Un vrai Hattori


C'était une journée d'été paisible et ensoleillée dans le quartier des Hattori. Quelques enfants jouaient dans les rues et parcs qui bordent les belles demeures des membres du clan sous l'œil bienveillant de leur aînés qui se détendaient un peu au soleil en ces temps calmes. Tout le monde semblait heureux, la météo des plus clémente réchauffait les cœurs et les éclats de rire des plus jeunes résonnaient à travers les petites rues et montaient jusqu'au fenêtre ouvertes des imposantes maisons.

En s'éloignant des rues les plus agitées et en passant par les petites ruelles menant aux espaces plus déserts et calmes aux abords du quartier, les cris des enfants laissaient peu à peu place à un bruit sec et régulier...

Tac .... Tac .... Tac

Plus on s'approchait de l'origine de ce bruit, plus le bruit des quartiers agités et heureux s'évanouissait pour devenir un discret murmure en fond ponctué par quelques rires légèrement plus bruyants. Et finalement au détour d'une petite rue, dans un petit terrain désert et poussiéreux on pouvait apercevoir la silhouette d'un enfant faisant face à une petite buche de bois.

Tac .... Tac .... Tac

Il lançait en machinalement, sans convictions, ses trois kunais sur la buche qui se trouvait à une distance ridicule d'environ 1m50. Puis il allait lentement récupérer les outils ninja afin de réitérer "l'exercice". Reniflant et sanglotant discrètement, les larmes qui remplissaient ses yeux et qui coulaient sur son visage lui firent rater un lancer et le kunai ricocha sur la buche pour glisser sur le sol poussiéreux et mourir quelques mètres plus loin. Les sanglots du garçon s'intensifièrent alors et il s'approcha de la buche pour y mettre un violent coup de pied de rage et la faire basculer. Il cria de sa voix tremblotante et emplie de désespoir.

« T'y arriveras jamais ! T'es qu'un faible !! »


Se laissant tomber misérablement sur les fesses, il ramena ses jambes à lui pour enfouir son visage entre ses genoux et pleurer de plus belle. Les cris étouffé des autres enfants qui s'amusaient doublés de sa médiocrité lui déchirait le cœur.

Il ne serait jamais un Shinobi, il ne serait jamais un vrai Hattori.

Publié le 12/11/2020 à 20h47

| Ombre Prodige |

Une journée comme les autres avait commencé pour toi. Hattori Yuhei, fils d'Hattori Buichi, main de l'empereur ou plutôt... ex main de l'empereur. Ta vie avait quelque peu changé depuis que ton père avait décidé de déserter le village de Kumo comme un lâche, vous laissant ta mère, ta sœur et toi-même affronter les insultes et le jugement populaire. Tu l'avais mal vécu évidemment, passant de fils héritier incapable a fils incapable héritier du déshonneur de son paternel. Un titre que certain Hattori te donnaient, mais cela ne semblait plus t'atteindre. Le Raikage avait su soutenir ta famille publiquement dans son choix de ne pas vous exécuter et au contraire de vous permettre de rester vivre auprès de lui. Tel était ta vie à présent. Celle du fils d'un traître, mais pourtant non déchus de tes droits, mais aussi de tes devoirs.

Tu marchais, Katana dans le dos dans les rues des quartiers Hattori, regardant les enfants jouer tandis que toi, tu devais te rendre à une énième obligation que ton rang t'infligeait. Tu marchais sans réfléchir, le soleil t'éblouissant presque tandis que Nobuhisa passait à tes côtés, embrassant ta joue avant de partir en courant pour ses cours de bonne conduite, tu soupirais, souriant malgré toi à l'attitude enfant de ton frère Miwaku. Tout le monde semblait rire et s'amuser, mais au fur et à mesure que tu descendais dans le quartier et que les bruits de liesse se faisaient de plus en plus discret, tu constatais que Kumo n'était pas aussi festive. Rapidement, un bruit de sanglotement vint remplacer les rires. Curieux, tu te dirigeais vers la source de ce bruit pour constater qu'un enfant lancer des Kunai sur une bûche, celle-ci abusivement proche du lanceur qui malgré tout, parvenait a rater ses lancers. C'était un bien triste spectacle qui se dérouler devant toi, mais une pièce que tu ne connaissais que trop bien. Nobuhisa plus jeune avait lui aussi ce genre d'attitude lorsqu'il n'arrivait pas un exercice et qu'Hanabi l'humiliait jusqu'à ce qu'il se mette à pleurer toutes les larmes de son corps. Tu avais rendez vous, mais...

« Petit, Quand tu lances tes kunais utilise un peu plus ton épaule. »


Tu sautais sur la barrière du terrain, en position de squat, en équilibre sur celle-ci de façon parfaitement nonchalante. Il n'y avait rien de sorcier a lancer des Kunai à vrai dire, mais pour bien y arriver, il lui fallait la bonne posture. Les lancer avec les mains et le poignet, c'était quelque chose, mais il lui manqué la cinétique pour lui donner de la force. C'était un enfant, il n'avait clairement pas l'expertise pour lancer quoi que ce soit dans une bûche sans y mettre un petit peu d'effort et de technique. Tu attrapais un de tes propres Kunai, le lançant avec un mouvement d'épaule relâcher pour lui montrer ce que tu voulais dire. Évidemment, tu étais un shinobi, plus vieux, plus fort, et c'était donc forcement plus facile pour toi.

