Azu & Maku

Année 9
Fille de sang et d'encre
Chakra bleu

Cela faisait plusieurs semaines que la caravane avait repris sa route depuis les villes commerciales au sud du pays et le groupe n'avait jusque là établis que les campements quotidiens le temps de passer la nuit avant de repartir le lendemain, généralement aux aurors. Mais cette fois, le chef de la tribu avait décrété que les chevaux et les hommes avaient besoin d'un peu plus de repos, afin de rendre la suite du voyage plus agréable pour tout le monde.

La caravane était composée de plusieurs chariots, certains servant de stockage et d'autres de moyens de transports pour les nomades. La plupart étaient de simples marchands itinérants, mais il y avait aussi des gens souhaitant fuir leur quotidien monotone pour mener une vie de voyage, des shinobis retraités voulant profiter des quelques années de vie qu'ils leur restaient ou encore de parfaits inconnus mais qui se sont vu être en détresse et que la caravane a récupéré sous son aile. Evidemment il leur arrivait de prendre d'autres voyageurs souhaitant simplement bénéficier d'une escorte le temps de traverser les plaines de Kusa, tristement réputées pour leurs guet apens.

Lorsqu'ils étaient en déplacement, c'est à dire la majeure partie du temps, Azura adorait s'asseoir au bord d'un chariot, laissant pendre ses jambes dans le vide, et qu'elle balançait tel un métronome. Pour son anniversaire Makuo lui avait offert un rouleau vierge afin qu'elle puisse occuper les voyages à dessiner. Car la jeune fille adorait le dessin et ses réalisations, même si parfois douteuses, lui permettait de s'évader un peu hors de la colonie. Qui était Makuo ? Son papa de substitution ou quelque chose dans le genre. Il avait trouvé Azura quand elle était toute petite et avait rejoint la caravane avec elle. Il la gattait et était très gentil avec elle. Surtout très patient lorsqu'il était question des devoirs et qu'Azura rechignait à les faire. Elle voulait juste dessiner et donner vie à ses créations. Bien loin du niveau de son pseudo-père-mentor, qui pratiquait le Fuinjutsu. Il avait essayé de l'enseigné à Azura, après avoir remarqué sa facilité à dessiner des formes, mais la gamine était trop indisciplinée pour apprendre correctement ces techniques. L'idée fut donc abandonnée quelques années, avant qu'elle ne soit remplacée par une technique qu'elle s'appropria.

Un vieux shinobi de la caravane, faisait quelques tours de passe-passe en dessinant des oiseaux et en leur offrant un court destin dans le ciel avant que l'encre qui les composait ne rejoigne les nuages. Azura était émerveillée par un tel jutsu et l'homme accepta de lui apprendre son art enfantin, en échange de plus de rigueur dans son travail. La gamine accepta sans broncher et de nouveaux mois s'écoulèrent entre l'apprentissage du Sumiton et les cours de Ninjutsu plus classiques transmis par les deux experts.
Etrangement, Azura avait toujours été doué dans ses tracés, sans jamais avoir eut de véritables cours de dessin et perfectionna l'art du Sumiton pour créer d'autres variantes de son imagination. Elle appliquait les coups de pinceaux avec une certaine dextérité qu'on aurait pu croire innée si la fillette n'était pas orpheline.

Cette fois n'était pas coutume, Azura était en plein chef-d'oeuvre lorsque la caravane s'arrêta.

Publié le 13/06/2020 à 16h58

Chakra bleu

Cela faisait maintenant plusieurs heures que la caravane s’était mise en branle, comme d’habitude la tribu était en route depuis l’aube. Leur destination : la prochaine ville marchande, mais avant ça ils devaient encore parcourir la dangereuse -mais néanmoins superbe- plaine de Kuza. Cela faisait une bonne dizaine d’années que Makuo l’avait rejointe et qu’ensemble ils parcouraient le monde ninja toujours en quête d’une autre ville afin de pouvoir débarquer la marchandise des commerçants de la caravane.

Ils vivaient une vie étrange, une vie de nomade. Ils ne s’établissaient généralement pas trop longtemps dans les foires citadines, préférants le grand air et la nature, mais les marchands avaient bien besoin de vendre leur produits afin que tout ce beau monde vive. La tribu était composée de trois types de personnes. Les premiers étaient les marchands, ils s’approvisionnaient et vendaient dans les foires et les marchés, une partie de leurs revenus leur permettait d’entretenir les seconds. Ceux-ci étaient pour la plupart au moins des combattants, pour les autres des shinobis. Leur mission était de protéger les marchands et leurs biens. Enfin les troisièmes étaient les autres, comme on ne pouvait pas les placer dans les deux autres catégories on les appelait comme ça. Parfois les autres étaient des gens en cavale, une princesse souhaitant échapper à son destin, ou alors un éclopé ramassé par la caravane. Finalement, même si les marchands entretenaient les deux autres catégories il n’était que rarement question d’argent, la tribu était soudée et tous s’appréciaient ou au moins faisaient l’effort de cohabiter pacifiquement.

