Apprentissage et cafard

Année 7
Chakra bleu

Soshi avait rencontré Saru il y a quelques semaines, et depuis elle rôdait dans les tunnels, ne croisant rien de plus que des rats et des cloportes. Saru avait parlé d'un cafard, quelqu'un d'autre était donc présent dans les tunnels, et la jeune femme avait envie de le rencontrer. Sa première rencontre avec le singe lui avait tellement apporté, elle avait appris à maîtriser le Suiton, et à malaxer son chakra sur commande. Depuis elle avait réussi à changer son affinité en deux autres éléments par elle-même. Le lapin avait dit qu'il avait mis tout en elle. Qu'elle pourrait maîtriser tout les éléments, seulement il avait du la briser pour que son corps n'explose pas. Elle avait des facilités, mais ses capacités se dévoilerait petit à petit avec l'âge et l'entraînement.

Marchant les mains dans les poches, tapant de temps en temps un cailloux avec le pied, la jeune femme était certaine de rentrer bredouille une fois de plus. La chasse au cafard allait se solder par un échec. Mais au détour d'un couloir il était là. La jeune femme resta figé, comme tétanisé par le moment. Elle n'avait pas peur, mais une légère angoisse monta à son contact. Il semblait savoir qu'elle serait là, car il n'eut aucune réaction, et il ne l'attaqua pas non plus. La jeune femme toujours vêtu de son masque rouge et sa perruque blanche lui dit.

« C'est toi le cafard ? Je suis le caméléon, ça fait longtemps que je te cherche ! »


La jeune femme encore naïve de la vie, s'attendait à rencontrer quelqu'un enjouée et sympathique comme le singe, elle aura rapidement une surprise. Étant loin de se douter que le cafard était envoyé par le lapin pour l'entraîner. L'entraîner à avoir l'air humaine, à ce fondre dans la masse, à résister à la douleur, à passer pour une prostituée, une marchande, une clocharde, une femme riche. Il devait lui apprendre tout ça, et elle pensait être tombé dessus par hasard, sans ce doutait de la difficulté de ce qui l'attendait.

Publié le 01/07/2020 à 22h33

Le cafard
Chakra jaune

Usagi avait été clair: Forme le caméléon. Voilà que j'étais devenu un sensei officieux pour une de ces créations. Je me devais de faire d'elle, ce qu'on avait fait de moi: un corp à la disposition de Kumo. Certes, j'avais été formé par Hidemi et les ambitions de celle-ci était tel qu'elle avait créée l'arme que j'étais, faisant de moi le premier Miwaku qui pouvait aspirer à devenir Juunin au sein de Kumo. Alors, oui, j'étais une arme efficace, mais, Hidemi avait malgré cela su me laisser mon libre arbitre, chose que Usagi ne semblait guère désirer.
Finalement, avais-je le choix que de refuser de former ca chose ? Définitivement, non...
J'avais alors investi les couloirs du souterrain, conscient qu'elle était à ma recherche depuis désormais quelques jours. Oui, je l'avais suivit. Non, ce n'était pas difficile, je connaissais ce lieu comme ma poche. Il fallait également admettre qu'il était aisé de la suivre à la trace, elle avait cette fâcheuse manie que de frapper du pied les cailloux traînant au sol.
Je l'attendais, simplement adossé contre un mur dans l'un des nombreux couloirs.

« C'est moi... »


Ma voix n'exprimait aucune once d'émotion. Je n'étais ni heureux d'être là, ni malheureux. J’obéissais simplement aux ordres. Je la dévisageait de la tête au pied. Analysant ses formes, sa musculature. Je la jaugeais.

« Hum... Je sais.... »


Je fis quelques pas dans sa direction. Je faisais bien une vingtaine de centimètre de plus qu'elle, ainsi je la regardai du haut de mon mètre quatre vingts six au travers des deux trous sculpté dans mon masque.

