S'infiltrer en ville

Année 9 | Automne
Garçon étrange
Chakra bleu

Ton voyage aux côtés de Kitaï et du Prince des Kenketsu suivait son cours. Les jours se suivaient, et se composaient principalement de long temps de marche. Mais Kitai avait une bien meilleure forme physique que la tienne, si bien que le rythme de marche se callait naturellement sur ton endurance à toi. Également, tu trouvais que le temps passait plus vite. Rare était les jours sans que Kitaï ne t’arrache un sourire, ou n’illumine ta journée d’un moment profondément humain, en jouant au comique. Les jours étaient moins lourds, moins étouffant. Cela te faisait du bien.

Globalement, tu étais plus heureux, et tu te sentais plus en sécurité à ses côtés.

Mais ce sentiment ne t’empêchait pas de faire preuve de la plus grande des prudences quand il s’agissait de rejoindre une grande ville, surtout comme Kozan, la ville des Mineurs. Bien protégé en apparence, tu savais que non-loin existait des réseaux criminels faisant passer les armes dans le marché noir. Tu avais d’ailleurs déjà réussi à te fournir dans ces réseaux obscurs du matériel médical de pointe. Mais cette fois, tu n’étais pas seul, et tu te doutais que Kitai n’eût pas les mêmes prédispositions que toi à demeurer discret.

« Arrêtons-nous ici, Kitaï. »


La ville était non loin, à la bordure entre les plaines enneigées de Yuki, et les marécages gargantuesques de Taki. La première des missions avant de rejoindre la ville, c’était bien évidemment de réussir à y entrer. C’était un bon endroit pour décider d’une éventuelle stratégie.

« Kozan est une ville minière apportant énormément de richesse à Tekunoroji. Elle est étroitement surveillée, mais cela n’empêche pas pour autant le marché noir et la criminalité de prospérer… »


Tu pointas le visage de Kitaï.

« Le problème, c’est que tu as les cheveux blancs, et ce n’est pas une couleur propre aux civils. Alors avec tes yeux rouges… Même si tu étais albinos, ça serait difficile que tu passes inaperçue face aux gardes. Surtout que j’ai encore ton sang en attente d’analyse sur moi. Et en plus, j’ai également les yeux rouges. Et si on nous fouille et qu’on trouve le Prince… Ça serait difficile à expliquer…Surtout qu’ils ne doivent pas le trouver. »


Tu fixas Kitaï, il savait tout comme toi l'importance de passer inapperçue... Car si les Kenketsu avait vent que vous transportiez leur Créateur, les choses deviendrait compliquées. Très compliquées.

« Il va falloir s’infiltrer dans la ville. Une fois à l’intérieur, ce sera plus simple de passer inaperçu. Pour partir, également, puisqu’on fouille rarement les sortants. Donc avant de mettre en place une stratégie, j’aimerais savoir plus en détails ce que tu sais faire. En quoi tu es bon. »


Tu lui fis un sourire.

« Pour m’a part, je m’y connais en Genjutsu et en Iroujutsu… Mais mon physique m’interdit les courses-poursuites. Et j’aimerais éviter d’utiliser mon chakra. Alors si on peut trouver une alternative pour éviter que j’utilise mon chakra… Je te serais reconnaissant. Une idée ? »


Tu te doutais que c’est toi qui proposerais le plan final, mais tu aimais écouter le singe parler. Il avait une voix apaisante et rassurante, et c’était très agréable pour toi.

Publié le 06/08/2020 à 14h23

Chakra bleu

Honnêtement, c'était bien plus agréable de voyager en compagne d'un véritable humain fait de chair, d'os, et de chakra, qu'avec une entité donc la consistance était plus que suspecte et ne souhaitant qu'une chose, volez le corps d'un pauvre malheureux pour sa propre résurrection. Surtout qu'il n'était à point douter que le Prince avait toujours des vues sur le corps du singe. Le sceau d'Usagi l’intéresser particulièrement. Kitaï savait que sa situation personnelle n'était pas des plus sur, mais il n'avait pu s’empêcher de se laisser aller à quelques singeries dans le seul but de faire sourire son compagnon Gaikotsu. Lors de leur rencontre, il lui avait semblé évident qu'en plus du fanitique, ce dernier souffrais d'un trop-plein de sérieux. Même si la mort l'attend inéluctablement, il fallait également savoir profiter de la vie !

