Escorte glaciale

Année 7
Chakra bleu

Kiminobet Kara, une grande histoire d'amitié, et les voilabde nouveau dans l'une de leurs aventures. Cette fois une mission dans les régions les plus glaciale du continent, escorter une bande de marchant de Konoha jusqu'au auberge des bancs de neiges. Le but pour le village, ouvrir une nouvelle route commerciale, et étendre un peu plus leur influence sur le continent, pour éviter que Kumo grignote l'intégralité de la carte petit à petit. C'est Kimino et Kara les heureux élus pour mener cette mission à bien. Cela faisait déjà de nombreux jours de marche à leur actif, et ils arpentaient maintenant les banc de neige de Yuki, et combattait la rudesse de ce climat. Emmitouflé dans un large manteau de fourrure, derrière écharpe et bonnet, les mains recouverte de gants et les pieds de grosse botte en fourrure d'Ours, les mouvement de Kimino était plus limité qu'à l'accoutumée.

Le jeune homme était à l'avant du convois, il donnait le rythme de marche, et était là première ligne en cas d'attaque frontale par un animal, ou une bande de scélérats, Kara elle était à l'arrière, pour prévenir d'une attaque dans le dos. Des heures et des heures dans le froid, la neige et la glace, c'est avec soulagement que la caravane de marchant arriva dans la première auberge de leur périple. Une fois sur place, et tout le monde mis à l'abri, Kimino se rendit vers Kara et lui dit.

« J'ai parlé avec l'aubergiste, avec la totalité des marchands, il manque une chambre, on va devoir en partager une. »


Kimino disait cela en pensant que la jeune femme serait gêné par cette proximité, mais elle devait bouillir intérieurement de cette opportunité d'être seule avec le futur Hokage. Le repas allait être servi dans environs une heure, mais l'aubergiste demanda à Kimino de l'aider à dégager la neige devant la porte du cellier, ce n'était pas une légende, dans ces contrées lointaine, il valait mieux mettre la main à la pâte pour ne pas ce faire jeter dehors par l'aubergiste.

Publié le 15/06/2020 à 19h45

La déchue
Chakra bleu

Une mission c'était cool. Une mission donnée par le Hokage en personne c'était encore plus cool. Une mission avec Kimino c'était encore encore plus cool. Mais pourquoi une mission à Yuki !? Tout le monde savait à quel point cette région était périlleuse et contrairement aux plaines de Kusa ce n'était pas la présence des bandits qui rendait le danger omniprésent. Il y avait une chose que tout le monde pouvait redouter à Yuki, les voyageurs comme les pillards, c'était la météo. Les températures étaient constamment basses et plus encore à l'approche de l'hiver. Il fallait que le groupe affronte la neige qui remontait jusqu'aux genoux, le vent glacial qui menaçait de partir en blizzard à chaque souffle, et l'ambiance générale de la région qui faisait frôler l'hypothermie à chaque temps mort entre deux pas.

Kara savait que cette mission n'était pas un rendez-vous galant, elle était suffisamment sérieuse pour ne pas se laisser emporter par ce genre d'idées, mais elle ne niait pas qu'une région plus accueillante aurait été plus propice pour un rapprochement. Surtout que la petitesse du convoi et la rudesse de la zone imposaient des restrictions, comme le fait que les deux tenaient une position opposée lors de la traversée.
Et celle-ci fut longue, très très longue. Kara maudissait de ne pas avoir de chakra Katon pour se réchauffer un peu ; et quand bien même elle en aurait eut, l'utilisé aurait été proscrit car cela revenait à donner leur position.

L'Uzumaki se contentait d'essayer de faire circuler le sang à l'extrémité de ses doigts en frottant ses mains gantées l'une contre l'autre, expirant un nuage d'air chaud à chaque souffle. Finalement au bout de plusieurs jours de marche le convoi fini par atteindre sa destination et rempile sur une autre mauvaise nouvelle, le manque de chambre, obligeant les deux shinobis à en partager une.

Le cerveau de Kara, certainement gelé à cause du froid, mis un temps avant de réaliser l'opportunité qui s'offrait à elle. Et bien qu'elle était follement ravie de la tournure de cette mésaventure, elle ne put s'empêcher de taquiner son colocataire d'un soir.