« Suis moi... »


Je la dépassa sur sa gauche et continua d'avancer sans prendre le temps de savoir si celle-ci me suivait ou pas. Bien qu'en réalité, la resonance du bruit de ces pas contre les murs du couloir m'indiquait qu'elle suivait. Je tournai à droite et pénétrai dans une salle relativement vague.

« Pourquoi me cherches tu ? »

Publié le 02/07/2020 à 00h17

Chakra bleu

Le cafard semblait lui aussi à la recherche de la jeune femme, et cela étonna grandement Soshi. Elle qui pensait enfin avoir réussi à lui tomber dessus, elle ne pouvait pas laisser exploser sa joie, en apprenant que le fait de trouver le cafard n'était pas du fait de Soshi. C'était sans doute encore un coup de papa lapin. Genichi avança jusqu'à la jeune femme, la regardant à travers son masque. Le Singe n'avait jamais fait ressentir à Soshi ce qu'elle ressentait en ce moment. L'angoisse, la sensation d'impuissance, cela sauté au yeux que le cafard était bien plus fort qu'elle. Elle le suivit sans discuter et se senti un peu bête en répondant à sa question.

« Je... euh... j'ai rencontré le singe, et il m'a appris beaucoup de chose pour m'améliorer, et il m'a dit que le cafard était bien plus fort que lui... Mais je me rend compte que c'est un peu idiot en fait. »


La jeune femme était mal à l'aise, et son visage était sans doute aussi rouge que son masque. De plus, comment elle était loin d'être aussi bête que le singe, et elle s'inquiétait de suivre le cafard sans savoir où il était en train de l'emmener. Saru lui avait suivit Soshi sans discuter et il était tombé dans un piège. La jeune femme n'avait pas l'intention de se laisser faire de la même façon. Après plusieurs dizaine de mètres à marcher elle s'arrêta et lui dit.

« Tu m'emmènes où ? Je n'aime pas ne pas être au courant ! Je ne ferais pas un pas de plus sans avoir la preuve que ce n'est pas un piège. »


La jeune femme était sur ses gardes, elle ne faisait pas le poids contre Genichi, mais ce n'était pas une raison pour se laisser kidnapper sans combattre.

Publié le 02/07/2020 à 10h44

Le cafard
Chakra jaune

Je rigolai intérieurement lorsque le caméléon m’annonça que le singe pensait que j'étais supérieur à lui. Il n'avait pas tord... Plus les années passait, plus je creusais un fossé entre les autres ninjas et moi. J'étais devenu l'arme efficace que je rêvais d'être, mais ceci ne me suffisait pas. Je voulais constamment devenir plus fort...

« Qu'est-ce qui est idiot ? Tu doutes de mes capacités ? »


Sa réponse m'importait peu, je ne désirai qu'une seule chose: la mettre mal à l'aise. Bien qu'il semblait évident par sa posture que c'était déjà le cas. Si le lapin le lapin voulait que cette femme devienne une arme parfaite, je me devais de lui faire connaître tout une palette d'émotion et que chacune de celle-ci ne soit que feinte. Rien de réelle ne devait apparaître. Rien...
Alors, lorsqu'elle décida de s'arrêter dans la vague salle où nous nous trouvions prétextant ne pas aimer cela ou encore ne pas souhaiter tomber dans un piège, ceci m'insupporta. Mais, je ne laissa pas la colère me dominer. Je n'étais pas ce genre de personne. Je ne laissai jamais mes émotions prendre le dessus. J'étais ce que devais devenir la caméléon. Une personne laissant chacune de ces émotions de côté lorsque celui-ci était en mission...
Je me retourna et fit quelques pas en avant vers elle, l’agressivité émanait de ma personne. L'atmosphère devait se faire pesante.

