Retour en cellule


Konohagakure no satô, Prison

Année 10 | Printemps

Dans les couloirs de la prison, les pas du petite groupe raisonnais dans le silence ambiant. L'opération de Seïto étant terminé. il était l'heure pour Kazami Uzumaki de regagner ces quartier privé. C'est à dire la cellule qui lui était alors attribué. vidait de son chakra comme chaque participant, il n'y avait pas grand chose à craindre. bien qu'elle soit escorter par trois membre de l'ANBU et Kotaro. Ce dernier ne lui avait pas adresser à mots depuis qu'il c'était vue. il marchait un peu en retrait. Observant la prisonnière de dos. Réfléchissant à ce qu'il allait lui demander. Oui, l'illusionniste avait demander cette entrevue à Mako, mais il n'avait pas pensez qu'elle pourrais avoir lieu si vite. Il pensez avoir un peut de temps pour réfléchir à ce qu'il souhaitait réellement lui demander. Car, après tout, il avait agis ce coups ci sur le moment.

Le retour de Kazami à Konoha avait fait du bruit, il avait participé à son arrestation et pourtant. Ce n'était que maintenant qu'il été troublé par cela. Sans doute n'avait t'il pas réellement réalisé les conséquence. De nombreuse année à chercher les amants pour que tout cela ne s'achève ainsi? Tant d'année à se demander la raison de ces actes. il y avait bien le rapport des différents interrogatoires effectué. En tant que chef de la police et membre de l'ANBU, il y avait à une partie d'entre eux. Pourtant, il avait besoin d'entendre la réponse à ces question de vivent voix. Keisan était partit en mission et lui avait transmis, de façon temporaire normalement, le titre de chef des Kitto. De nouvelle responsabilité ou la "question Kazami" revenait assez souvent finalement. Il devait représenter son clan, la décision de ce dernier. Pourtant, lui-même n'avait pas totalement trancher la question. Il espérait trouver la réponse lors de cette entretien.

Une fois qu'elle eu regagner sa cellule. Les membre de l'ANBU partirent, du moin, en apparence. Il était restait en position pour surveiller que tout ce passe bien. Même s'il n'y avait aucun risque.

« Kazami... »

Placé devant la cellule, de façon à pouvoir la fixer, la fatigue suite à la dépense de chakra était clairement visible. La traitresse devait également subir toute la fatigue de l'opération. Il eu un soupire, les mots venait difficilement. Il ne savait toujours pas ce qu'il ressentait face à l'une des principale responsable de la tentative de génocide des Chikara, d'une ancienne camarade de Konoha, d'une ancienne amie...

« J'aimerais discuter avec toi. »

Publié le 13/10/2020 à 11h19

Eisenin Maudit

Kazami regagnait sa cellule entourée de ses gardes habituels, et de Kotaro. Il avait demandé de pouvoir la raccompagner et cela générait une petite anxiété chez notre Eisenin. Non pas qu'elle avait peur de lui -bien qu'il s'agissait d'un ninja hors pair- mais elle craignait ses questions. Elle savait que comme pour beaucoup de ses amis, elle l'avait déçu. C'était probablement la partie la plus difficile de sa rédemption. Affronter le regard de ses amis. Et malheureusement, Kazami s'en était fait beaucoup à Konoha. Que ce soit en tant qu'enfant, mais aussi plus tard. Elle les avait soigné, entrainés ..
Lorsqu'ils arrivèrent à sa cellule, Kotaro brisa enfin le silence. Il souhaitait lui parler, comme elle s'y attendait. Elle entra donc dans sa cellule et l'invita à la rejoindre d'un accueil du bras.

« Bien entendu, Kotaro-kun. Entre dans mon humble demeure ... »


Un peu d'humour ne faisait jamais de mal. Elle lui laissa le lit et la chaise et s'assit par terre contre le mur à son endroit favoris. Elle soupira, elle était bien vidée de son chakra. Kotaro devait l'être également.

« Merci pour ton aide pour Seito ... »


Elle avait envie de briser la glace, qu'il lui crie dessus, qu'il l'insulte ... Mais il reste calme. C'était Kotaro.