« Si tu ronfles je t'étouffe avec l'oreiller. »


Ce n'était pas la première fois qu'elle partageait un couchage avec un membre de l'équipe, mais là c'était Kimino quand même, rien à voir. Et lorsque l'on était ninja, il fallait se comporter en tant que tel et représenter les bonnes moeurs du village ; c'était pour cela que dans ces régions reculées une aide était appréciée de la part de l'équipe en déplacement. C'était Kimino qui se chargea d'apporter un soutient physique à l'hôte des lieux tandis que Kara visitait l'endroit.

Son regard s'arrêta sur une entrée voilée par un rideau dont l'insigne représentait tout ce dont elle rêvait à ce moment là. Un Onsen ! Qu'il soit naturel ou non, l'important était qu'il était enfin possible de se réchauffer correctement dans cette région glaciale.
Kara s'assura de l'heure et elle avait largement le temps de se prélasser quelques minutes dans l'eau chaude du bain. C'est ainsi que l'Uzumaki emprunta le couloir conduisant aux cabines de changes individuelles. Puis après un déshabillage express, sur ton de "j'ai pas envie de retirer une seule fringue, il fait trop froid", elle s'enroula dans un peignoir, attrapa un lot de serviette avant d'ouvrir la porte coulissante menant à l'Onsen.

Une vague de buée et de vapeur s'engouffra derrière elle, révelant peu à peu l'endroit paradisiaque, décoré de plantes et de pierres de toutes formes et avec pour point central le bain fumant toute sa chaleur à l'extérieur. Kara s'approcha du bord de l'eau, et après s'être assurée d'être bien seule, retira le peignoir de ses épaules qu'elle déposa à ses pieds avec les serviettes. Un orteil plongé dans l'eau, puis le pied, et finalement tout le reste du corps s'immergea pour profiter pleinement de ce bonheur.

Publié le 16/06/2020 à 10h46

Chakra bleu

Kimino était épuisé, il avait travailler comme un damné toute la soirée pour donner un accès à garde-manger, puis les marchants avait prit le relais en servant de commis de cuisine pour l'aubergiste. Il était temps pour Kimino de regagner ses quartiers, il faisait froid dans toute l'auberge, mais il y avait une pièce avec des bains chauds. Kimino voulu s'y rendre, mais ne trouvant pas Kara, il se douta que la belle Uzumaki devait déjà y être, et il ne voulait pas l'importuner. Dans ce qui allait être leur futur chambre, Kimino prépara le lit, les deux allait devoir se serrer, il faisait trop froid pour que l'un d'eux dorment par terre. Alors qu'il préparait le lit, l'aubergiste vint frapper à la porte, il était l'heure de souper. Kimino se rendit alors dans la pièce du bain d'eau chaude pour aller chercher Kara. Comme la pièce était mixte, le chuunin était sur que son ami avait au moins gardé ses sous-vêtements, il entra donc dans la pièce sans frapper.

Un épais nuage de vapeur d'eau accueilli Kimino, quelque peu aveuglé, il avança à tâtons jusqu'au bassin où se trouvait son amie. Elle ne l'avait pas entendu entrer, mais d'où il était il ne pouvait voit son corps, c'est alors sans-gêne qu'il la surpris en lui disant.

« C'est l'heure de manger ! »


La jeune femme sembla gêné tout à coup, et Kimino ne compris pas jusqu'à ce qu'il remarque une parti du buste de la jeune femme, qu'il n'avait encore jamais eu l'honneur de voir à ce moment de leurs vies.

« Désolé... Rejoint nous en bas alors... »


Kimino sorti un peu gêné, et après ça il allait devoir dormir à côté d'elle ? Parce que il ne pouvait le nier, il avait vraiment aimé ce qu'il venait de voir.

Publié le 16/06/2020 à 22h16

La déchue
Chakra bleu

Dans cet endroit calme et apaisant la jeune femme se prélassait dans l'eau fumante du bain, loin d'imaginer ce qui se tramait à l'extérieur. Il faut dire que le lieu était idéal pour décompresser et savourer la chaleur revigorante, qui venait contraster avec le froid hivernal qu'ils avaient du affronter. Kara laissa son corps sombrer sous la surface, et profita du court bonheur qui lui était accordé.
Court oui, car la kunoichi allait être interrompue dans ce moment d'extase par son partenaire de mission qui rentra brusquement dans la pièce.