« N'hésite pas à utiliser tes hanches pour t'aider si ce n'est pas suffisant, il n'y a pas de honte à apprendre. »


Tu sautais de la barrière alors, pénétrant le terrain d'entraînement du jeune garçon. Il était assis au sol et n'appliquerait pas tes conseils de suite évidemment, mais il avait était énoncer. Tu t'inquiétais plus, étonnement, de la confiance en soi et de l'estime que cette enfant pouvait bien avoir de lui-même. C'était une chose que tu avais toi-même connu. Te sentir faible, inutile, une honte pour ta famille, ayant un père plus qu'exigeant avec toi. Il avait formé le prodige de Kumo après tout, tu ne pouvais pas le blâmer d'avoir des attentes au dela de toutes mesures pour toi.

« Tu n'es pas un faible. Tu débutes. Tien prend ça, ça pourra peut-être t'aider d'avoir de véritable kunai de bonne facture. Ils sont plus équilibrés que ce que les aspirant possèdent. Si tu veux, on peut s'entraîner ensemble. »


Tu tendais un Kunai au garçon, espérant alors lui donner le soutiens nécessaire. Tu n'étais pas la personne la plus expressive ni la plus loquace. Ton ton était d'un neutre inquiétant, ton regarde inexpressif et le tout entouré d'une aura légèrement inquiétante, mais tu n'étais pas un mauvais garçon, juste une personne... Légèrement... Étrange.

Publié le 12/11/2020 à 21h26


Le petit Takai serait bien resté là à pleurer toutes les larmes de son corps pour l'éternité, c'était préférable pour lui que de rentrer et d'affronter le jugement de ses parents qui semblaient un peu plus chaque jour désespérés par la médiocrité de leur progéniture. Cependant une voix résonna dans ce qui lui servait de terrain d'entraînement. L'enfant leva son regard dégoulinant vers celui qui venait de parler, et qui se tenait en équilibre sur la barrière un peu plus loin. C'était un Shinobi ! Était-il là pour mettre fin à la misérable existence de l'avorton et débarrasser le clan de ce poids mort ? Non, c'était un conseil qui était sorti de sa bouche. Tout en tentant d'étouffer ses sanglots, le gamin avait simplement répété avec un regard sidéré.

« Mon... ép...épaule... ? »


Le petit eu un petit sursaut lorsque Yuhei lança soudainement son kunai avec une aisance et une précision remarquable. Le jeune Shinobi continuait a prodiguer ses conseils et Takai était toujours immobile, complètement paralysé par l'effet de surprise. Toujours assis dans la poussière, il se saisit du kunai de bonne qualité qui lui était tendu, le regardant avec interrogation. Venait-il vraiment lui proposer de s'entraîner avec lui ? Personne ne semblait vraiment s'intéresser à lui d'habitude, même les enfants de son âge ne le comprenaient pas et évitaient sa compagnie. Alors comment un véritable Shinobi pouvait-il lui faire une telle proposition ? Le kunai dans la main, il essuya les larmes de son visage d'un revers de la manche afin de pouvoir mieux distinguer le visage du garçon, c'était un autre Hattori. Ses sanglots s'étaient arrêtés, mais il semblait toujours aussi confus.

« S'entraîner....avec moi ? P...pourquoi ? »


La nature méfiante du gamin l'incitait à la prudence, était-ce une ruse pour lui faire un mauvais coup ? Son regard s'arrêta un moment sur le manche du katana qui était accroché dans son dos. Il avait l'air fort, si il lui apprenait à se battre il aurait peut être une chance de devenir un Shinobi, lui aussi.

Publié le 12/11/2020 à 22h01

| Ombre Prodige |

Il te posait une question des plus légitime pour sûr. Pourquoi vouloir l'aider en effet. Il te rappelait ton petit frère pleurnichard et bon a rien, mais lui dire avec autant de franchise ne remonterait certainement pas son ego. Mais d'un autre coté, tu étais un piètre menteur et cela ne te venais en générale pas non plus à l'idée. Car il était un Hattori et que par simple désire d'aider un membre de ton clan, tu te devais de l'aider. C'était un enfant et il fallait bien qu'un adulte est à un moment des responsabilités à prendre quant au fait de lui enseigner les arts shinobi. Il avait du chakra certainement, et lui donner une véritable formation était de ce fait évident. Mais peut être et surtout, car tu voyais un petit peu en lui aussi. La peur de ne pas correspondre a ce que l'on attendait de toi, la peur de décevoir, la peur de devenir totalement invisible aux yeux de ton paternel. Tu pouvais presque sentir une peur plus ou moins similaire chez cette enfant. Il avait besoin que quelqu'un lui donne sa chance simplement.