Makuo avait été recueilli par la caravane. Baignant dans son sang, à moitié mort, avec un oeil et la mémoire en moins. Le ninja ne se souvenait plus de rien avant que la caravane ne le recueille. On avait bien retrouvé un bandeau de Konoha près de lui mais de là à savoir si c’était le sien ... Les seules certitudes qu’il avait étaient qu’il se nommait Makuo et qu’il était expert dans le maniement de l’art ninja du Katon. Quand on l’avait recueilli et soigné il était à peine homme, depuis le temps avait bien passé, il était devenu un des protecteurs principaux de la caravane et avait pris sous son aile une jeune fille -qui depuis avait aussi bien grandi- que la caravane avait ramassé quelques années auparavant.

L’homme gardait le flanc gauche de la caravane avec d’autres protecteurs quand Marik, leur pisteur en chef, ordonna l’arrêt de la caravane. Ce dernier effectua un code bien connu des protecteurs : un troupeau de zèbres allait couper perpendiculairement leur route. L’ordre fut donné de placer les chariots en cercles, ainsi les zèbres auraient moins de chances de faire du dégât à la caravane et celle-ci serait plus facile à défendre. Cependant, au vu les trajectoires respectives du troupeau et de la troupe il y avait peu de probabilités que les deux groupes se rencontrent. Mais, comme disait Marik « on n’est jamais trop prudent ». C’était parfaitement approprié, Makuo ne comptait plus les squelettes de caravanes qu’ils avaient rencontré. De plus, le troupeau pouvait tout aussi bien être poursuivi par un ou plusieurs prédateurs ...

Le protecteur partit en direction du chariot le plus proche de lui pour expliquer la situation à son conducteur et pour lui donner des consignes. Au passage il en profita pour rejoindre Azura, sa petite protégée. Elle était dans un chariot tout proche et elle devait sans doute se demander ce qui était en train de se passer. Il la rejoint et constata qu’elle était en train de dessiner, comme d’habitude. Azura avait un véritable don pour le dessin, celui-ci était tel qu’elle parvenait même à se battre grâce à son art. Elle n’avait de cesse de le surprendre. Piqué par la curiosité il demanda avec un sourire paternel :
« -Alors tu dessines quoi cette fois ? »


Voyant qu’elle dessinait sur l’une des dernières pages de son cahier il enchaîna après avoir eu sa réponse :
« -Hum ... je crois qu’il va bientôt falloir remplacer ce cahier ... »


Depuis qu’il l’avait recueilli il avait pris le pli de lui offrir un carnet à dessin chaque année, comme une espèce de tradition. Et chaque année il dépensait ses maigres économies afin de faire l’acquisition d’un nouveau cahier. La date fatidique approchait alors à la prochaine ville il irait acheter un cahier de grande qualité, mais surtout un cahier qui aurait le nombre de pages suffisant pour tenir un an. Perdu dans ses pensées il dut ramené à la réalité par la jeune fille :
« -Heu oui ... y’a un troupeau de zèbres qui nous coupe la route alors on va se mettre en cercle et attendre qu’ils passent. D’ailleurs, ça pourrait faire un beau dessin ... un troupeau de zèbres soulevant un gros nuage de poussière ça pourrait être joli ... »

Publié le 14/06/2020 à 00h15

Fille de sang et d'encre
Chakra bleu

Azura avait été ramassé trop jeune pour se souvenir de quoique ce soit de son passé à Konoha et lorsque la caravane la trouva, un lien naturel se forgea entre les deux amnesiques. Dans la troupe il n'y avait aucun autre enfant qu'Azura car il n'était pas simple pour les marchands d'établir une vie de famille alors qu'ils étaient sans cesse en mouvement et il était encore plus rare de croiser des enfants abandonnés à leur sort sur les routes empruntées de la caravane. Les brigands vendaient les prisonniers en tant qu'esclave ou pour du trafic d'organe, lorsqu'ils ne les tuaient pas.

