Un nouveau cachot...

Année 9
Chakra bleu

« Mes félicitations, Buichiro. »

Buichiro venait de jouir d'un nouveau domaine, un lieu bien plus agréable pour dormir et il pouvait même y faire une petite baignade. Une véritable prison dorée de 30 m2. Il y faisait moins sombre et le lieu était séparé des autres prisons. De temps en temps, des prisonniers passaient devant pour rejoindre les douches. Bien évidemment, c'était volontaire.

« Tu vas pouvoir y vivre comme à la maison. Voici ma récompense pour ton combat. Bientôt, tu réaliseras ton combat ultime. Et à partir de ce moment, je t'offrirai un rôle encore plus sympathique. »

« Ton adversaire était étrange. Étais-tu en connaissance d'un tel pouvoir ? Je n'ai jamais pu voir cela avant. »

À quelques centimètres du barreau du poisson, la femme semblait certaine d'elle. Ce monstre était plus fidèle et plus perfide, mais elle pouvait aisément en faire quelque chose de viable.

Publié le 21/07/2020 à 12h35

Chakra rouge

La récompense était bien supérieure aux attente du poisson, cette nouvelle cellule avec bassin était génial. Quel bonheur de pouvoir retrouver l'eau. Mais il ne pu y rester longtemps, Hidemi se présenta devant sa cellule pour le féliciter et lui poser des questions. Le Mitsuna ne remercia pas la Hattori pourbson nouveau domaine, il l'avait mérité force de combat.

« Non, c'était la première fois que je voyais ça. Il aurait pu être dévastateur s'il n'avait pas eu le QI d'un mollusque... Là il n'est plus qu'un tas de chairs morte... »


Puis il revint sur les premier propos de la Hattori. Ce Mitsuna était différent, il se fichait de son peuple, de ses semblable. Juste sa personne et son pouvoir l'intéressait.

« Je suis prêt pour ce combat, le dernier ne m'a même pas fatigué ! »

Publié le 21/07/2020 à 18h36

Chakra bleu

« Je dois m'intéresser à cette capacité. »

Usagi n'était malheureusement plus là pour réaliser les expériences nécessaires. Ce lapin était finalement un véritable manque pour Kumo, Masashi l'avait-il sous-estimé ? L'intendante ne pouvait pas lui reprocher, elle avait souvent été hautaine avec ce type si ... Spécial.

« Parfait. De façon exceptionnelle, j'autorise un Hattori à venir te rencontrer. Tu commences à faire tes preuves et les Kumojins aiment ça. »

« Je reviendrai plus tard. »

Hidemi allait laisser sa place à l'une des terribles jumelles de Kumo. Elle lui offrait cette chance car elle savait que la Hattori était une personne de confiance et reconnue. En la croisant dans le couloir, elle prit la parole :

« Nous nous verrons sous peu. Toi et ta jumelle. »

Elle continua son chemin sans dire un mot.

Publié le 22/07/2020 à 13h56

Jumelle N°2
Chakra bleu

Hidemi avait accepté ma requête, celle de me laisser rencontrer le poisson combattant. J'étais une véritable fan des combats d'arène, c'était d'ailleurs cela qui m'avait poussé à acheter Zanshi, elle avait su faire ses preuves elle aussi. Rapidement, j'avais demandé les faveurs de l'intendante du Raikage afin de rendre visite de temps à autre au gladiateur. Elle aurait pu me dire non, je savais que son approbation n'était qu'une faveur en guise des services rendus à Kumo. Il fallait dire qu'avec ma jumelle... Nous nous coltinions souvent le "sale" travail, le genre de mission qui finissait bien souvent dans un bain de sang. Mais Raika et moi-même adorions cela...

Lorsque je croisai ma supérieure dans les couloirs des cachots et qu'elle m'informa que sous peu, nous serions demandées, je ne pouvais que ressentir une joie énorme et un large sourire qui laissait apparaître chacune de mes dents illuminait mon visage. Nous allions repartir avec notre meute de loup ! Et peut-être que cette fois-ci, nous recevrons l'ordre d'anéantir la petite salope de Zanshi.