Kara sursauta en poussant un grand cri de surprise, son sang de ninja et ses réflexes de combattante la poussèrent à se redresser vivement pour se mettre en garde face à son agresseur dont elle avait pourtant reconnu la voix. Se souvenant l'instant d'après qu'elle était dans son plus simple appareil elle devint rouge comme une écrevisse et attrapa une des serviettes avant de lui envoyer en pleine tête.

« Regarde pas ! Idiot ! »


Le réflexe qui suivit était purement féminin et consistait à cacher sa poitrine derrière ses bras mais Kimino semblait avoir compris sa bêtise et après qu'il ait quitté la pièce, Kara retrouva la douceur de l'eau chaude et fumante. Quoique ce n'était pas uniquement l'eau qui bouillonnait à ce moment là ; et la rouquine barbotait en murmurant des insultes sur l'impolitesse de cet idiot de Kimino, prise dans un mélange de sentiment qui la laissait perplexe.

Juste un peu plus tard, elle enfila une tenue plus décente afin de rejoindre les convives à la table et s'installa en face de Kimino à qui elle n'osait adresser un regard, un peu honteuse de ce qu'il c'était passé plus tôt. Elle essaya quand même de ne pas trop en tenir compte pour ne pas plomber l'ambiance, déjà suffisament glaciale à cause de la météo.

C'est ainsi que le repas se passa sans encombres, à coup d'anectodes échangés, d'histoires et légendes de la région, le tout proprement arrosé d'un alcool du terroir que proposait le gérant, peu habitué à avoir autant de clientèle en un seul soir.

Publié le 18/06/2020 à 09h40

Chakra bleu

Sans surprise, Kara eu une réaction plutôt vive et négative face au jeune homme. Il fallait dire que la gène était palpables, et le chuunin préféra s'éclipser rapidement. Le repas était servi, un ragoût de viande, et Kimino préférait ne pas demander de quel animal elle provenait. Il avait déjà mangé du gibier, et ça n'avait le goût de rien de ce qu'il avait mangé. Un loup ? Un Ours ? Bref, il ne préférait pas penser à ça. Kara n'avait pas lâché un seul regard au futur Hokage de tout le repas, et pour une raison obscure, cette tension entre eux déplaisait à Kimino. La jeune femme était sans doute gêné, peut-être qu'elle lui en voulait, ou pensait elle qu'il était une sorte de pervers. Après toute ces années, elle ne pensait quand même pas qu'il pourrait faire ça. Mais ce n'était ni le lieu ni le moment de régler ça. Surtout que l'aubergiste arrivait avec une bouteille contenant un alcool à base de pomme de terre, sans doute la seule chose qui voulait bien pousser l'été quand les températures avait un maximum de quatre degrés. Kimino prit une gorgée, et bien qu'il maîtrisait le Katon dans sa forme la plus brûlante, il eu l'impression d'avaler un fer ardent. Il ne laissa rien paraître, il se contenta de dire à son amie qui allait boire.

« Euh... Tu ne devrais peut-être pas... »


Trop tard, elle se rendrait compte par elle-même de la violence de cette boisson. Les nordiques était connu pour être un peuple rude et dur au mal, cet alcool en était la preuve, s'ils pouvaient boire un truc pareil sans broncher. La plupart des marchand furent pris de violente quinte de toux en buvant le breuvage, et sans trop comprendre comment, le regard de Kimino et Kara se croisèrent. Et est ce que c'était du à cet alcool à effet rapide, à l'ambiance ou au bleu profond des yeux de la jeune femme, mais Kimino ne parvint pas à lâcher son regard. Etait il ?... serait-ce seulement possible ?... est-ce que à cet instant Kimino était attiré par son amie ? Cet idée le troubla tellement, qu'il fini par rompre le contact visuelle, se leva et dit.

« Bon... je vais me coucher, on a beaucoup de route demain encore... »


Le chuunin se leva, laissant Kara sans doute un peu sur sa faim, après un regard d'une telle intensité, elle s'attendait sans doute à autre chose. Les deux partageait le même lit ce soir, et Kimino préférait ne pas mettre plus de malaise qu'il n'y en avait déjà avant ce moment d'apparence anodine pour des Shinobi en mission, mais qui allait s'avérait très gênant pour les deux amies, après la soirée qu'ils venaient de passer.

