L'interrogation du destin

Année 1
Chakra bleu

Revenant tout juste d'une mission dans les bordures du pays de l'eau, le jeune Nowaki semblait déconcerté. Sur place, il n'avait pu voir que de la misère et de la tristesse. Les habitants semblaient découragés et les pillages semblaient fréquents. Le village s'occupait trop des affaires externes et semblaient délaissaient le coeur même de la machine.

Le Kaguya ne pouvait réellement reprocher cela à quelqu'un, il se doutait que c'était le prolongement logique de la vie. Les uns meurent et les autres vivent. Malgré ça, il voyait en cette situation un certain déséquilibre. Les membres de ce pays devraient être mieux considérés au lieu de vouloir répondre aux besoins externes pour de l'argent. Oui, Kiri n'était plus qu'une machine de guerre. Une bien faible machine. Les révoltes devenant de moins en moins nombreuses, Nowaki disait qu'il se soumettait simplement à cette mascarade. Alors qu'il déambulait le plus misérablement possibles dans les rues du village, il bouscula un petit être. Il se retourna, le regarda et constat ses origines : Un Gaikotsu.

« Veuillez m'excuser, je ne regardais pas devant moi.
Et sans le vouloir, je vous ... »


Au fond des yeux de l'homme, Nowaki ne voyait plus la moindre lueur. Son corps, cette faiblesse... La Gaikotsu idéale, la faiblesse incarnée. Des rumeurs disent que ce clan possède les caractéristique des albinos et qu'ils sont donc des éternels imparfaits. Le jeune homme prit la parole avec un ton gêné :

« Je me sens un peu gêné..
Je suis Kaguya Nowaki, un simple Chuunin, je reviens de mission et il semble que je cause quelques dommages. »


L'homme ne savait tout simplement par où se mettre. Le corps de la femme semblait si frêle et l'allure du Kaguya si impressionnante. Les opposés finissent toujours par se rencontrer.

Publié le 22/02/2015 à 02h27

Chakra bleu

Imaginez un monde ou rien ni personne n'a de forme, de couleurs, tout ce que vous êtes capable de voir n'est que de l'ombre, comme un rêve ou il n'y a rien. C'est précisément le monde dans lequel vit Yin, tel qu'une personne aveugle le voit. Vous ne pouvez vous fier qu'aux odeurs, sons, à votre sens du touché et votre instinct. Arriveriez-vous à le supporter ?

C'est la question que se pose tout les jours cette jeune Gaikotsu, faible au possible. Elle est incapable de se battre, son corps frêle est bien trop sujet aux blessures et sa cécité n'est qu'un problème de plus dans cette longue liste récapitulative de son inutilité en tant que Ninja. Malgré-ça, Yin n'a jamais perdu le sourire. C'est ainsi que sa vie se déroule, sans aucun réel objectif ni chemin à suivre, mais elle l'accepte, car c'est son destin. Comme la majeur partie de ses journées, elle les passe à balader dans la ville, afin de pouvoir la connaître par cœur. Sa seule capacité était son côté sensoriel, et passer de nombreuses fois devant les mêmes endroits lui permettait de s'en souvenir et de les noter, comme une carte érigée par la mémoire. Sauf qu'aujourd'hui, c'est un peu différent.

Après quelques heures de marche, Yin s'arrêta pour fixer le ciel et réfléchir. Elle le faisait assez souvent, comme pour évacuer ses doutes, laisser ce ciel invisible pour elle faire le travail. Tout à coup, elle fût percutée par une personne, tombant au sol misérablement pour y rester quelques secondes, avant de se relever tout doucement sans perdre son sourire un seul instant. Elle écoutait les excuses de la personne, tout en essayant d'imaginer de quoi elle avait l'air. Elle se tourna vers lui pour courber légèrement son dos, dans un geste de pardon.

« Ce n'est rien. Je suis Gaikotsu Yin, une genin toute aussi simple. Ne vous en faites pas, c'est ma faute, ma cécité cause bien plus de problèmes que vous ne pouvez l'imaginer. »


Le pardon, la compréhension, un sourire sans faille, c'était ainsi que Yin vivait. Dans la paix la plus totale, son seul talent en tant qu'humain était de pouvoir rendre les gens heureux, d'une manière ou d'une autre.

Publié le 22/02/2015 à 12h45

Chakra bleu

« Ne pouvoir les imaginer est une chose mais, j'aurais dû faire plus attention.
J'ai peu souvent l'opportunité de discuter avec un membre de votre famille.
Vous devez trouver ma proposition étrange mais, est-ce possible de s'entretenir ? »


Bien que peu intéressé par la politique, Nowaki restait un éternel visionnaire. Il souhaitait en apprendre plus, en connaître plus et pouvoir évoluer selon les données recueillies. Des objectifs demandant bien des efforts. Selon les situations, il était considéré comme un éternel indiscret. Malgré tout, il ne pouvait déconsidérer le fait qu'un équilibre se maintient en récoltant et non en ignorant. Actuellement, les membres de la famille Gaikotsu sont déconsidérés, ils finiront pas scander la rébellion et un nouveau massacre aurait lieu. Destiné prévisible mérite bien une certaine considération.
Le sourire de cette femme, était-ce celui de la soumission ? Nowaki ne voulait pas se poser la question, il souhaitait l'estimer au présent, pour ce qu'elle est et non pour ce qu'elle pourrait être.

« Inutile de vous excuser. Je propose un tutoiement ?
Tu me fais penser à ma petite soeur et pour dire, je me sentirais un peu mal de vouvoyer ma soeur.. »

Publié le 22/02/2015 à 13h49