« Et bien vois-tu, tu ne deviendras jamais un membre productif de notre société si tu n'es pas capable de faire ceux pour quoi tu es née. C'est ce que je dirais si j'étais mon père. En ce qui me concerne, je préfère être sincère avec toi et te dire que tu me rappelles qu'a un moment nous avons tous besoin d'une main tendu. Aujourd'hui, je t'aide, demain, tu aideras à ton tour un autre Hattori. »


Tu voyais le regard du jeune garçon se porter sur ton katana. Si cela pouvait le motiver à prendre son entraînement plus au sérieux, pourquoi pas après tout. Tu te rappelais que quand tu avais son âge, tu aimais jouer avec les armes des adultes pour voir ce que cela pouvait produire comme effet. Tu ne les manier pas bien du tout évidemment, mais il fallait bien commencer quelque part et pour cela, il fallait tester les différents aspects du shinobi. On ne trouvait pas sa voie sans rien tenter de toute façon. Mais s'il voulait toucher à un véritable sabre, il faudrait qu'il apprenne à d'abord maîtriser les bases c'est a dire les kunais et les shurikens. À son âge, tu étais déjà un véritable ninja et tu avais certainement déjà tué ton premier ennemi si tu en jugeais par son apparence et tu avais un peu de peine tout de même. Tu lui avais donné un véritable kunai et il faudrait qu'il apprenne à s'en servir s'il espérait un jour devenir ninja.

« Si tu veux devenir un shinobi, il va falloir apprendre à utiliser les armes de bases. Tu es la relève du Clan Hattori, un jour, tu devras défendre le clan et son honneur. Tu es suffisamment important pour qu'un Hattori plus vieux tente de te venir en aide en tout cas. Mais si tu ne veux pas de mon aide, je comprendrai. »

Publié le 12/11/2020 à 23h02


Le Shinobi s'était montré diplomate à l'égard du gamin, il avait su trouver des mots adéquats pour faire naître un soupçon de motivation dans son cœur désespéré. Pourtant au fond de lui, Takai le savait. C'était sans doute par pitié qu'il lui faisait cette proposition. L'enfant avait honte d'avoir l'air aussi misérable en face d'un Shinobi de son clan, mais il avait l'habitude de ce sentiment, il avait honte tout le temps.

Devenir un membre productif de la société ? Que devenaient ceux qui étaient trop faible pour défendre l'empire ? Il y avait bien d'autres moyens de se rendre utile qu'en devenant un Shinobi, cependant il serait la risée de son clan s'il était forcé de choisir une autre voie. C'est vrai, il était né pour être un guerrier de Kumo. Allait-il se montrer digne et être capable d'aider les autres à son tour ?

« Mon père dit que les faibles n'ont pas leur place chez les Hattori. »


L'homme voulait lui apprendre le maniement des armes ninja, ce serait un bon début. Peut être qu'un jour il pourrait porter un katana lui aussi, et semer la terreur chez les ennemis de Kumo. Il s'imagina pendant quelques secondes, l'arme à la main en train de traverser le champs de bataille en tranchant tout sur son passage. Lorsqu'il sortit de son songe, la dernière phrase de Yuhei résonnait dans sa tête comme un écho.

« Mais si tu ne veux pas de mon aide, je comprendrai. »


Tout se bouscula dans la tête du môme. C'était sa dernière chance, il n'allait pas la laisser passer ! Si le Shinobi perdait patience et s'en allait c'était fini pour lui, et si jamais il s'apercevait que c'est un cas désespéré ? Qu'allait-il devenir ?

« Non, attends ! »


Takai bondit soudainement sur ses pieds, comme s'il était pris d'une nouvelle énergie, jusqu'à maintenant absente. Faisant maladroitement tourner le Kunai dans sa main et donnant deux coups horizontaux des plus approximatifs dans le vide.

« Apprends moi a devenir un Shinobi, je te promets que j'y arriverais ! »


La lumière était revenue dans les yeux couleur ambre du jeune garçon. Il avait fallu plusieurs années de brimades et de tourment pour lui faire perdre espoir, mais il avait suffit d'une simple main tendue pour faire renaître cet espoir en lui. Il deviendrait plus fort, il ne pleurnicherait plus !

Publié le 12/11/2020 à 23h44

| Ombre Prodige |

Tu vois l'enfant bondir sur ses jambes aussi vite qu'il semblait avoir abandonné son idée de s'entraîner. C'était une bonne chose, tu allais pouvoir prendre son apprentissage en main a présent qu'il semblait avoir repris du poil de la bête, tu souris légèrement en l'écoutant. Tu ne pensais pas à devenir Sensei pour cette enfant, pas officiellement du moins. L'idée même d'avoir des responsabilités envers l'apprentissage de quelques alors que le tien n'était toujours pas fini ? Très peu pour toi, mais tu pouvais toujours le guider. Tu avais bien eu besoin de ça à son âge. Tu te remémorais alors ta propre sensei, une Miwaku certes, mais une miwaku puissante et respecter dans ta maison. Elle t'avait tendu la main quand ton père l'avait balayé, elle t'avait donné la force et le courage de continuer malgré l'histoire de vos clans et elle serait certainement fier de savoir que tu fesais maintenant de même avec un jeune, en plus de ton jeune frère Nobuhisa.

