Entrevue particulière

Année 8
Chakra bleu

Attaché par des chaînes, Genichi avait une sale allure, il avait fallu fuir pour atteindre cette ville. Cachée dans la cave d'une baraque, c'était l'endroit parfait pour réveiller le Miwaku. Il avait sommeillé pendant plusieurs jours, mais Shizuka avait décidé qu'il était dorénavant temps de s'éveiller. L'homme était assis et la femme ne tarda pas à lui faire respirer une sorte de poudre mentholée.

« Bonsoir Genichi.
Je ne suis pas vraiment pour cette condition si désagréable pour toi. »

Au fond de la salle, une seconde personne était présente, elle veillait au bon déroulement du plan. Posant sa main sur la joue du cafard de Kumo, Shizuka semblait éprouver une certaine peine.

« Je suis heureuse de te revoir.
Vraiment heureuse. »

Un voile noire cachait le haut du visage de la Kumojin. La chaleur des torches étaient agréables, mais l'air était humide. Genichi était attaché de sorte à ne pouvoir composer aucun mudra.

Publié le 06/08/2019 à 09h25

Chakra jaune

Sombre... Il fait sombre... Suis-je mort ? Nan, je pense. Si je pense, je vis, c'est certain. C'est quoi cette odeur . De la menthe ? Oui, il y a de la menthe, mais il y a autre chose aussi. Je suis dans les vapes complètes la... ALLEZ GENICHI, REVEILLES TOI PUTAIN ! Je reprends contrôle de mon corps, doucement, voila, tout doucement. Ce léger picotement c'est bon signe, je ne sais pas où je me trouve. Mes souvenirs, je dois me rappeler. C'était quoi mes derniers souvenirs . ... Hatsuharu, oui c'était ça, Hatsuharu, j'espère que je l'ai crevé cette enflure... Je lui ai tiré un rayon lumineux avant de sombrer... Nan, Shizuka... J'ai vu Shizuka !

C'est à cet instant que je rouvris réellement mes yeux, un léger voile embrumait ma vision mais j'étais de nouveau là, dans le monde de la conscience. À peine venais-je d'immerger qu'une douce voix familière m'accueillit, celle de Shizuka. Elle parla de mes conditions. Je ne comprenais pas... Ou du moins, pas avant d'avoir voulu bouger mes mains et me rendre compte que j'étais tout bonnement attaché. Je gardai tout de même mon calme, était-ce volontaire ou juste parce que mon esprit était encore embrumé ?

« Shizuka... »


Ma voix était rocailleuse, abîmée par l'absence d’usage durant les trois derniers jours. Doucement, ma vue se stabilisait et s’habituait aux torches avoisinantes. Le visage de Shizuka était caché dans les pénombres d’un voile. Je laissai doucement ma tete tomber en arrière avec fatigue.

« Je suis également ravi, princesse…
Masashi-sama vous a chercher au travers le monde… Je ne comprends pas… Que faisiez-vous a Kiri ? »


Et comme si je retrouvais toute ma lucidité. Je devais savoir si j’avais occis le Kenketsu, alors je lançai :


« Ai-je accomplit ma mission ? Ai-je réussis a le tuer ? »

Publié le 07/08/2019 à 23h31

Chakra bleu

« Tu parles du Kenketsu ?
Il me semble qu'il est mort, effectivement... »

Shizuka observait son invité avec une certaine nostalgie, son passé était dorénavant si lointain. Elle se souvenait encore des amusements de la jeune princesse de Kumo. Dorénavant, elle devait porter le fardeau de son clan et continuer à unifier le monde sous le joug du clan Hattori. Le voile camouflait la plupart des expressions de la princesse, mais pouvait-elle camouflée la larme parcourant son visage ?

« Genichi... Au sein de Kumo, je n'étais qu'un fardeau et mon rôle ne se limitait qu'à m'occuper de mes enfants. Cette vie était complaisante, mais j'ai découvert que je pouvais apporter autre chose à mon clan. Lorsqu'on découvre le monde de dehors, on se rend rapidement compte qu'il tourne d'une façon précise et que les choses tournent constamment en rond. Le clan Hattori cherche le pouvoir depuis si longtemps... Il ne cesse de le désirer sans jamais le saisir. Sais-tu pourquoi ? »

« Simplement car le monde ne veut pas s'y plier. Nous nous attaquons aux mauvaises personnes, Genichi... Nous ne sommes que les marionnettes d'un individu nous surplombant... »

« Et ... Un jour, j'ai eu la chance de découvrir la vérité et de connaître l'identité d'un homme immortel... Celui-ci ne représente qu'une étape à outrepasser pour que Kumo puisse régner sur le monde... Masashi ne se rend pas compte, Kumo est embourbé dans une politique paralysant l'expansion de l'Empire. »

Posant sa main sur la joue du Miwaku, Shizuka laissa transparaître un sourire au travers du voile opaque.