« Avec plaisir Hidemi, j'ai déjà hâte ! »


Alors que je dépassai ma supérieure hiérarchique, je me mis à me dandiner, sautant une jambe sur l'autre, telle une enfant dans la cours de récréation en destination de la cellule "supérieur". Celle qui était réservée aux combattants qui avaient fait leurs preuves. Telle une enfant gâtée, j'attrapai de ma main l'un des barreaux de la prison dorée. Et je me hissai en faisant le spectacle jusqu'au-devant de la porte, bien évidemment close. D'une impulsion de la main, je projetai mon corps contre le mur qui faisait face à la cellule.

« Alors, le poisson est content de trouver un endroit où patauger ? »


Bien que cette cellule était nettement plus lumineuse que celle des combattants de seconde zone, la pénombre existait encore. Je fonçai mon regard jaunâtre afin de scruter le fond de la pièce et y découvrir la chose qui vivait désormais ici.

« J'ai misé 100 pièces sur ton adversaire... Tu m'as donc appauvrit par ta victoire. »


« Mais je ne t'en tiens pas rigueur, tu sais... Tu as été bon combattant... Même si je déplore ton sens du spectacle. Tu devrais t'inspirer des jumeaux Kaguya, eux, malgré que ce soit des gamins, ils offrent ce que tout bon publique attend... Un show ! Penses-tu être capable de me divertir mieux que cela lors de ton prochain combat l'homme poisson ? »

Publié le 25/07/2020 à 16h11

Chakra rouge

Une Hattori venait lui rendre visite ? C'était un fait rare... Hidemi était la seule à pouvoir faire ça normalement, cela ne plaisait pas trop au poisson qui rêvait juste de se dénuder pour plonger dans l'eau. Mais comme il était enfermé, il n'avait pas reelement le choix. C'est alors qu'elle arriva, une Hattori, plutôt bien faite, peut-être qu'elle était une autre sorte de récompense... D'habitude c'était des Miwaku, mais de toute façon cela ne faisait aucune différence pour le poisson.

« Quelqu'un comme toi ne dois pas être à cent pièces prêt... »


Le poisson avança lentement jusqu'au barreaux de la cellule, plus il s'approchait, plus il voyait cette Hattori qui était... Particulière, elle dégageait quelque chose. Il l'écoutait avec attention, puis le poisson répondit. Il était rustre, malpolie, et faisait surtout ça pour déranger la jeune femme, mais une part de vérité était tout de même dans ses paroles.

« Rentre dans la cellule avec moi... Et je vais te donner du spectacle... Cependant ce n'est pas comme entre humain ! Ça fait mal avec moi ! »


Il pensait l'effrayer, ce faire passer pour un pervers et la forcer à partir. Mais avait il fait une erreur en proposant de la douleur à la Hattori ? Non, elle n'allait tout de même pas oser, elle n'était pas addicte à la douleur à ce point.

« HA HA HA HA ! Tu devrais voir ta tête. »


Reika semblait bloquer comme en état de choc, mais était elle simplement en train de se forcer à refuser cette invitation à la douleur ? Le poisson pensait lui avoir cloué le bec, mais allait il être surpris ?

Publié le 25/07/2020 à 17h02

Jumelle N°2
Chakra bleu

Le poisson me faisait une invitation, celle de venir copuler avec lui. Une baise sous le signe de la douleur. Dans d'autres circonstances et avec une personne, hum, disons... Plus... Sophistiqué, il semblait évident que j'aurai accepté. Toujours était-il que je restais quelque peu hésitante, l'appel de la douleur était un appel que je ne pouvais que rarement refuser. Mais je luttai contre mes pulsions pour ne pas sombrer dans son offre. Hidemi m'avait offert la possibilité de venir rendre visite aux combattants, mais aucun doute qu'elle n'apprécierait guère si je me retrouvai de l'autre côté des barreaux à coucher avec eux. Puis, je ne souhaitai guère être comme ma mère... Une femme qui coucherait avec le premier venu... Mais, tout ceci ne m'empêchait pas de pouvoir jouer quelques instants avec lui... Alors, je commençai à lever lentement, très lentement mon haut, laissant doucement apparaître mon nombril, ainsi que de nombreuses cicatrices, toutes plus belle les unes que les autres. Je souhaitai faire monter la température, lui laisser espérer, qu'il puisse déjà s'imaginer en moi...