« Très bien, commençons par les bases dans ce cas. Je suis Hattori Yuhei, Fils héritier de la main de l'empereur, Ninja expérimenté des forces de neutralisation de Kumo. Je ne serais pas tendre avec toi sache le. Et toi, comment t'appelle tu ? »


Il voulait que tu fasses de lui un Shinobi, il te promettait qu'il y arriverait. C'était adorable, mais tu n'étais pas un tendre, que cela soit avec toi-même, avec ton frère ou avec u enfant. Une fois shinobi, tu n'étais plus rien d'autre qu'un shinobi, les lois changer, mais aussi les regards que les gens te portait. Mais tu ne pouvais pas laisser un enfant de kumo ne pas assumer ses responsabilités. De toute façon, il possédait du chakra, c'était donc pour lui une obligation de devenir un militaire, c'était ça, ou la mort ici. Une chose que tu n'avais jamais réellement comprise jusqu'à tes propres première mission. Tu posais alors ta main sur la tête du garçon, ébouriffant ses cheveux toujours sans afficher la moindre expression. Grace à Nobuhisa tu avait gagné en expérience avec les enfants et c'était une chose qui semblait leur faire plaisir, un geste paternel.... Que tu n'avais toi-même jamais eu. Si Nobuhisa te voyait faire cela, il te ferait certainement toute une scène un peu dramatique, mais il n'était pas là.

« Si tu veux que je t'entraîne sérieusement, il va falloir me montrer ton niveau. Attaque moi aussi fort que tu peu, donne tout ce que tu as, utilise tout ce que tu connais, Affinité, Kenkai, Tai, Ken. Tout. Et s'il n'y a rien, donne-toi au maximum. »


Tu plantais ton Katana avec son fourreau dans le sol, bien droit. Il servirait de montre solaire pour la fin de ce petit exercice.

« Tu vois l'ombre de mon Katana ? Lorsque celle-ci touchera la bûche, ce sera fini et je pourrais commencer à véritablement t'entraîner. »

Publié le 13/11/2020 à 22h33


Figé dans une pose qu'il s'imaginait héroïque du haut de ses 10 ans, le kunai à la main et le bras tendu devant lui, il ressemblait juste a un petit garçon qui voulait jouer les grands. Il était maintenant plein d'espoir certes, mais il était loin de se douter de la route qu'il allait devoir parcourir pour devenir un Shinobi digne de ce nom. Il ouvrit des grands yeux ronds en apprenant l'identité du ninja en face de lui. Le fils de la main de l'empereur ? Rien que ça ? Takai avait déjà entendu parler de cet homme, on disait de lui que c'était le Shinobi le plus puissant de Kumo, après sa majesté l'empereur bien entendu !

Le petit garçon abandonna sa pose "héroïque" au profit d'une révérence formelle et énergique. Se présentant avec grande formalité, haussant la voix.

« Enchanté Yuhei-sama ! Je m'appelle Hattori Takai. »


Suite à ce geste, le garçon ébouriffa les cheveux de l'enfant avec une certaine désinvolture. Takai était surpris de ce geste d'affection et resta figé un moment avec de laisser apparaître un sourire discret. C'était devenu rare qu'on pose ce genre de geste sur lui, la plupart du temps il était au mieux ignoré, au pire brimé par ses semblables.

Soudainement Yuhei lui expliqua la condition pour débuter un entraînement sérieux. Le petit resta bouche bée, choqué et plutôt effrayé par ce qu'il venait d'entendre. Attaquer un Shinobi confirmé ? Qu'allait-il bien pouvoir faire ? il n'avait aucun entraînement en Taijutsu et sa maîtrise du kunai était des plus approximative, le ninjutsu n'en parlons pas. Mais il ne pouvait pas abandonner, il devait prouver à son ainé qu'il en avait dans le ventre et dans la tête. Tant pis s'il prenait des coups, c'était sa seule option pour pouvoir apprendre. Il regarda du coin de l'oeil l'ombre du katana qui se projetait sur le sol poussiéreux du terrain, formant un trait qui finirait par atteindre la buche lorsque le soleil tournerait. L'exercice avait commencé, il devait réfléchir et trouver un moyen d'impressionner le Shinobi.

En y réfléchissant il possédait bien quelque chose, en plus du Kunai qu'il avait déjà en main, quelque chose que la nature avait légué à son clan. Le petit effectua plusieurs bonds en arrière pour s'éloigner du Shinobi dans un premier temps, ramassant le kunai au sol de sa main libre pour étoffer son maigre arsenal. Pendant ce temps-là, il était en train de secréter un poison grâce au pouvoir de son clan, le venin du Hattori se mélangeait à sa salive. Cette dernière était maintenant une sorte de poison neurotoxique, non mortel, mais qui était capable de perturber fortement le métabolisme et les sens de quiconque serait affecté. D'un geste déterminé, l'enfant passa sa langue le long de ses deux kunais, l'un après l'autre en se coupant légèrement pendant l'opération avec le tranchant du kunai le mieux aiguisé. Un filet de sang descendit le long de sa lèvre inférieur, ça n'avait pas d'importance. Il savait maintenant que s'il parvenait à infliger la moindre blessure avec l'un de ces kunais empoisonnés, son adversaire serait désorienté et il aurait peut être une chance de lui porter d'autre coups.

