Le premier verre

Année 10 | Printemps
Chakra bleu

Tu devais te l'avouer cet homme était une brute, un rustre, mais il était à ton étonnement des plus agréable. Ton statut d'Hattori aidé sûrement à ce que vos relations soit positive, mais dans le fond, tu sentais qu'il était un homme fiable. C'était sûrement ça qui te plaisait chez ce type. Kuraso Hattori. Il disait que Masashi l'avait un peu oublier, laisser de coter et qu'il rêvait d'une herbe plus verte ailleurs. Tu savais que dans le fond, il voulait certainement juste monter en grade, mais ne savait pas s'y prendre pour ça. Masashi était un homme dangereux mais juste. Il avait ses propres principes et n'aimait pas la violence pour la violence. Tu souriais en te disant que malgré cela, Kuraso ferait un bon maître d'armes, surtout vu sa maîtrise du kenjutsu et du Taijutsu.

Mais le voilà réparti avec de l'alcool en main. Il avale presque l'équivalent d'une bouteille entière, sans prendre une respiration. Tu admirais la performance de tes yeux inexpressifs alors qu'au fond de toi, tu étais entre l'admiration total et le dégoût absolu. C'était une chose déjà de savoir avaler un liquide aussi longtemps, mais encore plus un liquide de feu comme l'alcool. Ton estomac était retourné, mais tu avais étonnement envie de le rejoindre, il semblait joyeux, détendu et dans le partage, des sensation que toi, tu ne connaissais pas vraiment. L'employé te servit un verre que tu regardas avec précaution à premier vu puis sans poser de question, tu engloutis le verre dans un effort que ton corps tenta de contester. Le goût était... Alcoolisé.

Tu sentais ton corps se réchauffer, des sensations étranges dans tes jambes qui devenaient lourdes et légères en même temps. La petite altercation avait accéléré ton rythme cardiaque et l'alcool avait intoxiqué ton corps encore plus rapidement que prévus, mais te voilà donc... Saoule ? C'était ça ? C'était agréable. Tu te souviens de Nobuhisa qui semblait ne plus tenir sur ses jambes, un sourire débile sur le visage et une attitude de salope dans tes bras, mais tu ne serais assurément pas comme lui.

« Vous êtes bon vivant Kuraso-san. Votre compagnie est agréable et je suis bien heureux d'être tombé sur vous parmi toutes les âmes du quartier des plaisirs. Bien heureusement, je pense retomber sur vous dans les jours à venir, car je ne compte pas repartir en mission de suite. Je viens de revenir et j'aimerais prendre quelques jours avant de reprendre mon entraînement. »


Tu posais ton verre et te reservies doucement. Tes gestes était moins sûr qu'à l'accoutumée et tu ne voulais pas renverser le liquide et causer du tord à l employer déjà bien occupé.

« Je dois de toute évidence améliorer mon Taijutsu avant de rencontrer Masashi-sama sinon... »


Tu soupirais. Tu savais que tu te devais d'être puissant mais aussi agile et surtout intelligent pour pouvoir prétendre être membre de la main de l'empereur. Tu te rendais compte que malgré tes efforts tu n'étais pas encore assez fort.

« Vous m'avez motivé à reprendre l'entraînement, mais pour l'instant, je vais tenter de vous suivre ! Je suis sûr de ne pas tenir la route, mais j'irais aussi loin que je le peu ahah. »

Publié le 16/09/2020 à 17h27

Baron de l’alcool
Chakra bleu

« J’ai peu l’occasion de pouvoir discuter avec des gens agréables et avec un QI supérieur à 2. Ce qui est plutôt plaisant même si en buvant de la sorte, on brûle plusieurs neurones. Enfin... tu vois ce genre de débile est monnaie courante dans nos quartiers. Il faut alors montrer une certaine animosité. Discuter ne sert à rien avec ces gens là, ils ne sont pas assez malin pour comprendre. »


Je me servais un verre pour stopper un peu à la bouteille.

« J’ai un cartel, je me dois de régner sous la terreur pour éviter de me faire marcher dessus, même si il y a peu de type capable de faire ça ici... mais je t’avoue que j’en ai totalement marre et je pense tout plaquer pour faire des choses bien plus intéressante dans l’intérêt général de Kumo. »


Yuhei voulait améliorer son taijutsu, mais de quelle manière, le taijutsu seul était puissant, mais ps du tout complet et facilement contrable par quelqu’un maîtrisant une école.