« Kotaro-kun .. je .. je pense que tu as beaucoup de questions. Soit libre de me les poser, j'essaierai d'y répondre. Mais .. je voulais te dire ... je suis désolée. Toi et les autres ... je vous ai abandonné. Je m'en suis voulue pour ça dès l'instant où j'ai quitté Konoha. Je ne sais pas si on pourra redevenir amis ... Mais j'essaierai par tous les moyens ! »


Sa gorge se serra et elle ne pu rien dire d'autre sans faire une pause. Elle baissa les yeux, fixant le sol moite de sa cellule. Un an qu'elle était là, et finalement qui l'avait déjà pardonnée ? Personne. Peu de gens venaient la voir, et encore moins lui parler. Les deux seuls amis qu'elle avait aujourd'hui étaient deux jeunes genin.

Publié le 13/10/2020 à 13h33


Kazumi l'invita donc à rentrer dans sa "luxueuse" demeure. la petite blague fît très légèrement sourire le Kitto. De toute façon, elle n'avait pas vraiment la liberté de refuser. Elle n'avait d'ailleurs plus aucune liberté. C'était un fait indéniable. la sécurité était particulièrement élever pour elle. L'illusionniste décida de s'assoir sur la chaise. Il observa rapidement la cellule avant de reporter son attention sur Kazami qui c'était assis par terre. Le manque de chakra était une situation peu agréable pour tout utilisateur. Il se traduisait généralement par une importante fatigue aussi bien physique que psychique. Tous avait mérité de se reposé. mais cela attendrait la fin de cette rencontre.

« Je n'ai fait que mon devoir... »

La réponse était partit seul. C'était par devoir et par choix qu'il avait contribué à soigne l'adolescent Uzumaki, fils de la dame de fer. Quel raison avait poussé Kazami à contribué à cela? Pure altruisme? Où était-ce une façon pour elle de se racheté auprés du village qu'elle avait trahis. Pour le Kitto, Konoha était une grande famille. il n'y avait pas de différence entre un Chikara, un Kitto ou un Uzumaki. Seulement des individu unis sous des valeurs communes. C'était ainsi que fonctionner le clan Kitto et Kotaro avait toujours eu du mal à comprendre la haine qui rongeait les deux autre clan fondateur de Konoha. Le silence s'installer lentement et l'eisenin brisa la glace.

Le brun, généralement surnommé le "Kitto blasé" car il n'exprimait que peu d'émotion, serra les point au dernière parole de Kazami. Elle était désolé. Le pardon était une valeur centrale de son clan et, pourtant, il sentit la rage montait en lui. De simple excuse ne pouvait pas racheté tout ce qui avait été commis. Toute la souffrance engendré. il repensa à la stèle des trahi, à ces tombes ou il passait régulièrement. Le Kitto n'était que peu impliquer dans la politique de Konoha à cette époque. Il était un shinobi assez discret et effacé; Ce qui n'avait finalement que très peu changer bien qu'il avait pris du galon. Chef de la police de Konoha, il c'était vu récemment confié la responsabilité d'être le "chef" de son propre clan en remplacement de Kitai. Un lourd fardeaux qu'il ne savait pas gérer finalement. La rousse ne l'observait plus. Choisissant de fuir le regard d'un ancien camarade. Redevenir amis? Il soupira à son tour, relachant une pare de la rage qu'il avait sentit monter en lui.

S'il lui restait assez de chakra, il aurait certainement user de ce dernier afin de montrer ce que Kazami avait provoquer au village. Mais de tel illusion était extrêmement gourmande en énergie spirituelle. Ce forcé ainsi maintenant n'avait aucun sens.