Publié le 18/06/2020 à 10h38

La déchue
Chakra bleu

Une fois le copieux repas consommé, qui avait rempli la panse de tout le monde, l'ambiance chaleureuse et les discussions amenèrent à goûter la spécialité de la maison. Un truc qui arrache, selon les dires du gérant, mais il avait à faire à des Konohajins, il en fallait bien plus pour les impressionner. Le liquide versé dans les verres tout le monde trinqua avant de s'atteler à la dégustation ; et sans surprise pour le gérant qui éclata de rire, son alcool était suffisament coriace pour en faire tousser plus d'un.

Observant la réaction de Kimino du coin de l'oeil, ce-dernier ne sembla pas plus perturbé que ça, même si l'ardeur de la boisson coloria ses joues d'un léger rouge. Kara regarda le contenu de son verre, examinant le liquide ambré qui s'y trouvait, faisant remuer ledit contenant, tel qu'aurait pu le faire un connaisseur. Elle approcha le verre de son nez pour en sentir l'odeur. Celle-ci ne donnait pas vraiment envie de s'aventurer plus loin, surtout si l'odeur était un aperçu du goût qui l'attendait.

La kunoichi pris son courage à deux mains et tenta quand même l'expérience, malgré le pseudo-avertissement de Kimino, et porta le verre à ses lèvres. La suite était prévisible, l'alcool n'était pas fort, il était imbuvable, et le choc avec ses papilles la fit tousser à l'instar des autres occupants du convoi. Elle pouvait sentir le chemin du liquide dans son corps tant ce dernier la brûlait de l'intérieur.
Difficile à croire si cette boisson pouvait encore porter le nom d'alcool tant elle décapait la gorge. Il aurait pu s'en servir comme un puissant dégivrant. Mais Kara se reprit quand même rapidement, pour faire honneur à sa personne et à son village.

Une vive chaleur monta sur son visage, laissant une sensation de bien-être et de sérénité dans son sillage. Son regard croisa finalement celui de Kimino, à qui elle avait décidé de peu adressé la parole depuis l'incident des bains. Elle s'accrocha dans ses yeux pendant de longues secondes, attendant quelque chose. Elle ne savait pas quoi, une réaction de sa part peut-être ? Autre que le fait de briser ce moment pour partir se coucher en tout cas. La décision du shinobi ramena Kara à la réalité et elle laissa partir son co-équipier en premier.

Elle allait bientôt devoir le rejoindre de toute façon. D'une part parce qu'une longue route les attendait pour le retour, mais aussi parce qu'ils partageaient le coucher ce soir. Kara resta à discuter plusieurs minutes avant que la fatigue ne la rattrape elle aussi. Elle entreprit donc de prendre congé de son hôte pour rejoindre ses quartiers et arriva sans mal devant la porte de la chambre.
Kara allait pour attraper la poignée avant de s'arrêter en chemin. Est-ce que Kimino dormait déjà ? L'attendait-elle ? Elle hésita un moment à faire demi-tour, pour demander à dormir sur les coussins sur lequels ils étaient assis durant le repas ; c'était peut-être mieux ainsi.

Mais alors qu'elle était plongée dans ses pensées, sa main avait repris le fil de sa route et tournait déjà la poignée dans un grincement typique de vieille porte d'auberge. C'était probablement ce même bruit qui l'avait tiré de ses songes juste avant. Kara poussa timidement la porte pour s'assurer de ne pas réveiller celui qui devait probablement être déjà assoupi et rentra dans la pièce sombre.

Elle s'aventura sur la pointe des pieds, se fiant aux faisceaux lunaires qui traversaient le vieux rideau pour se repérer dans la pièce. Sans prêter attention si le lit était déjà occupé ou non à cause de l'obscurité, elle s'en approcha et s'assura de la place vide en tâtonnant de sa main. Elle ne sentait que la couette et le matelas dessous, ouf. Kimino devait probablement déjà dormir depuis l'autre bord du lit. Kara s'assit en soupirant de cette longue journée, avant de commencer à se déshabiller, retirant en premier lieu ses épaisses chaussures.