Lors de leur dernier arrêt, le duo n'était plus très loin de Kozan. Le début de leur quête contre le fanitique allait pouvoir commencer. Silencieusement, l'adolescent écouta les informations de Rei, tout en relevant son masque. Kozan était une ville de forgeron, et l'un des premières idées du singe était d'aller acheté de nouvelle lame. Bien qu'il apprécié bien l'arme de Bakura. Elle n'était pas totalement adaptée à son style de combat. Lui étant plutôt habitué à user deux lames. Il avait abandonné pas mal de matériel à Cha dont ces lames et ces poids. Ce qui nuirait à son entraînement continue. Le peu d'économie qu'il gardait depuis Kumo allait certainement y passer.

« Ah bon ? »

Kozan semblé protéger par la citadelle. Nom que Saru avait déjà entendu auprès d'Usagi. C'était une grande ville civile qui possédait sa propre force armée constituer de samurai. Apparemment, sa chevelure de Gaikotsu ne leur plairait pas.

« Ils sont racistes ? Il n'aime pas les Gaikotsu ici? »

Penchant la tête, Rei pourrait certainement croire que le singe plaisantait pour le coup. Sauf qu'il était bien sérieux. Il ne comprenait pas pourquoi il serait mal vu. Sa connaissance du monde actuel étant très limité. Visiblement, il allait falloir faire preuve de discrétion. Domaine dans lequel le ninja excellait évidemment. Il suffisait de voir son magnifique masque rouge stylisé au trait d'un singe à l'apparence démoniaque. Bon après, ce serait forcément plus discret que s'il s'avançait en arborant les cheveux noir et les pupille rouge caractéristique des vampire. Nul doute qu'il se ferait intercepter à peine le duo approcherait des portes...

« Moi, la bagarre, c'est mon domaine ! Maniement des sabres, taijutsu et une bonne maîtrise du suiton. Tu crains rien avec moi si on doit se battre ! Par contre la discrétion... Ce n'est pas vraiment mon fort ! Ahaha!!! »

Tout souriant, Kitai enchaîna.

« J'ai bien une technique pour me camoufler et déplacer sous forme d'une flaque de sang... Mais c'est loin d'être discret en ville. Dans un champ de bataille pourquoi pas... Mais dans ce cas, cela ne va pas trop nous aider. »

Se grattant la tête, Rei pourrait certainement faire quelque chose avec le genjutsu, mais il était inconcevable de le laisser user de son chakra.

« On peut toujours essayer de passer pour un groupe de mineur ? Sinon, je peux potentiellement faire diversion avec un clone de sang, mais... Ça peut être compliqué. Il voit ce que je vois donc c'est assez limité et je dois être immobile pour le contrôler... »

Publié le 06/08/2020 à 15h40

Garçon étrange
Chakra bleu

Les jours froids dans les bancs de neiges de Yuki que tu pouvais vivre, étaient réchauffés par la douce et apparente innocence, presque enfantine, de Kitaï. Tu aimais, sans trop savoir pourquoi, lorsqu’il te posait des questions qui te semblait évidente. Tu appréciais cette naïveté touchante, paradoxalement couplé à une puissance de feu extrêmement mature. C’était d’ailleurs peut-être ça, en plus de la présence de son sceau, qui te fascinait le plus chez lui.

« Ce n’est pas qu’il n’aime pas les Gaikotsu, mais ce sont deux Gaikotsu qui traîne ensemble qui risque d’attirer l’attention… Je ne sais pas si c’est une bonne idée, non ? Surtout que nous avons dans nos affaires des éléments… Compromettants. »


Tu parlais évidemment du Prince. Tu ignorais si tant de précautions étaient utiles, mais elles te semblaient nécessaire pour ne pas mettre inutilement vos vies en danger. Et sans surprise, le Singe démoniaque était ton parfait complément. Il excellait dans la bagarre, surtout au corps-à-corps, et n’était pas discret pour un sou. Effectivement, la technique de la flaque de sang, à moins de faire un carnage, n’allait pas servir à grand-chose... Et vu qu’il se promenait et arborait un masque rouge sang de Singe, tu te doutais bien que passer inaperçu était le cadet de ses soucis, et qu’il n’avait pas grand-chose d’autre dans son répertoire. Pourtant, il allait devoir faire avec durant un certain temps, du moins, jusqu’à ce que vous puissiez rejoindre les ruines du village de la brume : Kirigakure no Satô.

« Un groupe de mineur ? On est deux, et on n’a pas un tel équipement… Et non, pas de clone de sang. Il faut éviter de se faire remarquer. Une telle technique, ça mettrait les gardes en alerte, et surtout, ça éveillerait des soupçons. »


Tu croisais les bras. Le problème te semblait épineux.