« Ce que tu aimes ou n'aime pas, j'en ai rien à foutre ! Et à compter de maintenant, ca en sera de même pour toi ! Si je te dis de lécher le sol, tu léchera le sol. Que tu aimes cela ou pas. Tu ne t'appartiens plus. Le lapin m'a dit de te modeler. Et j'ai le champs libre. Donc jusqu'à nouvelle ordre, tu m'appartiens ! »


Je n'aimais pas être le salopart que je représentai actuellement. Je ne prenais aucun plaisir à la traiter de la sorte. Ma passion était le combat, la mort de mes adversaires, nullement la maltraitance et l'humiliation. Mais lorsque je recevais un ordre, tout ce que j'aimais ou n'aimais pas, ne m'importait plus. J'allais au bout de ma mission, point barre. Et pour accomplir la tâche qui était la mienne actuellement, je me devais d'être cet enfoiré.
Avec une vitesse incroyable, digne de mes nombreuses années d'entraînement, le dos de ma main vient gifler avec violence le masque du caméléon.

« Règle numéro 1, dans la vie, chaque instant peut-être un piège. Tu ne demandera jamais plus une preuve de quoi que ce soit. Les preuves fournis par les autres ne sont jamais une source fiable, seule les indices que tu récupères par toi même sont digne de confiance. »


« Quelque chose à rajouter ? Une question ? »

Publié le 02/07/2020 à 12h30

Afficher les techniques utilisées
Chakra bleu

La belle jeune femme avait bien raison, le cafard était loin d'être amical, et lorsqu'il la frappa au visage, elle n'eut même pas le temps de voir arriver sa main, qu'elle eu l'impression que le plafond venait de s'écrouler sur sa tête. Sous son masque, elle sentait le sang couler de sa lèvre qui venait d'exploser. Après ça elle compris que sa vie allait être complètement différente maintenant. La jeune femme se contenta de répondre.

« Non, pas de question... »


Elle était déjà soumise au cafard, il pourrait maintenant faire tout ce qu'il veut d'elle. Papa lapin avait donné les ordres, elle n'avait pas le droit de refuser, c'était comme ça, c'était inscrit dans son adn. Elle devait obéir. Elle suivit alors jusqu'à une petite salle, une salle complètement vide. Il devait la modeler à son image, comment allait il faire ça ? Comment la rendre totalement insensible aux émotions ? En lui faisait tellement ressentir qu'elle ne les ressentirait plus jamais ?

« Qu'est-ce que ? Qu'est-ce que tu vas faire de moi ? »


La peur, Genichi pourrait renifler la peur chez la jeune femme. Il allait pouvoir l'humilier, la maltraiter, prendre possession de son corps, de son esprit. Soshi le savait, elle l'accepterais autant que possible. Mais elle ne se sentait pas prête pour tout ça.

« Je... Je préférerais retourner dans ma chambre... »


Le seul endroit de sécurité de sa vie, son havre de paix. Mais allait elle le rester maintenant que le cafard était dans sa vie....

Publié le 03/07/2020 à 11h19

Le cafard
Chakra jaune

Cette nana se foutait vraiment de ma gueule ? Je venais de lui demander si elle avait la moindre question et m'avait répondu par la négatif et voilà que seulement quelques instants plus tard, elle me demanda ce que j'allais faire d'elle... C'était donc une question... Et, je devais me montrer intransigeant...

« Réfléchis avant de parler, idiote ! Ce que je vais faire de toi ? Ma chose... Je vais te détruire afin de te reconstruire plus forte que tu ne l'es ! Tu vas vivre mile et un supplice avec moi. Et si tu es bonne élève peut-être finiras-tu par devenir aussi forte que moi, c'est pour ca que tu me cherchais non ? »


Je pouvais percevoir sa peur dans le timbre de sa voix, dans son corps tremblant, tout son être reflétai la trouille. Je ne pouvais pas lui en vouloir, je craignais également Hidemi... Mais jamais je n'aurai émis l'hypothèse de me défiler comme elle venait de le faire... Le lapin venait de m'offrir une tâche bien difficile semblerait-il ? Après la première gifle elle demandait déjà à rejoindre sa chambre.
J'enleva mon masque et dévoilai ainsi mon visage tacheté de noir, mon étrange coupe de cheveux et mes yeux vide de tout sentiment. Aucun doute que mon visage pouvait être davantage effrayant que mon masque...