Un Kunai dans chaque main, le garçon entama une course rapide. Empruntant une trajectoire courbe pour tenter de brouiller les pistes et tenter de rendre son attaque un peu plus imprévisible. Pendant sa course il plaça l'un des deux Kunai entre ses dents, puis arrivé au niveau de la buche, toujours dans sa course, il ramassa au passage un troisième Kunai qui était fiché dans l'écorce. Il envoya le premier Kunai en direction du Shinobi, accompagnant le geste avec son corps comme il lui avait conseillé puis il envoya le second Kunai juste après. Il espérait que Yuhei serait focalisé sur l'esquive du premier, qui n'était pas empoisonné, et qu'il serait au moins éraflé par le second qui lui injecterait son poison. Alors qu'il fonçait encore sur son aîné, il pris dans sa main le Kunai empoisonné qu'il avait gardé entre ses dents et se préparait à l'engager au corps à corps.

Publié le 14/11/2020 à 14h57

| Ombre Prodige |



Tu regardais le gamin faire. Il avait l'air déterminé à te vaincre et c'était déjà une bonne chose d'avoir de la détermination, mais malheureusement cela ne ferait pas tout. L'écart de niveau entre vous deux faisait que l'issue d'un combat était sur et certain, même pas il ne pourrait te toucher, mais le but n'était pas de savoir s'il pourrait le faire, mais plutôt de comment il comptait s'y prendre pour le faire. Il le savait lui-même sûrement que l'écart était énorme, mais cela ne l'avait pas empêcher de te foncer dessus avec une technique que tu jugeais plutôt intelligente. C'était un Hattori et il avait l'intelligence de placer son poison d'entrer de jeu en combat. Beaucoup des tiens sous-estimés leur pouvoir clanique, ne l'utilisant pas au profit du raiton ou du Futon, et pourtant le poison rester ce que vous maîtrisiez le mieux. Il avait parfaitement saisi comme s'en servir de toute évidence. Tu souriais te disant que le jeune garçon qui pleurait, il n'y avait pas 5 minutes avait bien disparu pour le voir arriver avec autant de convictions vers toi.

Tu évitais les kunais sans le moindre souci d'un genre d'esquive simple, ne détournant même pas les yeux de l'enfant qui te courait dessus un kunai à la main. Tu analysais sa vitesse, ses déplacements, sa posture, ses idées, bref tout ce que tu pouvais déduire de lui pour savoir son niveau et pour l'instant tu n'étais ni dépité ni impressionné. Il avait un niveau plus haut que ce qu'il pensait, mais pas aussi haut que tu pouvais avoir lorsque tu avais son âge. Cet enfant n'avait certainement eu personne pour l'entraîner régulièrement et c'était une certaine honte pour ton clan de faillir à ce point l'éducation de ses propres membres. Takai était son prénom et tu te décidais à prendre en partie son éducation entre tes mains. Tu n'étais pas le meilleur sensei, tu n'étais même pas encore un véritable adulte, et pourtant, il fallait bien que quelqu'un le fasse. Il arrivait à ton corps-à-corps et tu avais deux choix, riposter ou esquiver. Tu ne voulais pas le blesser en ripostant, car tu ne contrôlais pas forcément ta force, tu optais donc pour un saut en hauteur pour atterrir sur ton Katana encore planté dans le sol derrière lui.

« C'est pas mal Takai-kun. Tu es clairement meilleur que ce que tu sembles penser. »


Tu sautais de nouveau vers lui, apparaissant dans son dos pour le maîtriser et lui faire lâcher son kunai avant de le retourner pour te faire face. Tu ne voulais pas prendre le risque d'être blesser par un kunai empoisonné bien qu'a son âge son poison ne devait pas être très fort ni maîtriser. Tu voyais qu'il saigné , un filet le sang coulant au coin de ses lèvres. Tu passer ton pouce dessus pour effacer le sang avant de lui mettre une petite tape amicale sur la joue. Tu te redressais en prenant appuie sur tes hanches comme si tu réfléchissais à par ou commencer avec ce jeune. Instinctivement, il utiliser les armes et le poison, il avait soit une aisance avec ces aspects-là, soit il n'avait rien de mieux et avait fait comme il pouvait.

