Pègre & Cie en "Position latéral de Sécurité"

Yami. Le Prince des Glace.

HRP : https://www.youtube.com/watch?v=qAGvQDoL5s4 Musique du RP.


Les voila enfin arrivé à l'auberge, quelque minute de marches seulement pour arriver à un taudis qu'on aurait pu considérer comme classe si on était pauvres.
Dialogue de personnage
« Passez moi ce machin s'il vous plait. »

Les deux gardes donnèrent l'Abura à l'Uzumaki qu'il posa sur son épaule, il partirent tout les deux surement commencer leur nouvelle vie loin de cette endroit miteux. l'Uzumaki suivait le vieux mercenaires qui lui indiquait de le suivre jusqu'à une chambre donné par la réceptionniste, l'Uzumaki entra et déposa l'Abura délicatement sur le lit, il prit une petite serviette trempée dans l'eau glaçée et le mit sous la nuque de la jeune-femme, il lui mit une couverture sur elle avant de s'assoir sur une chaise prés de la fenêtre. Les deux Kitto le regardèrent-bouche bée et proche surement de rigoler..
Dialogue de personnage
« Quoi ?! Je peux être galant aussi ! »

Les deux Kitto se mire a rire et se refrénèrent rapidement lorsque le vieux mercenaire repris son sérieux et leur indiquait qu'il devait attendre que la jeune-femme se réveille. Une heure deux heures et la voila enfin réveillé mais que de politesse, à peine réveillé qu'elle se met à insulter a tout bout de champs elle était bonne mais débile, l'Uzumaki souriait à son insulte et la fixais histoire juste de la mettre à l'aise dans cette situation assez bizarre il faut le convenir cher lecteur..
Dialogue de personnage
« Ahaha, je peux recommencer si tu veux, tu apprendrait peut-être un peu plus la politesse et comme je l'ai dit tout à l'heure je ne suis pas fan des mst. »

Et voila enfin le vioque qui négociait avec elle choix extrêmement dur à faire, continuez à vivre chez les pauvres ou vivre chez les riches qui au moins possédait des douches ce qu'il faut avouer ferait surement du bien à l'Abura. Elle fit rapidement son choix en décidant de vivre parmi les riches, enfin quelque chose de sensée ! Elle leur expliqua alors le fonctionnement de la pègre et leur système de galerie qui ma foie était ingénieux mais malheureusement cette histoire de tatouage revenait à la source, il n'avait pas le choix c'était comme sa que cela fonctionnait ici. Les deux Kitto recommencèrent à rire surement le fait qu'il était impossible pour eux de se faire tatouer via du chakra, l'Uzumaki soupira et se leva de sa chaise en regardant la jeune-femme.
Dialogue de personnage
« Appose moi cette merde alors, qu'on en finisse avec cette histoire de tatouages. »

L'Abura le tatoua en dessous de l'œil gauche d'un 9 et lui disait que c'était bon. Ils se mirent alors en route tout les quatre pour Suna, dans la chambre elle leur avait indiqué trois endroit ou pouvait se trouver le fameux baron tant recherché. Ils marchèrent de nombreuse minute et l'Uzumaki fut étonné de voir la taille de la galerie, des centaines de personnes pouvaient s'engouffrer dans ce lieux et cela pouvait poser un sacré problème pour la suite de leur opération.

Publié le 21/11/2020 à 21h59

Le Conseiller des Ombres

La troupe pénétrait une taverne en grande pompe. Escortée par deux gardes, on leur faisait place jusqu’à la réceptionniste. Le borgne s’approche d’elle, partageant son désir d’occuper une chambre afin que leurs amies se reposent dans des conditions convenables. Un peu impressionnée, l’aubergiste lui remit une clef. A tort, elle pensait que les trois Konohajins s’inquiétaient de son sort et avait fait appel au secours de la ville. Et pourtant, c’est avec délicatesse qu’Universa couchait la basanée.

Un comportement bien visible, constatés par les deux Kitto qui s'empressaient d’en rire, relancés par la dérision de l’Uzumaki. La Belle au bois dormant se réveillait en lâchant une remontrance accueilli par une répartie semblable de “Yami”. Durant l’interrogatoire, pressé par le cadre du quartier véreux, l’homme d’expérience avait fait une erreur. La mention d’Uzumaki Gekido et la dissimulation de ses alliés. Un écart qui, sur le coup, lui avait été utile mais trahissait l’appartenance aux trois “chasseurs” : Konoha.

Dialogue de personnage
« On a bien dormi ? La nuit porte conseil, fais ton choix : la prison de Koya ou Konoha ? Pour dire vrai, certains membres de la pègre vont mourir et je préférerai épargner ceux qui peuvent l’être. Sois assurée que cette fois-ci je te laisserai aux mains des autorités, loin de la pègre. J’ai assez de renseignement pour te garder au chaud. Mais, tu peux choisir de rentrer à Konoha avec nous. Tu seras sous ma protection, tu auras l’immunité diplomatique, je me chargerai de tout. »


Plus qu’une sieste forcée qu’une nuit, c’était sûrement le mal de crâne de l’Abura qui l’empêchait de comprendre la proposition. Après tout, les Konohajins avaient sensiblement influencé le devenir de Yuko par leurs simples rencontres. Keisan était celui qui d’une main lui retirait la vie qu’elle s’était construire, il devait tendre la seconde pour lui en offrir une autre. L’Enduiseuse n’avait rien demandé et le borgne ne refusait pas de faire un peu de bien dans ce cadre rudoyant. Par ailleurs, c’était l'occasion ou jamais de tester la capacité d’accueil des Kitto et surtout de Konoha.