Par chance Azura avait échappé à ce triste sort et maintenant elle était devenue presque comme une mascotte pour la troupe. Les mèches rougeoyantes dans sa chevelure noir de jais n'étaient pas sans rappeler son appartenance avec le clan Uzumaki ; et associé au comportement protecteur de Makuo, les nouveaux arrivants et les gens de passage voyaient souvent un lien de parenté entre elle et lui. Bien sûr il ne pouvait être directement son père, notamment à cause de leur âge mutuel, mais Makuo agissait envers elle aussi bien avec l'autorité d'un père que l'empathie d'un grand frère. Et ce lien subtile créé de toute pièce était aussi fusionnel que complexe.

Interloqué par l'arrêt de la caravane, Azura quitta son dessin des yeux pour se pencher depuis la roulotte et jeter un oeil en direction de l'avant-poste mobile. Ils ne devaient pas s'arrêter avant la tombée de la nuit, et ils étaient en plein après-midi, ce genre d'arrêt trop rare pour être anodin poussait Azura dans un mélange de sentiments. Prise entre curiosité de savoir ce qu'il se tramait et inquiétude qu'ils ne tombent sur un groupe de pilleurs. Même si la caravane était surveillée et défendue, les blessures n'étaient pas inévitables et les pertes arrivaient malheureusement trop fréquemment à leur goût.

Son inquiétude fut toutefois immédiatement balayée par l'intervention de Makuo qui la rejoignait juste après, faisant naître un sourire radieux sur le visage d'Azura.

« Makuo ! »


A sa question elle lui montra fièrement sa dernière oeuvre, encore inachevée mais que l'on pouvait tout de même reconnaître comme étant les plaines qu'ils traversaient en ce moment, le tout joliement décoré de petits oiseaux et d'un ciel bleu paradisiaque dans lequel résidait un grand soleil rayonnant.

Ahaha ! Vous y avez vraiment cru ?

Sur les pages étaient encrées un lion dévorant goulument sa proie dont les entrailles étaient fraîchement éparpillées. Ca c'est Azura. Un esprit dérangé emprisonné derrière un visage d'ange.

« Faut encore que je rajoute le sang et d'autres cadavres autour, il est pas fini. »


Expliqua-t-elle pour se justifier. Entre nous, il n'y avait pas que le dessin qui n'était pas fini.
Mais la fillette leva les bras grand au ciel à l'annonce de son prochain carnet. L'idée la mettait plus qu'en joie et elle en fit la démonstration avec un "Hiiiiiiiiiii" d'excitation tout en battant frénétiquement des jambes.

« Dis dis dis Makuo, il se passe quoi en Tête ? »


En Tête c'était l'appelation que les nomades donnaient pour désigner la première carriole dont le rôle était de guider la troupe en fonction des guetteurs qui ouvraient le passage, souvent montés sur des chevaux individuels. Tandis que la Queue était tout simplement le dernier morceau de caravane, couvrant généralement les arrières à l'aide là aussi d'un ou deux guetteurs. Makuo faisait parti de l'un d'entre eux, chargé de la protection de la caravane avec d'autres vieux shinobis ou des mercenaires en quête de rédemption. L'Uzumaki expliqua la situation à la petite protégée tout en lui conseillant son prochain dessin. Des zèbres ? Quelle bonne idée ! Un troupeau de zèbres souvelant un nuage de poussière, en train de fuir un monstre aux crocs acérés qui voulait en faire son quatre-heure.

« Oooooh tu as toujours de bonnes idées Makuo ! »


« Je sais déjà comment ils vont finir, héhéhé ... »


Elle ne pouvait que regarder son idole avec des étoiles dans les yeux, après cette démonstration d'inspiration. Le carnet ouvert sur la page fraîchement encrée elle effectua une poignée mûdras pour donner vie à la forme dessinée.

« Ninpō - Chōjū Raionsō ! »


Du carnet s'échappa un lionceau à peine plus grand qu'un chat qui, sur commande de sa créatrice, bondit sur Makuo pour l'attaquer de ces terribles léchouilles mortelles.

Publié le 14/06/2020 à 11h12

Afficher les techniques utilisées
Chakra bleu

En voyant le « joli dessin » d’Azura Makuo fut immédiatement prit de fierté. Il avait vraiment réussi à lui inculquer le réalisme cru de la vie ... Avec un grand sourire il posa une grande main sur la tête de sa protégée puis lui ébouriffa les cheveux :
« -Alala ... »


La jeune fille réagit en invoquant un lionceau entièrement fait d’encore et l’envoya directement aux trousses de Makuo. Ce dernier se laissa naturellement faire et mima la détresse face à ce fragile prédateur, pour le plus grand plaisir d’Azu ... Cependant il avait des responsabilités au sein de la caravane, celle-ci devait dès à présent former un cercle protecteur.
« -Bon, restes dans le coin je dois aider à la formation d’un cercle de caravane. »

« -Je te retrouve après ! »