« On peut toujours tenter de passer comme si de rien était. Mais s’ils décident de nous fouiller, on est cuit. Il faudra se rendre, s’expliquer et prier pour qu’ils comprennent, ou alors nous battre. Et dans le dernier cas, l’enquête sera impossible. Mais c’est la ville la plus proche du marécage où l’on peut se fournir en matériel médical de pointe… Donc, je ne sais pas. »


Tu soupirais.

« On peut aussi passer chacun son tour, à une ou deux heures d’intervalle et se rejoindre à l’intérieur. Mais c’est une grande ville… Donc se rejoindre sera également délicat. »


Ou alors, il y avait les bonnes vieilles habitudes.

« On peut également tenter de remonter un peu plus bas sur la route commerciale à la recherche d’un convoi à rejoindre. Là on rejoint le convoi, et on passera un peu plus inaperçu… Au risque de devoir les défendre face à des bandits. »


Et également la possibilité de la bonne vieille infiltration.

« On peut aussi attendre que les gardes soient moins nombreux, et tenter de s’infiltrer dans la ville au moment de la relève des gardes… »


Ou alors, tu allais devoir utiliser du chakra.

« On peut aussi attendre au milieu de la nuit, je lancerai un Genjutsu suffisamment puissant pour endormir les gardes, on passe, puis je le dissipe. Et il pensera simplement s’être assoupi. J’utiliserais mon chakra, mais c’est ce que je fais lorsque les convois tardent trop à venir, ou que je suis pressé. »


Tu regardais Kitaï.

« Qu’est-ce que tu en penses ? C’est quoi le mieux, d’après toi ? À moins que tu ais un autre plan ? »


Son avis était important. Tu devais savoir dans quoi il se sentait le plus à l’aise.

Publié le 08/08/2020 à 00h11

Chakra bleu

« AUCUNE IDÉE ! »

Souriant à pleine dent, il n'avait réellement aucune idée du pourquoi deux Gaikotsu pourrait être suspect. Peut-être, car leur clan son associé à Kiri, des ennemis de l'empire de Kumo. Ce qui n'était sans doute pas bon signe. Son masque ne l'aiderait pas du tout à être moins louche d'ailleurs. Il devrait certainement le laisser dans ces affaires. Ça l'embêter un peu, mais il vint finalement le ranger dans sa sacoche. Il n'avait plus l'habitude de voyager à visage découvert. Même si c'était fort agréable. Il avait l'impression qu'il lui manquait quelque chose sans lui. Des années d'habitude ne se perdaient pas si facilement.

Les idées de Kitaï ne semblaient pas avoir plus au Gaikotsu et pour cause, il n'avait pas grand chose pour les réaliser. Et la violence ne résoudrait pas ce problème. Il allait falloir maneuvrer plus subtilement.

« Pas question que tu use de ton chakra ! Y a bien trop de solutions. »

D'accord,, l'ancien sacrifié de Kiri avait promis d'aider son compagnon de route dans sa quête. Mais ce n'était sans doute pas une raison suffisante pour le surprotéger. L'idée des marchands était tentante, mais c'était prendre le risque d'être fouillé en même temps qu'eux. Le plus probant était sans doute de rentrer l'un après l'autre. Surtout que les deux voyager léger. Si Rei pouvait passer pour un simple civil sans difficulté. Kitaï aurait plus de mal avec la lame de Bakura.

« Je pense que chacun son tour et la meilleure idée. Puis, si je bois un peu de ton sang, je pourrais te retrouver plus facilement une fois en ville. Une autre surprise des vampires. »

Bon, il n'aurait pas la position exacte, mais pourrait le retrouver plus aisément. Le singe n'était pas d'une grande aide pour les plans. Il préférer ce déjà fait prêt à l'emploi. S'il était seul, il ne se serait sans doute pas pris autant la tête

Publié le 08/08/2020 à 22h26

Garçon étrange
Chakra bleu

Le sourire de Kitaï te surprit, avant de t’arracher un sourire, et un rire. C’était une drôle de personne. Naïve, mais touchante. Tu l’aimais bien. En quelque temps, toi qui étais plutôt loup solitaire, elle avait pris une importance presque capitale dans ton existence. Tes émotions dépassaient toutes logiques elles aussi. Normalement, une personne devient de plus en plus indispensable avec le temps. Ce phénomène était peut-être modulé par le nombre de personne que l’on connaissait ? Ou alors, c’était justement parce qu’il était la personne la « plus proche » de toi, qu’il avait une telle saillance. Tu n’en savais que trop rien.

