Entretiens avec une blonde

Année 8 | Printemps
Chakra bleu

Avec assurance, sans montrée une once d’hésitation, Kioko s’était emparé de la lotion que je lui avais tendue. Bien que seulement à moitié remplie, elle avait pris ce soin pour cheveux comme paiement pour cet entrainement. Elle n’avait respecté qu’à moitié les termes de notre accord, il était donc normal qu’elle ne reçoive que la moitié du paiement.
Malheureusement, en acceptant ce liquide pour cheveux qui semblait lui tenir tant à cœur, elle me privait d’échange de coup avec elle. Il ne me serait pas possible d’en apprendre plus sur elle, sur ses mécanismes instinctifs et ses réflexes aujourd’hui. J’allais devoir, une fois de plus, devoir user de ma nouvelle position et surtout de mes talents pour parvenir à mes fins et obtenir un nouvel entretien avec elle. Cependant, cette journée n’avait pas été dépourvu d’intérêt. J’avais appris certaine chose la concernant, tant sur le plan psychologique que de son histoire. Peut-être pourrais-je un jour faire plier son esprit et faire d’elle une alliée de choix.

Pour le moment, elle refusait de continuer à me combattre, préférant conserver son capital beauté qui, à cause de son emprisonnement, se dégradait de jour en jour. Elle souhaitait peut-être garder un peu d’énergies en réserve, pour autre chose. Peut-être pour une activité nocturne plus attrayante mais plus certainement pour un entrainement en solitaire ou pour un combat futur.

Soudain, Kioko s’exprima à cœur ouvert, comme dans une confidence désintéressé. Cette phrase, simple, semblait être vraie et sans arrière-pensée calculé, contrairement à nombre de celle que nous nous étions échangés jusqu’alors. Méfiant, sur mes gardes, je pris néanmoins la parole.
« Je comprends votre lassitude, mademoiselle. Il n’est pas aisé d’être dans votre position. »


Mais il n’était pas aisé d’être dans ma position non plus. Je ne devais pas apporter une aide trop visible à la jeune femme de peur d’une personne plus puissante et plus influente n’en aperçoit et comprenne mes plans. Mon ambition. Après tout, avant de faire de Kioko mon alliée, j’allais faire d’elle mon cheval gagnant. Plus elle serait forte et paraitrait faible, plus je gagnerais ;

« Malheureusement, vous apporter une aide trop visible est également dangereux. Même pour un Hattori tel que moi. Il y a toujours plus puissant que soit et le risque ne vient pas toujours d’en haut. »


Il était encore trop tôt pour révéler à l’ancienne Kiri-jin ce que je voulais faire. Je ne pouvais me permettre de lui accorder une confiance aveugle, même si elle semblait sincère actuellement. L’information c’est le pouvoir. Et je me devais de garder le pouvoir.

Publié le 09/09/2020 à 20h11

La Sirène Élémentaliste
Chakra bleu

Nezumi lui répondit avec autant d'honnêteté qu'elle lui en avait donné. Même si sa réponse n'était pas réjouissante, cela lui fit plaisir. Plaisir que quelqu'un reconnaisse l'horreur de son état actuel. Elle n'avait parlé avec autant de franchise à personne depuis son arrivée à Kumo. Kioko n'était pas du genre à dévoiler le fond de sa pensée, elle préférait ses mascarades qui en mettaient plein la vue de ses interlocuteurs.
Elle lui fit un sourire amical en guise de remerciement. Un sourire libéré de clins d'oeil malicieux, jeux de cheveux ou de regard. Un sourire simple, sincère.

« Merci, Nezumi-kun. Je comprend votre position. »


Elle serra sa petite bouteille de shampoing contre elle comme s'il s'agissait de son bien le plus précieux. Allait-elle seulement l'utiliser ou l'ouvrir de temps en temps juste pour sentir sa bonne odeur ? Elle ne savait pas encore.

« J'en ferais bon usage ! Si vous voyez mes cheveux briller de mille feu à mon prochain combat, vous saurez que c'est grace à vous ! »


Elle gloussa. Les gardes s'approchèrent pour la raccompagner dans sa cellule, après tout, elle avait décidé d'arrêter là l'entrainement.

« A ... la prochaine alors ? »


Et elle partit accompagné de ses gardes habituels vers sa cellule, le pas un peu plus léger.

Publié le 13/09/2020 à 16h48

Chakra bleu

Nous étions seuls pour le moment. Aucun garde, aucun autre prisonnier. Aucune oreille indiscrète qui aurait pu répéter le contenu de cette conversation. Cependant, je m’étais refusé à parler réellement à coeur ouvert. Après tout, avec ce masque sur le visage, je n’étais pas Uzumaki Soma, je n’étais plus le ninja qui cherchait encore sa place dans ce village. Dans cet Empire. Lorsque j’avais ce masque sur le visage, je devais Hattori Nezumi. Je devais un autre homme. Je devais .. autre chose. Du moins, c’est ce que je tentais de faire. Mais la construction d’une nouvelle identitée prend du temps…

Observant la jeune femme blonde serrer contre elle la petite bouteille que je lui avais offert, je compris que l’un de mes but commençaient à être atteint. Bientôt, il ne me resterait plus qu’à cueillir le fruit de mon labeur. Mais, pour le moment, il était encore trop tôt.

« Je ne doute pas que vous en ferez bon usage. »

Soma fit alors signe aux gardes de s'approcher afin de faire conduire la jeune femme dans sa cellule. Il était grand temps que leur entrevue ne s’arrête. Il ne fallait pas éveiller de soupçon quant à mes réelles intention concernant la jeune femme. Il était déjà assez étrange comme cela qu’aucun cri n’est retenti, qu’aucune marque ne soit visible sur le corps de la prisonnière et qu’elle reparte le sourire au lèvre. Heureusement que le nom de mon senseï, Usagi l’homme étrange à la tête de lapin, permettait de paraître moins suspect.

Alors qu’elle s'apprêtait à quitter la pièce, Kioko lança un dernier regard, une dernière phrase, dans ma direction. Cependant, je ne lui fis part d’aucune réponse verbale. Seul un léger sourire en coin s’afficha sur mon visage laissant à penser que nous nous reverrons effectivement.

Publié le 14/09/2020 à 21h33