Publié le 27/06/2020 à 11h06

Chakra bleu

Kimino avait rapidement rejoint sa couche, il avait eu une sensation bizarre, une sensation de flirte avec son amie Kara. Une chose tellement troublante pour lui qu'il avait préféré couper court à la soirée pour allait se coucher. Comment s'habiller pour dormir, il faisait tellement froid dans cette chambre, Kimino retira ses bottes, de peur d'avoir des engelures et de perdre des orteils sans se rendre compte, il garda cependant pantalon et gros pull avant de se glisser sous la lourde couette, il ne fallut que quelques secondes à Kimino pour rejoindre Morphée.

La nuit était froide, et Kimino était frigorifiée seul dans ce lit. Quand Kara vint se coucher, il ouvrit un œil, sa bouche crachait de la vapeur d'eau, et ses lèvres avait déjà viré au bleu. Lui et la jeune femme allait devoir se serrer peau contre peau pour espérait survivre à l'hypothermie.

« On va devoir se blottir l'un contre l'autre Kara. »


La jeune femme pouvait entendre à la vois de son ami que celui-ci grelottait, il prit retira alors son haut pour être torse nu, avant de venir blottir son amie contre lui. Le mieux aurait était qu'ils soient complètement peau contre peau, leurs chaleurs corporelle faisant le reste, mais dans le noir, Kimino n'avait pas vu la tenu que Kara avait choisi. Il adorait se contact, adorait à un niveau infini. Pour essayer d'oublier à quel point il aimait se contact il dit.

« C'est uniquement une question de survie hein ! »


Kimino sera son ami encore plus fort contre lui, leurs front maintenant collé l'un à l'autre, le bout de leur nez se frôlant, les deux pouvait sentir le souffle chaud de l'autre contre lui, de loin la position la plus intimes qu'ils avaient jamais eu. Kimino eu envie quelques secondes, devenir frôler les lèvres de la jeune femme avec les siennes, mais il n'en fit rien, mais il ne la repousserait pas si elle prenait l'initiative.

Publié le 28/06/2020 à 19h00

La déchue
Chakra bleu

La pièce était plus froide qu'il n'y paraissait, et Kara s'en rendit rapidement compte après avoir retiré ses bottes fourrées. Mais elle se dit qu'une fois sous la couette, elle arrivera bien à se réchauffer, surtout que celle-ci semblait épaisse et composée de laine de mouton, à l'image de leur tenue d'hiver.

Kara ignorait ce dont portait Kimino, et l'obscurité de la pièce ne lui permettait pas de voir si des vêtements jonchaient le sol ou non. De toute façon lors de ces missions d'expédition, seul le strict minimum était requis pour ne pas se surcharger. La jeune femme opta donc pour retirer la suite de ses vêtements. Elle n'était pas frileuse et même si la chambre n'était pas chauffée, elle se réchauffait plutôt bien, son corps étant naturellement plus chaud que la moyenne. Et c'était sans compter les effets de l'alcool qui prolongeaient la sensation de chaleur.

Elle glissa ses mains sous les différentes couches de pulls qu'elle retira un à un du même geste souple avant de s'attaquer à son pantalon, faisant glisser le tissus le long de ses jambes. Elle ne pu s'empêcher de penser à ce pauvre Kimino qui semblait dormir comme un loir, loupant de ce fait un rare spectacle. Bien qu'elle tournait le dos au lit, le futur Hokage aurait pu avoir une jolie vue sur le fessier de la Kunoichi et son dos nu.

La fraicheur de la pièce la rattrapant rapidement, elle ne tarda pas à se faufiler sous la couette avec un "brrr" sonore, trahissant le fait que ça résistance au froid avait quand même ses limites. Et alors qu'elle s'apprêtait à fermer les yeux, la voix tremblotante de Kimino se fit entendre. Tournant d'abord le dos au jeune homme, Kara rougit brusquement et espérait au fond d'elle qu'il n'ait pas remarqué son déshabillage provocant juste avant.

Elle se tourna pour faire face à son camarade de mission. Il avait l'air frigorifié, son excuse pour venir se réchauffer l'un contre l'autre était peut-être justifié. Et c'est dans cette optique qu'elle accepta la proposition de ce dernier. Enroulant ses bras autour de lui, elle frissonna de sentir la peau si froide du Shinobi alors que la sienne était bien plus chaude. Dans un geste purement protecteur, elle vint plaquer Kimino contre elle, sans vraiment prêter attention au torse du jeune homme qui rencontra le sien, encore recouvert d'un insolent cache-poitrine, mais qui restera là pour ce soir.