« T’entraîner au taijutsu, très bien mais tu as quel niveau ? As tu une école ? Peux tu combiner ton taijutsu avec ton kenjutsu? Tout doit s’entremêler afin de créer son art à soi. »


Je pensais à cette entraînement que j’avais subis avec un maître en gouken et Yuhei était motivé. On verra ça en temps voulu.

« On va finir la nuit ici et vider le plus de bouteille possible. Mais j’aimerai bien te voir à l’œuvre et te tester à l’art du combat pour voir ton niveau. Tu veux servir l’empereur, il va falloir que ton niveau soit suffisant. Tu as l’air très sûr de toi, mais as tu déjà mené un combat ou la principale issue aurais pu être la mort? »


Je souriais légèrement.

« C’est ton seul moyen de réellement progresser et te montrer digne de Masashi... te présenter devant lui avant ne te servira à rien. »

Publié le 16/09/2020 à 19h26

Chakra bleu

Tu étais saoule et tu aurais certainement les idées floue pour la nuit entière en espérant ne pas perdre la tête demain et avoir cette fameuse gueule de bois dont on te parlait tellement. Tu te souviens de Nobuhisa enfermé dans le noir à vider des galons d'eau et a se plaindre des heures durant en cherchant à se faire cajoler comme un enfant. Tu ne voulais clairement pas être de ces hommes. Tu boirais doucement, dégustant de mieux en mieux ton alcool au fur et à mesure que tes papilles d'anesthésiant. Ton hôte te faisait par de son envie de devenir un élément agissant pour le bien de Kumo. C'est vrai que diriger un cartel était une chose bénéfique dans un sens, mais que la vie a mené devait être compliqué. Tu lui proposais alors une chose peut être insensée pour un homme comme lui, mais tout le monde avait le droit de devenir meilleur.
«
Pourquoi ne pas tenter ta chance et rejoindre la garde de l'empereur ? La main est réservée aux membres de ma famille, mais la garde de l'empereur est un poste de prestige. Nous avons besoin d'homme puissant désireux de se sentir appartenir a quelques chose de plus grand qu'eux même. Les intérêts de Kumo. »


Tu voyais ton hôte enchaîner sur ton entraînement au Taijutsu. Il n'avait pas tort, en soit être agile n'était pas utile si ta maîtrise du sabre derrière ne suivait pas. Tu te devais d'être bon dans les deux pour pouvoir oser prétendre devenir un véritable garde impérial ou quoi que ce soit d'autre à vrai dire. Tu n'étais pas mauvais, tu avais même une maîtrise tout à fait acceptable de ton arme et de ton affinité, mais ton corps pêche par son manque de souplesse et il te fallait y remédier. Kuraso aurait voulut t'envoie à l'épreuve, mais ce n'était vraiment pas le moment. T'es jambes n'aurais jamais suivit, ton chakra ne serais pas aussi précis et il était dangereux même de l'utiliser dans cet état. Le Raiton n'était pas une affinité à prendre à la légère pour sur.

« Je n'ai pas encore trouvé d'école qui me plait je dirais. Mon niveau n'est pas extraordinaire, je suis toujours dans la recherche de l'amélioration. C'est pour cela que je dois m'entraîner. Je ne suis pas encore prêt pour servir Masashi-sama bien que se soit mon vœu le plus cher et que je me bats tous les jours pour y arriver... Mais j'y arriverais un jour. Je me suis battue à mort quelques fois, heureusement en ma faveur de toute évidence, mais je sais que ça ne seras pas toujours le cas. »


Tu descendais la fin de ton verre alors que mon esprit devenais de plus en plus floue a mesure que les verres dont tu avais perdu le compte descendait. L'ombre de la trahison de ton père te laissait amer, tu savais malgrés ton état que ton entraînement ne serait jamais suffisant pour réparer les fautes qu'il avait commises. Tu devras toujours faire plus que les autres pour te prouver à toi même ta propre valeur.

