T'es qui toi ? Une vieille femme ?

Année 9
Chakra bleu

À l'ombre d'un arbre de taille modeste, dans le centre ville de Kumo, le jeune Law s'amusait à sculpter de petits kunais en bois. La raison ? Son allergie aux métaux qui l'empêchaient de les tenir, sous peine de voir une réaction allergique prendre les devants. Cette dernière se présentait par des plaques rougeâtres, formant une épaisse couche de peau, démangeant le jeune garçon. D'après les médecins, ces problèmes de peau pouvaient impacter sur les articulations du jeune ninja.

Après une bonne heure de pratique, Law termina son dixième kunais. Son travail du bois devenait de plus en plus précis, le rendant fier de ses créations. Il fallait dire que ce n'était pas non plus aisé de sculpter avec des outils en bois, conçus par sa famille. Cette dernière appartenait au célèbre clan Miwaku. Pour palier à son handicap, le jeune homme décida de s'atteler à la sculpture mais aussi à l'apprentissage des arts ninjas pour rendre fier sa famille.

Sa santé n'était aucunement fragile, mais son allergie aux métaux était plutôt contraignante, ne pouvant manipuler les outils ou armes qui lui étaient mis à disposition. Levant les yeux vers un ciel qui s'assombrissait, Law réfléchissait au prochain objet qu'il allait pouvoir créer. Des jeunes vinrent le trouver pour qu'il puisse jouer avec eux. Le jeune garçon refusa poliment, prétextant qu'il allait bientôt rentrer chez lui. C'était bien-entendu un petit mensonge pour continuer à fabriquer ses kunais.

Publié le 24/06/2020 à 14h49

Jumelle N°2
Chakra bleu

La matinée était déjà bien entamé lorsque je pris la décision d'aller arpenter les rues de Kumo. Pour dire vrai, ce n'était pas une de mes habitudes, je préférai passé mes journées enfermé à l'intérieur de chez moi avec ma jumelle et la cinglé esclave Gaikotsu que nous avions acheté. La gamine aussi, je l'avais acheté sur un coup de folie, mais je n'en était pas décu. Certes, elle était étrange, mais qui étais-je pour dire cela ? Moi qui prenais mon pied dans la flagellation. Toujours était-il que ce matin là, j'eu l'envie de sentir la brise sur mon visage. Alors, équipé de mon chapeau habituelle et de mes deux boucles d'oreille orangée, je partis errer dans le centre ville.

Ruelle après ruelle, instant après instant, je me laissait voguer au rythme de mes humeurs jusqu'au moment où je finissais dans un parc du centre. J'étais constamment mitigé par ces lieux, j'aimais les espaces verts que cela procurait, mais je n'appréciais pas particulièrement voir le ramassis de gamin trainer à jouer bêtement entre eux... J'étais gaga, mais, seulement des enfants qui était... Particulier... Comme Zanshi-chou, elle, aucun doute que j'en était gaga !

Tout en flânant et observant la vie environnante, vomissant la niaiserie de la nouvelle jeunesse, je remarquai qu'un enfant restait isolé dans son coin. Curieuse de savoir pourquoi lui ne courait pas bêtement après un camarade pour jouer à touche-touche ou à je ne sais quelle jeu merdique, je m'approchai de lui. Et sincèrement, après le voir taillé des kunais en forme de bois, je crus qu'il était davantage débile que les autres gamins qui jouait...

« Tu as conscience gamin, qu'avec ca, tu risques pas de blesser qui que ce soit ? »


Finalement, les gamins qui se couraient les uns après les autres n'était peut-être pas les plus bêtes ?

Publié le 24/06/2020 à 15h06

Chakra bleu

Baillant aux corneilles, Law se fit aborder par une dame plutôt louche et âgée. Son regard se fronça pour l'observer de haut en bas et se mit à rigoler en entendant ses dires. Cette dernière ne semblait pas savoir que j'étais allergique, mais passons.

« Bonjour Madame »


Le jeune garçon mettait bien l'insistance sur la politesse pour faire comprendre à cette vieille inconnue qu'il aimait la politesse. Sa famille lui enseignait toujours les bonnes manières et dire bonjour aux autres quand on venait trouver la personne était de coutume. Prenant en même temps son kunai dans la main, Law le regarda pour voir si cette affirmation était vraie ou fausse.