« Redevenir amis... »

Il repensa à ces année à l'académie. Il était quasiment de la même génération que Kazami, bien qu'un peu plus jeune que cette dernière. Comme Seijuro, Ike, Shinji ou encore Qazea, ils avaient suivit la formation académique afin de devenir des Shinobi et Kunoichi au service de la paix de Konoha. Pourtant, malgré des base communes, il avait tous suivit des chemin différent. Certain avait gagné en renommé comme le défunt Qazea, Seijuro ou encore Shinji. Kazami était probablement celle qui avait fini par prendre le chemin le plus sombre. Pour sa part, il considérer avoir stagné. De ne pas avoir avancer et pourtant, le voila ici présent afin de jouer un rôle qu'il n'aurais pas imaginé un jour. Il sortit de sa poche un dessin qu'il avait soigneusement plié et le lança au pieds de Kazami.

« Tu te souviens de ce jour? On ne c'était même pas reconnus... »

L'amante de Gekido pourrait reconnaitre le portait que le Kitto avait fait d'elle, à son retour de Konoha. Son habitude à dessiner toute nouvelle rencontre avait diminué. Il dessiner beaucoups plus souvent de mémoire maintenant. Ce jour là, les deux shinobi c'était parler comme deux inconnues.

« Dis moi Kazami... Pourquoi à tu choisis de devenir une Kunoichi? »

Une question étonnante. Il y avait un point que le Kitto souhaitait comprendre et il y viendrais petit à petit.

Publié le 13/10/2020 à 14h29

Eisenin Maudit

Kotaro accepta sa généreuse proposition et vint s'assoir sur la chaise. Il n'avait jamais été très loquace et Kazami se doutait bien qu'il n'allait pas d'un coup lui tirer un long monologue, et encore moins lui crier dessus. Il avait sa propre façon de s'exprimer, et avec le temps, la rouquine avait appris à le comprendre. Depuis l'académie ils avaient évolués ensemble. Ils avaient affrontés de nombreuses épreuves, et jamais leur amitié n'avait faillit. Pourtant ...

Kotaro lui balança un bout de papier. Un geste qui représentait une énorme violence pour lui. Kazami le pris dans ses mains et immédiatement elle se figea. C'était un dessin, un portrait d'elle. Elle se souvenait de ce moment comme si c'était hier. Kotaro était revenu au village, elle ne l'avait même pas reconnu .. Il lui avait dessiné cela. Cela lui fit l'effet d'un étau qui se refermait sur son coeur. Comment en étaient-ils arrivés là ?

« Bien sûr que je me souviens ... tu as toujours été très doué pour le dessin ..., murmura-t-elle. »


Le junin s'exprimait rarement par des mots. Les dessins étaient un de ses moyen de communication. Et celui-ci était magnifique. Kazami n'avait pas les mots.

« Dis moi Kazami... Pourquoi à tu choisis de devenir une Kunoichi? »


L'Eisenin releva la tête, quittant enfin le dessin des yeux. Elle croisa les yeux de son ami, écarquillant les siens. C'était une question piège ?

« Tu sais très bien que je n'ai pas eu le choix, Kotaro. »


Le village avait bien changé depuis quelques années. Kotaro avait peut-être oublié comment cela se passait avant.

« Mon père m'a entrainée dès mon plus jeune âge sans que j'ai le choix pour renforcer les rangs du clan. Si j'avais eu le choix ... je pense j'aurais préférer fonder une famille. »


Le clan Uzumaki était plus dur qu'il n'y paraissait. Les jeunes enfants étaient tous destinés à devenir ninja. Seuls ceux qui n'étaient pas assez fort faisaient autre chose. Avec Shimazu, elle avait subit l'entrainement intensif des Génies.

« La seule chose que j'ai choisie .. C'est de devenir ninja médecin. Ca n'avait pas beaucoup plût à mon père ... Pour moi, c'était ce qui avait le plus de sens... Je n'ai jamais été une grande bagarreuse .. »


Elle rigola doucement. Son père était du genre autoritaire, il n'avait jamais vraiment pris en compte l'avis de sa fille. Avant que Kazami devienne junin, c'était une personne très timide, plutôt réservée. Ce n'était que la dureté des épreuves qui l'avait changée. Finalement, avait-elle seulement choisit quelque chose dans sa vie ?