« Mais à l'occasion, quand je ne serais pas alcoolisé, je pourrais te montrer mon niveau oui, mais ne t'attend pas non plus à un monstre. »

Publié le 17/09/2020 à 16h04

Baron de l’alcool
Chakra bleu

Alors là! Mais qui était ce type sérieusement ? A la base, il débarque pour boire, on se familiarise un peu, on dégage quelques types , on continue à boire et il me fait une proposition qui me choque de par son intérêt et que jamais je n’avais eu quelque chose qui aurait pu autant m’intéresser. Pourtant j’en avais brassé des magouilles ou autres pendant toute ces années. C’était la chose la plus concrète que j’avais pu entendre. J’en restais même sans voix, de leur qu’il ne se moque de moi du à l’alcool qu’il avait déjà ingurgité. Il semblait sérieux surtout en me parlant de la main de l’empereur, seul sa famille pouvait y prétendre. Il n’était pas n’importe qui, c’est sûr...je m’arrêtais de boire pour le fixer.

« Est ce la une véritable proposition? J’ai entendu quelques dires sur une famille qui servait l’empereur. Tu sembles en faire parti. Si ce que tu le dis et vrai. Tu m’offres une porte de sortie des bas quartiers et je trouverais enfin un réel sens de faire quelque chose de plus important que de rester dans ce trou à rat! »


Je me servais à nouveau un verre pour me remettre de mes émotions. Pour la suite je l’écoutais à moitié car mes pensées étaient portés vers ce qu’il m’avait dit. Cependant j’en avais entendu suffisamment sur lui et d’une manière amicale je lui faisais une tape sur l’épaule.

« Ne jamais se dénigrer. Tu as réussi des missions pour Kumo, au œil de ta vie. Tu n’es pas le plus puissant tout comme je ne le suis pas mais on a cette envie de toujours vouloir aller plus loin pour progresser et dépasser nos limites. Tu as un objectif et tu ne dois pas t’en détourner. Tu seras capable de servir l’empereur et assez raide et je pense. Tu sais garder ton sang froid et tu analyses les situations même s’il tu es dans un état second... pas que tu sois saoules, mais tu n’es plus frais ! »


Je le laissais boire tranquillement alors que je devenais hilare. Il avait l’air un peu mélancolique. L’alcool avait un effet positif ou négatif selon l’état d’esprit dans lequel on se trouvait avant de décider de se retourner la tête.

« Nous ferons cela alors. Mais je ne m’attend pas à un monstre. Je m’attend à un stratège. Tu as beau être le plus fort du monde, si tu n’as pas de cerveau, tu tomberas facilement face à quelqu’un de plus faible, logique implacable. »


Je posais mes pieds sur la table tout en tirant une grosse bouffée sur mon cigare.

« Et ta proposition là... comment il faut procéder? Je suppose que je ne vais pas débarquer dans le bureau du raikage en lui proposant de rejoindre sa garde. Je risque simplement de le faire expulser comme un mal propre. »

Publié le 17/09/2020 à 16h29

Chakra bleu

Tu voyais ton hôte s'arrêter et te fixer. Tu avais dit de quelques choses d'étrange peut-être ? Tu n'avais jamais été saoule alors c'était peut-être le cas, ta voix déraillé peut être un petit peu ? Non, pas encore, tu te sentais encore maître de ton corps même si tes rèflexes en était grandement impacté. Non, Kuraso semblait intéressé par tes propos. Tu n'avais fait aucune proposition et ton rang ne te donnait aucun avantage compte tenu de la trahison de ton père, mais tu sentais en Kuraso cette envie que tu avais ressentie toute ta vie, ce besoin d'être utile, de protéger kumo, de protéger les hattori. C'était un sentiment que tu ne connaissais que trop bien et tu savais au fond de toi qu'il en serait capable s'il prenait les bonnes décisions. Tu ne pouvais pas le faire rentrer dans les ordres, ceux-ci étant bien trop haut et toi bien trop droit, mais tu pourrais toujours souffler son nom aux instances si l'homme se prouvé digne de ce rang. Tu ne serais pas juge, pour sur, mais peut être que les dignitaires de Kumo s'intéresserait d'un œil moins acerbe si son nom venait de ta bouche, toi qui consacrais ta vie à ce même but.

