et Seika espérait arriver rapidement sur les lieux.

« Un ami ? Qu'est-ce que tu veux dire ? Il est où cet ami ? »


Seika ne comprenait pas. Avait-il manquait un épisode ou cet imbécile arrogant se moquait encore de lui ? Sans importance. Il trouverait une explication rapidement, il ne devait pas s'inquiéter. Ce gamin est un ninja de Konoha. Toujours sur les traces du mausolée, le blondinet en profita pour adresser quelques mots au roux.

« Tu sais, Mokusei, si c'est un compagnon de route que tu cherches, je ne te fuirais. Qui que tu sois, quoi que tu es fait. Tel est la devise de mon clan. Tu es une personne atypique pour ton âge, mais tu es très intéressant. Je ne te vois pas comme un enfant, mais bien comme un frère d'arme. »

Publié le 01/11/2020 à 22h34

Oni Genji

Le jeu prenait, j’avais pas distraction de la soirée. Je m’intéressais à ce petit blond. Il n’était pas si petit mais il semblait intéressé par des secrets qui n’existent pas vraiment à Konoha. Il s’agit simplement de rumeurs et rien de plus. J’agaçais lu pas mal d’histoire qui se trouvait dans les livres de la bibliothèque. Certains parlaient de créatures qui gardaient des secrets enfuis dans la forêt. Des monstres en tout genre certainement pour faire peur aux petits enfants qui voulait trop s’aventurer dans la forêt et avec le risque de s’y perdre. Amusant, mais je me demandais si il y avait une part de vérité là dedans. Pour le moment, je n’avais rien découvert de bien interessant. Je me posais la question de ce que j’allais faire de ce Kitto. Je me demandais comment fonctionné leur pouvoir aussi. Ils avaient un dojutsu très particulier d’annulation de pouvoir clanique.

« S’instruire correctement est la clé du succès. »


Je ne comptais pas lui répondre, qu’il cherche un peu de lui-même, je ne suis pas un livre qu’on peu exploiter de n’importe quelle manière.

« C’est à l’autre bout du monde. Tu le découvriras en allant t’instruire et trouver les bons livres. »


Je n’avais rien d’autre à rajouter là-dessus. Je continuais mon chemin à m’engouffrer de plus en plus dans cette forêt. Je connaissais bien cette zone mais lui non.

« Ce qui le rend intéressant est que ça ressemble à un ancien temple et dans son sous-sol, il y a tout un tas d’écriture que je ne connais pas. Tu pourras peut être nous éclairer un peu plus là dessus. »


Il me servira peut être à quelque chose, à voir ce qu’il y a dans ces souterrains abandonnés. Il n’était pas bête pour un blond. Je connaissais ce Oni, un brave type un peu con sur les bords mais on faisait avec. Je le regardais du coin de l’œil en continuant ma route.

« Je suis en effet un Uzumaki, je voulais savoir si tu allais réfléchir à ce que je te disais de manière erronée. Preuve que tu te préoccupes un minimum. »


Encore trois à quâtre kilomètres et on y était. Il me demandait de quel ami je parlais. Avec un sourire malicieux je lui montrais Shinji.

« Grâce à lui bien sûr. Shinji connaît tout de la forêt. »


Oh non, encore un qui faisait de la psychologie à deux sous. C’était vraiment navrant, ils étaient tous ainsi à Konoha? Je soupirais longuement. La seule chose et qu’il me voyait comme un frère d’arme et non en enfant. J’avais un léger doute à ce niveau. Bref, on débarquait enfin sur une sorte de clairière et en son centre, il y avait un mausolée totalement en ruine ou un temple, je ne savais plus trop. Je m’arrêtais un instant.

« C’est la, on y va ? »


Le sous-sol était une grande source en fait qui permettait de se mouvoir très facilement.

Publié le 04/11/2020 à 15h17

Le violet iridescent

S'instruire c'était la clé du succès. Seika ne pouvait pas nier cette affirmation. Lui qui lisait une multitude de livre sur l'art des ninjas, il en connaissait un rayon. Néanmoins, il ne réussissait pas toujours la pratique. Ce n'était pas bien grave, il savait qu'un jour ces informations cumulés pourraient l'aider dans des cas extrêmes. Le blondinet souhait en savoir un peu plus sur les informations dévoilées par le petit enfant roux, mais il ne semblait pas enclin à répondre. Seika n'insistait pas, il n'était pas question de le froisser. C'était suffisamment compliqué de commencer une réelle discussion avec lui. Mokusei était si froid et méprisant qu'il en deviendrait invivable durant cette expédition. Tout en continuant de marcher son compagnon lui indiquait que le mausolée ressemblait à un ancien temple. Ce temple contiendrait des écrits dont il ne comprenait pas le sens. Étrange pour un gosse qui insinuait savoir mieux que tout le monde. S'il se doutait pertinemment qu'il ne saurait pas mieux que lui, il se disait que, qui ne tente à rien n'a rien.

