Topics de Hattori Shina

An 15 - Cache-cache avec la mort
Plaines de Hai
Hattori Shina Hattori Atsuro 7
Il y a plus d'un mois
Hattori Shina
En savoir plus
Peu après son retour de Konoha, Hattori Shina parvient finalement à retrouver la trace d'un homme qu'elle traquait depuis des années. Il était l'heure pour elle de rattraper ses erreurs passées.

J’ai changé d’avis, tu n’auras pas ce plaisir maintenant. Cependant… Je saisis son bras, et tirais d’un coup sec, suffisamment fort pour lui déboîter l’épaule gauche. AAAAH ! Qu’est-ce qui te prend espèce de… ARRRHGH Sa phrase fut interrompue par un nouveau cri de douleur alors que je lui déboîtais tout aussi violemment l’autre épaule. Je mentirais si je disais que je ne prenais aucun plaisir particulier à le faire souffrir, mais j’avais finalement choisis de le garder en vie. Si je ne pouvais me satisfaire de sa mort alors… Je devais au moins l’empêcher de fuir à nouveau, et le meilleur moyen était de l’empêcher d’effectuer le moindre jutsu. Même si j’aurais pu me contenter de l’attacher à l’aide d’un jutsu, lui perforer chaque main avec un kunaï en fut pour le moins satisfaisant. T’es qu’une... putain... de.. sadique ! Et encore, ce n’est rien contrairement à ce qui t’attends à Kumo. Tu avais raison, je crois que je me sens coupable de m’être laissée manipulée par quelqu’un comme toi. Je peux encore essayer de racheter mon erreur en te ramenant auprès de l’Impératrice. Finalement, le Hattori finit par s’évanouir. Rien d’étonnant au vu de son état. Peut-être avais-je légèrement exagéré… Ramener son cadavre seul ne servirait à rien, je comptais alors sur la capacité innée à ce genre d’ordure pour rester en vie le temps de mon voyage retour, autrement, je n’aurais qu’à le brûler en chemin. Mais avant, je retournais récupérer mon tokage qui était encore légèrement sonné du rude duel qu’il avait du mener. Je revins alors saisir le corps inconscient de l’Hattori par les cheveux, et je me mis à le traîner pour rentrer à Kumo. Il était cocasse de me voir trimballer quelqu’un de cette manière à travers une partie de l’Empire, mais je n’avais pour l’heure pas d’autres choix.

Lire la suite
An 6 - Maîtriser l'orage.
Région montagneuse
Hattori Shina Hattori Nori 9
Il y a plus d'un mois
Hattori Shina
En savoir plus
Après deux années d'entraînement au sommet d'un Mont, Shina, accompagnée de Hattori Nori, entre dans la dernière étape pour maîtriser une technique particulière...

Ce que tu peux être morose ! Pas le moindre effort, en DEUX ANS. Il a de la chance, je n’étais pas une ingrate, mais l’idée de le faire passer par delà la falaise m’a traversé l’esprit de nombreuses fois… Moi ? Irrésistible ? Allons… ça se remarque en un coup d’œil que tu préfères les hommes. Puis ton caractère… Cela cacherait-il un certain plaisir à se faire dominer peut-être ? Je me mis à rire une nouvelle fois. C’est fou ce que j’appréciais le provoquer dans le fond. Je ne cherchais pas à ce qu’il cède à ces « avances », non, loin de là, mais ce regard emplit de dégoût chaque fois qu’il imagine mes sous-entendus… je ne pourrais peut-être jamais m’en passer. Bieeeeeeen, tire toi donc dehors tout seul pendant que je profite de ma dernière soirée de liberté. Oui, d’un côté, j’étais heureuse d’enfin retourner à Kumo, mais d’un autre… Cela voulait aussi dire retour de mes obligations. Et puisque mon père va apprendre que j’ai réussis ce fichu entraînement… je sens que mes missions vont être de plus en plus ardues. Mais pourtant, je suis pressée, pressée de voir si mon frère est enfin rentré chez nous. Ce serait la plus belle surprise que l’on pourrait me faire… néanmoins, je ne me fais pas trop d’illusion. Enfin bref, tandis que le Hattori alla s’occuper à je ne sais quoi, je profitais de ma dernière nuit ici. Je n’eus pas à boire beaucoup, le contrecoup de l’éclair m’ayant frappé était revenu bien vite. Après une bonne nuit de sommeil, nous pouvions enfin rentrer, au plus grand plaisir de Nori. Ce sera tout pour moi, merci pour le rp ! :D

Lire la suite
An 1 - Un peu de compagnie.
Centre-ville
Hattori Shina 1
Il y a plus d'un mois
Hattori Shina