« Je ne suis pas assez haut placé pour te garantir une place, cependant, je peu toujours glisser ton nom dans une conversation mondaine ou interrogé sur ton statut. Tu me sembles avoir ce même désire que j'ai.... Servir et protéger Kumo et les Hattori. Je suis peut être un petit peu saoul et mon jugement peu être biaisé, mais il ne m coûte rien de faire mention de ton envie à mes supérieurs qui se chargeront d'eux même de juger si oui ou non... Tu es qualifié. »


Tes paroles n'avaient peut etre pas beaucoup de sens, mais tu esperais tout de même donner un espoir à cette homme. L'espoir était une chose magnifique, mais aussi une arme terrifiante. L'espoir faisait vivre et pouvait forcer à tuer, même les hommes les plus tenaces pouvaient ploirent sous le poid de l'espoir. Kuraso te complimenta d'une certaine façon, il reconnut ta valeur de shinobi, toi qui avais en effet placer tes espoirs dans ton intellect et non dans ta force. Tu étais en effet un stratège et tu ne frappais que rarement dans le vide. Tes coups étaient l'expression de ton besoin et non de ton envie. Aucune frivolité lorsque tu commençais à combattre, tes coups étaient fait pour désarmer ou tuer, il n'y avait que rarement autres but. Mais la conversation revint rapidement sur cette histoire de garde de l'empereur. Tu étais assez content dans le fond, si Kuraso se montrait être de ta trempe, car cela voulait dire que Kumo portait en son sein bien plus de fervent defenseur qu'il ne semblait en avoir de prime abord.

« Et bien Kuraso-san... En effet rentrer dans le bureau du Raikage-sama non invité serait un peu extrême surtout que les hautes instances de ce village fonctionne plus par recomandation qu'autre chose. Mais pour la façon de procéder à vrai dire, je n'en suis malheureusement pas sûr. Comme je t'ai dit, je pourrais souffler ton nom chez eux, mais leurs décisions ne dépendront que de toi. Après... Passivement tes relations avec des hattori haut placé peuvent faire pencher en ta faveur si jamais ta réputation est déjà entaché chez eux. Te racheter une conduite et gravir les échelons petit à petit est envisageable, mais c'est plus long. Masashi-sama est parfois étrange, mais en générale il sait se montrer juste lorsque le désir est profond et puissant... Tu es un personnage important du quartier des plaisirs, tu as une notoriété certaines ici et le peuple de kumo te connais et te respecte, que cela soit par peur ou autre... Si tu aimes Kumo, il t'écoutera, je pense. »


Tu attrapais ton verre et bu une nouvelle gorgée du liquide. L'effet de l'alcool était étonnant. Tu étais rarement aussi bavard et parler ne t'avait jamais donné aussi soif, mais pour une fois, tu semblais parler à cœur ouvert. Ces infos n'étaient pas cachées réellement, Kumo était comme toute citée, gouverné par un ensemble de personne lié et où la confiance était une pièce maîtresse. Tu ne connaissais pas beaucoup Kuraso, mais tu ne t'engageais à rien avec lui, tu lui donnais juste quelques cartes supplémentaire pour former sa main au jeu des nobles. Il était le baron de l'alcool et toi chevalier de l'empereur.

« Je te souhaite d'arriver à tes fin Kuraso-san. Si elles sont en faveurs de Kumo, des Hattori et de l'Empereur, je ne peut qu'appuyer ta démarche. Comme tu l'as dis, je fais partit de la famille de la Main de l'Empereur, et bien que ma famille fut salit par la trahison de mon père, l'Empereur m'a accordé sa grâce et sa confiance. Je lui dois tout. »

Publié le 19/09/2020 à 22h57

Baron de l’alcool
Chakra bleu

« J’ai quelques relations, quelques grosses pointures qui repassent dans les bars après avoir été dans le quartier des Geisha... j’ai du gros dossier sur certain. Mais le chantage ne mènera à rien. »


J’arrêtais de boire un instant pour comprendre clairement chaque mots qu’il prononçait. Effet de l alcool ou non, il me plaisait vraiment.

« Ton cœur est noble, peu importe ta place dans la hiérarchie. Le plus fidèle n’est pas toujours en haut de la chaîne alimentaire. Mais j’apprécie fortement que tu glisseras ce mot. Mais mon désir va bien plus loin que de protéger kumo et les hattori... »


Pouvais je lui faire confiance au point de parler de quelque chose qui pourrait m’attirer des ennuis mais qui me semblait juste et noble aussi envers Kumo.