« Bah tiens, c'est quand ça t'arrange la survie hein. »


Elle le taquinait bien entendu. Et c'était l'hopital qui se foutait de la charité, elle même appréciant grandement cet échange.
Les minutes passèrent ainsi dans cette position, lovée l'un contre l'autre pour lutter contre le froid ambiant, Kara offrant la chaleur de son propre corps au Kimino gelé. Son visage était si proche d'elle, la tentation était forte, elle regardait ses yeux, son visage, ses lèvres. Tout lui semblait attirant et l'attitude de Kimino n'aidait en rien ; c'était limite de la provocation. Etait-ce pour lui faire payer le spectacle offert avant de se coucher ?

« Oh et puis merde. »


Jura-t-elle avant d'agripper tendrement le visage de Kimino entre ses mains pour plaquer ses lèvres contre les siennes. Qu'il ait envie ou non, elle lui déroberait ce baiser, et après il en fera ce qu'il veut. De toute façon il n'était plus avec la Chikara, elle était dans son droit.
Relâchant sa tête de son étreinte, elle recula ses lèvres des siennes et avant qu'il ne remarque la teinte prise par le visage de Kara, elle se retourna vivement pour faire face à l'autre côté du lit.

« D-désolée ... Bonne nuit. »

Publié le 01/07/2020 à 11h21

Chakra bleu

Kimino et Kara avait toujours était très proche, même durant leurs enfances. Mais maintenant, ils étaient bien plus proches, comme si quelque chose avait changé entre eux, comme si la relation évoluait vers autre chose, quelque chose de plus bestial, de plus animal. Comme si leurs deux enveloppes charnelles étaient inlassablement attirées l'une vers l'autre pour chercher à fusionner. Et cette fusion, failli avoir lieux ce soir là. Alors que les deux amis était blotti lun contre l'autre pour se réchauffer, la jeune femme prit les devants, et fit en sorte que les lèvres de Kimino lui appartienne pendant quelques secondes, secondes beaucoup trop courte au goût de Kimino. Quand la jeune femme se retourna, il ressenti unebenorme frustration, et surtout un pincement au cœur beaucoup trop intense pour être ignoré. Cette chambre, ce soir, il allait être à elle, et elle serait à lui.

Kimino fit tendrement s'allonger la jeune femme sur le dos et l'embrassa avec intensité et passion, tellement de passion que rapidement, le futur Hokage se retrouva sur la belle Uzumaki, les pièces de tissu recouvrant leurs intimité glissant jusqu'au chevilles. C'était là, c'était l'instant, ils allaient s'unir. Kimino et Kara ne devaient ni l'un ni l'autre réellement comprendre ce qui se passait à ce moment là, et au moment où ils allaient franchir le pas, tellement proche qu'ils pouvaient ressentir la chaleur intime de l'autre. Un des marchand ouvra la porte en trombe.

Il hurla que des Ours étaient à la sortie de l'auberge et essayait de défoncer les portes, sans doute la faim qui les poussaient à ça. Bien sous la couette, il ne pouvait imaginer la position des deux Shinobi qui devait rompre le contact de leur deux corps, une seconde avant la libération. Kimino se laissa alors rouler sur le côté et dit.

« On arrive... »


Rapidement, le chuunin mis ses vêtements, dévoré par la frustration du moment. La relation entre Kara et lui serait forcément tendu et gênante maintenant, toute cette tension et cette frustration entre eux.

« Allons y »


Kimino parti en premier jusqu'au hall, les ours était bien dehors, mais le marchand semblait avoir abusé de la boisson, car les portes de l'auberge étaient intact. Cependant il avait raison, ils devaient chasser les Ours...

Publié le 01/07/2020 à 13h30

La déchue
Chakra bleu

La chaleur naissante et l'initiative de Kimino fit lâcher à Kara un soupir de désir alors que son amant lui intima la position à prendre. Allongée sur le dos, elle se présenta à lui avec uniquement ses sous-vêtements recouvrant ses parties intimes, les joues teintées d'un joli rose. Elle échangea un baiser passionnel, parsemé de légers gémissements, alors que ses doigts glissèrent derrière le tissus masquant son trésor le plus précieux. Kara ouvrit naturellement les cuisses pour inviter Kimino à se joindre à elle, un geste rempli d'amour et d'envie.