Mais il voulait te protéger, et surtout, il t’interdisait d’utiliser ton chakra.

« Aye, aye… »


Certes, ne pas utiliser de jutsu pour éviter que la maladie ne progresse t’étais agréable, mais tu sentais que Kitaï allait être encore plus sévère que toi sur ce sujet. Cette attention qu’il te portait était touchante, elle aussi. Difficile de ne pas s’attacher à un garçon comme lui.

Mais son autre idée te fit froid dans le dos. Si bien que tu reculas un peu.

« Mon… Sang ? »


Tu te demandais si tu avais bien entendu. Il voulait boire ton sang ? Cela te mettait un peu la pression. Et s’il n’était pas… « bon » ? L’idée paraissait étrange. Est-ce que le sang avait un goût différent selon les personnes pour les vampires ? Et s’il ne pouvait pas s’arrêter ? Tu fixais ton équipier, l’air inquiet.

« Et… S’il n’était pas bon ? Ou au contraire… Trop bon ? Est-ce que ça à un goût particulier, au moins… ? »


Tu touchais machinalement ton cou. Est-ce qu’il allait te mordre à la carotide ?

« Tu… Tu sais comment faire ? C’est… Douloureux ? »


Tu ignorais un peu comment tout allait se passer. Est-ce qu’il allait te faire un bisou, te lécher la peau comme on se lècherai les babines avant un encas ? Tu n’en savais rien. Tu espérais simplement que ça allait se faire, vite et sans douleur. Peu rassuré, tu déboutonnas ta cape.

« Bon… Quand tu veux… »


Tu t’approchais, hésitant, et tu écartais ton haut de ton cou pour faire de la place. Tu ne savais pas s’il avait décidé de te croquer ici, ou sur un endroit un peu moins érotique. Mais cette zone était la première qui t’était venu à l’esprit, sûrement que tu avais lu un peu trop de roman d’auteur à l’eau de rose avec des vampires. Ou que ton imagination avait fait le reste. Ca, ou autre chose…

Publié le 11/08/2020 à 15h37

Chakra bleu

Penchant sa tête d'un côté, il ne comprit pas tout de suite la réaction de Rei à propos de son sang. Il était tout à fait normal d'avoir peur. Il ne souhaitait pas être changé en vampire. C'était totalement compréhensible. D’ailleurs Kitai n'avait nullement l'attention de changer quiconque. Seuls les vampires désireux de retrouver leurs humanités seraient sa cible maintenant. Mais au lieu d’arrêter ce qui était un gros malentendu sur les attentions du singe. Il préféra laisser Rei terminer. Gardant seulement la tête penchée comme s'il ne comprenait pas totalement la situation. Ce qui était un peu le cas au début.

Le laissant s'approchait, il était évident que son compagnon de voyage lui offrait sur un plateau son cou. Une vision fort alléchante pour un vampire. Sauf que le singe n'était pas sous sa forme de Kenketsu. Ce n'était donc pas intéressant. Puis, il ne savait même pas si son jutsu serait encore actif s'il activer son sceau pendant l'utilisation. Il était donc préférable d'assimiler le sang au dernier moment. Lorsque sa nature de vampire ne le compromettrait pas. S'approchant, il fit mine d'avoir l'attention de mordre l'adolescent, mais s’arrêtant. Se contentant alors d'éclater de rire avant de reculer.

« Pwahaha, je pensais pas à ça quand j'ai eu cette idée ! »

Rei avait une drôle d'image des vampires et c'était avec un certain plaisir que le singe allait partager les informations qu'il possédait à ce sujet.

« Alors d'abord, ton sang et forcément meilleur que celui des Mitsuna. C'est infect. Si je devais classer, celui des humains et meilleurs que celui des animaux qui est meilleur que les homme-poisson. Aucune idée de si ce sont mes goûts personnels d’ailleurs. Ensuite, oui, c'est douloureux une morsure, surtout au niveau du cou. »

Il passa brièvement sa main sur le sceau, endroit ou était encore visible la cicatrice des crocs du prince.

« Sinon, je suis sûr que tu as bon goût et que mon coté vampire aurait adoré croquer dans ton joli coup. Mais je n'ai pas envie de te transformer. Tu sais quelque goutte sur une lame ou autres suffisent... Après, je peux toujours te croquer si c'est ce que tu veux. »

Nouveau sourire, la réplique était totalement naïve venant du singe. Même si cette dernière pouvait être soumise à interprétation. Il vint ensuite nonchalamment mettre les mains derrière la tête.