« Je veux protéger l’entièreté de Kumo dans une égalité presque parfaite, la perfection n’existant pas. Pour l’unification de Kumo, pour que l’empire soit encore plus puissant et cohérent. Nous nous devons de mettre les autres clan à un niveau de responsabilité égal ou presque au nôtre. En faisant cela, l’empire sera plus paisible car le danger ne vient pas principalement de dehors mais de l’intérieur de Kumo qui commence à etre gangrené. Il faut nettoyer cela et repartir sur des bonnes bases. On ne peut pas continuer comme ça! »


Advienne que pourra, j’étais quelqu’un de droit malgré mon boulot. J’avais eu une enfance chaotique basé sur l’inégalité, je comprenais donc les autres membres du village. Je comptais faire cela de manière progressive, le faire entendre est le meilleur des choses.

« Il est étrange oui, parfois je ne comprend pas ces décisions. J’ai le désir de défendre Kumo et crois moi, j’ai de quoi faire.. mais je me plierai à sa volonté. Si il accepte mon adhésion m, peu importe le grade ou l’importance. Un soldat est tout aussi valeureux si un général. L’importance est de donner tout ce que l’on a pour l’empire. »


Je rigolais un peu...

« Je ne vais pas te raconter ma vie, je ne suis pas spécialement un ange. Tu dois connaître hidemi. Elle m’a envoyé quelques fois en prisons pour troubles de l’ordre public, une fois car j’ai étalé le fils d’un haut fonctionnaire de la cours. Ce petit con à giflé une de les serveuses car elle sentait trompé pour son cocktail... bon ok, il est un peu passé à travers le mur. Mais on ne touche pas à mes employés et encore moins à une femme... »


Je soupirais.

« J’ai passé une semaine là bas. Puis le père de ce type a envoyé des gars pour me faire payé... ils ont payé la note eux même direction case hôpital et hop retour prison. Le reste était vraiment dans mon adolescence. »


Je le servais encore un verre. Ça m’énervait, je avais tellement l’habitude de boire que j’avais cette désagréable sensation de boire de l’eau.

« Je te remercie et je t’en souhaite autant. Tu n’es pas ton père, tu rendra honneur à ta famille et tu atteindras ton objectif. Si j’avais écouté le mien de père, je n’aurai été qu’un misérable car je n’ai pas notre don et pourtant... »


Encore un petit cul sec pour le rincer le gosier de ce donne soif de parler beaucoup.

« Je suis maître de l’école Gouken, maître taijutsu et maître kenjutsu. C’est là que l’on voit notre différence. Tu réfléchis, pour ma part je détruis. C’est assez réducteur, mais ç est la réalité. »

Publié le 19/09/2020 à 23h28

Chakra bleu

Tu écoutais avec attention ce que Kuraso avait à dire. Ses propos n'étaient pas du goût de tous dans les hautes sphères de Kumo, on aurait même pu dire que ses paroles pourrait lui valoir un suicide de vingt coups de couteau dans le dos si l'on te permettait l'expression. Mais c'était une vision que tu partageais malgré toi, car dans le fond, tu savais que le clan Hattori, bien que puissant ne pourrais jamais élever Kumo et l'empire tout entier s'ils continuaient d'enchainer et de rabaisser les acteurs principaux de ce théatre de la vie. Néanmoins, tu pensais que tous les clans ne méritaient pas l'égalité. Certains était plus fort dans un domaine et très clairement tous les domaines ne se valait pas, mais le principe même de domination clanique était étrange. Les Miwaku qui étaient bien utiles étaient réduits à un rang d'esclaves, de servant et de prostitué de manière générale, une bien basse estime d'eux malgré leur utilité plus que certaine. Et Kuraso avait raison, le danger venait de dedans, des infiltration et de la corruption des idéaux, des soulèvements populaires, des risque de revanche une fois que le peuple aurait compris qu'il était bien plus dangereux une fois unis.