« La douleur, c'est.... Un art pour moi... »



Je faisais un pas de plus en direction des barreaux alors que la courbure de mes seins commençait à se dévoiler... Puis, tout à coup, je m'arrêtai et laissais retomber mon vêtement, couvrant à nouveau ma peau. Mon regard venait de changer, il pouvait désormais y déceler la haine. Que s'était-il imaginer ? Pouvoir enfiler une Hattori ? Il m'avait prit pour quoi ? Une putain ?


« Je ne m'accouple pas aux bêtes ! »



Finalement, cette espèce de requin scie n'avait rien d’intéressant... Il était semblable à tous les hommes qui n'avait pas touché un cul depuis bien trop longtemps. Le cerveau troqué avec ces bourses et dont il pensait qu'exhiber une grosse paire de couille se montrait être charmeur. Désolé, tu te contenteras de ta main pour aujourd'hui si jamais je décide que ton affront ne mérite pas la mort...


« Finalement, tu es décevant... Ta capacité au combat est médiocre... Tu as vaincu pour la simple raison que tu combattais un imbécile... Tu périrais avec honte dès ta première rencontre avec un Kumojin... »



Je venais me caler à nouveau contre le mur qui faisait face à la cellule. J'allais le menacer et s'il tenait réellement à la vie, aucun doute qu'il réfléchir avant de répondre à mes propos.


« Tu sais... J'étais présente lors de la guerre contre votre armée minable... Et de la friture comme toi, j'en ai tellement tué que je me suis prise pour une putain de poissonnière... Alors, tu vas m'écouter attentivement... Manque moi de respect encore une fois petit enculé de poisson, et j'te promets de t'enfoncer ta putain de scie dans le cul. T'aimerais ça le sodomite ? »



Je fis un simple pas en avant, mon regard glaciale le pourfendais. Au-delà de mes paroles, ma simple posture était une menace pour lui. J'étais une Hattori, j'avais le droit de vie et de mort sur lui... Enculé d'esclave... Il tuait un babouin en trois coups et il se sentait déjà invincible ? Tss... Je le tuerai sans la moindre hésitation...

Publié le 26/07/2020 à 15h54

Chakra rouge

La jeune femme sembla montrer de l'intérêt pour le poisson, mais elle n'était que manipulatrice et vulgarité. Qu'est-ce qu'il en avait à foutre, son peuple était faible, elle pouvait bien en dire le mal qu'elle voulait. Par contre, lui manquer de respect, cela il ne le supportait pas.

« Dommage, j'aurais adoré te faire souffrir... »


Pas question de perdre son calme, par contre, la jeune femme semblait elle avoir une forte capacité à perdre le sien, et ça Buichiro savait en jouer.

« Si on combattait, je t'arracherai la tête, et me soulagerait dans ton cou devant tous le publique. Puis je garderais ton corps pour mes longues nuit de solitude. Tu n'es que de la chair, de la chair dégueulasses, avec des cicatrices horrible. »


Le poisson venait donc de lui manquer de respect une fois de plus. Il l'attendait, la perte de calme. Il allait dire une dernière chose.

« Tu en rêve de ma scie ! Tu voudrais que je te l'enfonce ! Va baiser ton frère salope Hattori. »


Puis le poisson marcha en arrière, jusqu'à entrer dans son eau. Il était loin, et avec l'obscurité, elle ne le voyait plus. Aucun doute que tout cela allait mal finir. Mais le poisson n'attendait que ça. Mourir au combat, où gagner sa liberté au combat.