« Bien sûr que tu peux retourner dans ta chambre... Bien sûr, je n'avais pas conscience que tu étais fatiguée »


J'étais entrain d'ironiser la situation avant de reprendre mon sérieux.

« A condition que tu acceptes de recevoir trente coups de poing au visage. Mais je te préviens, à côté de cela, ma gifle était une douce caresse. »


« Alors ? Ta décision ?! »

Publié le 07/07/2020 à 00h01

Chakra bleu

Genichi n'était vraiment pas commode, et Soshi le ressentait au fond d'elle, il était là pour lui faire du mal. Elle avait l'impression d'être une proie dans l'oeil du prédateur. Quelle erreur elle venait de faire en lui demandant de retourner dans sa chambre. Lorsqu'il retira son masque, un frisson parcouru l'échine de la jeune femme. Il faisait moins peur avec le masque. Pourvu qu'il ne lui demande pas d'enlever son masque également. Elle ne l'avait jamais enlevé devant personne, et elle ne savait pas si elle était prête à le faire.

« Non... Je vais rester avec toi plutôt. »


Elle n'était pas folle, trente coup de poing direct de cet homme allait la tuer à coup sûr. Elle pourrait se défendre, mais son répertoire était encore bien trop limité pour espérer quoi que ce soit face au cafard.

« En quoi consiste l'entraînement ? Tu vas m'apprendre des jutsu ? Des affinités peut-être ? »


La jeune femme était bien naïve, elle allait clairement subir des chose immonde, violente, humiliante, dégradante, au contact du cafard. Elle avait peur, une peur profonde au fond de ses tripes, la sensation qu'elle n'allait plus jamais être la même a compté de ce jour.

Publié le 07/07/2020 à 09h59

Le cafard
Chakra jaune

Je savais pertinemment qu'une offre de trente coup de poing serait dissuasif, mais ce qu'elle ne savait pas, c'était que finalement cette proposition se serait montrée moins difficile que ce qui suivrait au cours de la journée. Premièrement car elle allait malgré tout recevoir certain coup d'ici quelques instants pour avoir simplement proposer de vouloir retourner dans sa chambre et fuir son entrainement. Je n'étais pas nounou, j'étais une arme et je ne désirai pas perdre mon temps avec une personne incapable de surmonter ses frayeurs avant même de connaître la totalité de ce qui l'attendais...
Le stress et la peur faisait bien souvent augmenter l'envie de parler, l'envie de savoir, ce besoin irrépressible de s'informer sur ce que nous allions subir. Finalement, son comportement était "normal", humain. Mais ce n'était pas ce qu'on attendait d'elle. Alors, elle me demanda en quoi allait consister son apprentissage. Des jutsus et des affinités, non, ce n'était pas ca. Le lapin m'avait fait un topo sur sa facilité à malaxer son chakra pour le transformer à sa guise en différente affinité. C'était également une des raison qui l'avait poussé à faire d'elle mon élève, puisque moi même possédais ce talent naturel.

« Non, ceci, tu l'apprendras toi même. Le lapin m'a expliqué que tu possédais déjà la réflexion nécessaire à l'apprentissage de la malaxation de ton chakra.[ Toujours est-il que si un jour tu as besoin de conseil sur l'un de ces points, je t'autorise à me questionner. »


« Mais avant toutes choses, je dois commencer par te punir... Jamais nous ne fuyons un entraînement, jamais nous espérons trouver la facilité ! »


Je tendis la main vers elle.

« Donnes moi ta main et par pitié, ne m'offre pas d'hésitation ! »


Le caméléon fini par tendre sa main vers la mienne. Et je la pris avec délicatesse et douceur malgré les cales que possédais mes mains à force de manier des armes.