« Je suis malheureusement d'accord avec toi Kuraso-san. Il faut nettoyer Kumo, il faut reprendre sur des bases saines, il faut que Kumo soit plus juste, mais... Je pense que Masashi-sama se dirige vers un Empire de ce genre et cela va demander des sacrifices, du temps et du sang. Je pense aussi qu'un soldat à de l'importance, même si d'expérience, la voix d'un soldat peut se noyer dans le brouhaha de la noblesse dignitaire. »


Tu regardais alors le plafond, imaginant un petit peu à quoi ressemblerais Kumo une fois que Masashi-sama aurait accomplit tous ses plans. Tu savais que cela ne serait pas gratuit, que cela serait difficile, que Kumo ne sera pas un empire d'or d'ici la fin de l'année, ni même peut être de la décennie ? Mais tu y croyais profondément. De toute évidence, Kuraso voulait y croire aussi malgré ses griefs avec Hidemi. Tu souriais doucement, sachant parfaitement qu'Hidemi était une véritable démone sans sentiments, mais d'une logique implacable lorsque l'on se plaçait sur le même plan de pensée. Elle protégeait les nobles et principaux acteur important de Kumo, lui protégeait ses hommes et femmes. Les enjeux étaient différents, tout les deux compréhensibles de ton point de vu cependant le fait de frapper une femme t'était inconcevable, surtout si celle-ci n'était pas une Kunoichi. C'était ce genre d'injustice que tu chassais toi aussi, comme plus tôt contre ces malfrats. Tu n'aurais tolérer une escalade de violence capable de blésser des innocents.

« Les fils à papa font partie de la gangrène de Kumo, malheureusement, ils possèdent l'argent et les terres en quelques sortes. Hidemi ne peut pas se permettre de perdre le support de certaines familles pour quelques petits gens comme ils disent. Les Hattori ne sont fidèles qu'à eux même mais nous sommes un clan vaste, de nombreux idéaux, de nombreuse discorde peuvent eclore et elle tente certainement de garder ce clan sous controle. C'est pour ça que nous avons besoin de personne fidèle a l'empire de Kumo, à son bien être. »


Les mots de Kuraso te touchaient plus profondément que tu ne l'avais pensée, faute à l'alcool certainement qui te faisait baisser ta garde, mais tu lui étais reconnaissant. Les gens qui reconnaissaient ta valeur n'étaient pas nombreux, tu étais généralement perçu comme " le fils du traitre " et tu t'efforçais de faire de ton mieux pour prouver que tu n'étais pas Buichi. Tu ne lui ressemblais pas forcément physiquementni véritablement mentalement. Il ne t'avais pas élevé de toute façon, préférant son élève a sa propre chair, son propre sang. Tu n'avais de lui que son adn et encore, seulement une partie, certaine celle de trop selon toi.

« Je pense, Kuraso-san, que tu réfléchis plus que tu ne le penses, si tu n'étais que destruction, tu ne voudrais certainement pas aider à bâtir l'empire que tu idéalises. »


Tu faisais alors signe a l'employé non loin de toi et lui demanda un verre d'eau. Tu savais que boire de l'eau n'étais pas coutume lorsque l'on buvait de l'alcool, mais de toute évidence, c'était ce que ton corps réclamé actuellement. Tu étais posé dans ton siège, visiblement plus que pompette et ton regard semblait encore plus vague que d'ordinaire. c'était bien étrange à voir de toi. Si Nobuhisa pouvait assister à cette scène, il serait sûrement en traind e te tourner autour, jouant les salopes à tes dépens et s'amusant de ton état. Ton frère de cœur, esclave de sang. Tu ne pourrais jamais vouloir l'asservissement total de tous en ayant une relation si proche avec un Miwaku. Lui qui vivait dans la misère étant plus jeune. Tu voulais changer cette situation, et pour toi, Masashi-sama le ferait. Il réglerait les problèmes de Kumo, il avait simplement besoin de fidèles et de... pions. Certains rêve demandait des sacrifice, chose que tu était pret a faire toi aussi, de ta vie.