« Pourquoi cette question ? »

Publié le 14/10/2020 à 01h07


L'illusionniste ne s'attendez pas à ce que l'Uzumaki comprenne la raison de cette question. Les deux ce connaissait depuis longtemps. Le Kitto connaissait beaucoups du monde, bien qu'il ne soit pas le plus expressif. un homme de l'ombre, observateur.

« Pas le choix... »

Ne pas avoir le choix. Était t'on libre de faire des choix? Après tout, personne ne choisissait de venir au monde. on était projeter dans la vie sans demander notre a vie. Notre enfance était ensuite principalement dicté par nos parent. Le père de Shimazu et kazami semblait l'avoir pousser sur la voie du shinobi. Une histoire pourtant banale à une époque ou les enfant possédant du chakra y était destiné. C'était commun au sein des grand clan du monde. Comme si leurs histoire était défini par l'usage du Chakra. Le Kitto lui même n'avait pas eu le luxe de choisis sa voix. Endoctriner par sa mère sur la voie du shinobi et du chakra afin de servir au mieux la prêtresse de Konoha. Pour devenir l'un de ces protecteur. Un protecteur de la paix. Pourtant, la réponse ne plaisant pas à Kotaro. Ce n'était pas çà qu'il voulais savoir.
Le développement de l'histoire était cependant un peu plus. Il leva d'ailleurs un sourcil pour le choix de "fonder une famille" et devenir médecin. De choix qui contrastait assez violement avec les choix que la jeune femme avait fait. Si devenir un ninja n'était pas son choix, elle restait libre de devenir le ninja qu'elle souhaitait.

« Je n'ai jamais aimer la violence. Pour moi, être shinobi était contre mes principe. Je ne comprenais pas pourquoi ma mére souhaitait tant que j'emprunte ce chemin. Défendre la paix, voila ce qu'elle souhaiter de moi. Défendre les valeurs de son clan, de sa famille. Ce sont des choix qui ne nous appartienne pas. Des valeur que l'on nous donne pour nous aidé à nous façonnez. »

Il ne répondais nullement à la question de Kazami. il avait siemens choisis de l'ignorer.

« Servir la prêtresse et propager sa parole. Deux idée qui on guider mon enfance. Pourtant, bien que je défend toujours ardement la paix et que repousse au maximum l'usage de la force. je suis toujours à Shinobi, c'est mon choix d'avoir continuer. C'est mon choix de conserver les valeurs que je considère comme importante. Bien que je prône toujours les idéaux de la prêtresse. Les choisis de les défendre à ma façon. »


« Tu dit que devenir Eiseinin avait le plus de sens pour toi? Pourquoi ce choix? Pourquoi à tu eu la force de t'opposé à ton père pour suivre cette voie? »

Il n'avait pas détacher son regard de la rousse. Chose plutôt rare pour ce dernier qui était souvent perdu dans ces pensée. Ou à vagabonder du regard enquête d'inspiration.

« Je ne suis venue que dans un seul but. je veux comprendre. je veux comprendre comment tu est devenue la femme qui se tien devant moi. »

Il ne rajouta rien. pas la traitresse, pas l'amante de Gekido, pas le sensei de Kimino. il souhaitait simplement comprendre comme Kazami c'était retrouver sur ici finalement. Que l'on s'en rende compte ou pas finalement, on finissait toujours par faire un choix.

Publié le 16/10/2020 à 21h39

Eisenin Maudit

La prêtresse ... Kazami l'aimait beaucoup à sa jeune époque. Jusqu'à ce que les rumeurs circulent ... Elle fut déçue de voir que cette femme était loin de la perfection comme elle le croyait. Sentie trompée, Kazami n'avait plus jamais parlé d'elle.

« M'opposer à mon père ? Non ... Je n'aurais jamais fait cela. J'ai ... demandé gentiment ! Aha ! C'était la première fois que je lui demandais une faveur ... Il n'était pas très content, mais il a accepté. Et puis bon, il est mort avant que j'ai pu lui montrer à quel point j'étais devenue une bonne Eisenin. »


Il voulait la comprendre... Tous ceux qui la connaissaient un peu avait se souhait. Kazami voulait satisfaire leur curiosité, mais malheureusement, souvent ils n'avaient pas besoin d'explication, mais simplement d'ouvrir les yeux sur la vérité qu'ils connaissaient déjà.

