Pègre & Cie en "Position latéral de Sécurité"

Yami.

HRP : https://www.youtube.com/watch?v=qAGvQDoL5s4 Musique du RP.


Les voila enfin arrivé à l'auberge, quelque minute de marches seulement pour arriver à un taudis qu'on aurait pu considérer comme classe si on était pauvres.
« Passez moi ce machin s'il vous plait. »

Les deux gardes donnèrent l'Abura à l'Uzumaki qu'il posa sur son épaule, il partirent tout les deux surement commencer leur nouvelle vie loin de cette endroit miteux. l'Uzumaki suivait le vieux mercenaires qui lui indiquait de le suivre jusqu'à une chambre donné par la réceptionniste, l'Uzumaki entra et déposa l'Abura délicatement sur le lit, il prit une petite serviette trempée dans l'eau glaçée et le mit sous la nuque de la jeune-femme, il lui mit une couverture sur elle avant de s'assoir sur une chaise prés de la fenêtre. Les deux Kitto le regardèrent-bouche bée et proche surement de rigoler..
« Quoi ?! Je peux être galant aussi ! »

Les deux Kitto se mire a rire et se refrénèrent rapidement lorsque le vieux mercenaire repris son sérieux et leur indiquait qu'il devait attendre que la jeune-femme se réveille. Une heure deux heures et la voila enfin réveillé mais que de politesse, à peine réveillé qu'elle se met à insulter a tout bout de champs elle était bonne mais débile, l'Uzumaki souriait à son insulte et la fixais histoire juste de la mettre à l'aise dans cette situation assez bizarre il faut le convenir cher lecteur..
« Ahaha, je peux recommencer si tu veux, tu apprendrait peut-être un peu plus la politesse et comme je l'ai dit tout à l'heure je ne suis pas fan des mst. »

Et voila enfin le vioque qui négociait avec elle choix extrêmement dur à faire, continuez à vivre chez les pauvres ou vivre chez les riches qui au moins possédait des douches ce qu'il faut avouer ferait surement du bien à l'Abura. Elle fit rapidement son choix en décidant de vivre parmi les riches, enfin quelque chose de sensée ! Elle leur expliqua alors le fonctionnement de la pègre et leur système de galerie qui ma foie était ingénieux mais malheureusement cette histoire de tatouage revenait à la source, il n'avait pas le choix c'était comme sa que cela fonctionnait ici. Les deux Kitto recommencèrent à rire surement le fait qu'il était impossible pour eux de se faire tatouer via du chakra, l'Uzumaki soupira et se leva de sa chaise en regardant la jeune-femme.
« Appose moi cette merde alors, qu'on en finisse avec cette histoire de tatouages. »

L'Abura le tatoua en dessous de l'œil gauche d'un 9 et lui disait que c'était bon. Ils se mirent alors en route tout les quatre pour Suna, dans la chambre elle leur avait indiqué trois endroit ou pouvait se trouver le fameux baron tant recherché. Ils marchèrent de nombreuse minute et l'Uzumaki fut étonné de voir la taille de la galerie, des centaines de personnes pouvaient s'engouffrer dans ce lieux et cela pouvait poser un sacré problème pour la suite de leur opération.

Publié le 21/11/2020 à 21h59


La troupe pénétrait une taverne en grande pompe. Escortée par deux gardes, on leur faisait place jusqu’à la réceptionniste. Le borgne s’approche d’elle, partageant son désir d’occuper une chambre afin que leurs amies se reposent dans des conditions convenables. Un peu impressionnée, l’aubergiste lui remit une clef. A tort, elle pensait que les trois Konohajins s’inquiétaient de son sort et avait fait appel au secours de la ville. Et pourtant, c’est avec délicatesse qu’Universa couchait la basanée.

