Quartiers claniques

An 15 - Le cas social... [2]
Quartiers claniques
Quartier Kitto
Kitto Zakuro Chikara Azukiyo 7
Posté hier
Chikara Azukiyo
En savoir plus
Alors qu'Azukiyo rend visite à un ancien ami de Kitto Shinji, il repère Zakuro, un visage familier. Étonnamment, Zakuro semble plus alerte qu'à l'ordinaire. Azukiyo, intrigué, décide de s'approcher pour en savoir plus sur ce changement subtil chez son vieil ami.

Ce vieillard était ridicule et inutile. Azukiyo n'en pouvait plus de devoir supporter les fous de ce village et il était plus que temps de brûler les idiots d'antan pour offrir une place aux jeunes de demain. D'une force certaine, il ramena l'arme vers lui pour la ranger dans ce fourreau. Qui tu es ? Kitto Zakuro. Un homme qui n'a cessé de chanter la gloire d'un être dépassé. Un individu qui n'a fait que fuir toute sa vie. Contrairement à toi, les tiens tentent de réorganiser ce que tu as su détruire. Qu'imaginait-il ? Que les jeunes allaient rejoindre une idole dépassée ? Azukiyo avait pu confronter cette Prêtresse par le passé et tout ce qu'il avait pu voir, c'est que cette dernière n'était qu'une vulgaire illusionniste. Son corps ne fonctionnait pas comme par le passé et il n'était clairement pas l'homme qu'il avait pu être, mais il lui restait une croyance croissante ; les temps devaient changer. Quel rang ? Les miens, Azukiyo... Hmm ? Ses yeux se plongèrent dans ceux de Zakuro. Dis-moi, à quoi es-tu en train de jouer, vieillard ? Au sein de l'Esprit du Kitto, une voix qu'il en connaissait que trop bien se fit entendre. Lorsque l'Automne mourra, aux ruines d'or, nous nous retrouverons. Tes mains transmettront la vérité, Kitto Zakuro.

Lire la suite
An 15 - Une visite de courtoisie
Quartiers claniques
Quartier Uzumaki
Abura Yuko Chikara Takehiko 9
Il y a 10 jours
Chikara Takehiko
En savoir plus
Afin d'évaluer de potentiel candidat à l'accompagner lors d'une mission diplomatique. le nouvellement nommée Chikara-dono se rend dans le quartier des roux afin de s'entretenir... avec une non-rousse.

Avec plaisir. Acceptant bien évidement d'être escorter jusqu'à la sortie. Il avait maintenant une bien meilleur idée de qui était la "huileuse de la feuille". L'Abura semblait suffisamment vif pour t'assister dans la lourde tache qui t'incomberait bientôt. Représentait une entreprise était une chose, tout un village en était une autre. Mais tu était un bon Chikara. Tu ne t'inquiétait pas plus que de raison de tes capacité. Tu te montrerais bien évidemment à la hauteur de la tache et tes "partenaire" de mission avait tout intérêt à mettre la barre très haut. Alors que vous vous dirigez tout les deux vers l'entré franchis plusieurs minute plus tôt, tu entrepris donc de répondre à la dernière question de la maman. Je vous ferait évidement transmettre le document officiel avec les indication de nos partenaire. Sachez cependant que nous formerons également la jeune génération afin d'entretenir des lien bien plus fort avec le monde civiles. Il ne faudra pas vous attendent à voir plus que des genin pour assister. D'ailleurs, il y aura également quelque marchand pour nous accompagnait. Mais je pense que vous vous en doutiez déjà. Une initiative que tu prenais quand à la mission. Quitte à vendre Konoha à l'étranger. Tu comptait bien promouvoir au maximum le village, même avec de la pub gratuit. Les quelques marchand qui vous accompagnerait profiterait de la protection "gratuite" du village après tout. Une fois sur le palier, tu salué une dernière fois l'Abura avec toute la bienséance et la politesse qu'il se devait. Ce fût un plaisir d'échanger avec vous et je pense que notre collaboration sera fructueuse. Si jamais d'autre question vous vienne entre temps, n'hésitez pas à me les faire savoir. Je pense que vous savez ou me trouver. Profiter bien de votre journée. Une fois les dernière politesse effectuait, tu quitta donc le domaine Uzumaki afin d'entreprendre le chemin retour vers ton propre quartier. Tu avais de nombreuse chose encore à planifiait dont les deux autre shinobis qui devrait vous accompagné. Idéalement des genin d'après la nouvelle Hokage. C'était un pari sur l'avenir qui se jouerai. Comme je pense que l'on s'arrête ici pour le moment, merci pour le rp :3

