Recherche burlesque

Raikage

Quelques jours suffirent à récupérer après le combat face à Hattori Yūhei... En ce début de journée, le Shinobi se trouvait à un lieu qu'il ne connaissait que trop bien... Il se souvenait encore de sa jeunesse et ce lieu était clairement synonyme de départ en mission. Celle-ci était bien évidemment particulière, simplement car le Kage se déplaçait en personne. Bien évidemment, cette information était officieuse et le ninja de Kumo s'était préalablement vêtu du costume des ombres. Plusieurs Kirijins étaient accompagnés par le double de Hattori. Masashi le savait, cette mission était plus que périlleuse et il s'était refusé de la confier à quelqu'un d'autre.

En agissant de la sorte, il espérait créer une élite spéciale totalement dévouée à Kumo, celle des rares Kaguya encore vivants. Bien évidemment, il souhaitait pousser le vice en se servant de sa propre élite comme d'un ennemi fictif. De cette manière, il espérait rafler la totalité des contrats provenant des villes civiles. Clairement, cette manière de procéder était un moyen détourné d'envahir commercialement le Yuukan. Malheureusement, cette possibilité semblait de moins en moins certaine, Shizuka souhaitait une guerre plus directe et plus dévastatrice contre la citadelle. Son caractère d'antan semblait si loin et elle ressemblait dorénavant à une perfide stratège. Bien sur, cette prêtresse n'y était pas pour rien. Cette femme était clairement perfide et traitresse, mais Kumo ne pouvait point simplement l'éliminer sans considérer la source d'informations qu'elle pouvait être. Vêtu de noir, le ninja s'approcha du convoi des cheveux blancs et prit alors la parole :

« Matricule 0237, je suis en charge de tester les individus en question. Vous pouvez disposer. »

Bien évidemment, le Kage ne partait pas seul avec 2-3 Kaguya, une ombre allait le suivre de loin. Malgré cela, Masashi ne doutait nullement de son Kaguya de prédilection et il n'avait pas peur des anciens Kirijins. Entrainé à cela, il était parfaitement apte et il pourrait aisément éliminer les ninjas affaiblis par la faim.

« Ne tardons pas. Nous devons retrouver la cible. Aucun faux pas. »

Masashi pouvait paraître bien sévère, mais il ne devait point offrir le moindre doute aux autorités de Kumo. Sans attendre; il se mit alors à marcher en direction de la sortie et quelques secondes suffirent à sortir.

« Nous allons emprunter un chemin montagneux. Il est dangereux, mais je préfère éviter les Kumojins... Les Hattori ne réfléchissent malheureusement pas toujours. Je n'aimerais pas officialiser mon départ temporaire. »

Bien évidemment, Shizuka pouvait aisément dirigée seule, mais les Hattori avait la fâcheuse tendance de crier au loup trop rapidement. Qui plus est, celle-ci n'était pas au courant de tout...

Publié le 17/11/2020 à 12h36

| Best Husbando | Dr.Kaguya

Le grand jour était finalement arrivé. Je me prépare pour celui-ci depuis un temps maintenant et je n'avais eu de cesse de m'entraîner avec les miens pour reprendre du poil de la bête. J'étais revenu à un poids et une santé parfaitement honorable pour ma corpulence naturelle et je pouvais ainsi reprendre du service en tant que Shinobi. Je n'avais pas forcément retrouvé mon niveau d'antan, 4 ans de captivité ne s'annulant pas en quelques semaines, cependant, j'étais suffisamment viable pour partir en mission. Je n'étais de toute façon certainement pas l'appui offensif, le Raikage étant au courant de mes aptitudes de médecine plus qu'autre chose je n'aurais donc certainement pas à me battre directement si nous venions à croiser des ennemies. Préparer à tout j'avais quand même subit un entraînement avancé avec un des miens, un homme de confiance que j'avais recommander pour la mission. Il était un Kaguya fidèle au clan, mais encore plus a son chef et actuellement, c'était moi. S'il le désirait, il pourrait m'anéantir, me tuer d'une gifle qui ferait décoller ma tete sur une vingtaine de mètre. Il avait l'aura de ces montagnes calme, mais pourtant tueuse, il était pourtant mon homme de main à Kumo actuellement.