« A compter de ce jour, tu rejoindras ta chambre uniquement lorsque je t'en donnerai l'autorisation et plus jamais tu ne me demandera quoi que ce soit qui pourrais ressembler à une faveur ! Est-ce claire ? »


Je sentis sa main trembler dans la mienne. Était-elle entrain de pleurer sous son masque ? Peut-être, ceci était compréhensible, j'étais entrain de lui annoncer que sa vie ne lui appartenait plus et qu'aucune douceur ne ferait partit de son monde tant que je serai dans sa vie.
Avant même d'entendre la réponse, je lui envoya une décharge électrique par la main. Je ne mentirai pas, j'y étais allé fort et j'avais mit une quantité de chakra conséquent... Son corps devait crier de douleurs, aucun doute qu'elle finirai au sol, les jambes incapable de la tenir plus longtemps. Je regardai de mes yeux vide les arcs bleuté de l’électricité transité dans son corps que je mettais à dure épreuve. Je ne prenais pas de plaisir, j'aurai même pu éprouver de la peine pour cette femme que je ne connaissais pas et que j'étais entrain de torturer... Mais ceci était un ordre... Alors, enfin, après quelques longues secondes, je relâcha sa main...

Publié le 07/07/2020 à 11h13

Afficher les techniques utilisées
Chakra bleu

Les choses étaient réellement dur à encaisser pour la jeune Miwaku. Elle aimait qui elle était, et elle allait devoir devenir quelqu'un d'autre sous la contrainte. Le Cafard n'avait rien en commun avec Saru, il était véritablement un monstre sans cœur, la jeune femme était terrifié, elle tremblait, des larmes de peur coulait sur ses joue, et du sang coulait de sa lèvre suite à la gifle. Mais bien sûr tout ça était masqué par son masque.

La jeune femme savait un peu se battre, elle aurait pu attaquer, essayer de se défendre. Mais c'était peine perdu, et dieu sais quel traitement il lui ferait subir pour un tel affront envers lui. Alors elle le laissa gérer la suite, elle lui donna la main, et un instant elle pensa même que c'était terminé. Sous son masque, elle fit même un petit sourire de soulagement, puis elle senti une douleur inconnue.

Son corps se mis à trembler, son cœur accéléra de manière inquiétante, et cette sensation de brûlure dans tout son corps, c'était horrible, intenable, la jeune femme tomba au sol prise de convulsions. Et puis la douleur se mêla à la gêne, sous l'effet de l'électricité dans son corps, sa vessie lâcha. L'urine coula le long de ses cuisses, et elle se mis à pleurer. Il était courant de se faire dessus pendant une électrocution, mais elle savait que Genichi allait la punir pour ça aussi.

Roulait en boule au sol, la jeune femme avait des convulsions par moment, elle baignait dans sa propre urine, et tentait tant bien que mal de retenir ses sanglot. Malgré son âge, elle n'était encore qu'une petite-fille en mal d'affection dans son esprit. La manière dont Usagi l'avait élevé était tout simplement de la torture psychologique, et voilà maintenant qu'il y ajoutait de la torture physique. Sans que le cafard n'ait rien à dire, la jeune femme se releva pour lui faire face. Plus un mot ne sorti de sa bouche, de peur d'être puni pour avoir parlé.

« Passons à la suite. »


C'était osé de la par de la jeune femme, mais peut-être qu'il préférerait se comportement. Bien sûr elle n'avait aucune envie de connaitre la suite.