Les Abura n’étaient que des ninjas demandant le sous, s’ils se faisaient recruter par Konoha, cela permettrait au projet Suna de mourir dans l'œuf. Un grand soutien de l’Hokage déchu retourné contre lui, c’était une idée alléchante. Mettre Konoha devant son devoir originel, celui de réunir et d’unir différents clan au sein d’un même village était tout aussi attrayant. Le chef du clan Kitto avait déjà testé les réactions de Konoha et en particulier du clan Kirishitan avec la recrue Mitsuna Same. Il était temps d’en faire de même avec une Abura.

Evidemment, cette dernière ne saisissait pas tous les tenants et aboutissants. L’ancien mercenaire était idéalement bien placé pour connaître les limites d’un tel recrutement, lui-même ayant rejoint le clan Kitto. Avec une petite anecdote, plus proche de la vie que menait actuellement la basanée, il semblait finalement la convaincre. Elle se décidait à délier sa langue, apportant quelques conseils en se proposant comme billet d’entrée et guide. Une aide bien précieuse mais son insistance sur le symbole inquiétait le borgne.

Dialogue de personnage
« Il ressemble et sert à quoi ce tatouage ? »


Un 6 pour désigner un ennemi et s’en occuper. Un 9 pour laisser passer un allié. L’encre était à base d’une huile modifiée qu’elle pouvait secréter. L’explication était simple et surtout, rapide. Keisan s’approcher en vue d’un second mauvais tour, lui laissant graver le 9 sur sa joue, en vain. En riant, Seijuro en faisait de même, réitérant la plaisanterie. Finalement, seul Universa recevait la marque. Les deux Kitto suivraient partout Yuko, officiellement en tant que garde du corps, officiellement pour la recadrer si besoin. Universa était plus libre d’agir.

Dialogue de personnage
« Il y a des personnes à qui tu tiens dans ces galeries ? On évitera d'y toucher si tu te tiens bien. »


L’heure était venue de pénétrer les cavités de Suna, et plus précisément les galeries des Plaisirs. Depuis une entrée dissimulée du grand public, l’équipe s’infiltrait en se faisant passer pour des hommes de la pègre. Dans le souterrain, Ils y croisaient même un garde durant sa ronde, peu investi de sa mission. Passant à côté, sa faible implication profitait aux Konohajins. Ils en étaient sûrs : le tatouage et la compagnie de Yuko n'étaient pas du vent.

Publié le 23/11/2020 à 01h00

Enduiseuse

Une fois qu'ils passaient le garde, ils s'enfonçaient dans les profondeurs ensablés. Ces galeries ont été autrefois construites par des ninjes possédant le Doton. Ben oui, sinon comment voulez-vous que ça tienne dans du sable situé en plein désert ? Faut tout leur apprendre à ses... (Ok, je me tais.) Là, le groupe de quatre rencontraient un autre membre de la pègre qui les observait sans plus, mais saluait Yuko tout de même.

Dialogue de personnage
« Ce sont des mercenaires, ils sont avec moi. Je suis leur mentor pour le moment, ils cherchent du taff. Tu me connais. Pas de soucis, bro' ! Je te les présenterais une prochaine fois et on se fera la méga fiesta tous ensemble. »

Elle lui faisait un clin d'œil et continuait à avancer pour ne pas s'éterniser avec les Konohajins au fin fond du trou. En tout cas, elle constatait une chose qui était très décevante: Qu'est-ce que la surveillance de la Pègre était teubée... Déplorable. L'Abura ne relevait pas l'un des autres points agaçant qui se déroulait depuis le début de la mission d'infiltration et de trahison envers les siens.

Dialogue de personnage
« Mais tu vas arrêter de me coller au cul comme ça, l'emmerdeur ? »

Le troisième membre de l'équipe devait la surveillait et en même temps ils avaient bien raison de le faire ! La femme pouvait les trahir à tout moment, mais pour l'instant Yuko se devait de coopérer pour rester en vie et par la même occasion prendre la vie de ce gros porc fumé de parrain d'Ame. Le chemin était long et étroit, mais pas un autre chat ne passait par là. La quête pouvait donc se dérouler sans accroc pour le moment. Bientôt, ils percevaient à l'autre bout du tunnel une lumière, la lumière de l'un des lieux de plaisirs favoris de l'autre obsédé. Une fois qu'ils sortaient du tunnel, la jeune Yuko faisait une halte pour savoir ce que le groupe décidait de faire afin de récolter des informations ou de voir si le parrain était là. Mais les Konohajins ne se devaient pas que d'éliminer ce rat, ils cherchaient également des informations concernant le baron du crime: le trafiquant de fourrure de Tanuki.