Publié le 26/07/2020 à 16h11

Jumelle N°2
Chakra bleu

Pas de chance pour le gladiateur poisson... Il venait de survivre à un combat d'arène pour finalement mourir seule, sans spectateur dans une nouvelle cellule qui lui promettait un semblant de luxe. J'étais une femme joyeuse, certes au penchant douteux, mais facilement abordable du moment que l'on ne me manquait pas de respect. Hélas, Buichiro avait mal entamé la discussion en me proposant de me baiser, il s'était pris pour qui ? J'étais une Hattori et jamais je ne me rabaisserai à coucher avec un esclave de Kumo... Et, mes sentiments, je les contrôlai mal... Je ressentais tout à deux cent pour-cent, la joie, comme la haine, l'amusement comme la colère... Mes sentiments étaient constamment décuplés, j'avais pris la part d'émotion que ma jumelle n'avait jamais eue. C'était probablement à cause de cela également que ce putain de gladiateur allait crever aujourd'hui...


« J'ai qu'une sœur... Mais, oui, effectivement, je baise avec elle... »



Je fis mine de partir, sortant ainsi de son champ de vision. Dès l'instant où je l'avais vu s'enfoncer dans l'eau jusqu'à mi-corps, je savais pertinemment qu'il avait signé son arrêt de mort... L'eau et la glace faisaient des dégâts irrévocables. J'étais une experte en la matière. Il ne serait pas le premier à faire cette erreur devant moi et probablement pas le dernier. Nous, Raika et moi, les Reines de Glaces, celles sont le froid en avait tuer plus d'un... Alors, je dois reconnaître que j'aurai pu l'attaquer de face, je ne le craignais pas et je savais pertinemment que j'aurais sa peau. Mais, j'aimais l'idée qu'il s'estime vainqueur et que la mort le prenne par surprise... C'était probablement vicieux... J'en étais même sûr, mais devais-je me rabaisser à respecter un esclave et lui offrir une mort digne ? Non... Je m'estimai bien trop...


Je déposai ma main contre le mur attenant au bassin. Et rapidement, de la glace se matérialisait sur celui-ci. J'injectai une quantité de chakra bien supérieur à ce qui était nécessaire afin que la saloperie de poisson ne puisse avoir le temps de réagir... J'attendis seulement quelques secondes avant de repasser mon visage face au barreau de sa cellule, sans pour autant lâcher le mur et l'injection de mon chakra...


Je découvris un poisson bloqué dans son bassin, l'eau avait gelé faisant de lui son prisonnier...


« Oh... Le poisson à cesser de patauger, on dirait... »




Je l'observai d'un regard aussi froid que ma technique. Mon visage était déformé par le plaisir que je ressentais de le savoir condamné à mourir de froid. J'aurai pu dès lors, abrégé ses souffrances, lui envoyer un kunai en pleine face, mais ce n'était pas mon style. J'aimais faire durer la mort, offrant ainsi le cadeau de la souffrance. Bien que j'étais consciente que rare étaient ceux qui savait apprécier à la juste valeur la douleur.


Bien sûr, cette saloperie de gladiateur pouvait user de son chakra afin de tenter de lutter contre la glace. Mais combien de temps mettrait-il pour comprendre la faille de ma technique ? Et alors, à ce moment-là, nous entamerions une bataille de chakra. Je n'arrêterai d'injecter le mien et ainsi de reconsolider la glace qui l'entourait et grappillait doucement des centimètres sur son corps que lorsque celui-ci serait mort de froid...



« Finalement, tu es comme tout ceux que j'ai tué sur ce putain de champs de bataille... Tu es minable... Ton peuple est voué à disparaître, car vous êtes trop con pour fermer vos gueules devant vos maîtres ! »




J'envoyai la bouchée double sous l'effet de la colère qui grimpait en moi. Je ne supportais pas ceux qui refusais de se rabaisser devant moi lorsque je l'exigeai... J'étais une masochiste, ayant une passion pour la soumission dans l'ordre du privé et des jeux sexuels, mais en dehors de ces rares cas, j'étais une Hattori fière, qui ne serait-ce que par son rang, exigeai que l'on se soumette à elle.



« Peut-être qu'une fois mort, je garderai ta scie pour m'amuser avec ! »

Publié le 31/07/2020 à 17h22

Afficher les techniques utilisées
Chakra rouge

Bon dieu, de la glace ? Cette Hattori maîtrisait le Hyoton ? Buichiro en avait entendu parler parmis les Kirijin, mais il pensait que cette affinité était une légende. Et là il ne pouvais que constater que l'eau était en train de geler, que le froid le pénétrait jusqu'aux arretes... Ce n'était donc pas une légende.