La caravane forma un cercle au bout de plusieurs longues minutes. Makuo aida l’un des marchands à manoeuvrer correctement sa carriole afin qu’elle forme proprement une partie du cercle défensif. Ensuite il rejoignit Azura et regarda avec elle le troupeau passer. Ils étaient tous les deux sur le toit d’une caravane et admirèrent le grand nuage de poussière se déplacer.
« -Alors à ton avis ... Quel prédateur est à leur trousse ? »

Publié le 14/06/2020 à 15h21

Fille de sang et d'encre
Chakra bleu

Azura secoua vivement la tête pour replacer ses mèches rebelles que Makuo avait décoiffé et profita du fait qu'il était en proie avec sa création pour resserrer ses deux couettes. Suite à cela elle ne pouvait que rire face au numéro effectué par son mentor. Elle savait pertinement qu'il faisait exprès juste pour lui faire plaisir, mais rien que cette attention l'amusait et puis l'imitation était si ridicule qu'elle en devenait très drôle.
Mais les obligations de Makuo durent arrêter rapidement cette courte phase de rigolade pour séparer le duo. Azura n'était pas triste, depuis toute petite sa vie était segmentée entre les contraintes et les avantages de vivre en tant que non-sédentaire.
Elle savait que c'était important, comprenait l'utilité de son rôle et ressentait une certaine fierté de voir Makuo prendre ainsi sa vie en main malgré sa mémoire défaillante. Elle aussi plus tard elle serait aussi cool que lui.

Azura lança un enième sourire à Makuo en agitant la main avant de le regarder partir.

« A tout à l'heuuuuure ! »


Cria-t-elle à pleine voix en même temps qu'elle se replongeait dans ses dessins. Et pendant que la caravane installait le campement en commençant par prendre position dans l'espace, Azura s'entraînait à donner vie à son art, à coup d'oiseaux, de reptiles et de rongeurs qui disparaissaient peu après leur création, ne laissant qu'une flaque d'encre dans leur sillage. Ce n'est que plus tard dans la journée que le duo se retrouva sur le toit d'une des caravane, pour songer à leur avenir, imaginer leur passé, retracer les journées, simplement parler et refaire le monde à travers des échanges et des rires. C'était un des moments préféré d'Azura, avec les entraînements qu'elle prenait très au sérieux.
Parfois même ils restait ainsi jusqu'à la tombée de la nuit et s'allongeait pour admirer les étoiles naître dans la voûte céleste.

« Un lion ! C'est super cool les lions, en plus ce sont les rois des animaux alors ils sont forcément les plus forts. »


Azura referma son carnet sur ses cuisses et l'abandonna à côté d'elle pour étendre ses bras derrière.

« Dis Makuo ... »


Elle tourna la tête vers lui, avec la ferme intention de lui poser une question et qui pouvait se lire dans son regard.

« Tu crois que ça a quel goût le zèbre ? »


Oui elle avait faim et sa question s'accompagna d'un grognement provenant de son ventre.

Publié le 14/06/2020 à 17h29

Chakra bleu

Alors que le troupeau passait au loin à toute vitesse la jeune Azura lui posa une question. Quel goût pouvait bien avoir le zèbre, à vrai dire il n’en savait rien. Malgré les années passées à errer dans la plaine il n’avait jamais eu à goûter du zèbre. Il se gratta le menton perplexe. Que répondre ? Il opta pour un joli mensonge :
« -Eh bien … ça doit sans doute être quelque chose à mi-chemin entre … Hum … Leeee … Poulpe ? Et le poulet ? Je crois ... »

« -Ahah ! »

« -Désolé d’interrompre un moment aussi joyeux mais je crois qu’on a problème Makuo …
»

Alors qu’ils étaient en train de profiter du moment Yukio, un des protecteurs de la caravane venait d’atterrir près d’eux dans un saut aérien dont seul lui avait le secret. Il pointait de son doigt la direction opposée à celle du troupeau :
« -Regarde l’Est … »

Makuo se retourna pour tomber un jeune soleil en train de se lever. Il s’était retourné vivement et cela l’éblouit :
« -Aïe ! Oui y’a l’Soleil et alors ? »

L’autre prit une mise grave et dit après un soupir :
« -Regarde mieux … »


Le ninja aux cheveux roux plissa les yeux et se concentra. Au bout d’un moment sa vue s’habitua à l’éclat du Soleil et parvint à discerner un autre nuage de poussière. Ne sachant pas trop quoi en penser il demanda à Yukio :
« -Ton verdict ? »