Dialogue de personnage
« Bon, les gars. Pour moi il est hors de question de rentrer dans un lieu pareil et de plus l'autre perlimpinpin pourrait me reconnaitre et j'ai pas l'envie de taper la discute avec ce pervers écervelé. »

Elle fixait tout d'abord le borgne, mais le problème état le même que celui de l'enduiseuse ! Il le reconnaitrait lui aussi et sonnerait l'alerte. Ensuite, il y avait celui qui ne daignait jamais un moment, mais celui-là me collait à l'arrière train et ne lâcherait pas la grappe à l'Abura pour aller vérifier dans les bains mixtes. Il ne restait plus qu'une solution.

Dialogue de personnage
« Désolée l'efféminée, mais je crois que c'est toi qui risque de t'y coller cette fois-ci. Sans mauvais jeu de mots. »

Le sourire aux lèvres, elle était fière de lui casser les couilles le plus fortement possible. Allait-il accepter ? De toute façon, il n'avait pas vraiment le choix.

Publié le 25/11/2020 à 12h01

Yami. Le Prince des Glace.

HRP : Musique pour le RP https://www.youtube.com/watch?v=mrIj8vHWYfg


La traversée des galerie se firent sans accros ce n'était pas l'envie de faire un génocide ou massacrer des gens pour le plaisir qui manquait à l'Uzumaki mais bon, autant suivre les règle dictée par le boss. La petite bande marchèrent de nombreuse minutes a travers les galerie et la sécurité avait l'air totalement con, mais con avec un c Majuscule ces pour dire.. La femelle Abura les conduisait en tout premier lieu dans des bain public, l'un des endroit ou le Baron tant recherché passerait du temps. Arrivée devant l'édifice il y'eu un léger problème, aucun des deux Kitto n'était tatouée et la connasse d'Abura pouvait être reconnu tout comme le vieux mercenaires, l'Uzumaki du s'y coller avec en prime une insulte de l'autre femelle. Il se retourna pour regarder l'Abura.

Dialogue de personnage
« Je vais t'enculer et tu va jouir pouffiasse alors ferme la. »


Le comptoir se trouvait des l'entrée et l'ancien rouquin sortit une petite bourse qu'il donnait au vendeur, il se déshabilla devant l'Abura et lui lança ses vêtement qu'elle rattrapa en s'efforçant de ne pas tomber sous le poids des armes, elle rougissait comme un mollusque en regardant son Anaconda et bien si il faut se mettre à poil pour qu'elle ferme sa gueule il l'aurait fais avant..
L'Uzumaki entra nue dans l'établissement et se dirigea vers le premier bain en saluant de vielle femme qui prenait leur bain, et oui des bains public mixtes voila ce qui manquait a Konoha. Il s'asseyait dans l'un des bains et commençait à analyser chaque personne présente, la femelle Abura et le vieux Kitto lui avait décrit a quoi ressemblait le Baron d'Ame et pour l'instant aucune trace de lui a part des vielle qui n'avait certainement plus d'ovaires et des vieux qui si il éjaculait déclencherait une crise d'arthrose.
Il se leva et se dirigea vers le deuxième bain, rien non plus ! Aucune trace du fameux baron et cela devenait énervant, l'Uzumaki partit en direction de l'entrée pour rejoindre ses compagnons et arriva devant l'Abura. Elle le fixait en continuant de rougir et cela le fit rire.

Dialogue de personnage
« Ta jamais vu une bite ou quoi ? Ahahahaha bon rend moi mes vêtement t'inquiète pas mon truc va pas te manger. Désolé Boss mais aucune trace de votre gars ici. »


La femelle Abura lui donna ses vêtement et regardait ailleurs, tandis que le vieux mercenaires soupira et demandait a la femelle ou se trouvait les deux autres emplacement ou pouvait se trouver le Baron tant recherché. Universa se rhabillait rapidement pour poursuivre avec la petite agence tout risque au second emplacement désigné par la femelle, il avait marché pendant une trentaine de minute avant d'arriver à destination. Un bordel ! Voila quelque chose qui manquait aussi à Konoha mais évitons de parler de sa ici sinon les coincée du cul vont encore se plaindre.. Oups on a dérapée du sujet reprenons ! Les portes du bordel était grandes ouverte et l'Uzumaki sourie en regardant son boss.

Dialogue de personnage
« Je vais aller voir si il est la et chercher des information à l'intérieur, quand à vous pourquoi ne pas partir aux troisième endroit peut être que vous le croiserez. Quoi pourquoi vous me regardez comme sa ?! »


L'Agence tout risque le regardait blasée et soupirai, en soit c'était une bonne idée et le vieux mercenaires accepta la demande d'Universa et partit avec le reste de la petite bande laissant Universa seule. L'Uzumaki entra dans le bordel et fut accueillie à bras ouvert par un homme qui était plus proche du beauf de base que du Gentleman charmant mais passons les détail sur ce clochard.. L'homme lui fit un accueil chaleureux surement au faite qu'il pensait que l'Uzumaki était un nouveaux clients ce qui était faux bien sur et vrais un peu ahahaha ! Il lui fit visiter l'établissement et l'Uzumaki profita de ce temps pour analyser les personne présente, aucune trace du baron seulement des putes bonnes et quelque roublard. L'homme l'amena dans une sorte de suite privée et l'Uzumaki comprenais que cette homme était le maitre des lieux, arrivée dans la pièce il regarda autour de lui et vit plusieurs petite cabine chacune fermée par une porte en bois, au moins il avait le sens de l'intimité chez les pauvres. Le patron lui indiqua de s'assoir dans l'une des cabine et l'Uzumaki s'exécuta, il s'assit et l'homme siffla, plusieurs prostitué rentra dans la cabine de l'alcool plein les mains, la pêche au informations allait devenir enfin amusantes.

