Topics de Chikara Hinae

An 14 - Les ailes protectrices d'une mère
Bâtiment du Ministère
Salle de réunion
Chikara Hinae Uzumaki Shimazu 2
Il y a plus d'un mois
Chikara Hinae
En savoir plus
Depuis plusieurs heures, Chikara Hinae recherche sa fille. Le chef du clan Uzumaki décide enfin de la convoquer. Décidée à en savoir, elle se dirige alors au bâtiment administratif afin d'en discuter avec ce dernier. De son côté, Shimazu est inquiet et il doit obtenir une autorisation bien particulière de la part de la fille de Chikara Daichi.

Hinae était perplexe et elle considérait que la situation était exagérée. Bien qu'elle ne souhaitait pas s'opposer aux ordres de la cheffe du village, elle considérait que son interlocuteur était clairement favorisé dans cette histoire. Malgré cela, elle préférait faire profil bas afin d'en savoir un peu plus... Effectivement, l'ancienne Nukenin craignait que sa fille puisse avoir été imprudente et que son pouvoir soit sur le devant de la scène au sein du village caché de la feuille. Avant qu'elle ne puisse reprendre, Shimazu décida de lui répondre en gardant un air sérieux et détendu : Ce n'est pas encore décidé. Pour être franc avec toi... Akiko aimerait être sondée... Elle pense que Gaikotsu Masaru perdure... Je n'y crois pas. Malgré tout, nous ne possédons que d'une solution pour l'aider et ceci va l'obliger à remémorer de mauvais moments de sa vie. Hinae serra le poing... Shimazu n'était sûrement pas au courant du pouvoir clanique débloqué de la Gaikotsu, elle décida d'éviter d'en parler pour ne pas empirer la situation de sa fille. Elle ne pouvait pas être trop offensive et elle devait accepter cette requête pour pouvoir aider la belle Kirijin. Je n'aime pas trop cette idée, mais je suppose que c'est la sienne.. J'accepte donc à la condition qu'elle soit sous surveillance et que je puisse la voir d'ici 24h. Je négocierai avec la Hokage pour la suite des événements. L'élection approche et je n'aimerai pas causer davantage de mal à Heiwa. Bien que ce n'était pas réellement officiel, la dirigeante du village ne se sentait plus à sa place et ses nombreuses erreurs politiques se retournaient contre elle dorénavant... Hinae n'était pas vraiment vouée à faire carrière dans ce domaine, mais elle comprenait ce sentiment de sentir délaissé par les siens... Elle se leva alors et se mit à sourire : Je suis rassurée. Je vais donc attendre. Elle se mit alors à marcher en direction de la porte, posa sa main sur la poignée et ajouta sans se retourner : Malgré tout, si jamais il lui arrive la moindre chose... Ne comptez plus sur moi pour coopérer... Une menace ? Pas réellement, Hinae préférait simplement mettre les choses de son côté. Elle s'en alla alors tandis que l'Uzumaki lui fit un signe avant de retourner à sa paperasse en attendant un dernier rendez-vous avec la cheffe du village.

Lire la suite
An 14 - Les maux du passé
Quartiers claniques
Résidence Gaikotsu
Chikara Hinae Gaikotsu Akiko 3
Il y a plus d'un mois
Chikara Hinae
En savoir plus
Fraichement revenue de mission, Akiko semble désespérée. Un mal terrible hante la jeune fille qui ne sait nullement quoi faire pour aller mieux. Inquiète, sa mère tente alors de l'aide sans véritablement être capable de prononcer ce terrible nom...

Elle prit alors son courage à deux mains et se mit à dire : Gaikotsu Ma...sa...ru est mort. Tu ne dois pas imaginer le contraire... Pour Hinae, elle était difficile de prononcer ce nom... Effectivement, elle avait l'impression de le faire vivre en citant son simple prénom. Akiko avait besoin de ne pas l'entendre et de l'oublier. D'oublier cette conversation qu'elle n'aurait jamais dû entendre. Je te l'ai déjà dit, Bakura restera toujours... Soudainement, l'ancienne Kirijin se leva et regarda sa mère de haut : Non ! Bakura ne fera rien, maman ! Bakura n'existe sûrement plus ! Elle n'a jamais rien fait pour toi ou pour notre village ! Bakura n'est qu'un fantasme que tu utilises pour régler un problème que tu es incapable de combattre ! Hinae se leva et baissa sa tête. Elle tremblait. Sa fille continua son terrible monologue: Tu ne devrais pas craindre la différence, tu l'es aussi... Hinae sera son poing droit et se mit à dire : Si tu veux vraiment affronter la vérité... Tu devrais aller en parler à Uzumaki Shimazu... Il vient de revenir au village. Il va bientôt repartir. C'est demain matin ou jamais.. Hinae se tourna et prit la direction de sa chambre d'une manière relativement machinale. Elle le savait, Akiko n'avait pas si tort que ça. Cette dernière s'en voulait, mais elle était bien trop orgueilleuse pour l'admettre...