« On a qu'à te faire une petite prise de sang. J'aurai qu'a le boire une fois en ville pour te retrouver plus facilement. Surtout qu'il faudra que je cache lorsque je serais en vampire. Autant le faire en ville. »

Publié le 11/08/2020 à 21h36

Garçon étrange
Chakra bleu

Il s’approchait. Tu sentais ton cœur bondir dans ta poitrine. Il n’avait répondu à aucune de tes questions, et c’était simplement contenter de pencher la tête, avant de s’approcher avidement de ton cou. Ton cœur battait, fort. Tu avais peur, mais tu avais aussi cette petite curiosité malsaine qui avais hâte de découvrir la suite. Est-ce que la sensation d’une morsure vampirique était moins douloureuse qu’une morsure humaine ? Est-ce qu’il sécrétait une sorte d’anesthésiant local pour endormir l’endroit où ils allaient mordre ? Tu allais découvrir tout cela.

Tu respirais rapidement, et tu fermas les yeux. Tu sentais son souffle sur ta gorge, si bien que cela donnait un air un peu érotique à cette scène, déjà loin d’être anodine. Caché dans les buissons, on aurait pu croire que vous n’étiez que deux adolescents découvrant le corps de l’un et de l’autre, et se cachant pour ne pas montrer leur différence. Et pourtant, cela était loin d’être la vérité. Les apparences étaient trompeuses.

Mais il recula, avant d’éclater de rire. Tu le regardais, d’un air perdu. Pourquoi ne l’avait-il pas fait ? Pourquoi avait-il agi comme ça ? Tu trouvas vite la réponse. Tu t’étais fait avoir par une blague du singe, encore une fois.

Donc une morsure était douloureuse. Et il te fit un compliment sur le probable goût de ton sang… On avait pu te complimenter sur ton joli minois plusieurs fois, ou sur tes dons en médecines, mais alors sur le goût de ton sang… C’était une première ! Si on t’avait dit ça, il y a déjà quelques jours, tu ne l’aurais pas cru.

« Merci… Je suppose que c’est… Un compliment… Donc… Merci. »


Tu étais perplexe. Est-ce que c’était une qualité que d’avoir un bon goût chez les vampires ? Un atour comme être mignon ? Intelligent ? Tu l’ignorais. Par contre, lorsque les compliments se firent un peu plus insistant, tu devins rouge de honte, surtout lorsqu’il te proposa de te mordre, si cela était ton souhait.

« No… Non !! Ça va aller ! La… La lame, c’est une bonne idée. »


Tu détournas le regard, avant de te rhabiller négligemment. Cela ne te ressemblait pas, mais tu devais avouer que cette situation t’était un peu… Gênante. Tu revins très rapidement à ton sérieux.

« Oui, je vais faire ça. »


Puis, tu sortis un peu de matériel, afin de déposer un peu de sang dans une fiole, que tu confias à Kitai.

« Tu me diras ce que tu en penses. J’y tiens. »


Après un petit pansement, et du rangement, tu te levas avant de prendre la route.

« J’y vais en premier. J’irais à une auberge dans des quartiers pauvres, ou malfamé. Je t’y attendrais là-bas. Oubli pas de te donner un faux nom. Et donne-moi les objets qui te seront trop sensibles si mis ensemble, on va partager. »


Puis tu te mis en route. Tu te faufilas entre deux groupes qui tentaient d’entrer en ville, et n’eût aucun problème pour passer la porte. Tu te présentais sous le nom de Itoka Kaisen, collectionneur d’arme. Un énième nom. Une énième identité. Personne ne pouvait vraiment savoir qui tu étais, de toute manière. Mais cela suffit à te laisser entrer dans la ville.

Après quelques renseignements, tu te dirigeas à la frontière des bas quartiers, attendant Kitai. Là, commencerait votre enquête pour retrouver Gaikotsu Masaru, ou du moins, ces labos.