Dialogue de personnage
« Ahahahaha vous êtes génial Mesdames ! Dis moi l'ami saurais-tu ou trouver des habit en fourrure ? Le désert il fait froid la nuit ahahaha et je serai prêt à payer le prix fort! »


Une heure était passé depuis le départ de la petite bande et l'Uzumaki jouait de ses don de manipulateur pour obtenir ses informations, ce qui fonctionna parfaitement. Le patron fit sortir ses prostitué et resta seule avec Universa lui notant sur un papier une adresse qui vendait des peau de Tanuki ! Bingo, l'Uzumaki obtenait le jackpot mais maintenant devait finir le travail dans ce lieu.

Dialogue de personnage
« Merci à vous mon amie ! Maintenant si vous me permettez passer le bonjour de ma part aux Shinigami. »


L'Uzumaki avait sortit un kunai et transpercer la gorge du maitre des lieu, le sang dégoulinait sur les habit du Patron et ses yeux montrait l'expression préféré de l'Uzumaki, la peur. L'homme tomba à terre et l'Uzumaki sortit de la cabine, plusieurs cabine était fermé, six cabine au total dans la pièce d'où chacune s'échappait des cri charnelle il était temps de libérer ces femmes si belles de l'emprise de ses porc. deux minutes c'était le temps pour l'Uzumaki de défoncer chaque porte de chaque cabine et d'assassiner chaque homme s'adonnant à ses plaisir interdit, aucune des prostitué ne cria surement choqué par la scène et il profita de ce silence pour faire sortir chacune des prostitué de chaque cabine et de les refermer les cadavre de ses idiot jonchant à l'intérieur.

Dialogue de personnage
« Mesdames, prenez tout l'argent dans cette bourse, si vous partagez équitablement à six cette argent vous pourrez recommencez votre vie loin de cette merde ! Bonne chance à vous ! »


L'Uzumaki fit un clin d'œil aux différente jeunes femmes présente et sortit par la fenêtres pour venir se poster sur le toit attendant le retour de l'agence tout risque.

Publié le 29/11/2020 à 19h36

Le Conseiller des Ombres

L’Anbu et sa guide Abura progressaient dans les tunnels. Ils avaient trois lieux dans lesquels se rendre, où pouvait se trouver le parrain septentrional. Le borgne souhaitait à tout prix l’éliminer. Le nordien pouvait à tout moment le balancer s’ils se croisaient, et la joyeuse troupe pouvait dire au revoir à la mission d’infiltration et d’assassinat, et peut-être même à leur vie. Mais aussi car le mafieux était responsable du drame de sa vie. Alors qu’ils pénétraient dans des thermes, Keisan n’avait qu’une idée en tête : prendre au dépourvu sa cible dans les vestiaires. Il était visiblement le plus actif à la recherche de cet homme. Mais il n’était pas là. Peut-être dans les bains, un lieu plus ouvert.

Dialogue de personnage
« Je suis grillé s’il me voit. Seijuro et moi on reste avec Yuko, on a pas le choix. C’est à toi de t’y coller “Yami”. Tsuge Shosu ressemble à un papa ours : joues dodues avec une mâchoire carrée, cou et épaules larges, pas gros mais avec une petite brioche, cette raclure profite de la vie. Cet enfoiré doit avoir chaud dans ce pays, il a les cheveux sur le côté du crâne coupé court. Jette un oeil dans les bains. »


Le barbu rasait les murs depuis son entrée, limitant son angle de vue, mais aussi ceux des autres. S’il tombait nez à nez avec, ce serait au dernier moment. L’Uzumaki s’éxécutait et après un moment d’absence, revenant avec la certitude de ne pas l’avoir vu.

Dialogue de personnage
« Bien, endroit suivant, la guide. »


Positionnés en garde du corps, les deux Kitto escortaient la basanée, conseillant par leurs simples présences de ne rien tenter. Une demie-heure de marche les séparait d’un bordel. L’établissement dénotait presque du reste de l’environnement, un effort de présentation y était présent. Rien d’exceptionnel ailleurs, mais ici, c’était probablement comparable à du luxe. Le quadragénaire avait l’expérience d’une foutue vie de mercenariat. S’il pouvait y avoir des informations quant au baron, ça pourrait bien être ici. Outre l’argent de la prostitution, les maisons closes portaient si mal leur nom car ce qui y était dit, était parfois revendu à prix d’or.

Un commerce du secret du corps mais aussi des secrets prononcés dans un chuchotement. Malheureusement, il avait les mains liées… C’est à ce moment que le propriétaire du lieu semblait accueillir ses nouveaux clients. D’une pirouette habile, l’Abura présentait les deux Kitto comme ses gardes du corps, comme convenu, et un nouveau membre de la pègre en la personne d’Uzumaki Universa. Ce dernier se voyait offrir un cadeau de la maison : une passe gratuite avec une de ses filles. Blasé, le borgne lui glissait discrètement ses conseils :

Dialogue de personnage
« Essayes d’en apprendre plus sur le Baron Braconnier.