« Hm.... Vous savez vieille dame, j'ai déjà fait quelques essais et ça fonctionne très bien. Le seul défaut, c'est que c'est plus fragile que ceux en métal. »


Le jeune garçon tendait l'une de ses créations vers l'inconnue pour qu'elle puisse regarder son travail et le juger. Politesse ou non, Law appréciait le jugement des autres. Cela lui permettait de se remettre en question et surtout d'améliorer sa pratique.

Publié le 24/06/2020 à 15h14

Jumelle N°2
Chakra bleu

Le garcon rigola avant de me saluer. Était-ce sa manière de me faire remarquer mon impolitesse ? Tsss... C'était bien le dernier de mes soucis. Après tout, il devait avoir quoi ? Quinze ans maximum ? Puis son regard n'était pas jaune, ce n'était pas un Hattori... Toujours était-il que le garcon me tendis son travail en m'expliquant le "seul" défaut. Euh... Était-il vraiment bête à ce point ? Le seul défaut important n'était pas sa fragilité, mais son manque certain de létalité.

« Hm... J'ai conscience que les non Hattori son plus... Simple d'esprit, mais là clairement, du frôle la débilité jeune-homme !
Le plus gros défaut que je vois actuellement, c'est que sa coupe pas... »


Comme pour prouver mes dire, j'amenai "l'arme" au niveau des veines de mon poignet et m'acharna à tenter de le trancher, en vain. Ma peau commençait à rougir suite à l'irritation du bois et du frottement.

« Tu vois bien qu'il y a un "petit" problème là ? »


Je pris malgré cela le temps de regarder plus en profondeur le travail du minot. Certes, son travail pouvait se montrer plus précis, plus net, mais aucun doute qu'il avait du talent pour la sculpture du bois. Je tâtai le bout de l'arme, la pointe se montrait efficace. Il pouvait vraisemblablement poignarder un individu avec ce Kunai, à condition que l'arme ne cède pas avant de pénétrer la chaire... mais ce serait la seule utilité de ce kunai.

« Hum... Il peut faire office de poignard... »


Je retournai la lame contre moi, désireuse de tester son pointu contre ma propre chaire... Une petite voix intérieur me suppliait de le faire, mais ma raison était plus forte. Je n'allais tout de même pas traumatiser un enfant ainsi. Alors, j’avançai le manche de la sculpture en direction du minot afin de lui rendre.

Publié le 24/06/2020 à 17h25

Chakra bleu

Au premier abord, cette femme ne semblait pas réellement désagréable. Pourtant, lorsque cette dernière prit le kunai et tenta de se couper avec, elle dégageait un malaise réel. Essayer de s'entamer avec une arme n'était pas commun, surtout dans l'entourage du jeune garçon qui ne connaissait personne souhaitant le faire.

« Vous semblez ... étrange ?!? Fin, se mutiler n'est pas la meilleure solution pour tester les armes. Il suffisait de prendre un mannequin ou un tronc pour s'en assurer. »


Cette dernière ne semblait pas connaitre les coutumes habituelles. Étrange femme qu'elle était. Le jeune garçon se grattait la tête et se leva pour prendre la main de cette inconnue, qui tenait encore le kunai.

« Vous pourriez peut-être essayer de me poignarder pour affirmer vos propos ? »


Après un petit blanc lorsque le jeune Law la regardait dans les yeux. Un sourire malin s'afficha sur son visage, avant qu'il ne les ferme et tira la langue à cette inconnue. Du haut de ses 13 ans, Law ne connaissait rien au monde et ne savait aucunement comment s'adresser aux autres sans les vexer, sans être trop direct. Il devait donc faire en sorte d'être pris avec humour.

« Je blaguais vieille madame, me prenez pas au sérieux »

Publié le 24/06/2020 à 21h28

Jumelle N°2
Chakra bleu

« Vous semblez ... étrange ?!? Fin, se mutiler n'est pas la meilleure solution pour tester les armes. Il suffisait de prendre un mannequin ou un tronc pour s'en assurer. »