Publié le 14/08/2020 à 15h49

Chakra bleu

Taquiner Rei faisait toujours sourire le singe. Il se surprenait lui-même à c'être si rapidement habitué à sa présence. Lui, qui devait pourtant, se montrait méfiant au vu de sa situation actuel. Être le geôlier du Prince n'était pas le rôle le plus sur qui puisse exister en ce bas monde. Laissant le médecin opérer, il observa donc le flacon contenant un peu du sang de son ami. Il n'éprouvait aucune attirance pour le sang en tant qu'humain. Mais il savait pertinemment que ce simple échantillon était, un met qui ne manquerais pas d'éveiller son appétit de vampire. Heureusement qu'il n'aurait pas à œuvrer trop longtemps ainsi.

Pendant l'échange, Rei présenta donc rapidement l'identité qu'il allait prendre. En tant que collectionneur d'arme, il serait plus à mêmes dans transporter. C'est ainsi que l'ex-kirijin lui confia la lame de Bakura. Kitaï ne transportant maintenant plus réellement d'arme, il préféra garder la fiole du Prince.

Observant le jeune blond s'en allait, Kitai était légèrement tendu. Surveillant de loin. Il fut soulagé lorsque ce dernier pénétra la ville. Il ne semblait donc pas avoir eu de souci. Peut-être qu'il s'en faisait pour rien après tout. Il prit donc le temps pour réfléchir à comment il allait faire lui-même. Sa chevelure blanche le caractériser tout de suite comme un Gaikotsu ce qui était légèrement problématique. Les idées les plus simples étant les meilleurs. Le shinobi décida d'user de ces dernières reliques de Kumo. Il possédait des masques, il se ferait simplement passer pour un artiste itinérant. Surtout qu'il voyageait léger maintenant. Remontant sa capuche sur la tête, il sortit les masques de Reds Monkey et Saru qu'il accrocha à sa ceinture. Umino Saru n'eu aucun mal a pénétrer la ville.

Une fois à l'intérieur, il voulut se renseigner sur les quartiers pauvres. Se renseignant également, il perdit un peu de temps à admirer le travail des artisans. Kozan étant connue pour sa mine et les forgeront, qui y vivait. Leur travail était d’ailleurs impressionnant et il ne serait même pas surpris d'apprendre que keiken, la lame de lumière aurait été forgé en ce lieu. Une fois les infos obtenues, il s'abritant dans une ruelle sombre et revêtit le masque de Saru.

« Ça faisait longtemps... »

Dit t'il a vois basse tandis que, maintenant que son visage était caché et protéger de la lumière du jour, se changea en vampire. Il eu quelque scrupule à ingurgiter le sang de Rei. Non pas que le liquide le répugnait, mais c'était différent de boire le sang d'une personne connue. De suite, il évita au maximum les ruelles bondé pour rejoindre leur point de rendez-vous. Le jutsu ne tarda pas à agir et il retrouva sans peine le collectionneur d'arme.

« Je dois dire que c'était fort appréciable. »

Se transformant de nouveau Gaikotsu, il retira son masque.
« Dit moi, il fabrique de super armes ici ! C'est chouette comme endroit ! »

Publié le 15/08/2020 à 17h53

Afficher les techniques utilisées
Garçon étrange
Chakra bleu

Tu avais pu rentrer en ville sans aucun problème. Il fallait ensuite que tu prépares des papiers -soit réels, soit contrefaits- pour pouvoir t’autoriser un droit de passage sans question. Mais lorsque tu trouverais du travail à l’hôpital, on te le donnerait sans trop de problèmes.

Le plus délicat était de savoir si ton compagnon avait pu passer, lui aussi, sans encombre. Car sa magnifique épée que tu portais avec toi, attisait bien trop de regard, et surtout, tu n’aurais pas été en capacité de la défendre. Alors tu te posas, non loin, à la recherche d’une auberge dans des quartiers quelconque. Et alors que tu étais en pleine recherche, le singe te rattrapa. Un pouvoir extrêmement pratique, ma foi.

« Oui. Kosan est une ville de forgeron très réputée. Elle est aussi connue comme la ville aux mines éternelles, car il semble que les filons et les carrières ne s’épuisent jamais. La plupart des métaux et des armes du continent trouvent leurs origines ici. »


Tu avais accumulé énormément de connaissance depuis tes voyages. Ce qui te permettait de savoir la fonction géopolitique de la plupart des grandes villes du continent. Rei se posa avec Kitai dans un petit renforcement, à l’écart, cachant sa bouche avec sa capuche pour qu’on ne puisse lire sur ses lèvres.

« Il va falloir qu’on trouve une auberge, un endroit où dormir, et du travail. Je travaillerais à mi-temps dans une clinique, j’userais de mon autre temps pour mener l’enquête. Tu pourrais te trouver du travail non-qualifié, comme porte bras pour les mines. Cela pourrait nous donner des informations sur les transferts de métaux, et puis une ouverture sur le marché noir. Je ferais de même pour le matériel médical. »


Tu fixas Kitai.