Finalement, le jeune garçon s'était arrêté de jouer et avoua son appartenance au clan Uzumaki.

« Ton nom me disait quelque chose. Je n'étais pas sûr de moi, mais c'est bien de toi dont on m'a parlé récemment. »


Les kilomètres s'accumulaient. Le jeune blondinet avait parcouru plus qu'il n'en souhaitait. Il se disait que le jeu en valait la chandelle. Ce garçon ne l'emmenait certainement pas là-bas pour rien, il espérait qu'il ne se moquait pas de lui. Lorsque Mokusei lui présentait son ours comme leur guide, il lui affichait un grand sourire.

« Si tu le dis, faisons confiance à Shinji dans ce cas. Mais nous n'en aurons pas besoin. »


Dit-il machinalement. Enfin, les deux acolytes venaient d'arriver sur le lieu tant promis. Une grande clairière se présentait devant eux, vide de verdure. En son centre, ce fameux mausolée. Le jeune Kitto reconnaissait qu'il avait plutôt l'air d'un vieux temple. Malgré son aspect vieillissant, il semblait tenir la route. Le Chûnin était déçu de ne pas avoir de réponse sur sa proposition de l'accompagner dans sa route. Il espérait qu'il y réfléchirait. Il ne comptait pas le juger, mais comprendre les causes d'un tel comportement. Avait-il une raison d'agir comme ça ou était-il seulement malade ?

« Allons-y, mais ne traînons pas trop, il se fait déjà tard. Je n'avais pas prévu d'engager une telle expédition. »


Il s'amusa de la situation et même si on lui avait conseillé de se méfier de Mokusei, il décidait de continuer et se laissait guider par sa soif de connaissance. Après tout, devait-il craindre un frère de Konoha ? À l'intérieur, les lieux étaient vieillots. Pourtant, c'était un régal pour les yeux. Il contemplait les environs et espérait trouver des objets inhabituels. Continuant de marcher dans le temple, il avait fini par découvrir l'accès du sous-sol. Il montrait la direction du sous-sol.

« Allons voir ces écritures dont tu m’as parlé. »


Lentement, il descendait les escaliers, un par un, restant à l’affût du moindre bruit et du moindre mouvement. Il fallait rester concentrer. En bas des escaliers, il s’écartait afin que Mokusei puisse le rejoindre à ses côtés.

« J’espère que nous réussirons à comprendre le contenu de ces écritures. »

Publié le 04/11/2020 à 21h27

Oni Genji

Je réfléchis à la situation et les possibilités envisageable. Nous sommes suffisamment loin de Konoha et je n’ai jamais vu de patrouille dans les environs. Surtout depuis la disparition de Kimino et la prise de pouvoir de Mako, Konoha était devenu totalement instable et le pays était la proie de n’importe quel ennemi maintenant. Je n’avais que dix ans et je voyais tout ce cirque autour de moi qui me rendait encore plus écœuré de faire parti de ce village. Bref, ce n’était pas trop le moment de penser à cela mais plus au déroulement de cet escapade nocturne avec ce jeune Kitto tout blond. On lui avait parlé de moi, certainement m’a de manière très joviale. Je me tourne vers lui pour le regarder encore une fois de mon regard vide, sans dire un mot. Je me moquais de lui depuis le début, si seulement il savait.

Shinji n’était qu’une bête peluche pour le faire passer pour un gamin innocent et inoffensif. Tout le monde se prenaient au jeu. Les adultes étaient très bêtes, parfois plus que des enfants. Nous prenons la direction des sous sols. Je ne me méfiais de rien alors si que lui semblait à l’affût du moindre bruit. Il n’y avait personne à perdre nous deux. Je l’amenais jusqu’aux écritures du fond de cette pièce qui se trouvait au sous-sol, il y faisait très sombre... sombre comme ton âme.

« C’est la, il y en a partout sur les parois et même des petits dessins. »


Au fait le sous-sol était remplie d’écriture et de dessins, tout partout autour de nous. Je souriais avec sadisme.

« C’est étrange tout ça non ? Je te laisse regarder à ça. Je vais un peu voir dans un petit pièce annexe. On ne sait jamais. »


Je m’éloignais de lui, l’effaçant dans la pénombre de ce sous-sol dont l’ambiance devenait malsaine.

Publié le 05/11/2020 à 07h59