Et sois malin. »


La force des choses les séparaient. Universa était le seul à pouvoir agir seul, c’était à lui que revenait cette tâche. Une séparation juste avant le dernier point d'intérêt des Galeries des Plaisirs, fréquentés par le parrain. La suite était prévisible, les deux Kitto savaient à quoi se préparer. Dans le cas contraire, Dame Yuko aurait des problèmes. Heureusement pour elle, elle ne les avait pas roulés dans la farine. A la sortie du casino, trois types sortaient en compagnie du nordien, bien éméchés. L’ex-mercenaire se plaquait aussitôt contre une galerie secondaire.

Dialogue de personnage
« Attire-le, Yuko. »


La basanée l’interpellait d’un grand salut, attirant son attention. Content, il s’approchait sans se méfier, sans se douter de ce qui l’attendait, enivré par l’alcool. Sa vigilance, déjà au plus bas, était complètement inhibée quand Dame Yuko lui faisait la conversation, captivé, charmé et suspendu du bout de ses lèvres. Des lèvres et pas que, ce porc était en train de la reluquer, s’approchant même en titubant pour la peloter. Et tandis que les deux se faisaient face à face, c’était soudainement qu’une des deux têtes échappait à la vision d’une autre, par le bas. Distrait, le parrain n’avait rien vu venir. L’ancien régent de Konoha lui avait saisi les chevilles par le sol, afin de l’enterrer jusqu’à la tête.

Le signal était donné. Remontant précipitation à la surface, le borgne assommait Tsuge Shosu d’un coup de genoux, enfoncé au milieu du visage, lui pétant le nez. Ivres, les hommes ne comprenaient pas sur le coup. Seijuro s’occupait de deux des hommes, son surnom de Poing Divins n’était pas pour décorer. Le borgne saisissait une arme sur l’un des cadavres avant de sectionner la gorge de son ennemi, avant de l’enterrer plus profondément. S’agenouillant et tendant son oreille vers la terre, on pouvait entendre un bruit de noyade et d’étouffement. Puis le silence.

Dialogue de personnage
« C’était trop rapide. Cette raclure méritait pire. »


Par le même procédé, les autres corps étaient eux aussi enfouis sous le sol. Il ne semblait plus y avoir de trace de lutte, plus de cadavres.

Dialogue de personnage
« On retourne voir “Yami”. »


Ce dernier les attendait, postée telle une gargouille. Les retrouvailles allaient être riches.

Publié le 01/12/2020 à 22h30

Enduiseuse

La petite troupe se dirigeait alors vers le troisième lieu, là où potentiellement, il trouverait le parrain d'Ame. Cet immonde être qui même pour l'Abura il devait disparaitre au nom de toutes les femmes ! Il sortait enfin de ce casino, piteux, mais luxueux pour les lieux de la Pègre. Deux autres hommes l'accompagnaient, mas Yuko ne les connaissait pas. Partant dans la direction opposée, le borgne ordonnait à la femme d'attirer cet être infâme.

Dialogue de personnage
« Tsuge Shou-shou ! Ca fait un bail mon lapin. Viens voir par ici, j'ai une proposition alléchante à te faire. »

Son jeu d'actrice était parfait pour un homme ivre, mais en tant normal, Tsuge ne se laisserait pas berner aussi facilement. Pour mieux l'aguiché, l'Abura bombait son torse et glissait sa main jusqu'à le haut de sa cuisse en prononçant les mots précédents. Plus ce gros porc s'approchait et plus la femme en était dégoutée. le moment fatidique ou l'homme tentait de la peloter, le Kitto sortait enfin de sa cachette à l'aide de son Doton, l'attrapant d'abord par les pieds et l'enterrant jusqu'à la tête. La femme voulait les voir souffrir et pour son plaisir personnel, elle laissait des serpents d'huile s'échapper et entrer par la bouche des trois hommes. Au passage les deux autres accompagnateurs se faisaient littéralement défoncer par l'autre copain des ses faux garde du corps.

Dialogue de personnage
« Ne me demandez plus jamais de faire ça.. C'était humiliant. N'en parlez même pas à la demi-donzelle. »

Il était temps de rejoindre le compagnon qui était resté au bordel. Perché à la fenêtre de l'étage le plus haut, il finissait par nous rejoindre dans un saut spectaculairement pathétique. Yuko ne pouvait s'empêcher de pouffer de rire. La suite devenait intéressante, car l'efféminée donnait les informations suivantes à ses acolytes: Le patron de ce jolie bâtiment emplit de prostituées lui donnait l'adresse de la cible principale de la mission. Et puis dans un ton et une humeur un peu plus joviale, il nous confirmait sa mort à lui aussi, ainsi qu'à tous mles pouilleux qui étaient venu pour leur plaisir au dernier étage du bâtiment.

Dialogue de personnage
« Mais ça t'arrive de réfléchir avant d'agir, ma poulette ? Les heures de pointe où les tunnels vont être bondés arrive. J'espère pour toi qu'on aura le temps de partir assez d'ici avant que l'alerte ne soit donnée ! »

Elle faisait signe aux trois hommes de la suivre.