« -Je pense que ce sont des bandits qui en veulent à la marchandise de la tribu. Leur piège est très abouti : plusieurs d’entre eux ont dû mettre en rogne le troupeau, nous forçant à stopper la caravane pendant que le gros de la troupe arrivait de l’Est, dissimulés par le Soleil pendant que toute notre attention était fixée sur le troupeau. »

« -Seulement, c’était sans compter sur toi. Tu vois petite, maintenant tu sais ce qui est aux trousses du troupeau … »

Le maître éclaireur prit le ton de celui qui était dépassé : que faire ?
« -Ont fait quoi ? Est-ce qu’on reste ici, ou bien on se remet en route ? Ils ont l’air d’avoir des chevaux, ils finiront bien par nous rattraper, sans oublier que l’Ouest est bouché par le passage du troupeau … »

« -On doit être proche de la vieille forteresse … »


Il faisait référence à une ancienne forteresse en ruine dans laquelle ils avaient l’habitude de camper, elle était au Sud.
« -Tu penses qu’on pourrait l’atteindre avant de se faire rattraper ? Qu’est-ce qu’on fait Makuo ? »

Ce dernier se tourna vers Azura :
« -Et toi, qu’est-ce que tu en penses ? »


Azura serait bientôt une femme, Makuo le savait et il ne serait pas toujours là pour elle. Il fallait qu’elle apprenne à faire des choix et à commander la caravane pour ne pas être lâchée lorsqu’elle devrait vraiment la commander.

Publié le 14/06/2020 à 20h42

Fille de sang et d'encre
Chakra bleu

Un goût entre le poulpe et le poulet ? Azura restait perplexe face à cette réponse pour le moins inattendue, pour elle le zèbre avait sûrement un goût approchant celui du cheval, vu la forte ressemblance. C'est ça, ça ne pouvait avoir que le goût du cheval mais rayé !
Azura riait en coeur avec Makuo lorsqu'il se sont vu interrompre leur discussion par l'intervention de Yukio, un ex-mercenaire qu'Azura salua d'un large sourire.

« Yukio ! »


Malheureusement ce dernier ne venait pas forcément apportées de bonnes nouvelles, et voyant que ça ne la concernait pas, Azura repris son carnet et son pinceau imbibé d'encre pour poursuivre son oeuvre. Mais même si cela ne regardait pas la jeune shinobi, elle ne pouvait s'empêcher d'écouter la conversation d'une oreille discrète. Elle était simplement curieuse car ce genre de discussions n'était pas très fréquent et surtout que lors d'entre elles, on lui demandait pas son avis sur le sujet. C'était logique et Azura n'avait rien à redire à ce choix, c'était la plus jeune de la caravane et elle n'avait aucun rôle attitré ; même si elle participait aux tâches quotidiennes et communes pour la bonne vie de la troupe. De temps à autre il y avait une sorte de grande réunion autour d'un feu où chacun pouvait échanger son point de vue sur la situation de la caravane, ça permettait aussi d'introduire plus facilement les nouveaux arrivants au sein du groupe.

Les suppositions de Yukio sur ce qui était en train de se produire non loin de leur position poussa la petite curieuse à lever la tête de son carnet pour elle aussi porter un regard vers l'Est. Moins précipitée que son mentor, elle prit une seconde pour se protéger les yeux en plaçant sa main telle une visière au niveau de son front, et balaya l'horizon du regard. Un nuage de poussière soulevé par on-ne-sait-quoi pouvait se distinguer malgré les premiers rayons du soleil et semblait s'étendre à mesure que les secondes défilaient ; donnant l'impression que le nuage se dirigeait vers la caravane à l'arrêt.

Azura tourna la tête vers Makuo qui semblait être en accord avec l'hypothèse de l'autre membre, et recapta son attention sur le nuage l'instant d'après. C'est vrai qu'une tempête de sable à cet endroit était peu probable, et ils en avaient déjà affronté quelques unes lors des traversées dans le desert de Suna. Comparé à l'une d'elles, le petit nuage au loin semblait bien ridicule, mais pourrait s'avérer être plus perturbant si il était effectivement provoqué par l'approche de bandits. Ses yeux passaient entre les protagonistes de la discussion et l'horizon qu'elle continuait de guetter, jusqu'à ce que Makuo l'interpella, brisant ainsi le chemin de son regard.

« Ce que j'en penses moi ? »


Demanda-t-elle comme pour confirmer ce choix, un large sourire ancré sur son visage, avant de prendre un air plus sérieux pour réfléchir. L'initiative était suffisamment rare pour qu'elle ne soit pas prise à la légère. Ils ignoraient le nombre d'individus, leurs intentions et si c'était humain ou animal. La seule chose la plus évidente à déduire était la vitesse de déplacement du nuage qui coïncidait son rapprochement.
Et après plusieurs secondes de réflexion, Azura se tourna vers les deux adultes pour exposer son idée.