Lire la suite
An 15 - Un cas social...
Quartiers claniques
Quartier Kitto
Kitto Daiki Kitto Zakuro 22
Il y a 11 jours
Kitto Daiki

Après un peu de marche, le Kitto était arrivé à l'hôpital, il passa d'abord dans le dépôt pour ranger tous les médicaments et nota toute la consommation qu'il avait faite et pour quel patient ou patiente. Ce n'était pas obligatoire en théorie mais il savait que ça aidait les personnes qui faisaient les stocks à les tenir. Il bifurqua simplement au service de psychiatrie, il prit de quoi écrire et une feuille. Sur celle-ci, il écrit alors "Kitto Zaruko, paranoïa, folie et possibles autres symptômes. Vis dans une maison sale, ne sors jamais de chez lui. Homme de plus de 60 ans. Internement en service recommandé". Il ajouta également l'adresse de l'homme accompagné de la signature du médecin. Avec cela il inscrivait au moins le nom et l'adresse du vieux fou dans les registres, même si ça n'aurait pas forcément d'impact, principalement en raison de l'âge de cet homme, ça aurait le mérite d'exister. Il discuta pendant quelques minutes encore avec des gens de l'hôpital, après toutes ces années, il connaissait pas mal de monde et pas mal de monde le connaissait. Il sortit et fit un tour chez lui, le temps de récupérer un livre, peut-être qu'il aurait besoin de s'occuper. A propos il aimerait bien voir Takumi sensei, cela faisait un moment tout de même. Quoi qu'il en soit, il retourna devant chez le vieil homme, il jeta un coup d'œil par la fenêtre, mais Zaruko ne semblait pas être là. Voilà qui était bien étrange, il aurait pensé ou bien en train de le voir dormir comme un bébé ou bien au sol en train d'agoniser, mais rien du tout. Il passa le pas de la porte et essaya d'avoir une réponse. Zaruko, c'est moi, Daiki ! Il attendit encore un peu, il n'y avait définitivement personne, il s'approcha tout de même du panier contenant les objets que l'homme affectionnait, sa curiosité l'avait piqué à vif. Il y'avait un tas d'objets qui étaient de véritables antiquités. Pas qu'il en était un amateur, mais cela l'amusait. Il reposa ce qu'il avait pris, sortant de chez l'homme et regardant dans la rue. Aucune trace du vieillard. Alors le médecin retourna chez lui. Il n'aurait jamais pensé que ces médicaments auraient un tel impact positif sur l'homme. Enfin positif était à relativiser car cette personne était dans les rues du village et le médecin avait un peu peur de ce qu'il se passerait si on le laissait faire. Pas de soucis !!!

Lire la suite
An 15 - Traitement de faveur
Quartiers claniques
Quartier Kirishitan
Kirishitan Fumika Kitto Nami 10
Il y a 11 jours
Kirishitan Fumika

Il y'avait de claires convergences entre les avis de Nami et de Fumika, c'était une très bonne chose car maintenant plus que jamais Konoha et les Kirishitan avaient besoin l'un de l'autre. Il était agréable de voir que les choses avançaient du bon sens et la Dono appréciait les opportunités que Nami lui fournissait. Elles allaient sous la même bannière, en tête de gondole. C'était une excellente chose pour tout le monde, là était tout le positif dans cette histoire. Après des années de patauge, quelque chose allait enfin bouger, et pour le mieux. Bien, je ferais passer le message. La phrase "nous avions raison de te faire confiance" était mal prononcée, en soit c'était les siens qui avait fait confiance à Fumika. Mais elle n'allait pas jouer sur les mots et elle connaissait, ou en tout cas pensait connaitre, les intentions de Nami. De son côté elle allait simplement faire le lien entre Konoha et son clan pour les missions et autres patrouilles qui allaient lui être transmises, puis au fur et à mesure, au niveau administratif comme au niveau citoyen, les Kirishitan réintégreront peu à peu le village dans son entièreté. Elle avait déjà beaucoup avancé sur le fait d'inclure des Kirishitan dans la vie civile de Konoha dans son entièreté, les principaux domaines dans lesquels elle avait mis son plan d'action était pour la médecine, le commerce et l'éducation. C'était 3 domaines imbriqués entièrement dans la vie quotidienne du village et où la représentativité Kirishitan devait s'imposer pour retrouver une harmonie. Evidemment les résultats ne se verraient pas de suite car elle traitait le problème à la source, chez les plus jeunes. Et de fil en aiguille le clan avancera. Elle n'était clairement pas mécontente du travail qu'elle avait effectué en tant que Dono, que ce soit officiellement ou officieusement. Une prochaine fois peut-être, bonne réunion Nami. Nami sortit du bâtiment, suivit par Fumika, les deux femmes partirent dans des directions opposées, Nami probablement vers son bureau et la Kirishitan vers le sien également, les feuilles qu'elle s'était dit d'emporter sous le bras. Elle croisa une nouvelle fois Dalia sur le chemin. C'était fou ce qu'on pouvait s'amuser quand on était gosse...