Dialogue de personnage
« Je sais où se trouve l'adresse de votre homme. Suivez et hâtons nous. »

Ils marchaient alors en direction de la demeure du Baron qui organisait le trafic de peau de Tanuki. La nuit devaient être là, car le nombre de personnes qui circulaient augmentait au fil des minutes. La troupe mettait beaucoup trop de temps pour les lieux précédents... Ils continuaient leur route comme si rien ne s'était passé et finissaient par arriver au petite "manoir" de l'homme tant recherché.

Dialogue de personnage
« C'est ici. Laissez moi passer en première, je vais frapper à la porte. »

Mais la demi-femelle avec qui Yuko s'entendait pas depuis le début, passait devant elle. Une servante venait ouvrir la porte. Le faux sekken lui demandait si le patron de la maison était là, car il entendait qu'il possédait des marchandises intéressantes et qu'il serait prêt à payer le prix fort, mais la femme répondait qu'il fallait patienter à l'extérieur. Il n'était pas encore rentré. Ne pouvant pas faire marche arrière, le groupe décidait de s'occuper en attendant et non loin de là se trouvait un groupe de parieur... L'envie d'y participer n'emballaient pas la majorité du groupe. A l'exception de la deuxième gonzesse de la troupe. L'Abura l'observait et voyait qu'il gagnait à tous les coups. Mais quel enflure de manipulateur, il était encore meilleur qu'un des congénères de la femme. Une heure s'était écoulée et le baron apparaissait enfin. Le groupe se précipitait en restant le plus discret possible pour interpeller l'homme. La tâche du meurtre ne serait pas aisée, car beaucoup de gardes étaient à l'extérieur et il y en aurait probablement à l'intérieur aussi. La femme espérait que tout se déroulerait sans trop d'embûche pour l'assassinat...

Publié le 02/12/2020 à 15h41

Yami. Le Prince des Glace.

La position qu'il avait pris sur le bâtiments lui permettait d'avoir une vue plutôt grande et lui permettrait de repérer l'agence tout risque plus facilement, la petite revenait et avez l'air satisfait et l'Uzumaki sauta gracieusement pour atterrir face à eux. L'Uzumaki leur expliqua la situation et avant qu'il ait pu finir la femelle Abura commença à le critiquer.

Dialogue de personnage
« Rien à foutre de ton avis, elle avait le droit à une meilleure vie que ce patelin de merde ! »


Il se demandait si l'Abura n'allait pas continué ses sarcasmes mais elle se tut et tant mieux, le vieux mercenaires ordonna de partir immédiatement à l'adresse qui avait été indiqué par l'ancien patron du bordel. La discrétion était importante pour ce dernier déplacement et la masse qui arrivait leur permettait de se dissimuler dans la foule et d'avancer facilement. Ils arrivèrent facilement à l'adresse du Baron et l'Uzumaki pris les devants.

Dialogue de personnage
« Bonjour Madame, je suis un acheteur est-il possible de rencontrer le patron ? »


La servante les prévient que le Baron était partit et reviendrait plus tard et qu'il nous faudrait patienter, cela arrangeait l'Uzumaki juste en face de la maison se trouvait un groupe de parieur et de joueur, enfin quelque chose intéressant !

Dialogue de personnage
« Je vais vous montrer comment j'ai fait fortune ahahahaha ! »


La petite bande se dirigèrent vers le groupe de parieur qui jouait à du poker, l'Uzumaki demanda au vieux mercenaires de lui refiler de la thune et il accepta à contre cœur. L'Uzumaki gagna à chaque coup, l'un sortait un Brelan, l'ancien rouquin lui sortait une couleur, si facile qu'elle bande d'amateur ! Une heure était passé et l'Uzumaki avait empoché une somme raisonnable lui permettant d'acheter l'une des meilleure peau de Tanuki qu'il y'aurait sur le marché, il continuait le jeu mais fut stoppé par l'Abura elle venait de voir le Baron arrivé.
L'Uzumaki repris tout ses gain et se dirigea avec la petite bande direction la maison et frappa à la porte de la maison, la même servante ouvrit la porte et les invita à rentrer et patienter dans une pièce circulaire, l'Uzumaki leva la tête et vus que de la ou il était posté on pouvait voir les nombreux étage de la maison et cela pourrait au final mal finir.
Le fameux Baron arriva enfin entourée de quelque garde, un grand sourire aux lèvres pour nous accueillir pensant que nous étions des clients potentielle, l'Uzumaki salua le Baron et commença à parlementez avec lui sur la marchandise.