« Et j'ai besoin de toi Genichi... J'ai besoin du seul homme pouvant enfin tout modifier !
Nous vaincrons le recommencement et nous nous attellerons ensuite à réclamer ce que le monde doit à Kumo... L'obéissance. »

Le ton de Shizuka ne laissait transparaître aucune hésitation. Elle y croyait plus que quiconque. Elle souhaitait se débarrasser de ses chaînes pour unifier le monde sous son joug. Elle aimait bien évidement Masashi, mais elle savait qu'il ne pourrait unifier Kumo pour elle. Pour que les Kumojins obéissent, il fallait auparavant soumettre le monde.

Publié le 08/08/2019 à 17h44

Chakra jaune

J'étais là, attaché tel un animal dangereux bien que je me montrais docile. J'écoutais les paroles de Shizuka mais ne pouvais comprendre là où elle voulait en venir et pourquoi avoir besoin de moi ? Je n'ai toujours été qu'une arme servant les intérêts de Hidemi et par extension de Masashi. Alors que foutais-je attaché au fond de ce qui semblait être une cave humide à l'hygiène douteuse à avoir une discussion avec Shizuka, porté disparut depuis si longtemps... Je ne comprenais pas... La chaleur de la main de la princesse apposée sur mon visage et la douceur de son sourire me suffisait à garder mon calme face à mon incompréhension.

« Ou voulez-vous en venir Shizuka-sama ? J'entends vos paroles mais je me montre incapable de les comprendre... »


Je laissai tomber ma voix dans l'oubli et mes yeux scrutèrent la pièce. C'est donc ainsi que je put apercevoir la présence d'une seconde personne, proche du cadre de la porte. La danse envoutante des flammes illuminants la pièce me divertit quelques instants avant de reprendre:

« Etes-vous entrain de me demander de trahir Masashi-sama ? Je ne vis que grace a sa bonté... Et pourquoi moi ? Pourquoi pourrais-je être le seul a tout changer Shizuka ? »


« Je suis l'arme appartenant a mon Raikage... »

Publié le 08/08/2019 à 22h19

Chakra bleu

« Je t'arrête tout de suite, j'aime Masashi et je ne peux me résoudre à le trahir. Je l'aime suffisamment pour lui éviter de faire un choix, Genichi... Tu sais bien comment Kumo fonctionne, ils ne peuvent accepter cela ... »

« Tu ne dois pas, Shizuka !
Tu ne ... »

« Il le faut Misao, Genichi est un Miwaku et il comprendra.
Je le sais. »

Levant sous voile, Shizuka laissa transparaître deux yeux de la même couleur qu'un rubis. Et oui, elle n'était plus humaine et elle n'était même plus Hattori. Elle n'était plus qu'une espèce inférieure. Elle le savait, Kumo ne pouvait accepter un tel dirigeant. Masashi ne devait pas faire ce choix, c'était bien trop cruel.

« Je suis une Kenketsu et je n'ai plus aucune légitimité héréditaire sur toi, Miwaku Genichi. Je ne suis plus rien... Je ne te demande pas de trahir mon tendre mari, mais de lui éviter un terrible dilemme. Si nous nous rencontrons de nouveau, il sera en obligation de m'assassiner... Il ne le supportera pas. Il est bien plus tendre qu'il ne le montre. »

« Je souhaite offrir à Kumo l'ultime sacrifice. Nous pouvons gouverner sur un peuple plus large. Pourquoi exterminer des familles ? Nous pouvons simplement conquérir ! Je veux vaincre un homme gouvernant sur les immortels, le Prince du clan Kenketsu. »

Son plan semblait irréalisable et totalement loufoque. Effectivement, le Prince n'existait même pas pour le commun des mortels. Pour Shizuka, celui-ci était vérité. Hatsuharu avait été clair, cet homme était le chef du clan Kenketsu et il le guidait. Il suffisait de prendre sa place et d'unifier le monde sous la coupe des réels dirigeants des terres, les Hattori. Continuant à observer la peau de Genichi tout en touchant son visage, elle reprit :

« Ton Chakra Genichi, il est unique. De nombreuses personnes indiquent que tu peux vaincre le Prince. Tu peux nous libérer de son emprise... Grâce à Hatsuharu, nous savons où le trouver... Tu peux m'aider et ensuite, nous offrirons à Masashi de quoi pardonner ma différence... »

Une nouvelle larme parcourut la joue droite de la nouvelle Kenketsu, elle pensa alors à son fils... Pourrait-il l'aimer de nouveau ? Shizuka était-elle encore quelqu'un ?