Un comportement bien visible, constatés par les deux Kitto qui s'empressaient d’en rire, relancés par la dérision de l’Uzumaki. La Belle au bois dormant se réveillait en lâchant une remontrance accueilli par une répartie semblable de “Yami”. Durant l’interrogatoire, pressé par le cadre du quartier véreux, l’homme d’expérience avait fait une erreur. La mention d’Uzumaki Gekido et la dissimulation de ses alliés. Un écart qui, sur le coup, lui avait été utile mais trahissait l’appartenance aux trois “chasseurs” : Konoha.

« On a bien dormi ? La nuit porte conseil, fais ton choix : la prison de Koya ou Konoha ? Pour dire vrai, certains membres de la pègre vont mourir et je préférerai épargner ceux qui peuvent l’être. Sois assurée que cette fois-ci je te laisserai aux mains des autorités, loin de la pègre. J’ai assez de renseignement pour te garder au chaud. Mais, tu peux choisir de rentrer à Konoha avec nous. Tu seras sous ma protection, tu auras l’immunité diplomatique, je me chargerai de tout. »


Plus qu’une sieste forcée qu’une nuit, c’était sûrement le mal de crâne de l’Abura qui l’empêchait de comprendre la proposition. Après tout, les Konohajins avaient sensiblement influencé le devenir de Yuko par leurs simples rencontres. Keisan était celui qui d’une main lui retirait la vie qu’elle s’était construire, il devait tendre la seconde pour lui en offrir une autre. L’Enduiseuse n’avait rien demandé et le borgne ne refusait pas de faire un peu de bien dans ce cadre rudoyant. Par ailleurs, c’était l'occasion ou jamais de tester la capacité d’accueil des Kitto et surtout de Konoha.

Les Abura n’étaient que des ninjas demandant le sous, s’ils se faisaient recruter par Konoha, cela permettrait au projet Suna de mourir dans l'œuf. Un grand soutien de l’Hokage déchu retourné contre lui, c’était une idée alléchante. Mettre Konoha devant son devoir originel, celui de réunir et d’unir différents clan au sein d’un même village était tout aussi attrayant. Le chef du clan Kitto avait déjà testé les réactions de Konoha et en particulier du clan Kirishitan avec la recrue Mitsuna Same. Il était temps d’en faire de même avec une Abura.

Evidemment, cette dernière ne saisissait pas tous les tenants et aboutissants. L’ancien mercenaire était idéalement bien placé pour connaître les limites d’un tel recrutement, lui-même ayant rejoint le clan Kitto. Avec une petite anecdote, plus proche de la vie que menait actuellement la basanée, il semblait finalement la convaincre. Elle se décidait à délier sa langue, apportant quelques conseils en se proposant comme billet d’entrée et guide. Une aide bien précieuse mais son insistance sur le symbole inquiétait le borgne.

« Il ressemble et sert à quoi ce tatouage ? »


Un 6 pour désigner un ennemi et s’en occuper. Un 9 pour laisser passer un allié. L’encre était à base d’une huile modifiée qu’elle pouvait secréter. L’explication était simple et surtout, rapide. Keisan s’approcher en vue d’un second mauvais tour, lui laissant graver le 9 sur sa joue, en vain. En riant, Seijuro en faisait de même, réitérant la plaisanterie. Finalement, seul Universa recevait la marque. Les deux Kitto suivraient partout Yuko, officiellement en tant que garde du corps, officiellement pour la recadrer si besoin. Universa était plus libre d’agir.

« Il y a des personnes à qui tu tiens dans ces galeries ? On évitera d'y toucher si tu te tiens bien. »


L’heure était venue de pénétrer les cavités de Suna, et plus précisément les galeries des Plaisirs. Depuis une entrée dissimulée du grand public, l’équipe s’infiltrait en se faisant passer pour des hommes de la pègre. Dans le souterrain, Ils y croisaient même un garde durant sa ronde, peu investi de sa mission. Passant à côté, sa faible implication profitait aux Konohajins. Ils en étaient sûrs : le tatouage et la compagnie de Yuko n'étaient pas du vent.

Publié le 23/11/2020 à 01h00