Dialogue de personnage
« J'aimerais vous acheter une peau de Tanuki Mâle si possible, il fait froid la nuit dans le désert et l'on ma dit que la résistance de la peau de Mâle est bien meilleure ahahaha et je suis près à mettre une très grosse somme si nécessaire. »


Le baron partit quelque minute avant de revenir avec un grand manteau fais en peau de Tanuki un sourire aussi grand que vingt minutes avant, l'Uzumaki examina attentivement le manteau et l'essaya à la demande du Baron, au moins les pauvres sont douée pour créer des vêtement. L'Uzumaki rendit le manteau au Baron et amorçait son geste pour aller chercher dans sa veste la bourse pour le payer mais à la place profita de l'inattention du Baron pour sortir un Kunai et lui transpercer le cou au niveau de sa moelle épinière. Le Baron était tétanisé est regardait Universa avec une frayeur dans le regards qui donnait un grand sourire à l'Uzumaki, il sentit sur sa main ou avait transpercer le Kunai le sang et le liquide céphalorachidien de sa victime, il détourna légèrement le coté du Kunai et amorça le geste pour le faire revenir vers son corp, la tête du baron tomba à terre est roula vers sa servante paralysé et choqué par la scène.
Les gardes fonçait vers l'Uzumaki mais le vieux mercenaires et leur troisièmes camarades les intercepta prenant le dessus facilement sur leur adversaire, Universa profita de ce laps de temps pour effectuer une dizaines de Mudra, plusieurs Shuriken et Hirondelle de glace venait d'apparaitre en haut de l'Uzumaki et fonçait vers les malchanceux de la pègre qui penchait leur tête pour voir se qu'il se passait aux rez-de-chaussée plusieurs d'entre eux Tombière sous les coup des Hirondelle de glace qui se plantait au niveau de leur crane pendant que ses trois autres camarades fracassait les dernier pauvres aux rez-de-chaussée.
Le silence tomba totalement dans la maison, il n'avait pas fait un bruit malgré la pièce remplis d'une vingtaine de cadavre et une servante effondrée à quatre patte qui priait surement pour ne pas mourir malgré l'Uzumaki s'avança vers elle un Kunai a la main mais l'Abura demanda à ce qu'on la laisse partir car elle était innocente. Le vieux mercenaires accepta la demande de l'Abura et commençait à se questionner à voix haute sur comment sortir d'ici, de l'intérieur du bâtiments plusieurs voix s'élevait de l'extérieur et merde voila qu'il avait surement retrouvé le patron du bordel et les autres membres de la pègre.
Le vieux mercenaires ordonna de se diriger vers le toit rapidement et tout la bande s'exécuta, il arrivèrent rapidement sur le toit les étage ayant été débarrassée par la technique de l'Uzumaki, arrivée sur le toit le bâtiment avait l'air encerclé et de nombreux groupe vus de loin se dirigeait vers eux. Le vieux Kitto exécuta une technique Doton qui vint créer une pierre montant jusqu'au haut du Dôme créant une petite brèche ou la lumière s'échappait, le petit groupe commença à courir à la Horizontale en concentrant leur chakra au niveau de leur pieds, à peine quelque minute passèrent avant d'arriver à la surface.
La nuit avait du tomber depuis quelque heures la vue était dégagée et la lune illuminait la rue dans laquelle il venait d'immerger. Le vieux mercenaires fut le dernier à immerger à la surface et l'Abura leur proposa un moyen rapide de partir de cette endroit, les trois Anbu se regardèrent et acceptèrent la demande de l'Abura qui nous amena à un endroit ou plusieurs grande luge était disposée tirée par des animaux. L'agence tout risque grimpa dans la première luge venue et commença à se tenir au bord de la luge à cause de la monté en vitesse des animaux, l'Uzumaki regarda son chef et lança une petite plaisanterie.

Dialogue de personnage
« Ahahaha et bien au moins les pauvre sont vraiment ingénieux. »


Publié le 04/12/2020 à 20h15

Le Conseiller des Ombres

Le borgne n’avait daigné répondre à la demande de l’Abura. Son sourire éphémère et son silence se passaient de commentaire. Le veuf savourait la mort de Tsuge Shosu, le parrain septentrional, dans une demi-euphorie, une demie-déception : sa vengeance était enfin accomplie, bien loin de l’apothéose qu'il avait prévu. La mission importait avant tout, ils se trouvaient dans la gueule du loup. Les galeries n’étaient pas encore sillonnées par les activités de la nuit qui approchait, mais l’embuscade s’était tenue à un lieu de passage. L’efficacité n’avait pas été un choix. Quand l’Uzumaki les rejoint après un saut, un compte-rendu de la situation se profilait naturellement.

Dialogue de personnage
« Tsuge est mort. Et toi, as-tu appris quelque chose ? »


Un peu que le faux Chûnin de Konoha en avait appris ! En forçant sur la boisson pour créer une amitié factice avec le patron du bordel, au nom de la pègre dont il portait le tatouage, Universa lui avait tiré les vers du nez. Prétextant souhaiter un niveau de vie plus luxueux, à commencer par des habits, il avait obtenu l’adresse de la meilleure boutique, avec les meilleurs tanneurs, utilisant un matériel prisé : du cuir de Tanuki. L’ANBU avait tiré le gros lot.

Et pourtant, ce n’était pas tout. L’état d’esprit d’efficacité de l’ancien mercenaire était visiblement beaucoup moins partagé par le nanti. L’Uzumaki s’était payé le luxe d’agir comme bon lui semblait, réalisant une myriades d’assassinats sous l’attention de témoin, qu’il avait libéré pour jouer le preux chevalier. Des prostituées riches d’un jour. Le quadragénaire lui aurait bien refait le visage, mais attirer les regards leur portait préjudice.