« Mon jeune frère, un Miwaku de naissance, serait ravis d'assister à cet entretien, lui qui semble si désabusé et si cynique vis à vis du clan Hattori. Il sait, en étant un miwaku, a quel point il est difficile de pouvoir réclamer un traitement digne d'un être humain lorsque l'on est née sous-homme. Mais c'est un homme brave malgré tout. Il ne possède pas de Kenkai non plus dû à sa condition masculine, il est de ligner bâtarde et d'un clan maintenue en esclavage. Il a connu la misère, la faim, la haine... Mais aujourd'hui, il œuvre dans le même but que nous, à rendre l'empire plus stable et juste. »



Publié le 20/09/2020 à 12h52

Baron de l’alcool
Chakra bleu

« Pour le bien être de l’empire et de l’empereur, il a tout intérêt à se diriger vers ça. Et il faut nettoyer à tout niveau, de la pègre à la noblesse, être noble ne suffit pas être bien, au contraire, c est souvent là que les pires pourritures y sont. Masashi sama devra s’entourer de personne fidèle et de confiance. Si il agit ainsi, ça tête sera mise à prix sans aucun doute. »


Malgré la puissance que pouvait montrer l’empire au monde, il était en fait très fragile de l intérieur. L’équilibre des puissances pouvaient être rompus de l’intérieur et non de l’extérieur comme beaucoup le pensé. Il y avait des gens avare de pouvoir et sa place était convoité... chose que je ne comprendrai jamais, c’est trop de responsabilité et trop contraignant .

« Je ne vais pas tergiverser sur les fils des nobles. Non seulement ils ont eu le cul dans le beurre et la majorité de pisse dessus au moindre danger. Il faudrait faire confiance à ça? A la première attaque ils seraient capable de nous vendre à l’ennemi pour survivre et quelques privilèges. Ce ne sont que des rats et les rats, on les extermine. »


Yuhei était d’une famille plus respectable, j’espère qu’il ne le prenait pas pour lui. C’était la façon de voir les choses surtout que je n’ai jamais eu ce style de vie sauf maintenant... mais elle n’est pas noble.

« Ce que tu me dis la, c’est assez paradoxale. Je réfléchis peut être mais la destruction entraine une renaissance. L’un sans l’autre reste complexe. Mais les bons choix peuvent être fait dans les deux sens. »


Je le voyais appeler le serveur pour un verre d’eau... ma foi, j’allais peut être m’hydraterai d’une autre manière et je lui demandais de ramener une cruche. J’avais besoin de fraîcheur aussi et j’allais devoir arrêter de me griller les neurones avec cette saloperie pour être prit plus au sérieux. J’écoutais la suite qui me faisais sourire et me remémorer des souvenirs que j’aimerais oublier.

« J’ai sorti deux femme
Miwaku de la misère, elles vivent dans un de mes appartements. Au moins, elles ne manquent de rien et elles sont en sécurité ´. »


Je buvais un peu d’eau... pwaaa je n’avais pas l’habitude et je faisais une grimace.

« Ton frère me ressemble beaucoup, je suis moi même né sans pouvoir héréditaire. Je ne vais pas te conter ma vie pour autant mais la misère, la souffrance et la pauvreté ça me connaît. »


Le monde avait des similitudes et coïncidences parfois paradoxal...

« Mais il y a une question primordiale, l’impératrice va t elle sans ce sens ? »

Publié le 20/09/2020 à 17h09

Chakra bleu

La discussion de comptoir avait dérivé en politique, comme souvent lorsque deux adultes consommaient de l'alcool apparemment. Tu ne pouvais pas ignorer ses interrogations cependant. En effet. Est ce que l'impératrice serait de cet avis ? Est ce qu'elle suivra son frère et époux sur cette voie où allait elle m'en détourné. Pour l'instant, Shizuka-Sama n'était pas là et les conditions de sa disparition rendaient son retour, bien que probable, plus que problématique pour l'empire. Tu serais évidemment plus qu'heureux de revoir le visage de ton impératrice, d'entendre de nous sa voix et de voir les yeux de ton empereur empli du même amour qu'auparavant. Mais. Car il y en avait un. Sa disparition avait affecté l'homme, mais aussi l'empereur. Son retour en ferait de même, c'était sur et certains.

« J'ose espérer que oui.
»

Tu ne pouvais pas dire de mal de la femme que tu te devais de servir même si dans le couple impérial, les idées et motivation de Masashi était plus proche des tiennes depuis toujours.