« Tu me connais depuis toujours, Kotaro-kun. Je suis toujours la même ... Je n'ai pas changé. J'ai juste .. cru faire ce qui était bon pour mon village. Je sais maintenant que j'avais tord ... Tu aimerais que je te dise que j'étais sous l'emprise d'un genjutsu, que Gekido m'a forcé ... Je ne te mentirais pas Kotaro. Jamais. J'ai fais tout cela de mon plein gré, je suis désolée ... »


Elle savait qu'elle le décevait beaucoup. A l'époque, c'était Kotaro qui défendait la petite Kazami timide et à présent, il la voyait en tant que massacreuse. Une évolution qu'il n'arrivait probablement pas à expliquer.

« Je sais que ça te paraît absurde ... Mais on a jamais réglé des guerres par des prières Kotaro. Et ta prêtresse n'a rien fait pour empêcher cette guerre. Elle a accusé tout le monde sans vouloir s'en mêler ! La paix qu'elle réclame n'est que factice ! »


Kazami se sentait s'emporter. Le sujet de la prêtresse lui remontait un sentiment de trahison.

« Vous les Kitto, avaient enquêté sur elle .. Tu sais qu'elle n'est pas aussi pure qu'il n'y paraît ! Ses paroles sont bien belles mais quand il aurait fallut apaiser les tensions entre les clans, elle n'était plus là ! Elle nous a laissé avec un démon à la tête du village. Je ne savais plus quoi faire, qui suivre ... J'ai décidé de croire en Gekido, et maintenant j'en paie le prix. »


Elle se tut. Elle regretta immédiatement ses paroles. Parler de la prêtresse ainsi allait probablement énerver le Kitto, si c'était possible de mettre en colère une telle personne ...

Publié le 17/10/2020 à 15h22


« Quoi que tu en dise, tu à choisis d'aller contre sa volonté. De suivre une voie qui t'était propre. »

Si Kazami ne voyait pas cela comme une opposition. Il n'en restait pas moin que c'était le cas. Elle avait choisis d'aller contre les valeurs de son père. Elle avait fait son propre choix en son âme est conscience. Le fait qu'elle ne le reconnaisse pas ainsi en disait long au Kitto. Il y avait une peur. En son sein, la femme qu'il observait actuellement souffrait de regret. Son père avait quitté notre monde avant qu'elle n'est pu lui montrer les résultat de son choix. C'était sans doute pour ça qu'elle ne voyais pas les chose sous le même angle que l'illusionniste.

Ce qu'il aimerait entendre? Ce qu'il souhaitait aujourd'hui n'avait rien à voir avec sa demande. il souhaiter comprendre quelque chose de plus fondamentale. De plus essentielle. Comment Kazami avait t'elle choisis de lutter pour ce qu'elle pensait être juste. Car bien que son choix avait entrainé du malheurs à grande échelle. Il n'en restait un choix personnelle qui suivait ces propres convictions. Du moins, était-ce réellement les sienne?

« Je ne suis pas venu te juger. Simplement comprendre. Je n'attend rien d'autre que les fait. »

D'une voix calme, il ne laissait transparaître aucun doute, aucun jugement. Finalement, il ne souhaitait être qu'un observateur d'un actes passé. Aussi horrible fût t'il.

Régler des guère par des prière, cette idée fît sourire le chef de la police. Un sourire assez rare sur son visage. Sa jeunesse lui revenait en mémoire, lorsque sa mère lui inculquait de tel valeur. oui, il fût un temps ou le Kitto se serait opposé avec véhémence à un tel discours. Mais ce temps n'était plus, il avait grandi. Il voyais le monde sous un œil nouveau.