« Si on part maintenant on peut atteindre la forteresse avant eux, on garde en tête les carrioles les plus légères avec les personnes qui ne peuvent se défendre. Les plus lourdes à l'arrière serviront de barricades si on se fait rattraper ou le temps de se mettre à l'abris. »


Plus le temps de rêvasser, la décision allait devoir être prise rapidement où le combat serait inévitable.

Publié le 16/06/2020 à 09h24

Chakra bleu

Makuo écouta sa protégée exposer son plan. Celui-ci était plutôt simple : envoyer les carrioles légères à l’avant avec les personnes vulnérables tandis que les carrioles les plus lourdes fermaient la voie. Ces dernières pourraient même faire office de barricades si les bandits les rattrapaient.

Le but était d’atteindre la vieille forteresse abandonnée car une fois dans la place les bandits ne pourraient plus leur nuire. Même si à l’intérieur la plupart des bâtiments étaient en ruine l’antique place forte disposait encore d’un mur d’enceinte haut et pratiquement encore en l’état. Enfin, il tenait encore debout lors de leur dernier passage dix-huit mois auparavant. Dans les plaines de Kusa les choses évoluaient vite, il se pouvait que la forteresse ait été rasée ou bien qu’un autre groupe, plus ou moins amical, s’y soit installé.

Yukio prit de court Makuo et réagit en premier :
« -Simple mais efficace. Ça pourrait fonctionner petite … »


Réfléchissant en même temps qu’il parlait Makuo enchaîna :
« -C’est vrai. Bon, c’est décidé on va faire ça. Yukio transmets le plan à tout le monde et rameute un maximum de protecteurs à l’arrière. Azura, puisque c’est ton idée tu vas conduire la tête de la caravane jusqu’à la vieille forteresse, prends deux ou trois protecteurs avec toi. »

« -Quant à moi je resterai en réserve au centre de la caravane. Je suis assez puissant pour défendre ce secteur seul et je pourrais vous porter main forte si jamais l’un d’entre vous a besoin d’aide. »


Yukio partit en effectuant un saut aérien et se dépêcha de donner les ordres alors que le gros nuage de poussière se rapprochait. Alors qu’Azura aussi allait partir il l’attrapa par le bras :
« -N’oublie pas qu’ils ont des chevaux, si jamais ils nous rattrapent ils seront alors bien plus rapides et mobiles que nous, fais attention. Si jamais ils arrivent jusqu’à toi protèges les marchands, c’est pour ça qu’on nous paie. »

« -Sois prudente, dit-il sur un ton plus patrernel. »


Une fois la jeune fille partie rejoindre son poste le ninja descendit du toit de la carriole sur laquelle il était et composa une série de mudras. Immédiatement ses poumons tout entiers se remplirent de fumée et l’Uzumaki l’expulsa par sa bouche. La manœuvre était simple : la caravane allait changer de direction et il s’empressait de créer un écran de fumée pour cacher tout ça aux yeux de leurs adversaires. La technique serait dissipée assez vite par le vent mais cela pourrait leur faire gagner un temps précieux pour atteindre la forteresse.

Publié le 02/07/2020 à 15h07

Afficher les techniques utilisées
Fille de sang et d'encre
Chakra bleu

« Chef ! Oui chef ! »


Conclut Azura en imitant une posture militaire, le dos droit et une main placée en biais contre sa tempe. La fillette ricana de son imitation et suivi les ordres communiqués par Makuo sur son positionnement. Ainsi elle prendrait la tête du convoi, c'était un poste qui n'était pas une très grande responsabilité, et à la portée de tous, c'est pour celà que ce rôle lui était confié. Mais il fallait pas négliger le fait que parfois même en tête il se passait des choses excitantes ; et rien que pour être aux premières loges en cas de rencontre, Azura s'enjaillait à chaque fois qu'on lui demandait de tenir cette position.

« Promis ! T'en fais pas, tout ira bien. A tout à l'heure ! »


Cria-t-elle en agitant une main alors que son mentor regagnait sa place.

L'Uzumaki effectua une série de mudras et d'un geste vif elle tira le pinceau accroché à son ceinturon, tandis que son autre main attrapa un petit rouleau caler dans son dos. Dans le même mouvement rempli de souplesse, telle une danse coordonnée qu'elle avait travaillé durant plusieurs années, Azura déroula le support alors que le pinceau insufflé de chakra glissait dessus.
Instantanément l'encre se décrocha du rouleau pour grossir et évoluer en trois dimension, alors qu'elle prenait la forme d'un gros lion.