« Fais attention à ne pas te couper la langue trop profondement lorsque tu fais des choses comme cela. Tu pourrais en mourir en combat, la langue ne cicatrise pas à cause de la salive et c'est une technique plutôt courante pour tuer des gens. Dit moi Takai-kun, tu sembles apprécier les armes, est-ce que tu as déjà eu un véritable sabre entre les mains ? Je pense que ça pourrait te plaire. Dis moi, vers quoi veux tu te diriger et pourquoi ? »

Publié le 17/11/2020 à 17h49


Sans surprise, malgré le potentiel lié à ses origines et toute la détermination dont il faisait preuve, le gamin sans entraînement n'arrivait pas à la cheville d'un vrai Shinobi de son clan. Sans avoir à forcer son talent, Yuhei avait esquivé les deux projectiles lancés plutôt approximativement par Takai. Sa maîtrise du kunai était des plus basique et ses lancés manquaient à la fois de puissance et de précision, manipuler des armes ninjas n'est pas quelque chose qui s'improvise et on reconnait aisément un débutant d'un combattant aguerri.

L'arme que Takai manipulait provoqua un léger sifflement lorsqu'il frappa dans le vide avec conviction. Le gamin avait brièvement fermé les yeux par réflexe tellement il appréhendait de devoir affronter un Shinobi au corps à corps, et le temps de les rouvrir il n'y a avait plus personne en face de lui. Il se retourna en brandissant son arme prêt à se défendre et c'est là qu'il aperçut son adversaire en équilibre sur le pommeau de son katana. L'enfant se sentait ridicule, mais l'autre garçon le complimenta contre toute attente. Takai n'avait pas fait grand chose mais son potentiel était évident pour un observateur aguerri, et il connaissait ses faiblesses.

Soudainement le Shinobi fondit sur lui et se retrouva très rapidement dans son dos. Le gamin se débâtit un instant mais fut très vite contraint de lâcher le kunai lorsqu'il fut maîtrisé par Yuhei. Il fixa ensuite ce dernier avec un air de défi dans les yeux, Il n'avait pas abandonné malgré la leçon qu'il avait reçue. Tout en écoutant le conseil et la question du garçon, il réfléchissait à la suite des opérations. Personne n'avait dit que que le combat était terminé et l'ombre du katana n'avait pas encore rejoint la buche, mais il devait temporiser et secréter plus de venin pendant qu'il répondait a son aîné.

« Je ne suis pas assez fort pour gagner sans mon poison, et j'ai besoin d'armes tranchantes pour pouvoir empoisonner les ennemis. Je veux apprendre à manipuler un sabre mais je n'ai jamais utilisé un katana, je me tuerais si j'essayais de manier une telle lame... »


C'était le moment... il avait la bouche ouverte pendant qu'il parlait et Yuhei ne serait jamais aussi proche de lui. Avec l'élément de surprise de son côté, peut être allait-il réussir quelque chose. Soudainement il sortit les crocs et tenta de mordre la main du Shinobi qui n'était pas bien loin de son visage. S'il parvenait à provoquer la moindre blessure sur l'épiderme avec ses canines pointues, le poison ferait effet.

Publié le 18/11/2020 à 15h39

| Ombre Prodige |

Tu te rendais compte de la lucidité de ce petit Hattroi. Il l'avait dit lui-même il n'étais pas assez fort pour gagner sans son poison, mais ce n'était pas la seule chose qui lui manquait. De la maîtrise, de l'entraînement et surtout, apprendre à cacher ses intention. C'était une chose que tu maîtrisais parfaitement Yuhei, pour le peu d'émotion dont tu étais capable. Tu ne souriais que socialement et tu n'avais qu'une mine blasée lorsque tu combattais. Tu n'étais pas forcément la personne la plus agréable bien que tu faisais des efforts pour paraître moins sociopathe aux yeux de tes camarades, mais les images de ton visage inexpressif couvert de sang, ne bronchant pas lorsque celui-ci te coulait dessus.... N'aidait clairement pas tes propres coéquipiers à te faire confiance. Mais Takai n'en était pas encore la, c'était un enfant après tout, et certainement le moins bon de sa fratrie si l'on en croyait ses pleurs. Mais il n'y avait aucun mal à cela, il serait entraîné et apprendrait. Yuhei irait de lui-même se présenter à ses parents, être entraîné dans les quartiers nobles du Clan n'était pas donné à tout le monde, mais tu avais ce certain mépris pour les règles et tu semblais aimer les causes perdues. Nobuhisa le Miwaku des bas quartiers que tu avais adopté et élevé socialement, et maintenant Takai, un Hattori certes, mais faible.

« Je vois. »


Tu lui parlais d'armes, il te parlait de poison. Il fallait décidément qu'il apprenne à être plus discret que cela, dans un combat, si l'on à pas le dessus de façon claire et net, il n'ai pas recommandé de commenter. Tu le vis ouvrir la bouche, tentant de te mordre. Deux choix s'offraient à toi, te laisser mordre et voir que le poison d'un enfant était bien inoffensif encore à cet âge-là, ou l'électrocuté purement et simplement avec un petit jutsu raiton. Le fait est, que tu ne voulais pas le blesser évidemment. Tu étais trop bon avec les jeunes, tu ne voulais jamais les blesser. Tu te laissais alors délibérément mordre, le laissant appliquer son poison pour lui montrer que bien que celui-ci était une arme, elle était encore a double tranchant et le serait toujours. Les Hattori ne jouaient que rarement avec le temps, pourtant, c'était ce qui joué avec leur poison le plus efficacement. Les effets n'étaient jamais immédiats. Mais au moment où il te mordait, tu voyais l'ombre arriver à la buche, signant la fin de l'entraînement. Tu dégageas ta main sans effort, regardant le petit qui avait désormais ton sang aux coins des lèvres.