Stupidité quand tu nous tiens... Ce garçon avait typiquement la mentalité des gamins que je souhaitais claquer. Celui qui estimais mieux savoir que les adultes. Hé oh petit guignole, je n'ai pas besoin de tester l'arme pour savoir que celle-ci n'est pas tranchante. C'est du bois, le bois ça coupe pas ! . Je levai les yeux au ciel d'exaspération avant que le gamin ne me prenne la main et me propose de faire une démonstration afin d'affirmer mes propos. Une chose était certaine, il était officiellement tombé sur la bonne jumelle. Si jamais celui-ci avait fait la même proposition à Raika, ma jumelle. Aucun doute que celle-ci l'aurait poignardé...
Alors que le merdeux me fixait droit dans les yeux, j'affichais un léger sourire en coin. Et lorsque celui-ci ce mit à me tirer la langue, j'explosa de rire. Aucun doute qu'il penserait que ce rire aurait pour naissance ca grimace, mais la réalité était bien plus tordu. Ma petite voix intérieur m'avait supplié d'user de ce fichu kunai pour me faire souffrir, et voilà que le gamin demandait une preuve de mes propos ? J'allais tout simplement lui fournir. Rien à foutre de le choquer, finalement, c'est lui qui avait demandé.
Alors qu'il tenait sa main surla mienne, je raffermis ma prise sur l'arme avec un large sourire sur le visage. Je l'entendis baragouiner qu'il fallait le prendre avec humour... Trop tard, mon bras s'élançais en direction de ma cuisse, l'arme retourner contre moi. La réalité était que je savais que je ne risquerai guère de me blesser réellement. Il suffisait que je frappe et mette une légère impulsion latéral lors du contact pour casser le bout du kunai avant que celle-ci ne s'enfonce trop profondément. J'agis donc ainsi. Le kunai perfora le pantalon que je portais, l'embout du Kunai se fractura et le sang se mit à couler légèrement sur ma cuisse... Je ne pouvais pas dire que j'avais ressenti un réel plaisir dans cette douleurs. Elle n'était pas suffisamment violente pour m'émoustiller...

« Propos affirmé... »


Je retourna le kunai au bout ébréchée et offrit à nouveau le manche au garcon, toujours en arborant mon plus beau sourire.

« Finalement, ca ferais pas un si bon poignard que cela... Tu avais raison, ils sont fragile gamin ! »

Publié le 24/06/2020 à 23h06

Chakra bleu

Ni le temps de dire ni une ni deux que l'inconnue faisant face au blondinet se planta le kunai fait de bois après la petite provocation. Puéril ? Amour propre ? Le jeune Law ne savait pas comment prendre cette attitude. Au lieu de se sentir dégouté par le sang ou décontenancé, le jeune garçon fait un léger sourire en coin et leva les bras vers le ciel. Un peu déçu que sa création se soit aussi facilement abimée. Un grand soupir sortit de sa bouche et gonfla les joues comme un enfant...

« Je suis un peu déçu, je pensais que ma petite arme allait résister plus que ça... Je n'imagine pas le résultat face à un véritable kunai ou un renforcement au chakra. J'vais devoir améliorer tout ça. »


Non satisfait de cette révélation, le jeune Law regarda le jambe mutilée de la vieille inconnue. Un autre soupir sortit de sa bouche. Ce dernier glissa l'une de ses mains dans la poche arrière de son pantalon et y prit un bandage. Le blondinet en avait souvent sur lui car il arrivait qu'il se blessait pendant la préparation d'une sculpture. Tendant le bandage avec une mine contrarié, le garçon ajouta.

« Maintenant que vous m'avez cassé un kunai, il faudrait peut-être me rembourser ? Ça coûte plutôt cher du bois et je n'ai pas envie de dépenser à nouveau mes maigres économies. En plus vous ne semblez pas sur la paille. »


La fixant dans les yeux, le jeune garçon tira en même temps la langue pour montrer sa cupidité envers la sculpture. Il fallait dire que travailler tous les jours le bois revenait plutôt cher et qu'il ne souhaitait pas vraiment monnayer ses œuvres, sauf cas extrême.

Publié le 25/06/2020 à 17h30

Jumelle N°2
Chakra bleu

Quoi ? Ce gamin en plus d'être suffisamment con pour faire des kunai en bois était un radin ? Il se devrait de me remercier pour lui avoir montré par A plus B que ca merde était inefficace. Malgré cela, j'acceptai le bandage, consciente que vu sa radinerie m'offrir cela devait lui peser lourd. Sans lui dire merci ou lui montrer le moindre signe de reconnaissance, j'enfilai ma main à l'intérieur de mon pantalon troué afin de venir apposer la compresse sur ma plaie.