Déjà un mois que mon frère à quitté Kumo. Ai-je déjà précisé qu’il me manquait atrocement chaque jour ? Oui… certainement. Jusqu’ici, j’appréciais ma vie, j’avais tout ce dont j’avais besoin malgré des cours plus barbants les uns que les autres. Toutefois, puisque ces cours se passaient majoritairement chez moi, je ne connaissais tout bonnement personne. J’étais juste une gamine de riche et esseulée. Sans mon frère, il n’y avait plus personne, sauf peut-être l’homme qui était un peu le héros de mon enfance finalement. Itsuke-san ! Sans lui pour s’occuper de moi, je pense que je serai devenue une personne bien différente. Il remarqua très vite cette solitude qui s’emparait peu à peu de moi et un beau jour, à la fin d’un entraînement, il m’annonça que nous devions rendre visite à un ami de mon cher père. J’étais d’abord désintéressée, « encore un type auprès de qui je vais devoir faire bonne impression » me dis-je. S’il y avait bien une chose que je détestais c’était ce comportement hypocrite. « Souris ! Tiens toi droite ! Soit polie » et blablabla… Malgré cela, j’étais une jeune femme obéissante, cela faisait suite à mon éducation de toute façon. Mon père espérait certainement qu’un beau jour j’atteigne les hautes sphères de Kumo. En avais-je envie ? Pas forcément, mais je ne ressentais pas ce besoin d’être maîtresse de mon destin. Une vie simple m’allait, tout ce que je désirais c’était le retour de mon frère. Alors, si je devais simplement devenir la fille « parfaite » pour que mon père ne daigne le faire revenir à Kumo, je le ferai sans trop de problème. Après avoir traversé Kumo de bout en bout pour rejoindre la zone industrielle, dans laquelle je n’avais encore jamais mis les pieds d’ailleurs, nous nous rendons dans un lieu plutôt… étrange. Nous fûmes accueillis par un autre plutôt costaud, aux environs de la cinquantaine. Il me salua avec un certain entrain, je ne savais pas qui il était mais il semblait être heureux ma venue. Je ne prêtais pas attention à la discussion entre les deux, non au lieu de cela j’allais jeter un œil par la fenêtre. Et c’est là que je vis la cour intérieure du bâtiment remplie de… lézard ! Certains étaient tranquillement installé sur des branches, d’autres faisaient trempette… un véritable vivarium géant ! Je me retournais vers Itsuke, les yeux émerveillés je me hâtais de lui demander : Hé Itsuke-san, je peux aller les voir de près ? Il se mit à rire tout doucement, je ne comprenais pas encore pourquoi l’on était venu ici et sa réponse me rendit encore plus curieuse. Pourquoi crois-tu que nous sommes venus ici Moi qui pensais que nous venions pour faire bonne impression, me serais-je trompée ? J’étais étonnée, cela changeait trop de mes habitudes, si bien que je n’en lâchais qu’un seul mot signifiant mon incompréhension : Hein ? Je n’eus pas de réponse, Itsuke et le propriétaire m’invitèrent simplement à pénétrer directement à l’intérieur de l’élevage. Mais je fus vite déçue, car à peine nous posions un pied à l’intérieur que la totalité des lézards décampèrent à toute vitesse. Tous, sauf un. Il restait là, planté devant nous à nous regarder… Je ne sais pas trop pourquoi, un pressentiment, mais celui-ci avait l’air d’être l’idiot de la portée. Ses gros yeux me donnaient envie de rire, et je fus pris d’une cruelle affection pour le petit lézard… Je décidais alors de m’approcher de lui… Toggy ? TOOOOOOOOOOOOGGGYYYYYYYYYYYYY !!! Comme ses confrères, le lézard me fuit à toute vitesse. C’est fou ce que ces animaux pouvaient être trouillards. Le propriétaire de l’élevage se mit à rire alors que j’entendais ses pas s’approcher de moi. Il va te falloir un peu plus de temps que cela pour amadouer un Tokage, même si apparemment tu as tapé dans l’œil de celui-ci. Attendez, je peux vraiment en dresser un ? Évidemment ! Pourquoi t’aurait on emmené ici autrement ? Tu vas passer me voir quatre fois par semaine, et je t’apprendrais comment faire. Mais tu devras être patiente, cela pourrait prendre des mois. Des mois ? Qu’en avais je à faire ? Ces petits animaux étaient sacrément mignons. Bon, je l’avoue, je ne m’imaginais pas encore me servir de lui comme messager, je le voyais surtout comme un animal de compagnie à ce moment là. De quoi m’occuper durant l’absence de mon frère. Cette journée fut probablement l’un des plus beaux cadeaux que me fit Itsuke-san ! Je n’avais plus qu’à perséverer et un jour je reviendrais à la maison avec mon propre Tokage !