« Cela nous permettra de remonter la piste du matériel que Masaru a commandé pour son laboratoire. En connaissant son fournisseur, et son point de livraison, on pourra ensuite mener l’enquête sur Taki. Lorsque l’on aura fait ça, on pourra ensuite remonter jusqu’au dit laboratoire. Et on aura les informations que l’on souhaite. »


Tu lui fis un sourire.

« Un jeu d’enfant. Tu sais comment t’y prendre ? Et d’ailleurs, est-ce que tu as une idée de travail qui nous rapprocherait de notre objectif ? »


Kitai était un homme de multiple talents, surtout pour la baston. Il était en capacité de te surprendre.

Publié le 16/08/2020 à 15h47

Chakra bleu

Aucune réaction à propos de son sang. Le singe était un peu déçus. Dire qu'il avait semblé être fortement intéressé par cette information pour une raison qui lui échappait totalement. Rei sembler bien informé sur les lieus ce qui serait évidemment utile au duo. Ce n'était pas le peu d'information sur le yuukan que le singe possédait qui les aiderais. Il connaissait quelque direction de mémoire ce qui n'était pas très fiable. Après tout, il avait rencontré le jeune médecin en souhaitant se diriger vers Aisu. Il s'était largement fourvoyé su la direction finalement.

De nombreux forgerons de renom vivaient ici et la majorité des métaux utilisés dans le yuukan provenait de leurs mines. C'était d'autant plus compréhensif que la ville soit protégé par des samourai. Évitant ainsi la main mise sur de précieuses ressources par l'empire de Kumo ou encore le pays du feu. Le territoire restait donc encore plutôt neutre.

« Je vois, c'est cool ! J'ai trop envie d'aller voir! »


Suivant Rei dans une ruelle, il remit le masque de Saru. L'heure n'était pas encore à la plaisanterie, mais au sérieux. Le duo n'était pas ici pour s'amusait malheureusement. Son nouvel ami ne tarda pas à entrer dans le vif du sujet. Il avait bien plus d'expérience que le singe dans ce domaine. Lui était bien trop habitué à suivre les instructions du lapin. Agir par lui-même était quelque chose de nouveau fort appréciable. Mais il aimait quand même être guidé. Sa évité les malheureux accidents imprévus sur une boutade de sa part.

« Porte-bras? Je pourrais essayer de me renseigner. Pas sur que les spectacles d'Umeno Saru rapporte grand chose AHAH! »

L'objectif était de glanait des information sur de potentiel commande de matériel destiné au fameux Masaru. Il fallait naturellement se diriger vers le marché de contrebande, car il était peu probable que ce dernier passe par des voix conventionnelle. Retirant son masque à nouveau, il rendit son sourire à Rei.

« Les doigts dans le nez ! Suffis d'aller demander aux mines s'il on du travail pour moi? J'aurai certainement moins de temps, mais peut-être que j'apprendrais des trucs sur des forgerons pas trop honnête ? Puis comme ça, je gagnerai plus et je pourrais directement jouer les clients pour glaner des info directement au artisan ? Car je suppose que faut être assez doué pour fabriquer des instrument médical non ? »

Se grattant la tête brièvement, une nouvelle idée lui vint à l'esprit. Gaikotsu travaillait probablement sur la nécromancie. Pour ça, il devait forcément avoir du matériel, mais également de la matière première.

« Peut-être se renseigner également du côté du cimetière ? Peut-être qu'il sait également fournis en cadavres ici ? Sinon pour nos affaires, tu penses, c'est sur de les laisser à l'auberge ? Je n'y ai pas pensé, mais je ne pourrais pas forcément me balader avec cette épée discrètement. »

Publié le 16/08/2020 à 18h27

Garçon étrange
Chakra bleu

Kitai t’apparaissais enchanté d’être dans cette ville. Tu partageais dans un sens son enthousiasme. Cette ville était assez sécure, en raison du nombre important de Samouraï présent, même s’ils étaient plus ici pour défendre les ressources naturelles que les humains. Mais au moins, tu avais un semblant de protection, bien plus que lorsque tu te promenais au beau milieu de nulle part, en proie aux bêtes sauvages.

La blague de Saru – qui était apparemment le nom qu’il prenait lorsqu’il portait ce masque- t’arracha un sourire malgré toi. Ce n’est pas qu’elle était drôle en soi, mais son auto dérision t’apportait un baume au cœur agréable.