« Avant de mourir, permettez moi de m'excuser dame Hattori... Je respect la puissance et je vois que vous en êtes pourvu... Je suis juste un rustre qui a vu une belle femme vous savez. »


Buichiro avait dit ce qui semblait être ses dernières parole, cependant il n'allait pas se laisser mourir sans tenter quelque chose. Il fit des mundras et lança onde de choc après onde de choc sur la glace. À chaque fois elle craquait et se refermait, usant un peu plus le chakra des deux Shinobi. C'était à qui avait le plus de chakra, sauf que le Mitsuna avait un handicape, ses jambes était gelé et le froid était de plus en plus brulant. La sensation était étrange...

« J'aurais aimer vous combattre à la régulière, vous êtes incroyable. »


Il dit cela en continuant de frapper la glace. Il était fasciné par la jeune femme. Il était trop vieux pour l'amour, sinon c'est sans doute ce qu'il aurait ressenti. Quel dommage, dans d'autres circonstances ils se seraient sans doute bien entendu... Bon pas de place pour la fierté dans la survie, il allait tenter une ultime chose.

« Dame Hidemi ? Vous êtes là ? Dame Hidemi... votre invité essai de me tuer ! »


Buichiro avait bien des défauts, mais la fierté n'en faisait pas parti. Il était prêt à tout pour survivre.

Publié le 31/07/2020 à 21h31

Afficher les techniques utilisées
Chakra bleu

Suite à cette visite, Hidemi s'était dirigée vers chez elle sans trop perdre de temps. Un garde lui avait tenu la grappe et il fut enfin en possibilité de partir. À ce moment, par instant, elle se mit a ressentir les énergie environnante et au même moment, un garde beugla "Code 15 ! Code 15 !". Hidemi soupira et fit volte-face. Quelques minutes lui suffirent à rejoindre le cachot du poisson.

« On ne touche pas à mon monstre sans ma permission. Sa vie m'importe énormément, car elle doit se rentabiliser. Contrairement à une vache ou à un veau, ce poisson vaut plus que cher que sa propre chaire. »

Le ton de la Hattori était sec, elle n'avait pas autorisé cette visite pour de telles idioties. Elle prit alors la peine de sortir du couloir pour débarquer face aux grilles de ce lieu.

« Je ne supporte pas ce comportement. Tu es une Hattori et lui un vulgaire poisson de Kiri. Tu comptes faire quoi ? Le congeler et t'en faire une mascotte bien sympathique ? Il ose insulter une grande Hattori... Tu t'attendais à quoi en allant voir une telle ordure ? Il a tué son propre peuple... »

« Malgré tout, je m'accorde sur le fait que tu es supérieure à ce type et que qu'importe l'origine de votre problème, il te doit obéissance et soumission. »

Hidemi s'approcha du poisson pour l'observer. Décidément, les jumelles de Kumo étaient des femmes spéciales... Pouvaient-elles si aisément congeler un adversaire ? L'intendante le savait dorénavant, elles seraient envoyées en mission plus souvent. Tout en regardant ce requin-humain, elle reprit la parole :

« Si tu souhaites le voir mort, je te propose de financer le prochain combat. Je te laisserais bien y participer, mais ton image risquerait d'en prendre un coup. Je peux aussi te mettre à disposition des individus méritant une sentence. L'un peut aisément convenir pour la besogne. »