Publié le 07/07/2020 à 23h21

Le cafard
Chakra jaune

Je regardai la caméléon au sol, avec de la pitié dans un premier temps et avec une once de peine par la suite. Certain discours de l'Okasan me revenait, elle m'avait constamment répété que je ne devais pas être une simple arme qui exécutait, mais également une âme bien vivante, apte à réfléchir par moi-même... Mais finalement qu'avais-je fait de son anciennement ? Je l'avais mit de côté afin de complaire à Hidemi, à mon Raikage, à Kumo tout entier. J'avais pris pour seul objectif d'être celui dont tout le monde connaisserait le nom pour avoir fièrement servit son village. Et encore une fois, malgré que mon coeur se serrai légèrement pour cette femme... Je restai concentré sur une seule chose: exécuter les missions qui mon été attribué, peut importait le coût.
Alors que le corps de la caméléon subissait encore quelques spasmes au sol. Je pris conscience qu'elle s'était pisser dessus. C'était l'une des défauts de l’électrocution, la vessie lâchait... Tant pis, celle-ci resterai à baigner dans sa propre urine jusqu'à ce que j'en ai fini avec elle. Cela ne ferai que renforcer son entrainement.
Sincèrement, je pensais que cette femme resterai là, allongé jusqu'à ce que je lui ordonne de se relever ou que je finisse par la tuer de mes coups, mais un léger changement dans son comportement se fit apercevoir malgré le fait qu'elle avait craqué et pleurer lorsqu'elle était au sol. La caméléon se redressa et me fit face, osant même me demander de passer à la suite. J'appréciai le cran dont elle venait de faire face, mais je ne pouvais pas encore la féliciter, non, je devais l'endurcir et la rabaisser plus bas que terre avant cela...

« La suite ? »


J’élança mon pied droit directement au niveau de son abdomen avec ma vitesse habituelle, ne lui offrant ainsi aucune chance d'éviter l'impact qui se verrait accentué par les poids que je portais au tibia. Je le regrada s’effondrer à nouveau au sol, directement dans son urine, le souffle coupée par la violence du coup. Je savais que cela serait douloureux, mais je savais également que le pire était le lendemain, lorsque notre corps devenait aussi rigide qu'une barre de fer.

« Plus jamais tu ne te pissera dessus devant moi ! Et plus jamais tu ne me donnera d'ordre, nous passerons à la suite lorsque je l'aurais décidé ! Et je l'ai décidé maintenant ! »


Je lui tourna le dos, conscient qu'elle pourrait saisir cette chance pour m'attaquer, mais, la réalité était que je ne la craignais pour rien au monde.

« Mets toi en sous-vêtement... Et met tes fringues à côté de toi, histoire que tu conserves ta bonne odeur de pisse avec toi ! »


Je fis quelques pas afin de sortir de l'ombre une grande malle. Je sortis de celle-ci deux grosses bougies et deux minuscule coupelle.

« Assis toi en tailleur et lève les bras au ciel. »


Alors que la caméléon s'exécutait, je vins déposer dans le creux de ces mains les deux coupelles et les bougies en leurs centres.

« Tu as une seule chose à faire: ne rien faire ! Tu dois simplement garder cette position: les bras levé au ciel avec les bougies. Si tes bras descende, tu recevras des coups de bâton avant de recommencer encore et encore... Petite précision, je vais allumer les bougies, les coupelles sont trop petite pour récupérer toute la cire qui va s'écouler... Donc forcément, ca va déborder... s'écouler le long de tes bras... te faire souffrir... Mais ce n'est pas une raison pour baisser les bras ! Et sache que si je t'entends geindre, la punition sera encore plus sévère ! Tu comprendras également pourquoi je t'ai fait mettre en sous vêtement... Si jamais tu as le malheur de trop bouger, tu te brûlera à plusieurs endroits... »


Sur ce, je craqua une allumette et vint allumer les bougies.

« Bon courage ! »

Publié le 07/07/2020 à 23h53

Afficher les techniques utilisées
Chakra bleu

Le moment était tellement difficile, tellement sordide pour le caméléon, et la suite de l'aventure s'annonçait encore bien pire que ce qui venait de se passer. La jeune femme exécuta les ordre et se mit en sous-vêtement, laissant une vue imprenable à Genichi, principalement source son dos recouvert des sceau de Usagi, signe des multiples expériences qu'il lui avait fait subir. Si elle avait su qu'elle allait finir dans cette tenues, elle aurait mis quelque chose de plus ample qu'un simple string. Et elle aurait définitivement mis un soutiens gorge. La voilà sans haute, et avec un minuscule morceau de tissus imbibés d'urine, à genoux devant le cafard. Les bras tendus, elle prit les bougie et commença le premier entraînement.