J'avais reçu une tenu réglementaire de Kumo pour les shinobi, mais celle-ci n'étais pas forcément pratique pour les Kaguya qui avait besoin d'avoir à disposition leurs corps pour se battre avec leurs os. Naturellement, nous utilisions des kimono, suffisamment large et ample, ouvert pour les hommes et les femmes pour que nous puissions nous mettre torse-nu, mais comme médecin je n'avait que rarement besoin de cela. J'enfilais donc un ajustement fait a cette tenue et noté de faire part à l'empereur de l'impracticité de la tenue pour les miens. Pantalon, poche, scandale pas de soucis, cependant, je ne pouvais décidément pas me faire au fait de porter une veste et avait enfiler une veste de kimono bien plus plaisante pour moi. Pour ne pas attirer l'attention j'avais tout de même pris une veste de kimono dans des teintes sombres pour passer inaperçu et avait rangé mes affaires de médecine basique dans une poche que je cachais dans ma veste. J’étais prêt.

« Allons y Hayate-san. »


Arrivé aux portes ainsi vêtu, je regarder et voyais que le Raikage était habillé de façon à ne pas se faire reconnaître. J’imagine donc qu’il ne souhaitait pas faire savoir qu’il quitter Kumo, évident, surtout avec deux anciens prisonniers, Kaguya de sucroit. L’impératrice serait aux commandes de Kumo en attendant et pour tout dire, je n’avais pas entendu que du bien de cette femme qui avait disparu durant des année avant de réaparraitre. Je ne connaissais pas forcément l’histoire de kumo, bien que depuis ma sortie j’essayais de m’instruire, mais en ce qui concerné l’impératrice, les avis était aussi divergent que ceux qui concerné l’empereur lui-même. Je soupirais doucement, entre exaltation et appréhension. J'étais parvenue jusqu’à là à refréner mes émotions pour ne pas manquer de quoi que ce soit quant à mon objectif, mais là, je sentais le contre coup venir. Me priver d’émotion pour pouvoir me reposer, mais les voilà qui revenaient a la charge. Les ordres étaient les ordres.

« Bien. Nous vous suivons. »


Passer par les montagnes pour éviter les Hattori un peu trop stupide. En traduction, c’est ce que j’en déduisais. Comme dans tout les clans, il y avait des abruti de toute façon, surtout dans les clan dominant. Chez les kaguya c’était même une majorité d’idiot à peine capable de compter, mais capable de cogner. J’avais une mine légèrement amusé et dépité en y repensant, me disant que peut être cela serait plus difficile que je ne le croyais. Nous entamions alors notre route vers ma destinée, ma douce…

« Kazumi… »

Publié le 20/11/2020 à 12h30


Le soleil se lève ainsi, tout comme toi. Bien qu’il soit difficile de trouver une nouvelle occupation alors que ta principale qualité est d’assommer un bœuf d’un coup de tête, le nouveau chef du clan t’avais demander de l’accompagner pour une mission qui allait commencer aujourd’hui. Il ne voulait pas t’en dire d’avantage, tu ne voulais pas en savoir plus d’ailleurs. Le simple fait d’avoir été choisi était un honneur, car cela prouvait la confiance qu’il t’accordait. Tu avais simplement décidé d’attendre son appel en profitant de ta liberté nouvelle. Tu avais quelque peu perdu de ta vigueur lors de ces 4 années de prison, mais tu avais repris l’entraînement depuis ta sortie. Tu cherchais un but, Mishi n’étant plus, tu t’étais juré de protéger le nouveau chef des Kaguya. Kyota, son petit-fils, il avait grandement hérité de lui, sa nature calme te rappelait l’ancien patriarche et tu demandais comment il avait pu le battre, mais tu ne t’attardes pas trop non plus sur la question. Il avait la tête de Mishi dans les mains et cela ne voulait dire qu’une chose : il est désormais ton chef. C’était le point le plus important, tu t’étais proposé pour reprendre le rôle de garde du corps pour le jeune Kyota. Tu ne doutais pas de lui, mais son corps frêle t’inquiétait. Il restait un Kaguya et il savait se battre, mais tu n’arrivais pas à te sortir l’idée que le jeune chef soit d’avantage un homme de parole que de combat.
Tu avais décidé de t’entraîner ce matin en attendant un signe du destin pour faire quelque chose. Tu tiens à profiter du soleil, cela faisait un certain temps que tu ne l’avais pas vu après tout et chacune des secondes passées sous sa chaleur te faisais le plus grand bien. Le haut de ton kimono baissé comme le veut la tradition Kaguya, tu effectues tes étirements et à peine terminés, tu aperçois ton chef approcher de ton habitation, c’est un honneur, mais cela ne peut qu’indiquer une chose. Il doit avoir besoin de ton aide pour venir directement à toi, c’est ce qui a été convenu quand tu as endossé le rôle de bras droit. Tu n’es pas un homme de politique, si on te donne un ordre, tu exécutes sans réfléchir. Les seules fois où l’on t’a demandé d’utiliser ta tête, tu t’es contenté de mettre un coup de boule ne trouvant rien de mieux à faire.
Tu te rhabilles par politesse et effectues une révérence quand ton jeune chef se présente à toi.