« Il fût un temps, je t'aurais dit que c'était possible. Je n'était encore finalement qu'un enfant niais. le monde n'est pas noir ou blanc. On pourrais le voir comme un savant mélange de différente teinte de gris. personnellement, j'y vois simplement des couleurs. Des couleurs tellement vives qu'elle se mélange violement. Non, la prière n'amènera jamais la paix, mais la violence non plus. »


Jetant un regard au plafond de la cellule, il était satisfait d'avoir fait réagir Kazami. elle semblait s'être emportait. Comme la couleurs de ces cheveux, c'était signe de spontanéité dans ces propos. Des mots qui était sortit sans filtre, sans attente sur la réaction de son interlocuteur. C'était ça qu'il essayait d'obtenir.

« La prêtresse avait tord. Non pas sur l'objectif. nous souhaitons tous la paix. C'est seulement la façon de faire qui n'était toujour pas la bonne. Pour moi, nous somme tous coupable de ce crimes. Ce qui l'ont orchestré tout comme ce qui on observé sans agir. Sous les enseignements de cette femme, les Kitto se sont enlisé dans la passivité. Souhaitant la paix, les Kitto on oubliait qu'il fallait agir pour l'obtenir. Les mots on un plus grand pouvoir qu'il n'y parait. je pense même bien plus grand que les armes. ils on le pouvoir du changement. »


« La prêtresse nous a abandonné? Peut-être, mais d'un autre point de vue. Ce n'est pas certains qui l'ont abandonné rejetant les principes qu'elle prêchait encore et encore? Tout cela n'est qu'une question de point de vue. C'est donc ton point de vue sur tout ça à ce moment précis que je chercher. oublie les conséquence, oublie la suite du chemin. »

Aucun énervement, ils emblait même prendre du plaisir à cette échange. parlais avec elle, c'était finalement comme discutait avec lui même d'un sujet qui semblait tabou. Il ne pouvait s'empêcher de repensez au nombreux mort, à la tristesse et au malheurs qui accompagnait cela. Avoir l'un des instigatrice et ami en face de lui avait chamboulé son ressentit. A tel point finalement qu'il pouvait en faire abstraction sur le moments. Lui permettant d'avoir un avis étonnamment lucide sur la question.

« Perdu sur les chemin, tu t'es donc raccrocher à Gekido. De croire en sa volonté. Ce qui amène à ma prochaine question. Qui est Gekido Uzumaki. Que représentait t'il à tes yeux à ce moment là. »

Il était encore trot tôt pour le dire, mais il commençait à mieu cernait cette ancienne amie. Cette entrevue n'était illuminé que sous le signe de la compréhension de fait.

Publié le 18/10/2020 à 10h46

Eisenin Maudit

Kazami resta bouche bée devant les paroles de Kotaro.

« Tu as ... muri. »


Elle rigola doucement. Kotaro avait presque les paroles d'un politicien. Jamais son ami lui avait fait de telles tirades, et jamais elle ne l'avait entendu réfléchir à ce point au sens même de son clan. Elle était agréablement impressionnée, même si elle ne partageait pas totalement son avis.

« Si les enfants que nous étions nous voyaient aujourd'hui ... »


Elle sourit. Elle, devenue une criminelle et Eisenin célèbre, Kotaro devenu le chef de la police et grand philosophe ...
La question de ses sentiments envers Gekido effaça rapidement son sourire. Elle regarda le sol et lança froidement :

« Tu crois que je ne sais pas ce qu'il se dit ? Les amants maudits ... Quel bien triste nom... Si tu crois que j'ai trahis Konoha par amour tu te trompe. J'étais pleinement consciente de ce que je faisais. Je n'étais pas aveuglé par un quelconque amour. Cesse d'essayer de me trouver des excuses pour que je paraisse plus douce à tes yeux. »


Elle plongea son regard dans le sien. Elle était sincère jusqu'au bout des doigts avec lui. Il le méritait.