Lire la suite
An 8 - Mère-grand, que vous avez de grandes dents !
Quartiers claniques
Quartier Chikara
Chikara Sao 1
Il y a 13 jours
Chikara Sao

คุณย่า หนูทำอาหารข้าวกับแตงกวาให้แล้วค่ะ กินเลยนะคะ หนูรู้ว่าคุณย่าชอบกินแตงกวา! เสาป้อนอาหารให้คุณย่า เสามองคุณย่าด้วยรอยยิ้มกว้าง เขาต้องการให้คุณย่ามีความสุขทุกๆ วัน คุณย่า! คุณย่า! หนูเจอพี่ชายจิ้งจอกเมื่อกี้ เขาบอกว่าพรุ่งนี้คุณพ่อของเขาจะฆ่าหมู แล้วค่อยให้เราส่วนหนึ่ง เราจะได้กินอิ่มกันแน่อาทิตย์นี้! เสายิ้มพูดกับคุณย่าด้วยความตื่นเต้นเสมอ คุณย่า หนูจะอ่านเรื่อง "เจ้าชายน้อย" ต่อให้ฟังนะคะ! เสาเปิดหนังสือและเริ่มอ่านทีละคำ พี่ชายจิ้งจอกเป็นคนสอนเสาอ่านหนังสือ แต่เสายังต้องฝึกฝนอีกมาก หลังจากอ่านไปหลายหน้า เสาก็วางหนังสือลงบนโต๊ะข้างเตียง หนูจะอ่านต่อให้ฟังพรุ่งนี้นะคะคุณย่า! ตอนนี้ถึงเวลาพักแล้ว เสาจัดผ้าให้คุณย่าแล้วกอดกับจูบเบาๆ ฝันดีนะคุณย่า! แม้คุณย่าจะรู้สึกอบอุ่นใจแต่ใบหน้าของเขากลับดูหมองหม่น มันผ่านไปนานแล้วที่เขาพูดน้อยลง และแม้แต่การกินก็เหมือนเป็นงานยาก เสาปิดผ้าม่านและดับเทียน ความมืดช่วยซ่อนฝุ่น แมลงสาบ และความเศร้าของคุณย่า ___________________________________ Traduction Grand-mère, je t'ai préparé du riz avec du concombre. Mange. Je sais que grand-mère adore manger du concombre ! Sao donne à manger à grand-mère. sao arborait un large sourire à sa grand-mère. Elle voulait que sa grand-mère soit heureuse chaque jour de sa vie. Grand-mère! Grand-mère! J'ai rencontré grand frère renard tout à l'heure, il a dit que demain son grand-père allait tuer un cochon puis qu'il nous donerait un peu de viande. Nous allons vraiment bien manger cette semaine ! Sao souriait encore et parlait toujours avec beaucoup d'enthousiasme à sa grand-mère. Grand-mère, je vais te lire la suite du petit prince ! Sao ouvrait le livre et commençait à déchiffrer les mots les uns après les autres. C'est grand frère renard qui lui avait appris à lire, mais elle avait encore besoin d'entraînement. Après avoir lu quelques pages, Sao reposait le livre sur la table de chevet. Je te lirais la suite demain grand-mère ! Maintenant c'est l'heure de se reposer. Sao bordait sa grand-mère, lui faisait un câlin et un bisous. Bonne nuit grand-mère ! Grand-mère avait chaud au coeur mais son visage était éteint. Ca faisait déjà un certain temps qu'elle parlait peu, et que même manger semblait être devenu une tâche difficile. Sao fermait les rideaux et éteignait les bougies. L'obscurité dissimulait alors la poussière, les cafards et le chagrin de grand-mère.