Publié le 01/08/2020 à 11h50

Jumelle N°2
Chakra bleu

Le poisson prononça ce qui pouvait s'apparenter à des excuses. Mais hélas, il était trop tard pour cela. Les belles paroles auraient du être dites bien avant. Désormais, que j'avais lancé mon joug sur sa carcasse, je comptai bien le terminer... Malgré le mélange de colère et d'amusement qui me traversaient, je restais d'un calme presque parfait. Ma main déposée sur le mur continuait d'injecter mon chakra et conserver la glace présente. J'osai échapper un léger rire lorsque mon ennemi se mit à frapper de manière répétitive sur la glace. Aucun doute, il possédait de la force, comme tout digne Mitsuna. J'avais assisté à suffisamment de combat d'arène pour en avoir été témoin. Chaque coup créait des fissures dans ma fabrication que je rebouchais instantanément. La glace commençait à se rougir du sang de l'homme poisson, ses poings étaient égratigné et pourtant, je savais qu'il ne voyait aucune issu à mon piège. Mais je n'aurai pu imaginer ce qui allait suivre. Jamais, Ô grand jamais je n'aurai été suffisamment lâche pour implorer de l'aide comme cette saloperie était en train de le faire... Mes yeux s'arrondirent d'étonnement avant que mon rire ne résonne dans les couloirs de la prison.


« Tu es donc lâche à ce point ? Comment as-tu fait pour survivre jusqu'à ce jour sérieusement ? »



Je savais que lorsque Hidemi arriverait devant moi, je serai contrainte d'arrêter. Mais, avec un peu de chance, cette saloperie de poisson finirai par crever avant. Dans le doute, je continuai ma technique. Mais, ce qui devait arriver, fini bel et bien par arriver et j'entendis la voix de l'intendante du Kage avant même de la voir. Et son discours, j'avais pu l'imaginer avant de l'entendre. Nous étions des Hattori et notre fortune était commune, donc il était évident qu'en tuant l'un des gladiateurs, je privais notre clan d'une source de revenu.


Doucement, je cessai d'injecter du chakra sur le mur et ma main le lâcha afin de rejoindre ma poche. J'affichai un léger sourire en coin en faisant face à Hidemi.


« Tu m'excuseras Hidemi. Mais, tu sais bien, je suis quelque peu... Impulsive... Et j'ai la fierté dans le sang, semblerait-il... Puis, ça fait siiii longtemps que je n'ai pas tué... »



« Je ne pouvais laisser passer un manque de respect envers ma lignée... Malgré qu'il est évident que cet abruti met inférieur... Il suffit de regarder comment il a réussi à survivre... Par la lâcheté et la honte... »



Mon sourire s'élargit avant de reprendre :


« Je me flagellerai pour expier mon erreur Hidemi... Je te le promets ! »



« Ceci dit, je suis certain qu'il a bel et bien compris ma supériorité... Ces excuses en ont été la preuve... »



« Mais l'idée de le voir mourir dans l'arène me plait et c'est avec plaisir que je financerai le combat ! Mais, je te laisse la liberté de lui trouver un combattant. Tu es la plus compétente pour lui trouver un adversaire après tout ! »

Publié le 02/08/2020 à 23h40

Chakra bleu

« Je connais effectivement ton caractère Reika-san et je te pardonne. Cette chose est parfois très énervante, mais je te jure qu'elle peut être très obéissante quand elle le souhaite. »

Hidemi se rapprocha alors d'un sceau fixé au mur et y attrapa un poisson pour ensuite le lancer en direction du Mitsuna.

« J'ai totalement confiance en ton auto-flagellation, je sais reconnaître une bonne Hattori quand j'en vois une. »

Les deux femmes se connaissaient depuis suffisamment longtemps pour ne pas se disputer pour si peu. L'homme-poisson était un esclave, il était plus qu'inutile de se prendre la tête pour si peu.

« Je te félicite de prendre cela à cœur. J'ai déjà un candidat en tête, un homme puissant. Je te prêterai les loges royales en contrepartie de ce financement. Tu pourras voir ce Mitsuna combattre et parier pour lui ou bien contre lui. Les résultats ne m'importent peu. »

Hidemi souriait poliment. Elle regarda alors le poisson :

« Et toi, si tu sais m'offrir un autre bon combat, je serai te remercier de nouveau. Tu le sais, je respecte mes promesses. »

Le ton de la Hattori était ferme, la vie n'était que business.

« L'heure des visites vient d'être dépassée. Laissons-le faire sa sieste. »

L'intendante se retourna alors, la jumelle n'allait sûrement pas tarder. Hidemi n'autoriserait pas un second écart.

Publié le 03/08/2020 à 15h42