« C'est une bonne chose de ne pas abandonner même contre plus fort, cependant, tu dois aussi savoir que notre poison n'est pas instantané et qu'à ton âge il n'est pas non plus pleinement concentré. Il me resterait assez de temps pour te tuer si je le désirais, et je n'aurais qu'à me poser sur un banc en attendant que cela se dissipe. »


Tu ne le ferais évidemment pas. Tu resterais debout et tu purifierais juste le poison dans ton organisme naturellement. Mais tu te devais tout de même de prévenir le petit des dangers d'utiliser le poison au mauvais moment, au mauvais endroit et sur la mauvaise personne.

« Ce jutsu fonctionne comme une drogue, je vais devenir plus nerveux du fait de mon pouls qui va s'accélérer. Ce qui veut dire que je vais respirer plus vite, mon cœur va battre plus vite et que par conséquent bien que je serais désorienté... Je vais connaître un effet dopant sur quelques minutes dû à une oxygénation plus rapide de mes muscles avant que l'épuisement de ceux-ci ainsi que ma confusion ne soit réellement pas effective. Si tu utilises ce jutsu en combat, tu devras le coupler avec d'autres jutsu pour empêcher la personne de te blesser durant ces quelques instants. »


Tu sentais ton cœur s'accélérer doucement, mais sûrement. Le poison n'était pas puissant, mais il faisait tout de même son effet et bien que tu n'étais pas le plus mauvais avec le poison, celui-ci n'était clairement pas ton arme de prédilection. Tu t'approchais alors de ton Katana, le replacer sur ton dos avant que celui-ci ne finisse voler ou pire, entre les mains d'un petit Hattori. Il voulait apprendre à manier le Katana donc, une bonne chose, car les armes était toujours un bon mélange avec le poison Hattori.

« Si c'est le Katana que tu veux apprendre, laissons tomber les Kunai pour l'instant. Dès que ton poison se sera dissipé, je t'emmène voir un armurier. »

Publié le 20/11/2020 à 12h39


A vrai dire, même s'il avait de l'espoir, Takai fut très surpris de constater qu'il avait réussi à mordre Yuhei. Avait-il réussi à le surprendre suffisamment ? Peu probable, et même si c'était le cas, cette manœuvre aurait été complètement inutile. Comme le Shinobi lui expliqua, le poison n'avait pas un effet instantané, il fallait avoir le temps de son côté afin de pouvoir l'exploiter. Non seulement le combat était terminé, et son poison n'avait pas encore fait effet, mais en plus Yuhei aurait le temps de le pulvériser avant que ce soit le cas. Le poison ne faisait absolument pas tout, sans de bonnes compétences en combat en complément, il était même inutile en vérité.

Le gamin fut surpris d'apprendre un effet secondaire qu'il ne soupçonnait pas à propos du poison. Évidemment l'organisme réagissait toujours lorsqu'une toxine le menaçait, et en tentant d'éliminer cette dernière, il pouvait devenir momentanément plus performant. Cela confirmait encore plus que le poison était une arme puissante mais pas ultime, cela n'était qu'une composante supplémentaire de l'arsenal des Hattori. Mais ces derniers étaient avant tout des Shinobis de talent, redoutés dans l'ensemble du monde ninja pour leurs compétences martiales. Il devrait faire honneur à cette réputation en développant ses compétences en Kenjutsu, en Ninjutsu et en Taijutsu. A ce moment là seulement il sera un vrai shinobi du clan Hattori.

Le gout métallique du sang de Yuhei se mélangeait à celui du sien dans sa bouche, c'était une sensation des plus désagréable. Le garçon cracha par terre pour tenter de se débarrasser de ce gout puis s'essuya la bouche du revers de la manche. Enfin s'inclina, ayant reçu une précieuse leçon et étant désolé d'avoir blessé son ainé.

« Désolé de vous avoir blessé pour rien, Yuhei-sama. »


C'est vrai, sa technique avait été des plus inutiles et il lui avais infligé une blessure certes légère mais bien réelle. Il avait eut l'indulgence de ne pas riposter, alors qu'il aurait largement pu lui infliger une belle correction.

« Merci de ne pas m'avoir frappé. »


Puis le gamin se redressa, observant le Shinobi qui reprenait possession de son katana pour le ranger. Il lui fit ensuite une proposition qui illumina le regard du jeune Takai.

« Un armurier ?! On va m'acheter un Katana ?! »


Il affichait un large sourire, il était certain que s'il pouvait s'entraîner avec une vraie arme de ninja et en plus avec un professeur comme Yuhei, il deviendrait un Shinobi en un rien de temps.