Lire la suite
An 15 - Liens intarissables
Quartiers claniques
Quartier Kitto
Kitto Eiko Kitto Nami 6
Il y a plus d'un mois
Kitto Eiko

Tu n’étais pas particulièrement à l’aise lorsqu’il fallait parler de cette époque de ta vie. Pendant trop longtemps, tu avais été fragile, au point que tu ne mettais pas le nez dehors durant les saisons les plus froides de l’année. Difficile de réellement grandir dans de telles conditions, alors ajoutons à cela ton étrange maladie et le combo donna un résultat qui impacta fortement ta personnalité. N’ayant eu l’occasion de suivre une formation similaire à celle de tes camarades ninjas, tu ne sus jamais réellement comment te faire des amis. Tu restas seule pendant longtemps, à regarder les autres enfants du quartier jouer entre eux. Une chance pour toi qu’il y avait une personne dans ta vie qui te suffisait amplement à combler le peu de désir sociaux que tu avais alors. Mais bien que ta sœur fut d’une compagnie formidable durant toutes ces années, cela ne t’empêcha pas de te renfermer sur toi peu à peu. Tu n’appris pas non plus à réellement te battre, et les quelques occasions que tu avais eus de la faire étant gamine s’étaient soldés par des blessures que tu préféras largement éviter par la suite. Le peu d’expérience que tu avais à ce sujet aussi furent les entraînements en compagnie de ton aînée, une nouvelle fois, elle t’évita d’être complètement à la traîne. Finalement, tout ce que tu retenais de son enfance, c’était sa présence, pas ta maladie. Tu l’admirais, tu l’aimais, beaucoup plus que quiconque. À tes yeux, son départ ne changeait rien, quoique l’on puisse en dire, elle resterait ta sœur et ce éternellement. Un lien aussi fort était à la fois rare et tout simplement indestructible. Et en vérité, tu n’imaginais pas pouvoir un jour porter une affection similaire à quelqu’un d’autre. Les choses étaient parfois ironiques, mais c’était également Kyoko qui avait faite en sorte que tu rencontres Nami. À quel moment pouvais-tu imaginer que tu susciterais l’intérêt de quelqu’un ? Son amitié fut un véritable pas en avant dans ta vie, pour de multiples raisons, mais surtout car elle avait cette capacité que tu lui enviais, celle de se lier aux autres, d’être un modèle malgré elle. Pour toi, comme pour d’autres, elle était naturellement formidable, elle ne se forçait pas à agir ainsi, c’était juste elle. Alors finalement, lorsque tu t’apprêtais à mettre les voiles pour rentrer -enfin- chez toi, tu lui dis avec un regard plein de sincérité : Je suis vraiment heureuse que tu sois Hokage, tu le mérites amplement. De la même manière, je suis vraiment contente d’avoir la chance d’être ton amie. Tu vois bien dans ses yeux qu’elle reste un peu étonnée par ta déclaration soudaine, mais une fois ces petites secondes de stupéfaction passée, elle te répond avec son grand sourire habituel : M-Merci, Eiko… Ça me touche, et tu sais bien que c’est réciproque ! Sans doute ne le réalisait-elle pas, mais sa seule présence avait quelque chose de libérateur pour toi. C’est lors de la désertion de ton aînée, lorsque tu te retrouvas à nouveau seule, que tu le réalisas toi même. Passer du temps en sa compagnie était suffisant pour te faire oublier le reste, ou au moins, moins y penser. Tu craignais que sa nouvelle fonction, qui était probablement loin d’être aussi tranquille que le poste de dôno, ne vienne à réduire drastiquement ces occasions de passer du temps ensemble. Toutefois, ne souhaitant pas la tracasser avec des problèmes aussi risible que les tiens, tu préféras taire la chose. Tandis que tu te dirigeais vers la porte d’entrée, tu fis un dernier sourire à Nami avant de dire amusée : Passe une bonne nuit ! Je viendrais te voir dans ton nouveau bureau un des ces jours ! À plus tard Madame la Hokage !