Après avoir sauté sur l'animal d'encre, elle ordonna mentalement à ce dernier de rejoindra la tête du convoi pour servir de guide.

« Suivez-moi ! »


Azura chevaucha quelques mètres en avant pour mener la caravane jusqu'à la forteresse un peu plus loin. D'ailleurs en plissant les yeux, elle pouvait distinguer une masse de rochers contre lesquels avait été érigé cette bâtisse, servant autant de refuge pour les animaux et les voyageurs esseulés, que pour les bandits qui s'en servaient de repère temporaire. Elle était trop fréquentée pour permettre à ceux-ci de rester éternellement entre ces murs en ruine, mais il fallait espérer que cette fois-là, aucun groupe n'occupe l'endroit.

Au moins, l'effet de surprise appliqué par le changement de cap était une réussite grâce à l'intervention du nuage de Makuo, et ainsi ils purent regagner la forteresse qu'il leur était fréquent d'utiliser comme point de passage. Azura affichait déjà un sourire satisfait, le plan se déroulait sans accro et aucun feu ni fumée n'indiquait une quelconque présence. Bien sûr il allait falloir s'en assurer par soi-même avant que le convoi ne s'aventure de trop entre ces murs, pour éviter tout guet-apens.
Le lion ralentit sa progression tout en émettant un grognement, alertant ainsi sa propriétaire qu'il avait senti ou entendu quelque chose. Bras tendu et poing serré, comme on lui avait apprit, Azura indiqua à la plateforme mobile de ralentir le rythme avant d'elle-même accélérer pour rejoindre les premières parcelles de pierre.

Aucun bruit ne semblait se faire entendre et rien ne semblait être présent à première vue, mais Azura restait prudente. Elle décrocha son pinceau et posa une main prévenante sur le rouleau qu'elle avait repositionné. Le lion avançait d'un pas lent, avec une Uzumaki sur ses gardes et de toute façon Makuo ainsi que le reste de la troupe n'allaient pas tarder à la rejoindre.

Publié le 11/07/2020 à 17h24

Afficher les techniques utilisées
Garçon étrange
Chakra bleu

Encore cette fois-ci, tu avais quitté cette terre d’accueil pour en rejoindre une autre. Tu le savais, il ne faisait jamais bon rester trop longtemps à un même endroit. Tu laissais derrière toi trop de trace, cela donnait trop de jour à des éventuels poursuivants. Cette vie calme et tranquille, tu n’y avais pas droit. Tout simplement. Une simple réflexion permettait de comprendre le pourquoi du comment.

Tu étais un apatride.



Ancien Kirijin, « ex-nukenin ». Après tout, pouvons-nous parler de nukenin ou de désertion lorsque l’on quittait un village avant sa destruction ? Lorsque l’on abandonnait le navire, car on le savait perdu ? Il ne comprenait pas le choix de subsister sur une terre dont les rivières allaient se remplir de sang, de mort, et de maladie.

Oui, une maladie. La Vampinaris Sanguinaris, c’est comme ça que tu l’avais nommé. Certains le connaissaient sous le nom de « Clan Kenketsu ». Mais un clan ne se résumait pas à un simple héritage génétique, c’était une manière de penser, une culture, un environnement social. C’était de nombreux facteurs, bien plus que celui du sang. Après tout, tu te considérais comme un membre du Clan Gaikotsu, même si toi-même, tu étais un orphelin. Le vieux t’avait juste accepté, pour tes cheveux blonds et tes yeux rouges.

Mais tu n’avais jamais réussi à vraiment t’attacher à eux.



Au début, tu considérais que tu avais un problème, que tu étais différent. Que tu n’eusses d’attache en ce monde que ta propre vie, et que cela était un souci majeur, que tu devais le corriger. Mais aujourd’hui, tu n’avais plus que ta propre vie à te soucier. Et ce souci de ne penser qu’à soit était devenue une qualité indispensable.

Tu avais appris la leçon. Dans ce monde, il ne fallait que comptais sur soi, et sur personne d’autre. Après tout, tes parents eux-mêmes t’avais abandonné, à cause de ta faible constitution. C’était la seule raison plausible : tu étais un parasite.

Et comme les parasites, tu te terrais dans les lieux abandonnés. Mais celui-ci ne semblait pas si abandonné que ça. Tu avais entendu un lourd convoi arriver en ta direction. Pris au dépourvus, tu t’étais déplacé jusque dans les recoins de la forteresse. Avec de la chance, il ne faisait que passer. Mais malheureusement, ce n’était pas le cas. Quelqu’un, ou quelque chose, arrivait en ta direction. Tu étais un piètre senseur, mais il était aisé d’entendre les bruits de pas se déplaçant dans les cailloux. Après un moment, tu décidas de t’orienter pour observer de loin la progression de ces intrus.