Publié le 09/08/2019 à 18h31

Chakra jaune

Trahir, faire un choix, accepter cela... Mais de quoi parlait Shizuka ? À cet instant je ne comprenais pas, je me montrai incapable de mettre en relation les différentes informations qui me donneront la réponse. Non, je compris uniquement lorsqu'elle ôta son voile et que j’aperçus deux yeux au rouge perçant tel un rubis. Un vampire, Shizuka était devenu immortelle. Voilà pourquoi elle était au sein de Kiri, au milieu du foutu repère des suceurs de sang. C'était donc pour cette raison qu'elle n'était pas revenu auprès de son mari Masashi... car celui-ci aurait dû lui ôter la vie....

« Je comprends donc pourquoi vous n'etes jamais revenu... »


« Ainsi, vous pensez que la seule façon de revenir sans risquer que Masashi-Sama se voie dans l'obligation de vous ôter la vie serait de conquérir le monde . »


Je commenca a m'agiter, les prises que j'avais au poignet me démangeais, ma position était inconfortable mais j'étais habitué a cela depuis bien longtemps, alors je préférai taire ma condition.

« Vous êtes désormais un vampire... Mais vous restez à mes yeux la femme de mon Maître, pour cela, vous n'avez rien à craindre de moi, peu importe votre situation ou vos choix... »


Sans oublier le fait que nous deux étions amis lors de notre enfance, mais de cela, je n'en ferai l'éloge, puisque si le Raikage me demandais de lui ôter la vie, j'exécuterais mes ordres... Probablement....

« Si je comprends bien la situation, je n'ai d'autre choix que de vous aidez. Ne pas le faire reviendrai a mettre en difficulté le Raikage et notre vilage... »


« Malgré cela, jusqu'a ce jour, je n'avais jamais entendu parlé d'un Prince des Kenketsu... Et encore moins du fait que mon chakra serait unique... Je ne suis qu'un simple Miwaku formé depuis mon jeune age a l'art de tuer... »


Je distinguais parfaitement la larme qui coulait sur la joue de Shizuka, mais que pouvais-je bien y faire ? Autre que de lui offrir mes services... À ce moment là, je jouais le jeu, acceptant d'aider la princesse du village, mais mon esprit n'était que peu certain de la suite des événements. J'avais besoin de me libérer de mon emprise, et à ce moment seulement, je serai capable de décider si je retournerai auprès de Masashi ou si les propos de du nouveau vampire m'avaient convaincu....

Publié le 10/08/2019 à 00h48

Chakra bleu

Shizuka le savait, cette condition n'était pas réellement propice à exiger la moindre confiance de la part du Miwaku. Il gigotait sûrement volontairement pour mettre en avant une certaine difficulté à se mouvoir à son aise. Shizuka le savait, le fait de le libérer était dangereux pour elle. Misao avait de quoi le contraindre, mais était-ce réellement une solution ? La princesse semblait se refuser à un tel procédé. En y repensant, le fait que Asae se charge d'envoyer Misao avec cette arme pour tuer Kazuna semblait ... Trop facile. Depuis son départ de Kumo, Shizuka avait vraiment l'impression de n'être qu'une pièce sur un échiquier. Tout ça, c'était sûrement lié à cette femme....

« Non Genichi. Avec ou sans nous, Kumo survivra. Le Kenketsu le souhaite. »

Shizuka avait longtemps été sourde face aux dires de Hatsuharu et de cette mystérieuse femme. Pour autant, elle s'était souvenue des dires de son paternel... Celui-ci avait raconté que plusieurs dirigeants du clan Hattori s'étaient retrouvés à imaginer un ennemi de l'ombre. D'une façon ou d'une autre, l'Empire ne pouvait avancer à sa guise. S'approchant du verrou gauche, Shizuka délivra un bras de son potentiel ennemi. En effectuant cette action, elle fit voir un bras brûlé par le soleil. Son intervention lors du combat opposant Hatsuharu et Genichi n'avait pas été sans conséquence. Celui-ci avait volontairement été laissé dans l'ombre auparavant pour ne pas accuser le cafard de cette blessure.