Lire la suite
An 15 - L'appel du devoir
Quartiers claniques
Quartier Kirishitan
Kirishitan Fumika Kitto Nami 9
Il y a plus d'un mois
Kitto Nami

Cela fut-il réellement si simple ? La Kirishitan-dôno ne demanda pas plus d’explications. Je me demandais si elle fichait simplement de la vie politique de Konoha où si sa confiance en moi était déjà suffisante pour qu’elle accepte aussi aveuglément de me soutenir. Je n’avais pas une mauvaise estime de ma personne, au contraire, je pensais plutôt être quelqu’un de bien. Mais je me demandais toujours comment les autres me percevaient. Récemment, surtout après cet entretien et la réunion de ce matin, je réalise ce qu’Hegi voyait en moi. Une personne capable de rallier les autres, et ce, naturellement. Je ne comprenais pas exactement les raisons derrière cela, peut-être mon visage inspirait-il la confiance ? Ma manière de parler ? Ou même ma voix ? Je me pose trop de questions, et je crois qu’il est temps que j’arrête et que je devienne enfin la personne que je devrais être. Merci beaucoup, Fumika-dôno. Dis-je sérieusement tout en m’inclinant respectueusement. Une chose que peu de dirigeants feraient, mais je ne perdais pas de vue les raisons qui m’avaient menées ici. Les gens plaçaient en moi une partie de leur avenir, et certains, celui de leurs enfants. Je devais montrer que je respectais cela, que je les respectais eux, les Konohajins, mon peuple. Avant de relever la tête, j’ajoutais alors : J’accomplirais mon devoir quoiqu’il m’en coûte, et je vous assure que les Kirishitan ne seront jamais ignorés. Vous ne regretterez pas de m’avoir fait confiance aujourd’hui. Je relevais alors la tête avec un léger sourire. Je ne pouvais plus me permettre de m’exprimer aussi expressivement qu’avant, mais j’étais véritablement heureuse d’avoir réussie à faire un premier pas en avant. Pour finir, j’ajoutais alors : C'était tout ce que nous voulions savoir. Nous nous reverrons sûrement après les élections claniques, nous discuterons alors de votre clan plus en détail si vous êtes à nouveau élue. Merci encore de nous avoir reçues, Kirishitan-dôno.

Lire la suite
An 15 - Nouvelle coupe, nouvelle femme
Quartiers claniques
Quartier Kirishitan
Kirishitan Fumika 1
Il y a plus d'un mois
Kirishitan Fumika

Fumika attendait dans son salon, ses cheveux détendus sur une serviette posée sur ses épaules, elle lisait un livre. Ses dernières années, sa vie avait été pas mal remuée. Elle avait commencé par accepter le poste de Kirishitan Dono qu'elle rejeta presque aussi tôt. En plus du fait que ce n'était pas forcément un poste fait pour elle, elle s'était rendue compte de beaucoup de choses sur son propre clan, qui le rendait infiniment compliqué à rassembler autour de quelque chose. Quoi qu'il en soit elle avait lâché ce poste et c'était tant mieux. D'ailleurs depuis qu'elle l'avait lâchée, elle avait été encore plus productive dans la vie du clan. Peu importait maintenant ce qui était derrière elle, elle avait aussi beaucoup évolué en se rendant compte de différentes choses qu'elle ne voyait pas avant, par exemple que le clan Kitto était probablement le seul à Konoha qui était rempli de gens sérieux. Enfin bon, elle était différente d'il y’a plusieurs années, mais elle l'était aussi d'il y'a quelques mois, et c'était peut-être ça le plus fascinant. D'un coup, elle posa sa serviette et lava à l'eau ses cheveux, les sécha et se regarda dans le miroir. Après tout, cette couleur me va plus que bien. Elle avait fait ça tout au long de sa vie, quand elle sentait qu'elle évoluait ou avait évolué, elle changeait de couleur de cheveux, comme un rituel. La Jônin avait beaucoup fait de couleur de cheveux fantaisistes tout au long de sa vie, mais elle avait désormais opté pour une couleur beaucoup plus classique. Cependant, Konoha aussi avait évolué, elle n'allait pas tarder à savoir si c'était pour le mieux ou non.

Lire la suite
An 15 - Échecs et Mat.
Quartiers claniques
Chikara Karasu 1
Il y a plus d'un mois
Chikara Karasu
En savoir plus
Une partie d'échecs et un dialogue entre frères Ceux qui veulent se joindre à nous pas de soucis.