*poc, poc, poc, poc*



Merde. Tu regardais cette petite pierre dévalant l’étage pour rejoindre le sol. Un détail que tu n’avais pas vu. La chose avait grogné. Un animal ? Dans ce cas-là, il valait mieux fuir. Tu ne savais décidemment pas jouer à cache-cache. Et tu étais un piètre combattant. Lui, avait sûrement un flair exceptionnel. Il allait te repérer, et il allait peut-être te dévorer. À moins que ce soit un herbivore peureux ? Malheureusement, les herbivores ne grognaient pas.

Tu pris ta décision trop tard. La chose t’avait repéré. Tu essayas de fuir, mais elle fondit sur toi et t’écrasa au sol. Dos contre la pierre froide. Tu étais une silhouette dans une longue cape noire, plutôt fine, blonde, et peu masculine, si bien que l’on aurait pu croire que tu étais une femme. Mais tu étais bien un homme, un jeune garçon. Tu ignorais ton âge exact. 16 ans, c’était ce que tu avais décidé.

Écrasa, et sous pression par cette patte imposante, tu levais les bras, montrant « patte blanche ». Ironie, celle qui te maintenait ici était aussi blanche. C’était une créature, comme une sorte de dessin à l’encre, mais vivant. Tu étais fasciné, tu aurais voulu la toucher avec tes mains, comprendre ce que c’était. Mais tu n’osais pas. Tu ne voulais pas qu’elle t’arrache le bras.

«»


Ton regard se détourna vers ce qui était probablement la maîtresse de cette chose. Avec une voix faible, tu t’adressas à elle.

« Je suis seul. Je suis médecin. Je ne suis pas une menace. Je ne suis pas comestible non-plus. Ne me manger pas. »


Tes yeux rougeoyant la fixaient. Tu n’avais pas ton masque de médecin. Tu ne l’avais pas mis, car tu étais seul. Si tu avais su, tu aurais agi différemment.

HRP : J'ai posté avec l'autorisation de Matsuo ;)

Publié le 12/07/2020 à 02h53

Chakra bleu

Makuo garda donc seul ou presque le train intermédiaire de la caravane. Le train avant étant mené par Azura et quelques hommes, et le train arrière mené par Yukio. Le train arrière étant le plus susceptible d’être attaqué par les bandits la plupart des hommes expérimentés protégeaient les caravanes lourdes, plus lentes. Petit à petit les cavaliers ennemis se rapprochaient du train arrière de la caravane. En même temps, Azura était rentrée à l’intérieur de la vieille forteresse.

Au fur et à mesure de la retraite vers la forteresse abandonnée la caravane s’était réellement fragmentée en trois groupes : celui d’Azura à l’avant avec les chariotes légères, celui de Yukio à l’arrière avec les chariots lourds, et celui de Makuo au centre avec les véhicules de taille intermédiaire. Bientôt le groupe de Makuo entra aussi dans l’enceinte de pierre fortifiée.

Makuo jeta un dernier regard en arrière vers le groupe de Yukio. L’avant-garde des bandits avait engagé le contact avec l’arrière de la caravane. Il ne pouvait pas vraiment les aider, il devait organiser la défense de la caravane au sein de la forteresse. De plus, même attaqué la caravane devait continuer à avancer.

Le protecteur expérimenté qu’était Makuo donna des ordres aux protecteurs qui étaient déjà là ainsi qu’aux marchands qui s’étaient réfugiés ici. A première vue il n’y avait personne d’autre qu’eux dans la place. Lorsqu’il eut fini d’organiser la défense il jeta un coup d’œil au-dessus des remparts, les cavaliers adverses maintenaient le contact. Soudain il se demanda où était sa protégée, sous le coup de l’adrénaline il ne s’était pas aperçu qu’elle ne l’avait pas accueillie à son arrivée dans la citadelle.

Regardant autour de lui il interrogea ceux qui étaient autour de lui :
-Où est-elle ? Où est Azura ?!

Personne ne sut vraiment où elle était à part un marchand qui lui dit qu’il avait cru l’apercevoir patrouiller dans le bâtiment. Pris de panique il s’engouffra à son tour dans la bâtisse et commença à la chercher. Au bout d’un moment la retrouva enfin, seul problème un individu étrange était face à elle. Sans signaler sa présence il resta en retrait, observant comment Azura allait s’en sortir. Ce serait un bon exercice pour la jeune femme et il était prêt à agir si jamais l’autre individu devenait menaçant.

Publié le 23/07/2020 à 11h38