Lire la suite
An 4 - Un soupçon de danger
Montagnes de Tetsu
Hattori Shina Hattori Reika 33
Il y a plus d'un mois
Hattori Shina

Pourquoi m’entêtais-je à essayer de lui faire comprendre quoique ce soit ? C’était peine perdu avec un être aussi avide de sang. Dommage que tant de Hattori lui soit si semblables, Kumo aurait pu être un Empire bien différent. Mais nos fondations sont ce qu’elles sont, combien de clans avions nous génocidé pour prendre le pouvoir ? Malgré cela, je voulais garder le Kaguya en vie uniquement pour raison stratégique, sa façon de me voir comme une déserteuse sonne clairement comme une insulte à mes oreilles. Tss.. Ma loyauté n’est pas à remettre en doute. Il s’agit simplement de voir plus loin que le bout de son nez. Je me demandais pourquoi il avait déserté, mais il serait trop te demander que de connaître un peu plus l’histoire des Kaguya. Si la désertion est sévèrement punie à Kumo, il en va de même chez eux. S’il à décidé de les quitter, j’aurais souhaité comprendre ses raisons. Qui sait ? Peut-être préparent-ils quelque chose de dangereux, ce qui l’aurais poussé à prendre le risque de partir. Je haussais les épaules, nous n’aurions jamais réponse à cette question de toute façon. Elle nous invita ensuite à partir devant, qui sait ce qui lui restait à faire, et en la voyant ôter sa ceinture je n’avais franchement pas envie d’en savoir plus. Je pris alors la route, suivit des quelques kumojins nous accompagnant. L’un d’eux vint me poser une question qui aura eu le mérite de me faire sourire à moitié. Shina-san, qu’est en train de faire Reika-san au juste ? Je ne sais pas, l’un de vous à envie d’aller l’interrompre pour lui demander ? Répondais-je avec sarcasme. À voir leur visage, je connaissais déjà la réponse à ma question… ni eux ni moi n’avions envie d’y aller, il valait mieux poursuivre notre route sans rien dire…

Lire la suite
An 1 - Une journée à Kumo ~
Centre-ville
Marché de Kumo
Hattori Aïko Hattori Shina 23
Il y a plus d'un mois
Hattori Shina

Oh… Je vois. Cela doit être difficile pour toi, je t’avoue n’avoir jamais réfléchi à cette perspective. Maintenant que mon frère est exilé de Kumo, la réponse est toute faite, mais s’il venait à revenir… Mmh, non, si l’un de nous deux devait se retrouver avec un poste à responsabilité, il faudrait que ce soit lui ! Contrairement à Aïko qui tentait de progresser indépendamment de son frère, je désirais ardemment que le mien revienne pour l’aider à devenir un homme influent à Kumo, comme le fut notre père avant de tomber en disgrâce. Mon rôle n’était que de le soutenir dans ses projets, et veiller à ce qu’il ne fasse pas tuer. C’est probablement l’unique raison pour laquelle j’écoutais aussi attentivement les leçons concernant le ninjutsu. Je devais être assez forte pour lui, ce serait une raison de plus pour qu’il ne choisisse de rester à mes côtés ! Au moins, Nokutisu n’avait pas mauvaise réputation contrairement au frère d’Aïko. Mais je ne peux juger, je ne sais pas comment je réagirais si la situation s’en retrouvait inversée… Subitement, mon regard se dirigea vers une pendule, à la vue de l’heure je ne peux m’empêcher de sursauter. Mon dieu, cela fait si longtemps que je suis avec toi ? Itsuke-san doit être mort d’inquiétude ! Navrée Aïko, j’aurais souhaitée discuter avec toi encore quelques heures, mais je vais éviter de le faire tourner en rond plus de temps qu'il ne le mérite. Je me relevais alors, d’un pas pressé je me dirigeais vers la porte. Alors que je saisissais la poignée de celle-ci, je me tournais vers Aïko que je n’avais même pris le temps de remercier convenablement, quelle malpolie je faisais. Merci pour le thé ! Si tu veux, je dois retourner au marché samedi prochain, même heure. Si jamais tu passes dans le coin, enfin, je ne t’oblige à rien ! Bye bye. Si tôt ma phrase finie, je me mets à partir comme une voleuse. Pauvre Itsuke, il était si bienveillant avec moi, il ne méritait pas que je ne m’absente aussi longtemps sous sa garde. S’il daignait revenir voir mon père sans moi… qui sait ce qu’il serait capable de lui faire pour le punir. Il valait donc mieux que je me dépêche. J’espérais toutefois revoir la Hattori la semaine prochaine, étonnamment cela me faisait énormément de bien de passer du temps avec elle. Elle était à la fois si différente mais en même temps, nous avions beaucoup de points communs.

Lire la suite