Et alors qu'ils allaient franchir un cap, aussi bien en tant qu'amante qu'en tant que femme, la porte s'ouvrit d'un coup. L'intervention d'un des marchands, jetta un froid qui contrastait avec le moment sulfureux que le duo s'apprêtait à passer, et par réflexe Kara se décala de Kimino alors que ses jambes se refermèrent. La jeune femme ne savait pas où se mettre, honteuse de leur position obscène, encore sous le choc de l'adrénaline fournie par l'ouverture soudaine de la porte.

L'explication du marchand ne tarda pas à suivre son arrivée, et les deux Konohajins comprirent à ce moment que cette soirée n'allait pas se poursuivre de la manière qu'ils auraient aimé. Entre frustration, honte, soulagement, peur, désir retombant peu à peu, Kara se hâta de remettre ses vêtements une fois à nouveau seuls. Ses mains tremblaient encore par la surprise, et elle n'osait dire aucun mot.

Mais pour le moment ils allaient devoir se concentrer sur ce fameux contre-temps, et prenant la direction de la grande salle, Kara remarqua à son tour que le marchand disait vrai, enfin à peu près. Le duo allait devoir travailler en symbiose pour chasser les ours, et passer outre ce qu'ils venaient de vivre ce soir pour ne pas laisser les sentiments dominer sur l'objectif de la mission.

Les deux le savaient, ils étaient avant-tout ninjas, et après un regard plein de sérieux échangé avec son partenaire, Kara sorti par une des fenêtre, bondissant dans la neige tel un félin. Le plan était convenu d'avance, elle allait servir d'appât pour distraire les ours, le temps que Kimino se charge d'eux avec ses techniques. Avec un peu de chance, il n'aura à toucher qu'une ou deux cibles et le reste du groupe prendra la fuite.

Publié le 02/07/2020 à 12h15

Chakra bleu

Kimino avait besoin de se défouler, mais il savait qu'il devait rester calme face à la situation, les ours pourraient tous les étriper. Un peu honteux, Kimino n'osait pas trop s'approcher de Kara, les deux seraient en train de faire totalement autre chose à l'heure actuel si le marchand ne les avait pas interrompu. Et étrangement il était un peu soulagé, il n'aurait pas à regretter d'être allé trop loin, lui qui n'était pas du tout prêt pour une relation sérieuse à cette époque, il n'aurait fait que gâcher une belle amitié. Alors le il dit à Kara quelque chose qui allait sans doute la vexer.

« Je n'ai besoin de toi que pour faire du bruit, va au loin, attend une minutes, fais du bruit et rentre ! »


Kimino ouvrit la porte et sorti, il n'avait pas très bien parlé à son ami, et cela était seulement du au malaise qu'ils vivaient, mais Kara pourrait croire que c'était parcequ'une n'avait pas eu ce qu'il attendait d'elle, ce qui était parfaitement faux bien sur.

Kimino une fois dehors, laissa exploser son chakra pour se déplacer à toute vitesse, et venir simplement toucher les ours. De petit coup de paume, sans dégât, personne ne devait comprendre ce qu'il faisait, mais en quelques secondes tous les ours était aveugle, et rien d'autre que le bruit allait les attirer. Bien sûr l'odorat était à prendre en compte, mais le bruit sera toujours le premier facteur. Rapidement, le futur Hokage exécuta une attaque plutôt impressionnante, qui aurait sans doute également impressionné Kara en temps normal. Mais là, la tension entre eux était tellement grande, cette nuit allait marquer un cap important dans leur relation, et pas Le Cap qu'ils auraient aimé il y a quelques minutes de cela. Kimino rentra dans l'auberge une fois les ours éloignés, et il attendit le retour de Kara. Une fois qu'elle fût revenu il lui dit.

« Bien retournons nous coucher... »


Que faire, continuer là où ils s'étaient arrêter ? Le moment était gâché, et comment le recrée avec toute cette gêne entre eux maintenant. Kara serait au commande pour la suite.

Publié le 02/07/2020 à 12h44

Afficher les techniques utilisées