HRP : On peut faire une ellipse jusqu'au moment de l'armurier, sauf si tu as autre chose à rajouter a cet instant. A toi de voir :)

Publié le 21/11/2020 à 14h44

| Ombre Prodige |

Il s'excusait de t'avoir blessé ? Ce petit avait une bonne âme et cela te faisait dans un sens plaisir bien que tu ne laissais rien paraître. Tu n'aurais jamais voulu enseigner à un enfant qui aurait voulu s'enfoncer dans le mal ou du moins qui aurait prit plaisir à blesser les gens. Te blesser aurait était un grand mot, tu avais vu pire, et même durant tes entraînements, tu t'étais blessé plus que cela déjà, surtout avec ton Katana. Tu essuyas ta main, léchant le sang qui en coulait puis y appliqua une pression pour faire cesser le saignement, ce n'était rien, d'ici deux jours, il n'y aurait plus rien de toute façon. Tu avais récupéré ton Katana et ton annonce semblait alors faire son effet. Tu pouvais presque voir de la lumière s'échapper du jeune garçon qui semblait plus qu'excité par l'annonce. Il avait un énorme sourire et semblait ne pas y croire tellement cela lui semblait incroyable. En effet, tu allais lui acheter un Katana, enfin, un sabre cour afin de lui apprendre le maniement dès son plus jeune âge. C'était un art difficile et il fallait apprendre jeune. Tu avais commencé vers tes 5 ans, il aurait donc 5 ans de retard, mais avec de l'entraînement, s'il était naturellement bon avec une arme, il aurait un niveau tout à fait décent.

« Oui, je vais t'acheter une arme, adapté à ta taille. »


___________________ A L'ARMURIER __________________



Tu avais pris la route vers l'armurier que tu avais l'habitude de fréquenter. Un homme un peu étrange, pas mauvais, juste pas forcément bienveillant de prime abord. Il était un homme de conviction et n'aimait pas trop les jeunes et les apprentis. Il forgeait généralement ses plus belles lames lui-même et c'était certainement pour ça qu'il était ronchon sur l'idée de fournir des armes a des enfants. Mais tu travaillais avec lui depuis toujours, tu avais eu ton premier sabre ici et par habitude, tu étais toujours venu chez lui. Que cela soit pour en acheter de nouveau en grandissant, ou pour faire réparer ceux que tu abîmés. Tu ne venais pas que pour cela évidemment, casser autant de sabre t'aurais certainement envoyé sur une autre vois sinon, mais tu le considéré un peu comme l'oncle grognon que tout le monde avait. Vous ne discutiez que d'entraînement, d'arme et de mission, mais malgré son mauvais caractère, limite raciste, tu savais que c'était juste un homme très fier de son pays, tout comme toi. Vous aviez marché une bonne dizaine de minutes et tu n'avais pas vraiment de temps à perdre, tu poussais la porte, faisant sonner le petit carillon à l'entrée.

« Ah, Yuhei. Tu viens me raconter comment c'est passer ton entretient avec le Raikage ? »

« En effet, mais avant cela, j'aurais besoin de voir vos wakizashi. »

« Un Wakizashi ? Toi ? Tu n'es pas un peu grand pour jouer avec ça ? Si tu veux une lame plus petite, je pense qu'un Tanto serait plus adéquat pour ton style de combat Yuhei... »

« Ce n'est pas pour moi. »


Tu te décalais légèrement pour présenter le garçon. Évidemment, une mine peu ravie s'afficha sur son visage et tu savais que tu aurais le droit à un sermon une fois que le petit serait partit, mais ce n'était pas important et puis, tu avais l'habitude, quand il grognait, tu n'écoutais pas et ton focus était totalement porter sur autre chose. Tu n'affichais jamais la moindre expression de toute façon donc cela ne changeait pas grand chose et il ne se doutait de rien.

« Comme vous pouvez le voir, c'est un jeune Hattori et il semble se destiner au Kenjutsu. »


Inosuke quitta la pièce par la même petite porte derrière le comptoir d'où il était arrivé. Cela ne prit que quelques minutes, mais tu avais pris soin de dire a ton nouvel élève de ne pas trop s'en faire. Il aurait une arme adapté à sa taille en sortant d'ici, que cela plaise à Inosuke ou non. Tu pris soin aussi de lui dire de toujours bien traiter ses armes, car une arme entretenue était toujours plus efficace, mais que c'était aussi une marque de respect envers son sensei ainsi qu'envers le forgeron et l'armurier qui avait décider de te faire confiance en te donnant des armes qui n'étais pas issu d'un moule ou d'une production de masse. L'armurier finit par revenir avec plusieurs petits sabres de taille graduelle pour voir selon la taille de Takai, le quel lui conviendrait le mieux. Ce n'était pas une science exacte, mais plus une question d'affinité. Toi, tu te sentais à l'aise avec des Katana plus longs que la moyenne, mais d'autre se sentait mieux avec un katana parfaitement adapté à leurs tailles. L'arme devait toujours être un prolongement de son corps et pour cela, il fallait trouver le bon équilibre.

« Tiens Gamin, prend chaque sabre et tente quelques coup avec pour voir lequel te va le mieux... et s'il te plaît, ne casse rien.... »

Publié le 22/11/2020 à 12h57