« Je vais te libérer. Tu n'as aucune obligation et je n'ai aucune légitimité. Si je ne suis pas rentrée, c'est aussi car j'ai ouvert les yeux... À Kumo, j'étais enfermée et je ne pouvais faire autre chose que couver mes enfants. Et puis ... Une fois dehors, j'ai eu l'impression que je pouvais enfin apporter ma pierre à l'édifice. Masashi est un Kage parfait, il savait que j'étais un point faible. Il agissait de sorte à me contraindre pour me protéger. »

« Aujourd'hui, je veux lui montrer que je suis importante et que je peux l'aider. Je souhaite gouverner sur un peuple plus large et plus grand. Sans rébellion et trahison. »

« Je soumettrai le clan Kenketsu. Et ensuite, nous pourrons enfin gouverner sur tout. »

Elle vint à enfin libérer le second membre supérieur de Genichi. Allait-il en profiter pour attaquer ? Comprendre Shizuka semblait bien difficile, elle était sûrement considérée comme folle. La Hattori en avait l'habitude, elle méritait sa place de gouvernante. Dorénavant, ça serait à Masashi d'attendre patiemment.

Publié le 10/08/2019 à 11h48

Chakra jaune

Alors que Shizuka vint détacher l'une de mes deux attaches, mon regard se perdit sur son avant-bras. Il était brulé, la chair avait cuit et ceci était certainement la faute de mes rayons lumineux tombés du ciel. Un sentiment de culpabilité m'envahit quelques instants lorsque je compris que j'avais blessé la femme de mon Raikage....

« Excusez-moi, Princesse, pour votre bras... J'espere que celui-ci ne vous fait pas trop souffrir. »


Puis vint le moment où je n'étais plus retenu par mes chaines. Libre... Mon esprit analysa quelques instants la situation. Je pouvais tenter de fuir mais pas sans le risque de blesser Shizuka. Alors, refusant cela, je ne fis faire que quelques roulements à mes poignets afin de les dégourdir avant de me redresser sur mes jambes. Mon corps était encore douloureux du combat, mais ceci était supportable....

« Je doute que Masashi-Sama soit heureux d'apprendre que j'étais en compagnie de sa femme et que j'ai décidé de la laisser sans surveillance et encline à se lancer dans une guerre seule.... »


« Je pense même qu'il pourrait m’ôter la vie pour cela... Ainsi, Shizuka-Sama, je vous suivrais et vous servirai jusqu'au jour où vous décidez de rentrer au village. Alors, ce jour-là, je vous rapporterai auprès de mon Raikage et j'espère que vous plaiderez en ma faveur si mes décisions ont déplu à Masashi-Sama... »


« Je ne comprends pas toutes les subtilités de vos envies et convictions, je ne comprends pas ce qui fait de moi l'être unique que vous décrivez... Mais... Commandez et j'agirai ! »

Publié le 12/08/2019 à 22h26

Chakra bleu

Miwaku Genichi... Cet homme se trompe sur sa propre personne, il se limite à sa situation et refuse d'admettre ses propres capacités. Shizuka le savait plus que quiconque, ce ninja était d'un intérêt réel face au Prince des Kenketsu. La Hattori souhaitait gouverner sur un peuple nouveau, plus vaste et plus fort que celui des Hattori. Fallait-il vraiment s'arrêter à une espèce et la prédéfinir comme dominante ? Non, mais un Empire pouvait être dominer et dicter la Paix. Shizuka le savait, elle ne pensait pas comme un Hattori lambda, elle ne mettait en avant sa propre lignée. Pour autant, elle ne pouvait contredire que seul des Hattori pouvaient gouverner sur le monde. Ils étaient nés pour cela.

Se retournant quelques secondes pour saisir une gourde pleine, la Princesse proposa l’élixir à l'homme devant elle en la posant au sol.

« Miwaku, tu ne mourras point tant que tu m'accompagneras. Tu contrôles la lumière et celle-ci est un atout face à notre ennemi. Tu vaincre le Prince des Kenketsu et je régnerai sur un nouveau peuple. Mon armée sera si grande que Konoha ne pourra que s'affaisser face à ma toute puissance. »

« Alors, ne crains rien. Tu es la seule chose que je souhaite voir depuis des mois. Le seul être suffisamment important pour changer notre monde, Genichi. Ne l'oublies pas.
Le plan va bientôt débuter, reposes-toi. »

Elle se leva pour sortir.

Publié le 13/08/2019 à 00h06