« Jeune chef Kyota. Votre présence me fait trop d’honneur, vous auriez dû m’appeler au lieu de vous déplacer. »


Il te salue à son tour et te demande de le suivre. Chose que tu exécutes sans chercher plus loin. Tu te souviens qu’une veste t’a été donnée hier et tu te diriges hâtivement vers ta maison et ressort presque aussitôt pour reprendre ton chemin derrière ton chef. Tu mets cette veste ninja en laissant le haut de ton kimono pendre dans le bas de ton dos et sens comme un malaise. Tu t’es bien habitué depuis le temps à ce kimono large que te laisser libre de tes mouvements. Mais désormais, tu te sentais oppressé et tu doutais de sa capacité à contenir ton aptitude clanique. Tu décidais de ne pas sortir de la norme, il était temps pour vous de vous intégrer au village de Kumo et porter ton kimono de Kiri était déjà bien trop voyant. Tu arrives auprès d’un homme à l’entrée du village et le salut silencieusement en restant derrière le jeune Kyota. Tu ne sais pas vraiment de qui il s’agit, mais si le jeune maître le suivre sans broncher, tu décides simplement de faire la même. Il devait simplement s’agir du chef de mission. La mission va commencer et vous vous apprêtez à prendre la route, mais il n’y a pas moyen de te concentrer sur autre chose que sur cette veste qui te comprime le torse et simplement le corps. Tu sens que tu ne pourras pas être efficace au maximum tant que cette abomination sera sur ton dos. Tu commences à perdre patience à chacun des pas que tu fais. Tu grognes après avoir fait à peine 10 mètres et tu arrive devant un garde l’air agacé.

« Hm, jeune chef, je suis désolé, mais… »


Sans finir ta phrase, tu te replies sur toi-même et en te redressant, tu fais ressortir tes os de ton corps. La veste se déchire et il ne reste plus grand chose de cette dernière. Tu es cependant beaucoup plus apaisé et à l’aise désormais. Mais si vous teniez à faire bonne figure, tu savais que porter une veste en lambeau n’allait pas être la meilleure solution.

« Mes excuses, mais vos vestes pour chétif ne sont pas à ma taille… »


Tu l’enlèves et fini torse-nu devant un groupe de garde encore surpris de ta colère éphémère et prêt à dégainer si tu venais à te montrer agressif. Mais tu n’y prêtes pas attention, tu approches d’un garde avec ce qu’il reste de la veste et la pose sur la pointe de son kunai. N’étends pas très doué pour avoir l’air amicale, tu fais une tentative en posant ta main sur l’épaule de garde machinalement.

Hm… Il faudra la recoudre, je pense…

Tu souris, mais cela n’a rien de rassurant pour autant. Le garde se contente de rester figé, ne sachant pas s’il devait t’arrêter ou fuir. Tu te retournes et te diriges de nouveau vers ton chef et l’homme mystérieux qui vous accompagne, le tout en remettant ton kimono blanc sur tes épaules.

« Nous pouvons y aller maintenant… Je suis opérationnel. »

Publié le 20/11/2020 à 17h55