« Est ce que je suis amoureuse de Gekido ? Oui. Je le suis toujours. Mais l'amour n'a rien à voir là dedans. L'amour m'a fait fuir Konoha, c'est vrai, mais pas l'attaquer. Lorsque j'ai compris la folie de mon Hokage je l'ai stoppé. L'amour que j'ai pour lui m'a fait le faire fuir avec moi pour tenter de le sauver. Je suis médecin Kotaro ... Je devais le sauver. »


Elle baissa à nouveau les yeux.

« Tu connais Gekido ... il n'a jamais été violent. C'est cette chose.. .ce démon, ce chakra ... Ca lui fait tourner la tête ! Je pensais .. je pensais qu'avec mes capacités .. je pourrais le sauver ! Nous sommes partit à la recherche d'artefacts perdus pour tenter d'apaiser ce démon .. Mais je n'ai jamais réussis. J'ai échoué. Maintenant ... je ne sais pas s'il reste encore de lui à l'intérieur. J'ai plus l'impression de parler à ce démon que de parler à l'homme que j'aimais. Je pense .. je pense que son âme a été détruite ! »


Elle leva sa tête vers son ami, dévoilant ses larmes qui coulaient à flot sans bruit. Repenser à cet échec, à cette mort spirituelle, lui brisait le coeur.

« A quoi ça sert hein ... à quoi ça sert d'avoir défié mon père, d'avoir choisis la voie des Eisenin ... d'être célèbre dans tout le Yuukan ... D'être une Génie du Clan Uzumaki ... si je ne peux pas sauver la personne que j'aime ? Hein ?! A quoi ça sert ?! »


Elle avait presque crié la dernière phrase. La technique l'avait épuisée, elle était enfermée depuis des mois .. Rien ne l'aidait à se maîtriser.

Publié le 19/10/2020 à 03h20


« Il serait surpris à n'en pas doutait. »

D'une bonne ou d'une mauvaise façon? Personne ne pouvait savoir comment leurs alter-égo d'un autre âge réagirais au à ce qu'il était devenue aujourd'hui. Serait-il déçus? Fiére? Dans le cas de l'illusionniste, il y aurait certainement une certaine peur. il n'était pas des plus courageux enfant, bien qu'il arrivait à "jouait les protecteurs" sans réellement le vouloir. Des valeurs qui lui avait été ancré dans l'esprit dés son plus jeune âge. Tout comme l'idée d'être un défenseur de la paix. Finalement, il n'avait pas tant changer que ça. il avait simplement d'agir d'une manière différente que par une observation presque passive de la situation. Il ne voulait plus attendre qu'un point de rupture soit atteint pour agir. La prêtresse avait agit ainsi, et Gekido avait mis à mal la paix de Konoha.

Si ce début faisait pensez à de simple retrouvaille d'ancien amis, un sentiment de nostalgie qu'il partaga quelque instant avec la femme qu'il observait. Ils revinrent bien vite à la raison de sa venue. Comprendre les choix de Kazami Uzumaki. Comprendre comme une femme qu'il respectait avait ainsi tourné. mais la question principal n'était pas pour elle. La véritable question était. "Que pense tu de Kazami, Kotaro?". L'illusionniste n'avait toujours pas trouver de réponse satisfaisante. il ressentait de la colère vis à vis des choix qu'elle avait fait, mais une part de lui souhaiter avant tout comprendre avant de juger.

Des excuses? Le Kitto cherchait t'il vraiment des excuse à Kazami? Au fond, il n'en savait rien lui-même. Il avait certainement envie d'en trouver. C'était normale pour une ancienne camarade. mais son devoir en tant que shinobi, en tant qu'habitant de Konoha passait avant les sentiment qu'il pouvait éprouver.