Dialogue de personnage
« Petit con. On a ce qu’il faut, en route. »


Ronchonnant intérieurement, le veuf s’était retenu contre Tsuge, ce que n’avait pas fait “Yami” par pur caprice. Keisan n’avait pas eu besoin d’insister pour leur signaler qu’ils étaient désormais pressés. L’Abura semblait bien saisir la situation. Les ruelles souterraines se remplissaient. C’était désormais du contre-la-montre. Dans un quartier plus distingué aux espaces plus grands, un tunnel visiblement privé menait vers un véritable manoir, à l’abri des regards. Un lieu qui ne passait pas inaperçu, expliquant la renommée du Baron Braconnier et la connaissance de Yuko à son sujet. Le contrebandier était l’un des hommes qui régissait les lois des Galeries de la Pègre, en témoigne l’emploi de garde. Un homme important et à l’agenda bien chargé. Surtout lorsque ses enclos de Tanuki se faisaient saboter à tour de bras. En empruntant l’allée sans se dissimuler pour frapper à la grande porte, une servante leur ouvrait.

Sous le jeu d’acteur d’Universa exploitant ses informations, il réclamait vouloir faire affaire, sous les conseils d’un gestionnaire de bordel, mais le Baron n’était pas présent. Rebroussant chemin, la fine équipe qui ne faisait pas dans la dentelle, se fondait dans la masse en participant à des paris et des jeux. Après une démonstration pleine de réussite du roux teinté, doublant ses mises de départ, Yuko apercevait et signalait la cible. Le borgne confiait sa bourse à Universa pour faire gonfler la sienne, afin qu’il soit pris au sérieux. S’engouffrant à nouveau dans le couloir, sous le nez des sentinelles assurément dévouées à la Pègre, le groupe se présentait à nouveau. La servante les faisait entrer et patienter jusqu’à l’arrivée de son maître. Un manoir aux intérieurs orientaux, fresques et cadres typiques, nombreux tapis, rideaux et coussins aux tons chauds. L’aube d’une longue scène de cinéma se représentait.

Universa et le Baron discutaient du type de fourrure, une Tanuki femelle apportait une grande douceur mais celle du mâle était bien plus protectrice. La servante prenait les mesures avant d’aller chercher une fourrure appropriée. C’est seulement au moment du paiement que le membre de l’ANBU troquait sa bourse contre un coup de kunai dans la gorge. Au quart de tour, les deux Kitto fonçaient sur les gardes du rez-de-chaussée pour leur enfoncer pieds et poings d’une rapidité étonnantes, évitant qu’ils sonnent l’alerte. L’Abura rôdait dans le couloir pour rattraper la servante et la mettre à mort. A l’étage supérieur, le remue-ménage attiraient d’autres gardes aux balustrades des mezzanines. En guise de comité d’accueil, des hirondelles de glace tranchantes venaient se planter dans ces nouveaux arrivants. Habitué au terrain, le barbu se précipitait aux fenêtres pour prendre conscience de la situation. Fidèles à leurs tâches, les sentinelles extérieures ne bougeaient pas d’un pouce, focalisées sur leur environnement proche. Le manoir isolait bien le bruit malgré les apparences.

Dialogue de personnage
« Aussi étonnant que ça puisse être, on a été silencieux. Les autres gardes ne bougent pas d’un iota. Mission accomplie, les deux cibles ont été éliminées. Fouillons le manoir, nous pouvons peut-être obtenir un beau registre. »


Laissant les corps en pleine vue, les Konohajins commençaient à chercher et mettre sans dessus-dessous le manoir. A force de fouiner et d’inspecter, le groupe apportait avec eux des papiers dont le contenu avait été à peine lu, se rattachant à l’aspect global du document ou de l’endroit plus ou moins planqué dans lequel il avait été découvert.

Dialogue de personnage
« Allez, finis de jouer, faut dégager. Ta connerie de tout à l’heure va nous foutre dans une merde pas possible. Yuko, nous avons rempli nos objectifs, et à part ces gardes en bas, plus grand chose ne nous lient à toi. A toi de choisir si on s’occupe d’eux ou non. »


Devant la réponse négative de la guide, le vice-capitaine des ANBU souhaitait éviter d’emprunter à nouveau les galeries. Universa était, ce qu’on appelait dans le milieu, grillé. Une vraie bombe à retardement prête à leur sauter à la figure au moindre faux pas ou à la moindre malchance. Une situation qui pourrait arranger la basanée si elle était poussée dans ses derniers retranchements.

Dialogue de personnage
« Bien.. Tu connaissais l’adresse, à ton avis, il y a quoi au-dessus de nous ? »


La guide était clair. Les quartiers du Baron Braconnier étaient en-dessous d’une zone contrôlée par Koya et non par Suna.

Dialogue de personnage
« On monte. Mettez-vous à l’abri. »


Prenant la peine de vérifier en composant quelques signes avant de disparaître dans le mur, Keisan remontait à la surface. A la surface, il sortait du sol près de deux maisons. La rue était proche. Se décalant quelque peu, il pliait la terre à sa volonté pour l’envoyer percer le plafond de la galerie et s’enfoncer plus bas, créant un pont en presque-vertical. Les éboulements étaient inévitables et attiraient inévitablement la fourmilière en dessous. Mais plus rien n’empêchait leur fuite. Sous l’ultime conseil de la basanée, le groupe s'emparait d’un moyen de locomotion étonnant : des traîneaux d’antilope du désert.

Publié le 07/12/2020 à 00h00