Qu'est-ce qu'un bon Kirishitan ?


Le ciel quittait enfin son sombre manteau. Lentement, la voûte céleste se colorait de vives et chatoyantes couleurs. L'écarlate se mêlait au vermillon, tandis que l'orange chassait l'obscurité. Même les étoiles, d'ordinaire si brillantes, tiraient leur révérence au profit de l'astre solaire. Charmé par ce spectacle saisissant, l'enfant semblait courir après l'aurore. Accompagné de son ami le plus proche, le chien ninja familial, le kirishitan parcourait les terres allouées à son clan avec détermination. Ses pas rythmés et vigoureux battaient la terre battue avec entrain.

Cela faisait déjà plus d'une heure que le petit jouait les coursiers dans tout le quartier. Sous les conseils de son paternel, Muu s'était motivé pour rendre service à son peuple. En agissant de la sorte, le genin se faisait connaître et renforçait son endurance. Pourtant, une part du petit brun demeurait frustrée. Finalement, l'entraînement pour devenir un grand guerrier manquait d'étincelles…

Après un énième tour du quartier, le dévot commença à se lancer des défis étranges pour briser la routine qui s'installait. Tout d'abord, il s'agissait d'épreuves physiques : faire le poirier, courir sur les mains… Ensuite, Muu s'acharna à dessiner tout en courant, avec ou sans les yeux bandés. Dans son esprit, il fallait parfaire son art peu importe les conditions. Sa résolution était impressionnante, mais les résultats étaient plus décevants… Face à ses échecs successifs, il usa de sa technique favorite : solliciter l'avis de ses frères de clan. Chaque rencontre était l'occasion de brosser le portrait du parfait soldat Kirishitan. Bientôt, à force d'effort, Muu correspondra à ce profil. C'était son désir le plus ardent.

Beaucoup de monde évoquait les valeurs et les qualités de cœur des serviteurs de Mère Nature. D'autres préféraient insister sur les habilités martiales et la nécessité d'avoir la force de défendre le peuple élu. Et à chaque fois que la question du modèle arrivait, seuls des noms de défunts étaient évoqués. C'était comme si personne n'était actuellement digne des figures passées… Déçu, le chérubin frappa avec mollesse la première porte venue. Témoin de cette perte de moral, le canidé mordit la chair de son partenaire. Ce vif rappel à l'ordre se voulait amical, mais...

« Aie ! Mais euh ! Pourquoi tu m'attaque ! Je n'ai rien fait ! Tu veux te battre, c'est ça ! Et bien, tu vas voir ! »


Sans même laisser l'animal se justifier, l'impulsif dégaina son crayon et lança l'offensive sur le perron de la porte. Cris et fracas s'annoncaient à cette heure matinale.

Publié le 21/11/2020 à 15h18

Le soldat

Les jours passaient et se ressemblait de plus en plus depuis la mort de Risako. Pourtant, j'étais allait vers Seth pour devenir forestier. Mais cette forêt était sans doute la plus calme que j'avais jamais connu. Le fond de cette forêt était pleine de créatures plus maléfiques les une question les autres. Mais les abord où je faisais mes patrouilles était pacifié et incroyablement calme.

Durant cette matinée de lassitude, mon regard se posa sur un petit garçon du clan Kirishitan. Le jeune homme n'était pas beaucoup moins âgée que moi, mais pourtant je faisais bien plus adulte que lui. Au début, son entrainement fût agréable et rigolo à regarder, mais la suite me déplu au plus haut point. Un Kirishitan qui s'apprêtait à faire du mal à un animal ? À un enfant de mère nature ? Alors, avant que cela ne devienne trop dangereux pour l'animal je m'interposer entre lui et son chien en disant.

« Stop ! Aucun homme n'est en droit de blesser un animal ! Surtout pas un Kirishitan ! »


La remise à l'ordre était net et rapide, le jeune garçon avait tout intérêt à ce calmer. Je venais me mettre accroupie devant le chien, et je commençais à le caresser. J'avais quelque chose avec les animaux, mère devait savoir que j'étais l'un de ses plus fervant protecteur. Je me levais et dit.

« Quel est ton nom ? Je t'ai vu t'entraîner ? Qu'essaie tu de maîtriser avec cet entrainement ? »

Publié le 21/11/2020 à 15h42


La main sûre, glissant sur le papier, le Genin s'apprêtait à donner vie à l'une de ses créatures fantastiques. Dans son esprit, la riposte se voulait à la hauteur de l'agression, mais la réalité était tout autre. Malgré tous les efforts du Kirishitan, jamais il ne parviendrait à blesser le ninja poilu. Tous les deux le savaient. Pourtant, le combattant à quatre pattes fit mine de reculer par prudence, creusant ainsi une distance de sécurité raisonnable. Connaissant l'enfant et étant son ami depuis toujours, Isao préférait jouer le jeu plutôt que de blesser l'ego de son camarade. Vu de l'extérieur, rien ne laissait transparaître le caractère factice de ce conflit. D'ailleurs, la scène attira le sermon d'un adolescent. Surpris, les deux compères se figèrent. Et lorsque l'ébène se mit à caresser le chien, le duo se retint de rires aux éclats. Peut-être n'était-il pas sage de briser les attentes de cet inconnu.

« Euh... Muu ! Kirishitan Muu, monsieur ! Euh... Bah... Je ne sais pas... Je veux juste devenir un homme puissant pour aider notre valeureux clan ! J'ai vu mon père faire les mêmes exercices... Et vu que c'est un noble guerrier... Je me suis dit... Pourquoi pas moi ? »


Au vu de ce spectacle pathétique, le canidé ne put retenir son hilarité. Voir Muu fondre au soleil face au grand brun, plongea le poilu dans un rire sans fin. Vexé, le garçon impulsif se mit à bouder et à ignorer son vieil ami. Les bras croisés, il préféra se concentrer sur l'inconnu qui se présentait devant lui. Dans ses yeux sombres, espérance et enthousiasme brillaient intensément.