« J’en doute aussi… Même si sa présence quotidienne est agréable. »


Tu disais ça en souriant. Kitaï avait cette faculté de rester le même, en tout temps, en toute situation. Cette stabilité certaine, couplée au sentiment de sécurité de par sa puissance physique, en faisait un allié précieux pour ta quête contre le fanitisme. Tu pouvais compter sur lui pour te défendre, alors il devait pouvoir compter sur toi pour le reste, notamment l’organisation et la survie en ville.

Le Gaikotsu aux cheveux blancs allait donc s’occuper des forges et de la piste des métaux. La production du fameux matériel médical. Entre lui qui s’occupait de ça, et toi qui étais à l’hôpital, tu avais toutes les chances de trouver rapidement une piste. C’était rassurant. Et encourageant de savoir que ta quête suscitait en lui un certain engouement.

« Effectivement, c’est un travail minutieux, et qui nécessites des industries spécifiques. Donc, cela réduit le champ des recherches et des possibles. Je te laisse donc fouiller du côté des mines. Pour m’a part, lorsque tu auras la liste des fournisseurs, j’essaierai de voir si certains médecins aux mœurs légères accepterais le « prêt » de matériel médical pour des travaux expérimentaux. »


Puis, il était vrai qu’il avait raison sur le second point.

« Et oui, la piste du cimetière est une excellente idée. J’étais tellement focalisé sur des cadavres frais, que je n’ai pas réussi à envisager une telle évidence. On pourra y aller ensemble si tu veux… »


Un drôle de rendez-vous, mais bon, les besoins de l’enquête l’exigeait.

« Mhh… Ton épée est précieuse. Il faudrait mieux la garder avec toi. On ne pourrait pas la mettre dans un fourreau et la caché ? Tu pourrais prétendre la garder pour te défendre au cas où. Aucune loi n’interdit le port d’une arme. Pareil pour la fiole… C’est mieux que tu la gardes. »


Il fit un sourire compris. Il ne fallait surtout laisser aucune occasion au prince de charmer un individu quelconque afin qu’il récupère son corps.

« Tu es bien plus fort que moi… Donc je sais que tu y arriveras. Après,on peut chercher à ce qu’on nous prête un coffre-fort, et là, la donne change. »


Une énorme boite de métal en fonte était effectivement un bon moyen de dissuader les curieux. Il fallait simplement y revenir régulièrement, afin de ne pas que cette ville devienne le nouveau garde-manger du prince vampirique.

« Maintenant que j’y pense… »


Tu tournas un peu le regard, rougissant.

« Tu ne m’as pas dit… Alors, mon sang ? »


Tu étais gêné, mais la curiosité te démangeait.

Publié le 17/08/2020 à 15h02

Chakra bleu

Sans même réfléchir, le singe rendis son sourire à Rei. Il sembler avoir apprécié son humeur ainsi que sa présence. Ce qui réconfortait le jeune homme. Se sentir appréciait était toujours agréable et particulièrement dans ce cas.

« On fait ainsi. Ça va être un jeu d'enfant, tu vas voir. Il ne nous échappera pas ! »

Le singe surestimait totalement sa capacité à mener ce genre d'enquête. Ce n'était pas vraiment le genre de tache qu'Usagi lui confiait.

« Si tu y vas, je t'accompagne ! Imagines-tu tombe sur des zombies et autre revenants!? »

Toujours souriant, il ne le pense pas vraiment. Les morts sa reste morts. Sauf si on s’appeler Faust Gaikotsu jusqu'à preuve du contraire. Pour ce qui est de la garde de l'épée et du prince, le singe acquiesça. il faisait confiance dans la réflexion du Gaikotsu et s'il pensait que c'était plus sur que le singe les garde sur lui. Il ferait ainsi tant que cela ne lui apporterait aucun problème.

À la dernière question de Rei. Le singe resta silencieux. Observant le gène que cette dernière provoquait. Il ne pouvait s’empêcher de penser que sa réaction était adorable. Croisant les mains derrière la tête, il tourna rapidement le dos à Rei. Ce dernier aurait certainement eu le temps de voir un léger sourire espiègle de la part du shinobi.

« Ah ça ? Je vois que tu ne m'écoutes pas... Je ne sais pas si je dois le redire. Hihi. »

Sifflotant, ils e demandait comment Rei allait réagir.

Publié le 18/08/2020 à 14h24