« L'impératrice à son caractère et je doute qu'elle ne se soumette aux plans de l'empereur dès son retour, c'est même une certitude. »


Mais tu savais que même si les moyens de l'impératrice seraient différents, le résultat serait le même au final : Kumo serait grande et belle. Majestueuse et juste. Mais le point de divergence entre les deux représentant du couple impérial était énorme. L'un voulait cesser la politique d'expansion et privilégiée la remise en état de ses terres déjà conquise avant de pensée a autre chose. Nettoyer sa cité dans toutes ses sphères, rompre avec la corruption et possiblement installer une relation plus égalitaire des clans. De l'autre côté le désire était à l'expédition avant tout, le contrôle du yuukan entier et sans réserve, la mise à pied des clans esclaves, la prospérité financière. L'un voyait le social, l'autre le pecunier.

« Mais l'empereur possède des fidèles qui crois en sa vie du futur et c'est a nous d'agir pour que ces rêves, qui sont pour beaucoup aussi les miens, deviennent réalité. »


Tu servais alors un verre d'eau a chacun, t'abreuvant d'une traite ce verre béni qui te faisais un bien fou. Ton corps sombrant de plus en plus dans les abîmes de l'ivresse, des bras accueillant au premier regard, mais qui finalement ce montré perfide alors que ton cœur semblait battre dans tes tempes. Tu avais affreusement soif d'eau, faim de nourriture grasse qui saurait plâtrer ton estomac qui n'avait jusqu'à présent reçu qu'un repas à midi.

« Je... J'espère que l'impératrice reviendra en étant elle-même... Je prie qu'elle suive Masashi-sama. »


Tu étais visiblement troublé par la question. Ne sachant pas comment te positionner si ce n'ai au côté de l'empereur. Tu savais au fond de toi que si un jour elle devenait trop dangereuse et s'attaquait à Masashi, que tu devrais te battre contre elle et ses subordonnés. Le partage du pouvoir était une chose aisée pour une vision unique mais lorsque celles cis divergent... Il y avait forcément des risques.

Publié le 21/09/2020 à 11h35

Baron de l’alcool
Chakra bleu

Je ne m’étais jamais attardé sur les pouvoirs des hautes sphères. Je savais que notre Raikage était juste mais peut être parfois excessif, quand à son épouse, sa sœur... je n’ai jamais pu lyonnaise confiance comme j’en avais envers Masashi, j’étais d’ailleurs fidèle envers lui et non son épouse. Ce genre de discours que je tiens, à haute voix. Aurait pu me faire couper la tête... une vrai dame de cœur dans son mon imaginaire de toute puissance. Il fallait savoir que toute chose avait une fin, aussi puissant ou non, l’histoire de notre monde l’avait prouvé avec des clans très puissant qui n’existaient plus, ça pouvait donc aussi arriver pour nous. Nous ne sommes que passage dans l’histoire.

Yuhei n’était sûr de rien en fait, l’impératrice lui mettait un doute et je ressentais bien comme son malaise. Il lui étais fidèle mais tiraillé entre deux feux. Il n’était pas aisé de trouver un bon équilibre entre ce qui semblait être juste et la fidélité. Cela s’entremêlait bien trop souvent et ça provoquait des trahisons. Je le plaignais dans un sens d’être tourmenté ainsi.

« Mon choix est fait. Je suivrais Masashi car il est juste et qu’il n’a jamais fait faux pas à ses responsabilités. Je ne connais pas suffisamment l’impératrice, mais je ne lui fait pas confiance... mon instinct... mais je me trompe peut être. »


Le pouvoir effrite souvent un pays. C’était le risque de maintenant. Je trouvais déjà une erreur d’avoir étendu kumo. Plus l’empire est grand, plus il est difficile de le défendre et de le contrôler, c’était une fatalité ou alors il fallait limiter les dégâts en mettant des troupes et un fidèle à certains endroits clé pour surveiller l’empire... mais il fallait disperser nos forces.

« La seule chose importante est Kumo. On ne doit pas se soucier du reste. Nous devons nous consolider et améliorer nos relations pour un avenir propice, je pense même que l’on devrait laisser les terres de Kiri à l’abandon, elles sont à nous, mais c’est aussi une source de problème potentiel et de zone dangereuse sur notre territoire où il serait facile de se faire trahir par une union quelconque. »

Publié le 21/09/2020 à 18h07