« Et vous monsieur, vous faites quoi dans la vie ? Vous avez l'air robuste ! Vous savez peut-être comment je pourrais faire pour devenir un bon Kirishitan ? »


Derrière cette question anodine, se cachaient beaucoup de doutes et de craintes. Le petit à la coupe Mohawk avait de grandes ambitions, mais personne ne daignait l'aider à les réaliser. Ses parents étaient trop énigmatiques, quant aux autres Konohajins, aucun ne prenait véritablement le temps de le former, de l'entraîner ou de le guider. Une certaine solitude s'était emparée du quotidien du jeune ninja.

Publié le 21/11/2020 à 16h54

Le soldat

Ce jeune garçon n'avait pas l'air aussi horrible que ça. Cependant il avait tout de même de drôle de jeu avec son chien, d'ailleurs je n'étais même pas encore sur qu'il s'agissait bel et bien de jeu. Nous ne devions pas à voir une grande différence d'âge, et pourtant il m'appelait monsieur. C'était sans doute du a l'approche autoritaire et sur fond de réprimande que j'avais eu.

« Appelles moi Tomohiko, je suis sur que nous avons presque le mele âge. »


Ce jeune homme recherché la puissance, l'erreur que faisait la plupart des Kirishitan de la nouvelle génération. Heureusement pour moi, Hakizura m'avait tout de suite remis à ma place durant l'entraînement, et grâce à cela je pouvais suivre la voix de la sagesse.

« Je suis robuste, mais je ne recherche pas la puissance. Et puis, il faut d'abord canaliser son esprit, avant de renforcer son corps. Un corps entraîner avec un esprit vagabond revient à donner des parchemins explosif à un enfant. »


Je marquais une pause pour marquer l'intensité et la gravité de ma prochaine phrase.

« Il peu être destructeur et puissant. Mais il a aussi toute les chance de se faire exploser lui-même. »


Tomohiko n'avait pas répondu à la question, il était extrêmement mature pour son âge. Lui n'était plus un enfant et cela depuis longtemps.

« Bref, pour devenir un bon Kirishitan, il faut contrôler son esprit ! »

Publié le 23/11/2020 à 00h25


« To... Mo... Hiko... Tomo...Hiko »


L'air benêt, le petit garçon se concentrait ardemment pour retenir le nom de son nouvel ami. Ce n'était pas tant qu'il avait mauvaise mémoire, mais plutôt qu'il connaissait sa maladresse. Écorcher les noms, était un peu son quotidien... Il ne comptait plus le nombre de fois où on le réprimandait pour un mot de trop, une politesse oubliée ou une approche trop amical. Étrangement, ce chérubin avait un mal fou avec les relations sociales, il se montrait bien trop vite fraternel. Quitte à oublier la déférence due à son interlocuteur... Pourtant, ses parents passaient un temps fou à lui inculquer les us et les coutumes de ce monde. Peut-être que sa naïveté et son enthousiasme parasitaient cet apprentissage. Après tout, à travers ses yeux, tous les êtres étaient foncièrement bons. Peu importe les masques de façade ou les crimes, le Kirishitan voulait croire qu'il suffisait d'être gentil pour éveiller en chacun une bienveillance naturelle. Dans son jeune esprit, un simple mot chaleureux pouvait faire des miracles. Alors à quoi bon utiliser des formules de politesse, si on peut devenir ami avec tout le monde ?

Ainsi, le grand adolescent n'était pas aussi vieux que sa voix le laissait croire. Étonné, mais ravi de cette information, le brun sautillait en silence durant les explications de son congénère. Finalement, il tenait le même discours que son père... Comme quoi, cette discipline et cette rigueur vantées par son paternel, était un principe fort chez les membres du clan des voyageurs. Hochant avec vigueur aux propos de l'autre protagoniste, Muu ne pouvait plus contenir son admiration et sa joie. Au sein de ses iris sombres, de nombreuses étoiles scintillaient.

« Whoa ! Tu parles comme mon papa ! Comme lui, tu dois faire partie de l'élite de notre clan ! J'ai de la chance de t'avoir rencontré ! Plus tard, je veux être comme toi ! »


C'est alors que tout s'arrêta d'un coup. Le visage du Genin se voila et sa tête pencha légèrement vers le côté. Un doute, une pensée, une illumination avaient frappé Muu. Cela faisait plusieurs années qu'il essayait de comprendre ce genre de phrase, néanmoins, ses échecs étaient constant... Pour l'enfant, aucune amélioration ne pointait à l'horizon. Pourquoi un tel résultat se répétait, malgré sa grande volonté ?

« Dis... Comment je fais moi pour maîtriser mon esprit ? Car bon, avec papa, je médite souvent... Parfois, même, on joue à des jeux de stratégie... Mais à chaque fois, papa dit que je manque "d'opiniâtreté "? Je fais comment pour la trouver, moi, cette opiniâtreté... »


Entre frustration, candeur et tristesse, la voix de Muu trahissait le chaos intérieur qui s'agitait en lui. Même si sa famille tentait de lui enseigner des valeurs et des principes importants, leur manque de pédagogie enfermait le petit dans l'incompréhension. Cependant, sa détermination était encore ardente, il ne voulait pas renoncer à son rêve.

Publié le 23/11/2020 à 10h31