C'était très difficile, la gêne de la tenue, de l'odeur de l'urine, la difficulté musculaire, et la douleur dû aux flammes et à la cire. La jeune femme tenait, de temps en temps elle baissait un peu les bras, mais le cafard la remettait vite à sa place avec son bâton. Les larmes coulaient sous son masque. Mais elle ne faisait aucun bruit, le cafard ne devait pas s'en rendre compte. La cire avait imbibés les mains de la jeune femme, elle était affreusement brûlée. Cela faisait de longue minutes, et elle n'en pouvait plus. À aucun moment elle ne se plaint, mais malheureusement, sous la douleur elle laissa tomber les bougies. Tout de suite, elle se roula en boule protégeant sa terre avec ses mains. Elle savait ce qui l'attendait.

« Je suis désolé ! Je t'en supplie, j'ai fais de mon mieux. »


La douleur était horrible dans ses mains, la cire avait séché sur ses mains. Elle allait passer de mauvais moment demain pour retirer tout ça. De plus elle avait peur que la vue de son corp presque nu, ne donne des idées au cafard.

Publié le 08/07/2020 à 23h07

Le cafard
Chakra jaune

Ce qui devait arriver... arriva... Il n'y avait aucune autre issu possible. Jamais je ne lui aurait permis de rabaisser ses bras et inévitablement, la fatigue l'aurai emporté. Et lorsque les bougies chuta sur le sol, le premier réflexe de la femme fit de se mettre en boule au sol et de me supplier de la pardonner. Grossière erreur...

« Tu as échoué... cela ne m'étonne guère... »


Je me rapprocha de son corps nue, elle devait entendre chaque pas me rapprochant d'elle. Aucun doute qu'elle s'attendait à recevoir des coups et chaque bruit de pas devait être un supplice pour elle, le supplice d'attendre sa correction...

« Si tu te met en boule, comment tu peux te défendre convenablement ? Comment guetter la moindre possibilité de contre attaqué ? Non, en boule, tu n'as qu'une chose à faire, attendre que cela se passe et lors d'un combat, c'est la mort assurée... »


J'arrivai devant elle, mes pieds dans sa flaque d'urine. Je la regardai, non pas avec désirs, bien que son corps était parfait et désirable. Mais je n'étais pas ici pour ce genre de chose, j'étais là pour la former et non pas pour fantasmer sur elle.
J'approchai ma main de la sienne et lui agrippa doucement. La sienne était couverte de cire, aucun doute qu'elle avait subit le martyre... Je tira doucement sur sa main afin de l'aider à se relever.

« Je pense que ces quelques minutes avec moi aujourd'hui sont suffisante pour un commencement... »


Je n'avais pas lâché sa main pour autant. Et j'utilisa Hitsumumu, ma main se mit à chauffer et la cire collé sur la main de la jeune femme se remit à fondre, coulant ainsi sur le sol mais également sur ma main. Je ressentis la brûlure que cela provoquai, mais celle-ci ne me dérangeai pas, j'avais connu bien pire dans ma vie... Par contre... La cire crépitante mêlé à la chaleur de ma main brulerai davantage la jeune femme qui me faisait face...

« Regardes ma main, ai-je l'aire de me plaindre la souffrance ? Non, je l'endure, elle fait partie intégrante de moi... Voit cet acte comme un soutient en ta condition... Ce que je t'enseigne, je le connais également ! »


Alors, je relâcha ma prise doucement.

« Tu es libre de disposé maintenant... Je viendrai te chercher demain à la première heure directement dans ta chambre... »

Publié le 08/07/2020 à 23h52

Afficher les techniques utilisées