« Tsss... Radin... Tu ne semble pas être pauvre pourtant... »


La vérité était que j'oubliai trop souvent que tout les clans du village ne fonctionnaient pas comme les Hattori. Nous, nous divisions toutes les richesses à part égale, certes, notre clan en possédait énormément, ainsi chaque Hattori vivait dans un certain luxe.
Me remémorant cela, je sorti quelques pièces de ma poche que je lançais en direction du gamin. Suffisamment de quoi lui permettre de travailler sur de nombreuses sculpture.

« Avec ca, achètes toi des vraies kunai, ca sera plus malin. »


Ennuyé par la situation désormais, je commençais à faire demi tour pour m'en aller.

« Tu as faim le mendiant ? »


Finalement, ce gamin avait un certain culot que j'appreciais.

Publié le 26/06/2020 à 09h55

Chakra bleu

« Pauvre ou riche n'a pas d'importance pour moi. Quoi que ça peut aider pour s'procurer des objets mais rien de plus... »


Le jeune Law ne savait pas comment aborder cette vieille femme qui était à la fois indifférente et malaisante. Il fallait avouer que le blondinet l'était aussi mais plus pour se faire paraitre pour un dur qu'une lavette. Il était important d'entretenir son image. Surtout que le monde fonctionnait à l'intimidation ou à la supériorité.

« Moi un mendiant ? Pas vraiment... Juste que je suis agacé de voir ma sculpture réduite en miette par une femme... J'sais pas ce que tu en penses mais j'suis pas trop doué... Mais bon, c'est l'expérience qui me permettre d'être meilleur. N'est-ce pas mamie ? »


L'insolence de Law et sa manière d'aborder les choses étaient totalement opposées. Un coup il faisait des politesses, un coup il était arrogant ou insolent. Ce grattant la tête, le blondinet observa la vieille vouloir partir.

« « Vous partez déjà ? Je ne connais même pas votre nom... Madame la casseuse de kunais. Mais sinon, oui, j'ai une petite faim, pourquoi donc ? » »


Il lui tira la langue pour la provoquer. En même temps, il n'avait pas beaucoup à faire de sa journée en dehors de sculpter des objets. C'était un moyen comme un autre de tuer le temps.

Publié le 27/06/2020 à 22h14

Jumelle N°2
Chakra bleu

« Détrompes toi, pauvre ou riche a de l'importance imbécile... L'argent c'est le pouvoir, c'est ce qui régit ce fichue monde. »


Et Reika le savait que trop bien, depuis longtemps les Hattori régnaient en maître sur le village de Kumo. Bien évidemment, cela était de la politique avant tout, mais elle était certaine qui si son clan faisait faillite, les autres clans du village prendrait cette opportunité pour acquérir le pouvoir... Bien qu'avant cela il serait nécessaire d'anéantir Masashi, ce qui ne serait pas d'aussi tôt.

Voilà que ce mioche m'appelait mamie... Mamie... Je savais que mes traits étaient certainement davantage tiré que n'importe quelle autre femme de mon âge. Les séances de tortures faisait que bien trop souvent je me crispais et ceci n'arrangeait pas l'apparition des rides. Mais de là à être une mamie, fallait pas déconner... Toujours était-il que je ne souhaitais avoir le même tempérament que ma jumelle. Alors, je laissai passer cette attaque ce qui emmena à l'instant suivant, celui où le merdeux me demanda mon nom. J'allais lui donner, peut-être avait-il déjà entendu parlé de moi. Avec ma jumelle, nous avions une certaine réputation dans le village. Une réputation de folle et de dangereuse, certes, mais une réputation tout de même. C'était d'ailleurs probablement pour cette raison que nous deux ne possédions pas d'élève sous notre tutelle...

« Moi c'est Reika ! Et toi merdeux ? »


« Si tu as faim, accompagne moi au restaurant, je ne supporterai pas de savoir qu'un mendiant meurt de faim de ma faute à Kumo ! »


Suite à quoi, je lui tira la langue de la même manière qu'il avait fait avec moi quelques instants auparavant.

« Et par pitié, décoince toi un peu, tu es ennuyant à souhait ! »


« Allez, choisis là ou tu souhaites manger ! »

Publié le 01/07/2020 à 17h16