Les amants maudits, un triste surnom qui correspondait pourtant parfaitement au duo que représenter Gekido et kazami. Tout deux étant des membre émérite de leurs clan. leurs destin semblait les mener sur une voix bien sombre. Les ténèbres semblait d'ailleurs désireuse d'emporter Gekido toujours plus profondément dans une folie sans nom. lui qui fût Hokage, lui dont son rôle était de protéger Konoha. Comptait à présent venir marcher sur le village. Nul doute qu'il ne viendrait pas se rendre docilement.
Le chef de la police avait quelque information sur Gekido. Cette histoire de démon, d'une créature faite de chakra que les Uzumaki pouvait sceller dans un corps. C'était un étrange concept. Son père, qui avait quitté Konoha dans le but d'étudié le monde, lui avait raconter quelques bribes d'information sur ce sujet. Mais rien de bien utile finalement. De tel créature ressemblait plus à des légendes et, pourtant, Kazami semblait croire en cette chose. Il avait du mal à croire qu'une tel chose existe, et encore plus à remettre les agissement de Gekido sur la faute d'une entité irréaliste.

Le Kitto s'apprêtait à rappeler sa question à Kazami. Elle n'avait pas choisis de suivre immédiatement Gekido par amour. Ce n'était probablement pas l'amour qui l'avait pousser à participer au projet de génocide de Chikara. Il allait parler lorsqu'il se figea. Il n'était malheureusement pas insensible à la vision de son anciennes amie en larmes. La question attendrait.

« Kazami... »

il soupira, il n'y avait aucune vrai réponse à lui donner. Lui dire qu'elle avait commis des erreur était stupide. Le passé ne peut-être défait. L'être humain n'est qu'une faible créature. Bien que le chakra soit une force surprenante, elle ne pouvait pas grand chose. Un homme restait un homme, un shinobi restait un shinobi.

« As-tu hésiter lorsque tu a choisis de devenir Eisenin contre l'avis de ton père? Lorsque tu a choisis de fuir pour sauvez Gekido? Tu pense peut-être que oui... Mais je pense que non. Je pense que tu était certaine de tes choix. Comme lorsque tu a décider de te rendre... »

Même si c'était indirectement finalement, le Kitto avait eu la réponse à sa question. C'était l'amour qui l'avait poussait à suivre gekido. Un sentiment qui ne justifiait absolument pas les actes choisis et commis par les amant maudit. pourtant, n'y avait t'il que du noir et du blanc dans ce choix?

« Tu souhaite le sauvé? Tu peux peut-être encore... Tu sais ce que je veux dire? »




Publié le 22/10/2020 à 15h14

Eisenin Maudit

Kotaro ne semblait pas insensible aux larmes de la belle rouquine. Lorsqu'elle vit son corps se raidir, elle sécha ses larmes et se ressaisi. Kotaro n'était pas trop du genre émotionnel, elle l'avait probablement mis mal à l'aise. Il lui demanda alors si elle avait hésité. Kazami ne savait pas trop ... Finalement, ces décisions avaient été prises sur le moment.

« Je ne sais pas... j'ai tellement essayé ... Et s'il était simplement comme cela maintenant ? Peut-être qu'on ne peut plus le changer. Il faut que je l'accepte. »


Elle marqua une pause, frottant ses yeux du dos d'une main.

« Au fond de moi ... Gekido est mort, je le sais. J'ai juste ... besoin de temps. »


Elle reporta à nouveau son regard sur lui.

« Je sais ce que tu te demandes... Qu'est ce que je vais faire, le jour où il sera aux portes de Konoha, hein ? Prêt à détruire le village ... Je le tuerai bien entendu. »


Kazami lui montra son poing en promesse.

« Seule je ne suis pas de taille, mais si Shimazu est à mes côtés ... Ensemble, nous le vaincrons. Gekido me connaît bien, j'aurais du mal à le surprendre. Mais mon frère me connaît encore mieux. A deux, il ne pourra prédire nos mouvements. »


Elle hocha la tête, sûre de sa stratégie. Puis rapidement, son poing tomba et son visage se refermera.

« Mais ... il y a une chose qui m'empêcherait de faire cela. Une chose ... C'est ... c'est un secret absolu. Mon plus grand secret. Serais-tu capable de le garder, Kotaro-kun ? Seul le Hokage et quelques ninja de confiance sont au courant. »


Elle le fixa, cherchant toute hésitation. Elle placerait facilement sa vie dans les mains de Kotaro, mais là, ce n'était pas de sa vie dont il s'agissait.

Publié le 27/10/2020 à 23h57