Lire la suite
An 3 - Nostalgie d'une ancienne vie
Grande place centrale
Chez Daichi Ramen
Kitto Mira 1
Il y a plus d'un mois
Kitto Mira

Alors que l'hiver battais son plein à Aisu et que je ne mangeais rien de plus que des restes de ragoût très peu goutu, au coin du feu un soir j'avais la nostalgie d'un automne à Konoja, alors que j'étais plus jeune et que le temps extérieur mêlant pluie et vent donnait un cafard inimaginable à toute la population, j'avais décidé d'aller manger chez Daicji ramen, les meilleurs ramen de tous le village de la feuille. Bonjour gamine, qu'est-ce que je te sers aujourd'hui ? Comme d'habitude patron ! J'étais une habitué des lieux, j'adorais manger ici, et même le bruit des "slurp" qui étaient insupportable avaient quelque chose d'agréable ici, c'était réellement l'endroit que je préférais dans le village, et c'était sans doute mon seul regret en laillant quitté. Il y avait quelque chose de réconfortant dans la nourriture de cet endroit, et j'aurais donné beaucoup pour pouvoir la goûter à nouveau, des fois j'hésitais à rentrer, je savais qu'il y avait peu de chance que je sois puni, surtout que tout le monde l'a bas semblaient me penser morte. Imaginer l'odeur et le goût des ramen de Daicji serait peut être l'élément déclencheur me faisant retourner dans mon village natale, oubliant ce que les Kitto et surtout la prêtresse avait fait durant la guerre. Si je ne trouve pas de but ici, je rentrerais au village... Ce jour là j'avais passé le plus beau repas de ma vie, et la vue de mes orteils bleuté par le froid me faisait envie de vivre et revivre ce moment chaque jours...

Lire la suite
An 8 - Le début d'une nouvelle ère
Archipel de Mizu
Centre-ville
Red Monkey Chikara Hinae Kenketsu Hatsuharu Kirishitan Salomon Ito Atsuhito Kaguya Inoiya 25
Il y a plus d'un mois
Chikara Hinae

Une étrange bande de bras cassés, Hinae ne pouvait qu'en sourire. Elle ne s’était jamais imaginée voyager avec une individu se prenant pour un singe. C'était relativement inédit dans sa vie, elle allait bien évidemment faire avec. Le plus étonnant, c'était cette capacité à modifier son aspect physique. Il pouvait ainsi devenir un autre individu avec une aisance folle. Passer de Kenketsu à Gaikotsu, n'était-ce pas le miracle tant attendu de Shiro ? Si c'était sûrement cela, la graine de la paix. Avec ça, Bakura finirait peut-être par accepter de rendre les armes ou de pardonner son identité à Hinae... Peut-être... Hinae ne pouvait oublier les batailles, les alliances et les nombreux émois. Deux camps opposés, mais si similaire. La petite Natsumi devait-elle mourir car son identité était si sanguine ? Et Bakura, pourquoi respectait-elle autant les préceptes de son clan ? La Chikara savait que dorénavant, les choses pouvaient changer. Pour cela, elle ne pouvait plus compter sur sa propre personne. Elle avait besoin de Konoha. Avant que le singe ne puisse s'échapper, l'ancienne ninja de Konoha se rapprocha de lui pour lui dire : Tu dois faire attention à toi, monsieur le singe. Ton pouvoir est fantastique, tu pourrais changer le monde avec celui-ci. Alors, ne meurs pas ! Nous te chercherons et nous rendrons l'humanité à ceux le désirant. Hinae était aussi Kenketsu. Elle se contrôlait grâce un à un mécanisme de Shiro, mais elle buvait tout de même du sang durant les jours les plus difficiles. Pour autant, sa race était une force. Elle finirait par l'imposer. Les Kenketsu ne devaient pas forcément changer pour les autres. Par enthousiasme, elle prenait le héro dans ses bras avant de s’éloigner avec sa nouvelle bande. Je connais un peu les alentours, Shiro-san aimait faire des détours pour éviter les embuscades. On va faire la même chose pour rejoindre un petit port. Nous ne devons pas nous faire repérer ni par Kumo ni par les Kenketsu. Hinae le savait, plusieurs enfants faisaient volontairement tomber des morceaux de tissu, ils espéraient sûrement indiquer un passage à leurs proches... Si seulement c'était aussi simple. La Chikara n'avait pas le coeur à exiger qu'ils arrêtent cela, c'était un espoir enfantin relativement dangereux pour le groupe, mais ... Le danger était parfois bénéfique pour guérir une autre douleur... Les Kirijins étaient sûrement déjà loin. Le chemin adjacent allait vers un autre port, plus réputé et plus fréquenté, mais ils étaient sûrement pressés par le temps. Nous allons donc nous séparer les coupains :) Salomon, tu peux continuer avec un RP ici (ou non). On va ouvrir un RP sur le chemin :)