Dans une ruelle ensoleillée de Konoha, les frères Karasu et Shirokuma s'affrontent dans une partie d'échecs impromptue. Les pièces se déplacent avec grâce sur l'échiquier improvisé, leurs esprits aiguisés cherchant chaque opportunité pour prendre l'avantage. Tu es dans une position délicate, frère. Peux-tu prédire mon prochain coup? Les regards des deux frères se croisent, emplis d'une intense compétition fraternelle. Les passants curieux s'arrêtent pour observer le duel silencieux, captivés par l'intensité qui émane des deux joueurs. Ton roi est vulnérable, Shirokuma. Tu ne pourras pas le protéger éternellement Les pièces continuent de se déplacer avec fluidité, chacune représentant les efforts et les ruses des frères pour prendre le contrôle de la situation. Le bruit de leurs mouvements résonne dans la ruelle tranquille, ponctué par les murmures des spectateurs qui commentent chaque coup. Tu es coriace, Shirokuma. Mais cette partie prendra bientôt fin, et la victoire sera mienne. En vérité, Karasu même si il ne le dit pas, est en train de bluffer. Son petit frère le dépasse de plus en plus dans tous les domaines des arts shinobis, et de la stratégie. Les frères échangent un regard complice, reconnaissant le talent et la détermination de l'autre. Malgré la rivalité qui les oppose, un lien indéfectible les unit, forgé par des années de compétition et de respect mutuel. Le soleil continue de baigner la ruelle de sa douce lumière estivale, témoignant silencieusement du duel intellectuel qui se déroule sous ses rayons bienveillants. La partie d'échecs entre les frères Karasu et Shirokuma se poursuit, captivant l'attention de tous ceux qui ont la chance d'assister à ce spectacle unique. Je joue e4.

Lire la suite
An 13 - Une rencontre entre deux mondes
Quartiers claniques
Quartier Chikara
Chikara Hikaru Chikara Manjiro Gaikotsu Akiko 8
Il y a plus d'un mois
Gaikotsu Akiko
En savoir plus
Dans le quartier du clan Chikara à Konoha, l'été apporte des parfums délicieux de cuisine de rue. Akiko, habillée d'un kimono rouge, se prépare à avouer ses sentiments à Chikara Hikaru, le célèbre jeune homme. Malgré son assurance apparente, elle ressent une certaine appréhension, mais sa détermination demeure forte.

Le soleil couchant baignait la scène d'une lumière dorée, créant une atmosphère presque irréelle alors que Chikara Hikaru, l'héritier du clan, se tenait devant Akiko. Son regard pénétrant scrutait la jeune femme, mêlant autorité et inquiétude dans une expression à la fois sévère et bienveillante. Lorsque le prénom de Hikaru s'échappa involontairement des lèvres d'Akiko, cette dernière semblait au plus bas, le poids de la situation pesant lourdement sur ses épaules affaiblies. Cependant, la présence rassurante de Hikaru, même dans cet instant tendu, lui offrait un soutien inattendu et bienvenu. Akiko, épuisée mais reconnaissante pour le soutien inattendu de Hikaru, saisit la main qu'il lui tendait et se releva lentement, sentant un mélange de soulagement et de gratitude l'envahir. Son regard croisa celui de Hikaru, et dans cet échange silencieux, elle y lut une confiance renouvelée en ses propres capacités. Elle murmura alors d'une voix teintée d'une sincérité profonde. Merci, Hikaru-san Hikaru lui adressa un léger sourire, signe d'encouragement et de soutien. Puis, se détournant de la ruelle sombre où s'était déroulé l'affrontement, il invita Akiko à le suivre. Il répondit alors d'une voix empreinte d'une douce détermination : Viens. (...) Je vais te raccompagner chez toi. Tu as besoin de repos après tout cela. Sans un mot de protestation, Akiko acquiesça et suivit Hikaru hors de la ruelle, sentant un poids se soulever de ses épaules à mesure qu'ils s'éloignaient du lieu du combat. Elle savait que cette épreuve n'était que le début d'un long chemin vers la maîtrise de ses compétences de ninja. Après cette pénible confrontation et cette mésaventure, Akiko n'eut pas le courage d'offrir ses chocolats à son aîné, mais ce dernier, amusé de la situation, lui reprocha de ne pas lui en avoir donné. C'est alors qu'elle put réaliser son rêve et offrir ce doux présent à cet homme qu'elle aimait tant, tout cela au pied de la résidence Gaikotsu. Suite à cela, durant les jours suivants, Hikaru reprit les entraînements avec la jeune femme afin qu'elle s'améliore.

Lire la suite