Lire la suite
An 7 - À la recherche du poissonnier
Archipel de Mizu
Extérieur : Région côtière
Chikara Hinae 1
Il y a plus d'un mois
Chikara Hinae

Depuis de nombreux jours, Chikara Shiro méditait quant à la conquête politique de Kiri. Hinae n'était que peu intéressée par ceci et elle préférait largement remplir son rôle d'équipière. Ainsi, elle se retrouvait dans une petite ville portuaire dans les abords de la ville. Depuis la mort du village militarisé de Kiri, ce lieu servait à faire le lien avec l'île. Les civils étaient ainsi de plus en plus nombreux dans le secteur, semblant totalement enterrer l'ancien système ninja. Dorénavant, des Samurai de la citadelle protégeaient ce lieu des ennemis, mais ils n'étaient malheureusement pas formés face à la menace Kenketsu conquérant l'île en son intégralité. Les Gaikotsu n'étaient malheureusement plus assez nombreux et les immortels profitaient de ceci pour se multiplier dans la zone. Dans ce conflit, l'ancienne Chikara n'était rien. Cela ne l'intéressait plus. Shiro était le seul à pouvoir sauver ce monde de son auto-destruction. Les yeux scellaient par sa cicatrice, la femme possédait de moins en moins de mal à comprendre son environnement. Elle se servait de plus en plus du son pour s'orienter et un marché était un entraînement de taille. Dans cette optique, elle errait dans brouhaha perpétuel à la recherche du poissonnier. Par chance, sa beuglante perpétuelle permettait à la jeune Chikara de s'orienter en sa direction. Malgré cela, il n'était pas toujours simple pour elle d'éviter les passants. Bousculée par une personne lambda, elle se retrouva au sol, les genoux et les mains à terre. Excusez-moi. Oubliez la haine et pardonner l'erreur d'autrui, Chikara Shiro vendait cela comme la solution. Mais l'était-ce réellement ? Au fond de son coeur, Hinae possédait un mal fou à éteindre le feu de la colère qui dévastait continuellement son corps... Kenketsu... Bakura... Guerre... Sai... Elle ne semblait pouvoir éteindre ce mal, elle l'ignorait et tentait désespérément de l'étouffer. Seulement, était-ce réellement possible ? Tentant de se relever, une autre personne écrasa sa main droite par accident. Excusez-moi... Cette source intarissable de gentillesse, ce flot d'excuses... Il n'était là que pour se cacher de sa propre hantise. Oui, Hinae ne pouvait le nier, elle détestait ce monde et elle le craignait. C'était pourquoi elle était aveugle aujourd'hui, pour ne plus l'observer et ne plus être déçue.

Lire la suite
An -1 - Rencontre avec le Hokage Chikara
Quartiers claniques
Chikara Yasuo Chikara Hinae  Chikara Yasuomaru 14
Il y a plus d'un mois
Chikara Hinae
An 1 - Un village en ruine... [RPFB - 1 an]
Matsumoto, le village en ruine
Chikara Hinae Uzumaki Sai 18
Il y a plus d'un mois
Chikara Hinae
An 1 - Une lourde dette
Matsumoto, le village en ruine
Chikara Hinae 1
Il y a plus d'un mois
Chikara Hinae

Où... Où suis-je ? Hein ? Un clébard est sensiblement en train d'me lécher le visage, j'me relève en le poussant. Une fois assise, j'ai la mauvaise surprise de voir le décor défiler. Putain de merde... La sangsue est en train de me déplacer dans son frigo ? Il manquerait plus qu'ça... Un homme s'exclama à voix haute alors que le chien venait de passer à l'avant : Woh ? T'es debout ? Ton bras était dans un sale état p'tiote, j'sais pas ce qui a pu t'arriver mais, ça devait pas être beau à voir franchement ! Mon... Bras ? J'observe ainsi ma partie gauche, des bandages, rien que des bandages. Je ne le sens plus. Je vois ce qui ressemble à un doigt, je le tâtonne, rien ! Ce.. Ce n'est pas possible... Pfeuh ! Quant à me sauver, il aurait pu me guérir. Je tente de me lever, je retombe. Mon corps, il me semble légèrement instable. Je m'exprime avec difficulté. Qui êtes-vous ? Je ne sens que partiellement mon corps, pourquoi ? J'étais à moitié morte, vous êtes sûrement mon sauveur. Cependant, je vous ordonne de me laisser ici ! Le chien réapparaît et se remet à me lécher mon visage. Je peine à lever mon bras pour tenter de le dégager. Seraient-ils en train de se foutre de moi ? Oh non.. Ma p'tite, j'ai des projets pour toi. Ma femme va te soigner, tu seras sur tes pattes dans quelques jours mais, tu nous aideras en contrepartie. Maintenant, cesses de discuter et reposes toi, nous arrivons sous peu. Ah! J'ai récupéré ton sabre, il n'était pas bien loin de toi. Merci Chaque chose mérite paiement, je ferrai ce que j'ai à faire.

Lire la suite